Urgence, de Pépito Matéo (2003)

Urgence (couverture)C’est l’histoire de quelqu’un d’ordinaire – vous, moi, n’importe qui – qui se rend aux urgences. Il a un panaris et veut se faire soigner très vite. Mais voilà, dans la salle, il y a déjà du monde. Contraint et forcé, il doit prendre son mal en patience. Et il fait ce que tout le monde fait : il observe les autres, il spécule sur leur vie, leur passé, la raison de leur présence.

« Quand on est aux urgences comme vous, on guette un peu comment ça se passe. On n’a pas envie de s’installer, on n’est de passage, on n’est pas de ce monde-là qui ne va pas bien… »

 

Né d’expériences personnelles et de discussions avec les infirmières, Urgence présente une micro société où diverses histoires de vie se côtoient, s’épient ou s’ignorent. Les urgences, comme le dit la Cerise, l’un des personnages, « c’est comme au bistrot et on voit défiler le monde ». Les urgences sont remplis d’histoires folles et de gens en quête de compagnie, de chaleur « parce qu’ils ont le mal des mots et d’autres qui sont aux urgences de la parole ».

Pépito Matéo sait observer et il s’interroge sur ce qu’il voit. On écoute les autres et on expérimente la colère, la pitié, la peur, la rêverie… Ce sont ces rencontres et ces émotions qui permettent au « héros » (qui est lui, qui est vous) d’accomplir son voyage initiatique.

 

Comme toujours avec Pepito Matéo, la langue est jubilatoire. Jeux de mots, doubles sens et digressions nous emmènent sans cesse plus loin dans la narration. On croise des souffrances, on rencontre la Mort, mais malgré tout, on rit parfois et, à la fin, Pépito Matéo nous donne l’espoir que le monde n’est pas toujours égoïste et que chacun, à la fin, peut s’intéresser au sort des autres : « Vous, ce soir, vous étiez venu pour soigner un panaris de toute urgence et finalement, c’est peut-être le panaris qui vous a soigné d’une maladie plus grave : l’indifférence ! »

Mais Pépito Matéo, il n’est pas fait pour être lu, il est fait pour être écouté ! Donc M. Matéo, s’il vous plaît, enregistrez vos histoires !

 

« Si tu prends le chemin de j’m’en fous, tu risques d’arriver au village de si j’avais su ! »

 « Qu’est-ce qui vous arrive ? Vous à qui on a toujours dit : « Dans la vie, il faut y arriver ! », vous commencez à douter… Arriver où ? Et arriver à quoi ? Et comment sait-on qu’on y est arrivé ? Et si on n’y arrive pas, ça peut toujours arriver ! »

Urgence, Pépito Matéo ; suivi d’un entretien avec Nathaël Moreau. Paradox, coll. Conteur en scène, 2003. 111 pages.

Sur un ton moins loufoque, je ne peux que vous conseiller Alors voilà : les 1001 vies des Urgences, de Baptiste Beaulieu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s