Sex Story : la première histoire de la sexualité en BD, de Philippe Brenot (textes) et Laetitia Coryn (dessins) (2016)

Sex Story (couverture)De la Préhistoire à nos jours, en passant par Babylone, l’Egypte et la Grèce antique, Rome, et en explorant toute l’Histoire de France, cette bande dessinée se penche sur l’histoire de la sexualité dans nos sociétés : quels étaient les interdits, quelles étaient les pratiques, quelles étaient les mœurs, comment et qui aimait-on à telle ou telle époque ?

Sex Story est une BD très intéressante et très bien renseignée. Il faut dire que Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue et directeur des enseignements de sexologie à l’université Paris Descartes, maîtrise de toute évidence son sujet. Même si l’auteur est un spécialiste, la BD se lit vraiment facilement : tout y est toujours très clair et très agréable à lire.
On constate tristement que l’histoire de la sexualité est une histoire en dents de scie, chaque libération de la sexualité ou des mœurs (homosexualité, amour libre, avortement…) ayant été suivie d’une période de répression, souvent à cause de l’Eglise (« un pas en avant, deux pas en arrière… » comme le rappellent certains personnages). Cette BD est aussi féministe car elle souligne parfaitement l’oppression des femmes, l’inégalité des droits entre les hommes et les femmes, les époux et les épouses. En bref, elle montre l’omniprésence de la domination masculine (l’Egypte antique semble faire exception à cette « règle » avec des femmes qui pouvaient devenir pharaonnes et qui étaient respectées).

Sex Story 2C’est sûr, certaines anecdotes m’ont fait bondir d’indignation, toutefois, beaucoup d’autres m’ont fait pouffer de rire. Car oui, il y a beaucoup d’humour dans Sex Story, merci Laetitia Coryn. De petites remarques sarcastiques ici ou là, des dessins explicites mais sans vulgarité (ce n’est pas un ouvrage pornographique, mais ce n’est pas tout public non plus, je précise), des personnages très expressifs, quelques anachronismes dans les dessins, mais aussi dans le langage employé. Et l’humour permet d’aborder des sujets graves car une histoire de sexualité ne se fait pas sans parler de viols, d’incestes ou de mariages forcés.

Sex Story 3

(Seul point noir à mon goût : le dernier chapitre « Sexavenir » qui est pour moi totalement inutile. Les auteurs nous proposent un futur sans amour où les bébés se font en usines et où les fantasmes et désirs sont satisfaits par des implants et des hologrammes avant de disparaître de la société. Bref, une vision triste de l’avenir qui n’apporte pas grand-chose à l’ouvrage. J’aurais préféré qu’ils s’arrêtent à notre époque plutôt que de me laisser terminer ma lecture sur cette note douce-amère.)

Sex Story 4

Que puis-je donc dire de plus pour vous résumer Sex Story ? Ce n’est pas une BD pornographique, ni même érotique ; c’est une bande dessinée à la fois érudite et drôle ; c’est une BD militante et féministe ; c’est une BD vivante et passionnante aussi bien grâce aux textes qu’aux dessins ; c’est une BD à lire !

« En ce début du troisième millénaire, la sexualité nous semble partout présente, on l’aborde facilement, on la montre à l’écran, on en parle dans les médias, mais paradoxalement on l’explique peu et on ne l’enseigne presque jamais. »

Sex Story : la première histoire de la sexualité en BD, Philippe Brenot (textes) et Laetitia Coryn (dessins). Les Arènes BD, 2016. 204 pages.

Alvin (BD en deux tomes), de Régis Hautière (scénario) et Renaud Dillies (dessin) (2015-2016)

Nous retrouvons Gaston à New-York, plus taciturne que jamais. Son nouveau train-train – survie solitaire – est bousculé par la mort d’une amie, prostituée dans son bar favori, mais aussi mère inquiète. Car elle laisse derrière elle un fils, Alvin, qui s’attache aux pas de Gaston. Tous deux entament un périple vers le Sud à la recherche de la famille d’Alvin.

Avant de commencer ma lecture, j’étais à la fois très curieuse et un peu inquiète tant Abélard avait été un gigantesque coup de cœur.
Si j’avais instantanément aimé notre petit poussin du premier diptyque, il m’a fallu un peu plus de temps pour m’attacher à Alvin. Non pas que celui-ci ne soit pas sympathique, c’est un gamin solitaire et insolent qui n’a pas sa langue dans sa poche pour poser des questions et protester. Simplement, j’ai trouvé le duo Gaston/Alvin moins original. Gaston se retrouve dans le rôle d’un père de substitution et on se doute bien que, malgré ses affirmations comme quoi il n’aime pas les enfants, il finira par s’ouvrir grâce à Alvin.
Pourtant, au fil des pages, je me suis attachée à ce petit bonhomme. Certes, il n’est pas l’irremplaçable Abélard. Certes, il n’a pas l’innocence et la joie chevillées au corps comme ce dernier. Mais il est tout aussi touchant lorsque l’on jette un œil sous la carapace et sa répartie m’a souvent fait sourire.

Mais finalement, je me demande si le personnage qui m’a le plus émue ne serait pas Jimmy Pumpkins. Je n’en dis pas trop, mais cet être différent et muet qui se libère de ses chaînes et découvre au fil de leur périple ce qu’est la vie m’a permis de retrouver la poésie et l’émotion poignante d’Abélard.

Alvin fait en quelque sorte le chemin inverse d’Abélard. L’un quittait une famille, l’autre en retrouve une ; l’un voguait vers les ténèbres, l’autre vers le soleil ; l’un perdait le goût de vivre, l’autre le découvre. Du coup, la fin a été forcément moins poignante que celle – déchirante – d’Abélard.
Cependant, tout est loin d’être rose dans cette nouvelle aventure. Car Alvin est beaucoup plus réaliste qu’Abélard. Le premier tome s’ouvre sur une peinture de New-York avec ses chantiers vertigineux, ses filles de joie, la guerre, les orphelins… Et par la suite, en plus de faire l’expérience de la mort et de l’abandon, Alvin découvre, au cours de leur voyage vers le Sud, le racisme, les cirques de monstres et le fanatisme religieux.
Malgré cette nouvelle orientation, j’ai retrouvé tous les ingrédients qui avait fait d’Abélard un bijou : la poésie, les petites citations et réflexions philosophiques du chapeau, la tendresse, les merveilleuses illustrations de Dillies sensibles et pleines d’émotions…

Si Alvin ne m’a pas fait ressentir les mêmes émotions qu’Abélard, si ce second diptyque n’a pas su être un coup de cœur aussi infini que l’a été le premier, cette « suite » signe malgré tout une belle rencontre avec Alvin et Jimmy et de tendres retrouvailles avec Gaston. Ainsi qu’avec les mots magiques de Régis Hautière et les dessins envoûtants de douceur de Renaud Dillies.

 « Si tu pleures le passé, si tu crains l’avenir, accroche-toi au présent. »

«  Grâce à lui, j’ai compris deux choses. La première, c’est qu’on a plus à apprendre de ceux qui sont différents de nous que de ceux qui ressemblent. Et la deuxième, c’est qu’il ne faut pas juger les gens sur leur apparence. On peut condamner quelqu’un pour ce qu’il a fait, pas pour ce qu’il est.
– Sauf si c’est un con !
– Non, Alvin… Même pas si c’est le dernier des cons. »

Alvin, tome 1 : L’héritage d’Abélard, Régis Hautière (scénario) et Renaud Dillies (dessin). Dargaud, 2015. 56 pages.

Alvin, tome 2 : Le bal des monstres, Régis Hautière (scénario) et Renaud Dillies (dessin). Dargaud, 2016. 56 pages.

L’Arabe du futur : une jeunesse au Moyen-Orient (3 tomes, série en cours), de Riad Sattouf (2014-2016)

 

L’Arabe du futur, difficile de ne pas en avoir entendu parler, je pense. Actuellement, trois tomes sont parus sur les cinq prévus par l’auteur-dessinateur. Né d’une mère française et d’un père syrien, Riad Sattouf raconte son enfance passée dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad. Son père, fasciné par le panarabisme et les dictateurs arabes, veut faire de lui un homme éduqué et moderne, l’Arabe du futur.

L’Arabe du futur, T1 (extrait)

Première page du tome 1

Il s’agit d’une autobiographie basée sur les souvenirs de l’auteur. On a le point de vue d’un enfant qui ne saisit pas forcément la mesure de tout ce qui se passe autour de lui. On sent notamment l’enfant dans le regard porté sur le père (je reviendrai sur ce personnage) : Riad l’admire énormément, son père est son héros, mais, en grandissant, il note quand même des contradictions dans ses paroles ou dans ses actes. De plus, les odeurs sont très présentes et restent pour lui, encore aujourd’hui, associées à des personnes ou à des lieux.

L’Arabe du futur, pour moi, c’est avant tout une découverte. La découverte de la vie dans les pays arabes dans les années 70-80. La découverte d’un autre monde. La découverte d’une autre réalité. Choc des cultures, canyon entre leur vie et nos vies.
Par exemple, outre les infrastructures défaillantes (combien de fois Riad Sattouf pointe les fissures dans le béton des maisons, y compris les plus grandes et les plus belles ?) et le manque de confort dans la maison, on ne peut qu’halluciner devant l’inexistence du concept de propriété privée en Libye. N’importe qui peut s’approprier un appartement vide. Même si le propriétaire était seulement parti faire une course. Et il est interdit de mettre un verrou. Chose inconcevable pour nous, Occidentaux. Ajoutons entre autres à cela un antisémitisme affirmé et des femmes et des animaux au mieux ignorés, au pire maltraités (et plus…)

L’Arabe du futur, T2 (extrait)

Première page du tome 2

Mais pour Riad, tout est normal. Certes, il est traité de Juif à cause de ses cheveux blonds, mais globalement, rien ne le surprend car il ne connaît pas grand-chose d’autre. Aussi, si ces BD peuvent être lues comme des documentaires, ce sont aussi des histoires d’enfants. Pour lui, le quotidien, c’est l’école, ses cousins récemment rencontrés, ses parents. C’est sans doute pourquoi il y a autant d’humour qui vient s’intercaler à des situations dures, voire horribles.

J’ai été partagée face au père de Riad. Si, au début, il est plutôt sympathique avec ses grandes idées et ses rêves de moderniser le monde arabe et d’apporter la culture à tous, il devient parfois très irritant (les horreurs sexistes et racistes qu’il déblatère parfois…). C’est un personnage assez complexe, tiraillé par ses envies de modernité d’une part et par la tradition de l’autre. C’est lorsqu’il retourne dans son village natal et qu’il se retrouve au milieu de sa famille qu’il se remet à faire le Ramadan, à lire le Coran, à porter la djellaba alors qu’il se dit athée ! Il parle beaucoup de ses grands projets, de ses idées qui vont changer la Syrie, mais finalement, il agit peu… au grand désespoir de sa femme.

L’Arabe du futur, T3 (extrait)

Première page du tome 3

Sa femme, la mère de Riad… ma plus grosse incompréhension. Pourquoi reste-t-elle ? Elle est cultivée, elle est réaliste par rapport à leurs conditions de vie (les enfants maigres, son ennui quotidien, l’absence de confort…), elle retourne de temps en temps chez sa mère en Bretagne et voit parfaitement le décalage. Et pourtant, elle reste, elle écoute son mari mettre les femmes au placard (au moins de plus ou moins cautionner un meurtre). Pourquoi s’enferme-t-elle ainsi ? C’est vraiment une énigme que j’espère un peu mieux comprendre dans les épisodes suivants.

Témoignages historiques et culturels captivants, les trois premiers tomes de L’Arabe du futur passionnent également pour ce regard d’enfant posé sur le monde et sur ce père si ambivalent. Si la violence du quotidien est parfois choquante pour nous Occidentaux, l’humour est souvent au rendez-vous. Pudeur et tendresse sur cette enfance entre deux cultures, le résultat est touchant et particulièrement réussi.

L’Arabe du futur : une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984), Riad Sattouf. Allary Editions, 2014. 158 pages.

L’Arabe du futur 2 : une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985), Riad Sattouf. Allary Editions, 2015. 158 pages.

L’Arabe du futur 3 : une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987), Riad Sattouf. Allary Editions, 2016. 150 pages.

Abélard (BD en deux tomes), de Régis Hautière (scénario) et Renaud Dillies (dessin) (2011)

Parce qu’on lui a dit que, pour séduire la fille de ses rêves, la belle Epilie, il fallait lui offrir la Lune (« ou à la rigueur, un bouquet d’étoiles »), Abélard, petit poussin, part sur les routes, lui qui n’a jamais quitté son marais. Direction l’Amérique, là où les hommes ont inventé des machines volantes. Ce doux rêveur rencontre alors Gaston, un ours mal léché, grognon et désabusé. Cette rencontre les marquera tous deux à jamais.

Dans le premier tome, on sent bien que les choses vont se durcir par la suite. Et effectivement, le parcours d’Abélard ressemble à un voyage au bout de la nuit, pour reprendre Céline.
Abélard est un rêveur, un peu poète, un peu naïf. Et la vie n’est pas tendre pour les gens comme lui. Il va se la prendre en pleine face, la vie, et toute la méchanceté du monde. La haine, le racisme, la cupidité…
Avec son chapeau qui lui offre un proverbe par jour et son banjo, il répondra à la violence par la poésie, aux insultes par la musique. Mais peut-on éternellement garder la joie de vivre vivante quand tout nous accable ?

Abélard, c’est aussi un voyage initiatique tout en poésie et en philosophie. Et un concentré d’émotions. Cette histoire qui, de toute mignonne, vire au tragique, m’a beaucoup émue. D’autant plus que je me suis très rapidement prise de tendresse pour le candide Abélard et que je ne m’attendais pas à ça en commençant ma lecture.

Les illustrations de Dillies font de ces bandes dessinées de purs bijoux. On aime les dessins, soulignés par d’épais contours noirs. On aime la rondeur, la souplesse, les courbes du trait. On aime les couleurs, douces, chaudes et vivantes, dans les tons bruns, jaunes et rouges. On aime l’expressivité des personnages qui les rend si proches de nous.

Ne vous fiez pas à ses apparences de petite fable animalière. Lire Abélard, c’est se prendre une vraie claque. Sous la douceur du dessin et l’innocence des dialogues se cache toute la cruauté du monde, mais aussi – et heureusement – les magnifiques moments de paix, de joie ou d’amitié que la vie nous offre parfois.

Hautière et Dillies ont donné une suite à Abélard, avec un autre diptyque, Alvin, que j’ai vraiment hâte de découvrir !

« Moi, je te dis que l’Epilie qui est dans ta tête, elle est nulle part ailleurs. Les filles parfaites, ça n’existe pas. Et y a pas que les filles. C’est pareil pour tout. Et pour tout le monde.
On a tous des défauts et des trucs qu’on cache au fond de nous, ouais… On a tous un côté sombre…
Y a que le soleil qu’a pas d’ombre. »

« Chaque illusion perdue est une vérité retrouvée. »

Abélard, tome 1 : La danse des petits papiers, Régis Hautière (scénario) et Renaud Dillies (dessin). Dargaud, 2011. 64 pages.

Abélard, tome 2 : Une brève histoire de poussière et de cendre, Régis Hautière (scénario) et Renaud Dillies (dessin). Dargaud, 2011. 64 pages.

Chemin perdu, d’Amélie Fléchais (2013)

Chemin perdu (couverture)Avec une copine qui aime beaucoup Amélie Fléchais, j’en avais beaucoup entendu parler, mais je n’en avais jamais lu avant de découvrir cette bande-dessinée. Chemin perdu donc. L’histoire de trois copains qui, au cours d’une chasse au trésor organisée par leur camp de vacances, se perdent dans la forêt et rencontrent une pléthore de créatures étranges.

Pour commencer, visuellement, Chemin perdu est magnifique. Amélie Fléchais a vraiment un style très personnel et unique. Les dessins sont très délicats et j’ai beaucoup apprécié ce noir et blanc sporadiquement ponctué de quelques cases (ou quelques planches) en couleur. Ce sont des explosions de couleurs et ces planches-là sont sublimes. Il y a un petit goût de Japon dans les traits d’Amélie Fléchais, quelque chose qui rappelle les mangas mais aussi les animés de Miyazaki – notamment de Princesse Mononoke – avec ces bestioles étranges, ces animaux géants, ces esprits des bois.

Chemin perduEn se perdant dans cette forêt, les trois garçons vont vivre une aventure étrange et onirique. On ne comprend pas tout, mais on se laisse porter de rencontres en rencontres. Malgré cela, j’ai eu un peu de mal avec cette intrigue. Le bizarre, l’onirique, les rencontres farfelues, le côté conte… tout cela avait tout pour me plaire. Et effectivement, cela m’a plu, mais je n’ai pas été totalement séduite. J’ai décroché par moment, j’ai été dubitative devant certains éléments sans queue ni tête, j’ai été surprise par la fin qui arrive trop vite. Pourquoi ai-je adoré la loufoquerie de L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur et bloqué devant celle de Chemin perdu ? Je ne sais pas, je l’ai relu et j’ai ressenti les mêmes impressions.

Une très belle BD au style graphique superbe, en parfaite adéquation avec la magie qui se dégage de cette histoire, mais dont l’intrigue m’a malheureusement quelque peu laissée de marbre.

« Dans l’obscurité, elle courut aussi vite qu’elle put, mais déjà une triste fin l’attendait.
La forêt ne relâche, en effet, pas si facilement ce qui lui appartient…
 »

Chemin perdu, Amélie Fléchais. Soleil, coll. Métamorphose, 2013. 95 pages.

Chemin perdu

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur, de Séverine Gauthier (scénario) et Clément Lefèvre (dessin) (2016)

L'épouvantable peur d'Epiphanie Frayeur (couverture)« Voici Epiphanie. Elle a huit ans et demi.
Et voici sa peur, elle a huit ans aussi.
En huit ans, Epiphanie n’a pas beaucoup grandi.
Sa peur, SI. »

Depuis presque toujours, la peur d’Epiphanie la suit comme une ombre. Alors pour tenter de s’en débarrasser, la fillette entame un voyage initiatique dans une forêt tortueuse à la recherche de celui ou celle qui lui permettra de guérir de sa peur.

Avec Epiphanie et sa peur, on rencontre toute une galerie de personnages hauts en couleur : un guide qui a perdu son sérieux, un docteur Psyche pas très efficace, un coiffeur zozotant, un chevalier (presque) sans peur, un dompteur bien trop sûr de lui, une minuscule cristallomancienne… Tous tenteront de l’aider et, si le résultat n’est pas immédiat, ses rencontres la feront peu à peu grandir et lui permettront de résoudre elle-même son problème
L’album baigne dans une douce loufoquerie à Lewis Carrol. Et cela ne nuit nullement à la justesse et l’intelligence du propos. Il faut également préciser que c’est extrêmement bien écrit et que l’on se régale avec la plume fine et malicieuse de Séverine Gauthier.

lepouvantable-peur-depiphanie-frayeur-extrait-1Immédiatement séduite par ce titre qui roule si bien sur la langue et par la couverture au Salon de Montreuil, je n’ai pas résisté à l’acheter plus de cinq secondes lorsque j’ai découvert le travail de Clément Lefèvre. On pourrait s’attendre à quelque chose de terrifiant, d’oppressant, mais non. Les dessins sont tous doux, lumineux, très colorés et… fantaisistes. Un seul œil, de grandes oreilles, des tentacules… Les personnages sont à l’image de leurs propos : souvent cocasses et extravagants. Quant à la peur d’Epiphanie, cette ombre-dragon est fascinante par ses évolutions.
Le format évolue de planche en planche pour le plus grand plaisir des yeux : pages (voire doubles pages) remplies de mille et un détails, enchaînement de petites cases qui se dévorent, bandelettes, etc.

Deux petits bonus : quelques phobies saugrenues découvertes par le docteur Psyche (qui a la thérapie adéquate évidemment !) et un jeu de l’oie retraçant le parcours d’Epiphanie.

Une écriture et des illustrations magnifiques, un conte initiatique et insolite, un univers abracadabrant… L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur est une véritable perle !

« Pourquoi tu fais ça ? Tu prends toujours tellement de place. Je n’arrive plus à respirer. Tu ne me laisses jamais respirer. Tu dois t’en aller. Tu dois me laisser. Tu… tu me fais mal. »

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur, Séverine Gauthier (scénario) et Clément Lefèvre (dessin). Soleil, coll. Métamorphose, 2016. 92 pages.

lepouvantable-peur-depiphanie-frayeur-extrait-2

Axolot : histoires extraordinaires & sources d’étonnement, volume 3, de Patrick Baud (2016)

Axolot T3 (couverture)Depuis des années, j’adore le blog Axolot tenu par Patrick Baud, je suis toujours enchantée à la parution d’un nouvel article, je l’ai suivi sur YouTube lorsqu’il a commencé les vidéos. Pourtant, c’est seulement avec ce troisième tome que je découvre Axolot en BD. Je peux tout de suite vous dire qu’il va falloir que je rattrape mon retard vis-à-vis des deux premiers volumes.

Un singe aiguilleur de train ? Un ouvrage écrit à quatre mains, celle d’un moine et celles… du Diable ? Un bandit raté qui connut un étrange succès une fois mort ? Un fantôme qui témoigne à un procès ? Ou encore d’étranges villages où les habitants s’endorment sans raison ou voient en noir et blanc ? Tout cela et plus encore se trouve derrière la belle couverture de ce troisième tome d’Axolot

Ce volume contient plusieurs histoires développées en bandes dessinées, tirées du blog ou inédites. Qu’elles soient connues ou non, c’est toujours un plaisir de les (re)découvrir. Entre ces histoires s’intercalent des pages avec des messages codés non résolus à ce jour ou des « Cabinets de curiosités » qui proposent des anecdotes courtes sur divers sujets. Le tout est passionnant et parfois sidérant. D’autant plus que, même si c’est parfois difficile, il ne faut pas oublier que tout est vrai !

Côté illustrations, à part Boulet qui ouvre le livre, je ne connaissais pas la plupart des dessinateurs et dessinatrices qui se sont révélés pour la majorité être talentueux. Ils s’approprient tous leur histoire, la racontant avec humour ou sérieux, s’en tenant aux faits ou brodant suivant leur imagination. Les styles de chacun se côtoient et cette diversité donne lieu à de belles découvertes, même si le trait de certains artistes me touche moins que d’autres.

Axolot, c’est une foire de l’étrange, un cirque du bizarre, bref, un beau recueil à la fois fascinant et déroutant qui ne peut qu’étonner. Pari réussi pour Patrick Baud, on se régale !

« Le point rouge entre toutes ces histoires, c’est qu’elles sont vraies, et qu’elles font clignoter en rouge ma case préférée du cerveau : celle de l’étonnement. Avec Axolot, je me suis fixé pour objectif de dénicher ce genre de faits extraordinaires, et de transformer vos cerveaux en stroboscopes. »

Introduction de Patrick Baud

Axolot : histoires extraordinaires & sources d’étonnement, volume 3, Patrick Baud. Editions Delcourt, 2016. 124 pages.