C’est le 1er, je balance tout ! # 68 – Août 2022

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Romans

Lectures graphiques

Côté Top… Pas forcément coup de cœur, mais plusieurs bonnes lectures avec peut-être une préférence pour The Jungle Book dans la magnifique édition signée MinaLima.

Côté Flop… La cantatrice chauve d’Eugène Ionesco (découvert dans une version audio lue par l’auteur). Certains passages sont amusants, la diction de Ionesco la rend agréable à écouter, mais c’est définitivement trop absurde pour moi.

Ces livres que je ne critiquerai pas davantage

Bienvenue au club, de Jonathan Coe (2001)

Bienvenue au club (couverture)Typiquement le genre de livre que je suis incapable de chroniquer, faute de savoir qu’en dire. Je n’avais pas été emballée plus que ça par La pluie, avant qu’elle tombe, mais ayant celui-ci dans ma PAL, je voulais laisser une autre chance à cet auteur. La lecture n’a pas été déplaisante, l’écriture est agréable à lire, j’ai apprécié suivre le quotidien des différents personnages dans le paysage de l’Angleterre des années 1970 (entre attentats de l’IRA, grèves, punk et mouvements racistes) et l’insertion de lettres, articles, interviews ici ou là, mais je doute de m’en rappeler bien longtemps. Me voilà un peu embêtée car ce livre fait partie d’un ensemble de trois romans reprenant les mêmes personnages. Or, d’une part, je ne suis pas certaine que ce soit bien utile d’y consacrer beaucoup plus de temps étant donné l’enthousiasme tiède que cette lecture m’a inspirée ; mais d’autre part, une part de moi est un peu curieuse de connaître la suite de leur vie (et notamment ce qu’il est advenu de l’une d’elle, étant donné que nous avons un indice que les protagonistes n’ont pas). Je suis donc dans un entre-deux un peu dubitatif quant à la suite à donner à cette lecture…

Côté challenges…

  • Les Irréguliers de Baker Street : + 0, soit 53/60 ;
  • Les 4 éléments : + 0, soit 19/20 ;
  • Les classiques, c’est fantastique : j’ai passé mon tour pour ce mois-ci et son invitation à découvrir la littérature de l’Amérique Latine ;
  • Un genre par mois : la thématique était classique ou pièce de théâtre, j’ai lu un classique (The Jungle Book), une pièce de théâtre (Cendrillon) et une pièce classique (La cantatrice chauve) ;
  • En sortir 22 en 2022 : 11/22 (+ 2 avec The Jungle Book et Bienvenue au club) ;
  • PAL : 37 + 2 – 5, soit 34 (puis-je rêver d’en voir le bout d’ici la fin de l’année ?).

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Mathilde du blog Critiques d’une lectrice assidue m’a donné très envie de découvrir le dernier roman (en vers libres toujours) de Sarah Crossan, Here is the Beehive. J’ignorais qu’il mettait en scène des personnages adultes avec des thématiques « adultes » et je suis assez curieuse de la découvrir dans cette tonalité.

Steven du blog Maven Litterae poursuit son exploration autour des sorcières et a eu un coup de cœur pour la pièce de théâtre Les sorcières de Salem d’Arthur Miller. Un titre que j’avais déjà envie de découvrir, envie décuplée après sa chronique plus qu’enthousiaste !

Si je n’ai pas participé ce mois-ci (je ne sais pas pourquoi, je n’ai jamais été attirée par la littérature hispanophone ou lusophone, peut-être à cause de rendez-vous manqués dans ma jeunesse avec Isabel Allende et Paulo Coelho…), j’ai lu avec plaisir les chroniques des autres participantes au RDV « Les classiques, c’est fantastique » et je suis presque tentée face à la critique émerveillée de la Barmaid aux Lettres sur Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez. Un jour, j’essaierai.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Je me suis lancée dans la lecture du webcomic Lore Olympus de Rachel Smythe. C’est la première fois que j’en lis en ligne et j’apprécie de lire quelques épisodes de temps en temps. C’est une version revisitée de l’histoire d’Hadès et Perséphone (la mythologie grecque a le vent en poupe !) et, sans être totalement fan, j’avoue que c’est un peu addictif et que j’ai bien envie de connaître la suite.

Lore Olympus (

Toujours un plaisir de retrouver La Lune Mauve et ses longs articles ! Cette fois, elle m’a convaincue de laisser une chance à Better Call Saul (qui avait été abandonné après la première saison) et à The Sandman (mais d’abord, relecture des comics !) dès que j’aurai repris un abonnement Netflix (c’est-à-dire dans quelques mois).

***

  1. Mes petits bonheurs.

Ma nouvelle passion : faire les premiers cartons ! Ça sent le déménagement, le renouveau, les projets et j’ai vraiment hâte de quitter la ville pour retourner à la campagne. (Accessoirement, on n’a pas fini de porter des cartons de livres…)

Et puis, sinon, comme d’habitude, des petits bonheurs en pagaille : cueillir (et manger) nos tomates cerises, observer les écureuils, lire en anglais et écouter des livres audio, un brownie bien fondant, des jeux de société et des pizzas, du temps avec des personnes que j’adore, faire des projets à gogo…

Je vous souhaite un bon mois de septembre (bientôt, l’arrivée de l’automne, enfin !)

C’est le 2, je balance tout ! # 67 – Juillet 2022

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Romans

(Le premier est Le Chancellor de Jules Verne.)

Et dans mon intégrale de Zweig, j’y ai pioché la nouvelle La Peur !

Zweig - Romans et nouvelles (couverture)

Lecture graphique

Le Jardin, Paris

Album

La bergère aux mains bleues (couverture)

Côté Top… J’ai vraiment adoré Onirophrénie de Rozenn Illiano. Ce nom revient souvent sur le blog (et ce n’est pas fini car j’en ai encore un autre dans ma PAL et beaucoup à lire de toute manière), mais j’ai hâte de vous en parler car je crois bien qu’il fait partie de mes favoris. 

Côté Flop… Un flop, pas tout à fait, mais ma lecture du Pavillon d’Or de Yukio Mishima, heureusement partagée avec Alberte Bly, n’a pas été aussi satisfaisante qu’espéré.

Ces livres que je ne critiquerai pas davantage

Le Jardin, Paris, de Gaëlle Geniller (2021)

Le Jardin, Paris (couverture)Les couleurs chaudes, les fleurs, la lumières de ces planches nous entraînent dans un univers chaleureux à la rencontre de Rose. Le dessin sublime les tenues, les décors, les expressions ; le tout est plein de vie et de mouvement. Une histoire toute douce sur le fait d’être soi-même, d’écouter ses envies et ses impulsions, de rester fidèle à soi-même et ainsi subjuguer les autres. J’ai aimé la tendresse entre les personnages, la solidarité entre les « fleurs » du Jardin, la timidité d’Aimé. J’ai apprécié qu’il n’y ait pas de drames. Les histoires sur l’homosexualité ou la transidentité (quel que soit le support) comportent généralement au moins un passage avec une trahison, de la cruauté, de la violence, etc. C’est tellement courant que je l’ai ici pressenti plusieurs fois, mais ce n’était pas le cas et, en plus d’être original, ça fait du bien. C’est atypique, une histoire sans réelle péripétie, sans obstacle fort, c’est presque une histoire d’ambiance finalement. Ça ne prendrait probablement pas à chaque fois, mais cette fois, j’ai totalement accroché à ce magnifique roman graphique, à la fois positif et riche, porté par une histoire tendre et des personnages que l’on rechigne à quitter !

Côté challenges…

  • Les Irréguliers de Baker Street : + 0, soit 53/60 ;
  • Les 4 éléments : + 0, soit 19/20 ;
  • Coupe des 4 maisons : 1745 + 710 points = 2455 points pour Serdaigle (et fin du challenge !) ;
  • Les classiques, c’est fantastique : Le Chancellor de Jules Verne ;
  • Un genre par mois : pas de thriller/polar pour moi ;
  • En sortir 22 en 2022 : 9/22 (+1 avec Le Pavillon d’Or) ;
  • PAL : 39 + 0 – 2, soit 37.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Ada m’a intéressée avec Une histoire de genres de Lexie qui semble être une bonne entrée en matière pour déconstruire les préjugés. Ça semble être un essai très accessible comme je les apprécie étant donné que j’en lis peu.

Avec ces chroniques fort bien argumentées, Natiora a attiré mon attention sur deux romans : Fille de Camille Laurens, un roman qui a l’air passionnant et une autrice que j’avais un peu lu il y a plusieurs années et plus du tout depuis, puis La Rivière de Peter Heller (dont j’avais beaucoup aimé le roman post-apo contemplatif La constellation du chien). La preuve qu’il ne faut pas se fier à la couverture que je trouve très peu attirante alors que ce roman a tout pour me plaire.

Une Comète du blog Aux bouquins garnis m’a appris que Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway n’était pas du tout le pavé que j’imaginais et que ça pourrait être une lecture très riche. En passant, elle a confirmé mon désir de retrouver Victor Hugo avec, pourquoi pas, ses Travailleurs de la mer qui, sans surprise, semble promettre une lecture intense et marquante une nouvelle fois.

J’avais déjà entendu du bien de Magic Charly d’Audrey Alwett, mais La Choupaille nous parle cette fois des Poisons de Katharz et de ses échos pratchettiens. Comme toujours avec elle, impossible de ne pas être emportée et convaincue par son enthousiasme et la richesse de sa chronique !

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

J’ai lu plein de chroniques littéraires, mais du coup, je n’ai rien pour cette section. Tant pis !

***

  1. Mes petits bonheurs.

Je pourrais même parler de grands bonheurs puisque j’ai été comblée par ce mois de juillet en dépit des mauvaises nouvelles mondiales et de la canicule qui tente encore d’avoir ma peau.

J’ai été diplômée du CAP Accompagnant éducatif petite enfance (ex-CAP Petite enfance) après un an de formation, de stages et de reconversion professionnelle.

Je suis partie en vacances sur l’île d’Oléron avec mon compagnon, mon neveu et ma nièce et c’était bien chouette de se baigner dans l’océan, de faire découvrir plein de choses aux enfants et de passer toute une semaine ensemble.

Et enfin, après quelques péripéties, une grosse déception, du suspense côté banques, nous avons signé le compromis pour l’achat de notre future maison à la campagne !

J’espère que vous survivez à la chaleur, qu’elle ne vous empêche pas trop de lire et que vous faites encore et toujours de belles découvertes !
Je souhaite de bonnes vacances à toutes celles et ceux qui en ont !

Causons Challenges !

Vu que ça devient un peu le bazar question challenges – et que je suis à deux doigts de m’y perdre – je me fends d’un petit récapitulatif (qui me sera plus utile qu’il ne vous intéressera).

♦ Challenges illimités dans le temps ♦

Les Irréguliers de Baker Street : 53/60
Les Irréguliers de Baker Street

♦ Challenges limités dans le temps ♦

Les Classiques, c’est fantastique !
Une chronique tous les mois (ou presque) sur une thématique donnée.

En sortir 22 en 2022 : 11/22

Un genre par mois

♦ Petits défis sur Babelio ♦

~

♦ Et puis, il y a les challenges personnels, mais non écrits… ♦

Vider ma PAL est un objectif constant. Après tri et comptage (en excluant mes œuvres complètes et autres classiques), il reste 37 livres dans ma PAL.

J’ai aussi l’envie d’explorer d’autres littératures, de découvrir d’autres nationalités que le triumvirat omnipotent formé par la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni. En effet, avisant ma carte des auteurs et autrices sur Livraddict, j’ai été effarée par ces étendues blanches que sont l’Afrique et l’Amérique du Sud (l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient et l’Asie ne sont guère mieux lotis, c’est misérable…). J’ai ainsi l’envie de voyager à travers le monde entier, livre après livre, page après page, et corriger ce honteux constat. Ma liste des pays du monde est constituée et je suis parée pour le départ. Cependant, je ne me fais pas d’illusions, je sais que mon odyssée sera lente, très lente…
Les nouveaux pays visités depuis le lancement de ce challenge personnel : Hongrie, Arménie, Afghanistan, Groenland, Estonie.

♦ Editions passées, challenges terminés ♦

Et vous, participez-vous à des challenges ?

 

C’est le 1er, je balance tout ! # 66 – Juin 2022

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Romans

Non fiction

Lectures graphiques

Côté Top… Peut-être parce que c’est ma dernière lecture en date, je ne me remets pas de ma lecture de L’odyssée des fourmis d’Audrey Dussutour et Antoine Wystrach, ce documentaire m’a passionnée de la première à la dernière page. Mais j’ai également adoré le dernier tome de Town, Clairvoyants, de Rozenn Illiano, ainsi que ma lecture – tardive – de Sorcières de Mona Chollet.
Côté bulles, mon amour pour Heartstopper d’Alice Oseman est inébranlable !

Côté Flop… Disons que je ne vous recommande pas La sonate à Kreutzer pour découvrir Tolstoï (même si vous avez déjà lu Tolstoï, je ne le recommande pas davantage pour être honnête).
Côté bulles, ce ne sont pas vraiment des flops, mais j’ai moins accroché à la fin de L’Enfant et le Maudit de Nagabe et je n’ai pas été aussi enchantée que je le souhaitais par Raven & L’ours de Bianca Pinheiro.

Ces livres que je ne critiquerai pas davantage

Parlons en deux mots de mes lectures graphiques du mois qui ont été tellement nombreuses que j’abandonne illico l’idée de les chroniquer davantage.

Blacksad, T1 (couverture)Blacksad, tome 1, Quelque part entre les ombres, de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido (2000)

Enfin, je prends le temps de découvrir cette œuvre culte de la BD et je ne suis pas déçue du résultat. L’histoire nous entraîne dans un polar en bonne et due forme (moi qui côtoie peu le genre, c’était dépaysant malgré les codes bien respectés), l’ambiance est bien sombre comme on aime, mais ce sont avant tout les dessins, absolument sublimes, qui m’ont enchantée. Certains découpages, certains cadrages sont fantastiques, et les animaux anthropomorphes de Juanjo Guarnido (qui m’avait déjà convaincue avec Les Indes fourbes) sont superbes à commencer par son héros charismatique.

Blacksad, T2 (couverture)Blacksad, tome 2, Artic-Nation, de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido (2003)

Toujours aussi fan des dessins, je me suis parfois attardée longuement sur une case, admirant tel trait, telle couleur, telle expression vivante. L’histoire – ici marquée par le racisme et la ségrégation – est toujours prenante, les personnages sont peut-être davantage approfondis, mais j’ai néanmoins un peu moins accroché. Peut-être à cause d’une impression de déjà-vu… Quoi qu’il en soit, j’ai adoré malgré tout et je suis impatiente de lire la suite…

Ne m'oublie pas (couverture)Ne m’oublie pas, d’Alix Garin (2021)

Une histoire bouleversante autour de la maladie d’Alzheimer. Un road-trip avec une grand-mère et sa petite-fille qui permettra aux deux femmes de s’aider mutuellement, de se découvrir un peu plus, de partager des derniers souvenirs malgré la mémoire qui fout le camp. De se dire adieu également, pour un avenir peut-être un peu moins douloureux. Beaucoup de douceur tant dans la narration – en dépit de bons gros coups durs – que dans le dessin. Une lecture riche en émotions.

L'enfant et le maudit T11 (couverture)L’Enfant et le Maudit (tomes 7 à 11, série terminée), de Nagabe (2019-2021)

J’avais été conquise par cet univers sombre et cette narration quelque peu contemplative lors que ma critique des sept premiers tomes en 2020. Cependant, la reprise a été un peu plus compliquée. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, ayant oublié des choses au fil des mois, et j’avais le sentiment de tourner en rond. Sans trop savoir où j’allais, j’ai laissé les pages se tourner, errant aux côtés de Sheeva et du Professeur, parfois aussi déconcertée qu’eux, aussi perdue qu’eux. Cette fin me laisse un peu mitigée, en dépit de sa douceur. Je garderai sans doute un souvenir plus marqué des sentiments engendrés par les premiers tomes que par les derniers, mais la faute incombe peut-être au temps écoulé entre mes lectures… Un manga original, poétique et quelque peu mystérieux que je relirai peut-être un jour d’une traite, afin de mieux le savourer jusqu’à la dernière miette.

Imbattable, T3 (couverture)Imbattable, tome 3, Le cauchemar des malfrats, de Pascal Jousselin (2021)

Toujours incroyable d’inventivité, j’aime toujours autant ces BD qui jouent avec les codes de la bande-dessinée de manière magistrale (j’avais déjà parlé des deux premiers tomes). Pascal Jousselin parvient à se réinventer, à introduire de nouveaux personnages aux pouvoirs réjouissants, de nouveaux effets, de nouveaux univers, ce qui fait envoler la moindre idée de lassitude ou de déjà-vu. J’avoue m’être parfois fait des nœuds au cerveau en essayant d’imaginer par quel bout l’auteur commençait ces histoires vu l’entremêlement des causes et des conséquences et le chamboulement de la linéarité. Bref, immense plaisir que de lire Imbattable !

Raven & L'ours, T1 (couverture)Raven & L’ours (tomes 1 à 3), de Bianca Pinheiro (2017-2021)

C’est chez Alberte que j’ai découvert ces bandes-dessinées qui promettaient « une bulle de douceur visuelle et un duo plus attachant tu meurs ». Ce avec quoi je suis tout à fait d’accord. Cependant, je n’ai pas été aussi conquise qu’elle : c’est très sympathique, très mignon, mais il m’a manqué quelque chose. Quoi, je ne saurais le dire exactement. Est-ce dû à la forme originelle en épisodes sur internet ? Peut-être. En tout cas, je les ai lus trop rapidement, sans réellement m’attacher aux autres personnages que le duo principal, en étant toujours un peu frustrée de leur rapidité, du manque de développement. L’humour, parfois absurde, ne m’a pas touchée à chaque fois, mais j’ai apprécié le jeu des innombrables références à la pop culture – Zelda, Popeye, Mario, Sherlock Holmes – et aux contes (qui sont surtout destinées aux adultes ou aux grands enfants, l’un n’excluant pas l’autre…) ainsi qu’une mise en abyme originale dans le premier tome.

Mais aussi…

  • Au grand air (tomes 5 et 6), d’Afro: un manga cocooning et contemplatif à base de beaux paysages, d’amitié et de bons petits plats partagés (et de conseils camping) ;
  • L’atelier des sorciers (tomes 8 et 9), de Kamome Shirahama: un plaisir de repartir un petit coup dans cet univers (mais deux tomes, ça passe vraiment trop vite) et de retrouver tous ces personnages. J’ai trouvé que le personnage de Coco gagnait en épaisseur, notamment dans les questions qu’elle se pose dans la confrontation aux autres enfants émerveillés par la magie comme elle l’était autrefois, interrogeant les règles et leurs raisons d’être. J’ai hâte de voir la suite de l’histoire !
  • Heartstopper (tomes 3 et 4), d’Alice Oseman: suite et fin d’une relecture toujours aussi géniale. N’étant pas très originale, je suis, comme beaucoup, totalement sous le charme de ces romans graphiques, totalement sous le charme de Nick et Charlie (mais aussi de Tara, Darcy, Elle…), totalement sous le charme de la série (même si ma préférence reste pour leur avatar de papier). Bref, à chaque fois, me voilà prise aux tripes !

Côté challenges…

  • Les Irréguliers de Baker Street : + 0, soit 53/60 ;
  • Les 4 éléments : + 0, soit 19/20 ;
  • Coupe des 4 maisons : 1705 + 205 points = 1910 points pour Serdaigle ;
  • Les classiques, c’est fantastique : La Sonate à Kreutzer, de Léon Tolstoï;
  • Un genre par mois : de la non-fiction avec Sorcières : la puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet et L’odyssée des fourmis, d’Audrey Dussutour et Antoine Wystrach ;
  • En sortir 22 en 2022 : 7/22 (+1)
  • PAL : 40 + 2 – 1, soit 39.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Le rendez-vous littéraire « Les classiques, c’est fantastique ! » est toujours l’occasion de faire de belles découvertes chez les autres participantes, même si notre propre lecture n’est pas si formidable. Par exemple, lors du « Tour d’Europe » du mois de mai, Natiora a attiré mon attention sur Alexis Zorba de Nikos Kazantzakis, un roman qui l’a clairement émerveillée ! A la lecture de sa chronique, on ne peut qu’avoir envie de partager son émotion.

J’ai découvert la chronique de La Choupaille Lit sur le roman Entre troll et ogre de Marie Catherine chez Alberte Bly, mais son article est si intéressant, si complet et surtout si alléchant que je ne résiste pas à l’envie de le partager à mon tour. Merci La Choupaille et merci Alberte !

Parmi les titres qui me font de l’œil en ce moment se trouve l’anthologie de fantasy animalière Féro(ce)cités parue aux éditions Sillex. Et la chronique du Syndrome Quickson comme toujours parfaitement argumentée n’a fait qu’amplifier mon envie de la découvrir !

L’émotion et l’émerveillement de Steven, du blog Maven Litterae, vous donneront à coup sûr l’envie de découvrir (ou de relire) le sublime Chant d’Achille de la talentueuse Madeline Miller.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

J’ai beaucoup aimé découvrir la chronique de Lily lit (super chroniqueuse cinéma en dépit du nom de son blog) sur Mother ! de Darren Aronofsky. Malgré son avis pas totalement convaincu, c’est un film que j’ai, suite à sa critique, encore plus envie de découvrir par moi-même tant il semble partager ses spectateurs.

***

  1. Mes petits bonheurs.

Je suis absolument sidérée d’avoir lu non pas un mais deux ouvrages de non-fiction en un seul mois ! Je ne sais même pas à quand remonte ma dernière lecture de non-fiction : vu comme le temps file (oui, j’ai quatre-vingt-dix ans en fait), je ne serais même pas étonnée si on me disait que ça fait plus d’un an. Voire deux.

Un escape game suivi d’un goûter et de quelques jeux de société. Les orages interminables. Une plante qui fleurit pour la première fois depuis plusieurs années. La saison 1 d’Heartstopper (regardée deux fois…). Un vide-grenier pour le moins venté. Un amigurumi doucement repris.

Et des projets qui se concrétisent doucement…

Et vous ? Comment s’est déroulé votre mois de juin ?
Avez-vous fait de belles découvertes ?

C’est le 1er, je balance tout ! # 65 – Mai 2022

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Romans

Lectures graphiques

(Petite relecture qui fait du bien d’Heartstopper)

Côté Top… J’ai eu une excellente surprise avec le premier tome des Mémoires de la forêt, Les souvenirs de Ferdinand Taupe, de Mickaël Brun-Arnaud, illustré par Sanoe.

Côté Flop… Pas de réel flop ce mois-ci (si ce n’est la fin des Mystères d’Udolphe !). La louve boréale, de Núria Tamarit, est sans doute l’ouvrage qui m’a le moins convaincue.

Côté challenges…

  • Les Irréguliers de Baker Street : + 0, soit 53/60 ;
  • Les 4 éléments : + 0, soit 19/20 ;
  • Coupe des 4 maisons : 1245 + 460 points = 1705 points pour Serdaigle ;
  • Les classiques, c’est fantastique : Les mystères d’Udolphe, d’Ann Radcliffe ;
  • Un genre par mois : de la littérature jeunesse avec Mémoires de la forêt : Le souvenirs de Ferdinand Taupe, de Mickaël Brun-Arnaud, illustré par Sanoe ;
  • En sortir 22 en 2022 : 6/22
  • PAL : 45 + 1 – 6, soit 40.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Steven du blog Maven Litterae a attiré mon attention sur un titre que j’aurais sans doute longtemps dédaigné sans sa chronique : il s’agit de La Religieuse de Diderot. Ce titre, associé à ce nom, me laissait attendre quelque chose de très différent ; grâce à lui, La Religieuse a rejoint ma wish-list des classiques !

Alberte étant toujours de bon conseil, je guette ses chroniques avec attention et sa dernière en date m’a donné envie de découvrir une nouvelle autrice, Morgane Caussarieu, avec son roman Vertèbres. Les personnages, l’intrigue, l’atmosphère… il semble tout avoir pour me faire passer un très bon moment !

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

J’ai beau ne jouer à aucun jeu vidéo en ce moment, ça ne m’empêche pas d’alimenter ma wish-list. Les derniers entrés sont deux jeux apparemment très poétiques, contemplatifs et mélancoliques, FAR : Lone Sails et Changing Tides, présentés par une autre blogueuse toujours très persuasive, Hauntya ! Après l’avoir lue, j’ai eu très envie d’embarquer pour ces voyages insolites…

***

  1. Mes petits bonheurs.

Une chouette lecture commune de La rivière pourquoi avec Maned Wolf. Une après-midi jeux. La Salle de l’Écho de La Chaise-Dieu. Des fous rires qui font du bien. Des écureuils, des chevreuils, des lièvres, des lapins et un renard. Planter des pieds de tomates. Regarder pousser ma Monstera. Écouter les oiseaux chanter et la pluie tomber.

Je vous souhaite un beau mois de juin, de belles découvertes livresques, cinématographiques, ludiques ou que sais-je encore, et surtout de jolis moments !