C’est le 1er, je balance tout ! # 10 – Octobre 2017

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Côté Top, comment choisir ? Mes lectures ont été excellentes ce mois-ci. Ma plus grande découverte est sans aucun doute La guerre des salamandres de Karel Čapek, chef-d’œuvre de science-fiction, choisi (presque) au hasard dans une librairie alors que j’étais en panne de livres loin de ma PAL. Un roman visionnaire et politique publié en 1936 qui m’a tout simplement scotchée et dont je vous parle la semaine prochaine.
Mais il y a aussi ma relecture du troisième tome de A la croisée des mondes de Philip Pullman, la fin de l’attente avec le troisième tome de Génération K de Marine Carteron qui a eu le bonheur de me surprendre, le plaisir des retrouvailles avec Neil Gaiman et son Monarque de la vallée, le coup de cœur attendu de la Lettre à celle qui lit mes romances érotiques, et qui devrait arrêter tout de suite de Camille Emmanuelle et enfin le nouveau sublime roman en vers libre de Sarah Crossan, Moonrise.
Donc.
Comment choisir ?

Lyra et les oiseaux (couverture)Côté Flop, sans aucun doute, c’est Lyra et les oiseaux de Philip Pullman, qui remporte la palme. Une nouvelle qui prend place à Oxford deux ans après les événements du tome 3 de A la croisée des mondes. C’est très court, peu étoffé. Des documents sont étrangement insérés dans le livre et se révèlent franchement inutiles. L’histoire en elle-même n’a que peu d’intérêt et la brièveté du récit fait que je n’ai pas eu le temps de m’y intéresser.

 Côté challenges,

  • Coupe des 4 maisons : 240 + 480 points, soit 720 points pour Serpentard ;
  • Les Irréguliers de Baker Street : + 3, soit 18/60.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Charmant Petit Monstre m’a donné envie de me replonger dans l’œuvre de Cormac McCarthy (et de découvrir enfin ceux que je n’ai pas encore lus) grâce à sa chronique de No Country for Old Men.

Je ne suis pas dingue de nouvelles et pourtant, Le vent dans les pages m’a convaincue avec sa critique de Mort(s), un recueil publié par Les Artistes Fous. Cet ouvrage dont l’univers a tout pour me plaire m’intrigue au plus haut point !

Enfin, je ne me suis pas encore penchée sur le dernier Timothée de Fombelle, Neverland, mais si une personne m’a persuadée de le faire sous peu, c’est bien L’oiseau lit avec sa chronique sensible et touchante. Et puis, son écriture est juste magnifique.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Je commence avec « Critères de beauté = ras le bol ! », une vidéo de Maud Bettina-Marie partagée lors du C’est le 1er d’octobre par La Tête en Claire, mais qui fait tellement chaud au cœur, qui est tellement intelligente et tellement motivante qu’il fallait absolument que je la repartage.

Je suis tombée, je ne sais comment, sur cette BD de Mirion Malle publiée sur son blog Commando Culotte en septembre 2016, « L’impunité des hommes (célèbres) ». J’ai notamment été sciée par la liste qu’elle fait à la fin. Leurs actes n’ont aucune conséquence sur leur carrière ou l’amour du public pour eux, la plupart des faits sont d’ailleurs tout à fait ignorés du grand public (même les accusations portées à Woody Allen m’étaient passées sous le nez jusqu’à cet été, je sais que je vis parfois loin de la Terre, mais quand même…). Une petite bande dessinée très instructive.

Buffy Mars nous parle de l’écriture inclusive : c’est clair, c’est efficace… et ça donne des arguments simples pour celles et ceux qui ont tendance à bafouiller et à oublier toutes les bonnes raisons de faire telle ou telle chose dans une confrontation IRL.

Je remercie aussi Lupiot de m’avoir fait découvrir ce nouveau prix de littérature jeunesse, le prix Vendredi dont j’étais malheureusement complètement passée à côté… (Je suis en plus ravie de constater au vu des commentaires que je ne suis pas la seule à être restée perplexe face à ce nom.)

Enfin, Pauline du blog Histoires vermoulues m’a fait regarder avec tendresse et nostalgie sur ces longues années passées en compagnie d’Harry Potter. Une belle histoire dans laquelle je me retrouve énormément.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

Voyons…
J’ai survécu à Ça. Avec plaisir en plus. (Non, je ne suis pas copine avec les films d’horreur.)
J’ai enfin vu la saison 7 de Game of Thrones ET la dernière saison d’Orphan Black (avec un petit pincement au cœur). Je vais maintenant pouvoir attaquer la saison 3 de Twin Peaks.
Je me suis inscrite au challenge Read in English sur Livraddict pour tenter de lire un peu plus en anglais, plaisir redécouvert récemment avec The Broken Bridge, One et Moonrise. (Dommage, j’ai lu ces livres avant mon inscription.)
J’ai commencé à tenir un journal de lecture. Merci Victoria !

Bref, pas grand-chose comme vous pouvez le voir.

Je me suis également interrogée sur le fait de continuer ou pas le blog car je doute franchement de son intérêt (et mes échecs successifs pour lui offrir une bannière et un avatar dignes de ce nom ne m’ont pas réconfortée). Mais je prends quand même du plaisir à le tenir, ce qui est l’essentiel à mes yeux, je vais donc le maintenir pour l’instant. (Le chanceux a survécu à cette période de doute, il est en sursis jusqu’à la prochaine !)
En revanche, j’ai un peu réduit le rythme de publication, passant d’une chronique tous les trois jours à deux chroniques par semaine (mercredi et samedi). Ainsi, pas de pression, cela étale davantage mes chroniques et me laisse davantage de temps notamment pour lire des pavés et/ou des classiques dont je repousse sans cesse la lecture. J’ai ainsi pu m’attaquer l’énorme brique de Susanna Clarke, Jonathan Strange & Mr Norrell.

Jonathan Strange & Mr Norrell (couverture)

Voilà pour ce bilan mensuel, je vous souhaite à tous un beau mois de novembre et m’en vais de ce pas découvrir VOS bilans !

Publicités

C’est le 1er, je balance tout ! # 9 – Septembre 2017

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Désolée pour ce petit retard, j’ai été absente toute la journée hier et j’ai oublié de programmer l’article samedi, donc j’ai raté le coche, mais me voilà pour le bilan mensuel !

Petit mois pour les lectures (pour cause de vacances, ce qui est une bonne raison), septembre a été le mois des relectures ! Sur cinq livres lus, trois ont été des relectures.

Côté Top, sans aucun doute, ma plus belle (re)lecture fut celle du premier tome d’A la croisée des mondes de Philip Pullman. Des personnages formidables, de l’action, de la réflexion, une critique des religions, une plume très visuelle, cette lecture d’enfance a, une nouvelle fois, été un véritable coup de cœur.

J’ai aussi redécouvert L’œil du loup de Daniel Pennac, un livre que j’ai lu et relu quand j’étais petite et, si mes souvenirs en étaient très flous, ils sont vite revenus, ainsi que mon amour pour ce petit récit, en lisant les noms de Loup Bleu, Flamme Noire et Paillette. Un loup borgne et un petit garçon, un œil fermé, se racontent en image leur histoire qui les a conduit de part et d’autre des grilles d’un zoo. C’est un conte qui fait voyager des neiges de l’Alaska à la chaleur de l’Afrique, une histoire d’amitié et de pertes, de rêves et de réalité. Un récit symbolique et poétique, touchant et triste à la fois, raconté avec beaucoup de tendresse et une pointe d’humour. Magnifique.

« Un œil jaune, tout rond, avec, bien au centre, une pupille noire. Un œil qui ne cligne jamais. C’est tout à fait comme si le garçon regardait une bougie allumée dans la nuit ; il ne voit plus que cet œil : les arbres, le zoo, l’enclos, tout a disparu. Il ne reste qu’une seule chose : l’œil du loup. »

On ne se refait pas, elles m’ont fait de l’œil dans toutes les librairies écossaises, j’ai finalement craqué pour les nouvelles éditions anglaises des trois livres de la bibliothèque de Poudlard. J’ai donc relu Fantastic Beasts and Where to Find Them, ce que je n’avais pas fait depuis un moment. Quatre modifications :

  • Un nouvel avant-propos qui mentionne les événements du film Les Animaux Fantastiques : je pense que l’on peut s’attendre à de nouvelles éditions avec des avant-propos modifiés au fil des sorties ciné, comme le laisse entendre cette phrase : « I am not yet in a position to tell the full story of my activities during the two decades that Gellert Grindelwald terrorised the wizarding world. As more documents become declassified over the coming years, I will be freer to speaker openly about my role in that dark period in our history.» Autant exploiter le filon !
  • Six nouvelles espèces: Hidebehind (Dissimuleur en VF), Hodag, Horned Serpent (Serpent Cornu), Snallygaster, Thunderbird (Oiseau-Tonnerre), Wampus Cat (Womatou). Trois d’entre elles sont des maisons de l’école de magie américaine Ilvermorny (pour une raison qui m’est inconnue, le Pukwudgie (Puckwoodgenie en VF) n’a pas fait son apparition dans le bestiaire).
  • Des illustrations, absentes des premières éditions : les gravures de Tomislav Tomic proposent de découvrir en image certaines des créatures les plus impressionnantes du bestiaire.
  • La disparition des notes de Harry, Ron et Hermione: plutôt logique puisque la première version était supposée être une copie fidèle de l’exemplaire utilisé par Harry à Poudlard, ce qui n’est pas le cas de celui-ci.

J’avoue avoir été sensible à cette nouvelle édition (hardcover en plus !) avec ces belles illustrations qui lui confèrent beaucoup de cachet. C’est toujours plaisant de redécouvrir toutes ces fabuleuses créatures, certaines célèbres, d’autres non. (L’ayant lu en Ecosse, j’ai beaucoup apprécié le clin d’œil à Nessie.)

Côté Flop, rien à signaler, même si The Broken Bridge n’a pas su me captiver autant que Les Royaumes du Nord.

 Côté challenges,
Le 21 septembre s’est achevée cette édition 2017 du challenge de l’été. Avec 30 livres tout pile, je remporte donc le trophée de la tong en or, mais malheureusement, pas le trophée du challenger des sables, n’ayant pas réussi à remplir trois mini-challenges. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois.

Coupe des 4 maisons : 240 points pour Serpentard

  • Pussy Riot Grrrls : Rita Skeeter (un livre dont vous avez posté la critique sur internet (= la catégorie pour les livres inclassables ailleurs)) ;
  • L’œil du loup : Dent-de-Vipère du Pérou (lire le livre le plus court de votre PAL) ;
  • Les Royaumes du Nord : Pensine (lire un livre qui est sorti quand vous étiez enfant) ;
  • Fantastic Beasts : Oubliettes (lire ou relire un des spin-offs de Harry Potter) ;
  • The Broken Bridge : Fourchelang (un livre en VO, hors français).

Les Irréguliers de Baker Street : 15/60

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

N’ayant eu pas tellement d’accès à internet (et aussi autre chose à faire pour être franche), je n’ai pas tellement eu le temps de découvrir vos critiques de septembre. La seule que j’ai mis de côté, découverte en tout début de mois, est celle de La Récolteuse de Mots sur Aurélien de Louis Aragon. Une critique intelligente, pertinente et enthousiaste. Impossible de ne pas avoir envie de le lire après une telle chronique

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Même problème que pour la catégorie précédente. Seulement deux liens à signaler en ce 1er octobre :

  • La BD d’Emma sur la façon dont, suite à sa BD sur la charge mentale, des articles ont fleuri… souvent pour mettre les femmes en tort ;
  • L’article de Marion sur « Des réalisateurs et des films » dans lequel elle évoque ses 50 réalisateurs préférés, de quoi repartir avec une bonne liste de films à voir !

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

JE SUIS ALLÉE EN ECOSSE !

Voilà.

C’était parfait. C’était magnifique, c’était sauvage. Il faisait beau et j’ai eu chaud (je pensais que l’Ecosse aurait un climat pour moi, mais non, il fait encore trop chaud), mais on s’en fiche parce que c’était beau. Il y avait des moutons, des lapins, des vaches à poil longs et des cerfs *mode gamine activé* et c’était chouette. La nourriture était délicieuse et j’ai exploré à peu près toutes les librairies présentes sur ma route, mais surtout… Surtout, il y avait la mer, la montagne, les petites routes à une seule voix, le vert et le gris, les couleurs sublimes, les arbres qui commençaient à roussir, la lumière, la gentillesse des Écossais, la solitude, l’Ouest sauvage… Inoubliable.

J’ai fait ma fangirl Harry Potter. Je me suis crue sorcière dans les rues d’Edimbourg, j’ai cherché les noms des livres dans Greyfriars Kirkyard, j’ai vu le Jacobite Train (mais pas le viaduc de Glenfinnan qu’on voit dans le second film, pas eu le temps d’y aller…).

J’ai fait ma fangirl Outlander. J’ai vu Midhope Castle, alias Lallybroch. J’ai vu Doune Castle, alias Castle Leoch, et Hopetoun House, le château du duc de Sandringham. J’ai vu Castle Fraser qui n’a strictement rien à voir avec la série. J’ai vu la tombe des Fraser à Culloden, j’ai d’ailleurs vu le nom de Fraser absolument partout (j’ai donc arrêté de faire « OH ! Fraser ! » au bout d’une semaine).

Bref, c’était fabuleux et une chose est sûre : l’Ecosse sera à nouveau au programme d’un prochain voyage !

Je vous souhaite à toutes et à tous de belles lectures et un beau mois d’octobre !

Tag Je suis une fangirl

Me revoilà avec un nouveau tag ! J’ai été nommée par Dévolivre en avril, autant dire que j’ai vraiment pris mon temps. Mais il faut dire que le choix a souvent été difficile !

Fangirl

  1. Si tu avais la possibilité de correspondre avec un personnage de roman, lequel choisirais-tu ?

Suite à ma relecture des Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire, j’aimerais beaucoup cuisiner Lemony Snicket pour qu’il me dise tout sur VDC, les orphelins Baudelaire et ce fameux sucrier. Bien sûr, notre correspondance serait entièrement cryptée et les messages seraient à récupérer dans des lieux incongrus et connus de nous seuls.

  1. Tu peux inviter un auteur à l’apéro, de qui s’agit-il ?

Avec un auteur (ou une autrice !) dans mon salon, je serais complètement pétrifiée, l’esprit vide, incapable de sortir autre chose que des banalités balbutiantes (cf moi dans les salons du livre…). Mais une moi alternative, pleine d’esprit et de répondant, adorerait recevoir Neil Gaiman, parce que le monsieur est un génie, que j’adore (quasiment) tout ce qu’il fait et qu’il doit être d’excellente compagnie. Ou alors Chimamanda Ngozi Adichie, qui semble en plus toute douce et accessible, avec laquelle je parlerais féminisme pendant des heures.

  1. Si tu devais écrire une fanfiction (une histoire imaginée par un fan, tirée d’un livre déjà existant), de quelle œuvre serait-elle tirée ?

Les fanfictions, ce ne sont pas trop mon truc. Même si je suis déjà tombée sur des bonnes, j’en ai lu si peu que je peux probablement les compter sur mes dix doigts. Mais imaginons… Je vais essayer de varier en citant une autre œuvre qu’Harry Potter (et les multiples aspects du monde des sorciers qui restent à explorer)… Allez ! Les arches encore inconnues de La Passe-Miroir (Christelle Dabos) offriraient un chouette décor pour une nouvelle histoire !

  1. Un de tes livres préféré va être adapté au cinéma (imaginons !), on te propose d’y jouer un rôle, quel personnage choisirais-tu d’interpréter ?

J’adorerais être Ellana (Le Pacte des Marchombres, Pierre Bottero) ! Mais attention, je veux devenir aussi souple, aussi rapide, aussi sportive qu’elle, je ne veux pas d’une doublure ! (Ce tag est une pure fiction finalement.) Sinon, pour un rôle moins sportif, je citerai Célia du magnifique Cirque des rêves. (Mais il faudra aussi un réalisateur de grand talent pour rendre à l’écran la magie subtile de ce merveilleux roman.)

Le Cirque des rêves (couverture)

  1. Un de tes livres préféré a été adapté au cinéma (réellement), néanmoins tu n’es pas d’accord avec le choix de l’acteur/actrice pour jouer un des personnages, de quel personnage s’agit-il et quel(le) acteur/actrice verrais-tu à la place ?

Je ne pense pas que ce soit totalement la faute de l’actrice, mais plutôt celle du scénario, du réalisateur ou de je-ne-qui-d’autre, mais je déteste ce qu’ils ont fait du personnage de Ginny Weasley (Harry Potter, J.K. Rowling, faut-il le préciser ?). Bonnie Wright n’a rien du personnage explosif des livres, cette excellente joueuse de Quidditch qui défend fièrement son indépendance, qui est peut-être petite par la taille mais grande par la puissance de ces sorts, qui s’impose à ses frères, qui prend des décisions. Dans les films, je la trouve molle et nunuche, elle m’agace. Par contre, je passe mon tour pour trouver une autre actrice.

Bonnie Wright

  1. Une de tes séries préférées est terminée mais tu souhaiterais voire une suite publiée. De quelle série s’agit-il ?

Est-ce que c’est de la triche de citer une série qui s’est terminée à cause de la mort de l’auteur ? Parce que j’aimerais beaucoup avoir la suite des Âmes Croisées de Pierre Bottero… Et sinon, je ne sais pas. Parce que oui, j’adore Harry Potter, A la Croisée des mondes, etc., donc on en voudrait toujours plus, mais en même temps, je n’aime pas trop les séries qui s’éternisent sur cinquante tomes.

  1. Voudrais-tu réécrire la fin d’un livre que tu as lu ? Si oui, de quel livre s’agit-il ?

Aucun livre ne me vient à l’esprit. L’épilogue d’Harry Potter était plutôt nul, mais ça ne me traumatise pas plus que ça, donc…

  1. Constitue ta famille « livresque » idéale : père, mère, frère et sœur. Choisis bien !

On serait une famille avec beaucoup de filles ! J’aimerais avoir comme grande sœur la Mort (Sandman, Neil Gaiman) et comme petites sœurs Tippi et Grace (Inséparables, Sarah Crossan).

Comme frères, je ne dirais pas non à Benjamin Malaussène (Au bonheur des ogres, Daniel Pennac) même s’il va nous apporter la poisse et à Sherlock (mais façon Cumberbatch, s’il vous plaît), histoire de mettre un peu d’ambiance.

Pour les parents, la question est plus compliquée… c’est d’ailleurs pour ça que j’ai tant retardé ce tag.
Comme père, je vais choisir M. Bennet (Orgueil et Préjugés, Jane Austen) parce qu’il est compréhensif, généreux et plutôt amusant.
Pour la mère, le choix a été difficile puisque seules des mères indignes me venaient à l’esprit. Molly Weasley (souvent citée) étant bien trop tyrannique et intrusive pour moi, je vais dire Ellana (Le Pacte des Marchombres, Pierre Bottero) parce qu’elle est badass et généreuse à la fois, qu’elle m’aurait toujours poussée à chercher mes limites et que son éducation aurait certainement été totalement féministe !

  1. Pour quelle édition collector dépenserais-tu sans hésiter la moitié de ton salaire ?

Clairement, je ne pense pas que je dépenserai un jour la moitié de mon salaire dans un livre. Déjà pour atteindre la moitié d’un salaire, il faudrait soit que ce soit un livre très très très cher, soit être très très très mal payée. Par contre, je craquerai volontiers pour les belles éditions, notamment celles illustrées par de talentueux artistes.

Je ne tague personne car celui-ci a déjà pas mal tourné, me semble-t-il (et que j’ai la flemme de vérifier qui l’a fait ou non), mais n’hésitez pas à le reprendre ou à me donner vos réponses personnelles en commentaire !

Challenge Coupe des quatre maisons – Année scolaire 2017-2018

Challenge Coupe des 4 maisons

Poudlard, me voilà !

Ce challenge m’avait fait de l’œil toute l’année sur le blog du Tanuki, mais cette fois, j’ai réussi à m’inscrire. Toutes les places étaient malheureusement prises à Serdaigle ou Poufsouffle, maisons qui avaient ma préférence, mais je suis quand même ravie de rejoindre Serpentard pour cette année !
Les items sont extrêmement variés, ça donne très envie. Il va falloir que je fouille ma PAL à la recherche de livres susceptibles de convenir, je vais pouvoir exhumer de sacrées antiquités !

Slytherin logo

***

Total : 790 points

***

Voici les items proposés cette année.

 Année 1 – 10 points

  • Le monstrueux livre des monstres : un livre que vous n’avez pas réussi à terminer
  • Mimi Geignarde : un livre dont vous n’aimez pas la couverture Comme des images, de Clémentine Beauvais
  • Gobelbabil : un livre dont le titre est en anglais (mais dont le corpus n’est PAS en anglais)
  • Maison de Poudlard : un livre aux couleurs de la maison qui vous correspond le MOINS
  • Plume à papote : un livre dont vous entendez parler depuis longtemps
  • Philtre de Romilda Vane : un roman d’amour
  • Mornille : un livre qui coûte moins de 10 euros (hors livres numériques et hors livres d’occasion)
  • Livre invisible de l’invisibilité : un livre auto-édité
  • Reducto : un livre de moins de 150 pages
  • Rictusempra : un livre dont vous avez adoré la fin
  • Oubliettes : lire ou relire un des spin-offs de Harry Potter (Contes de Beedle le Barde, Les Animaux fantastiques, Le Quidditch à travers les âges) Fantastic Beasts and Where to Find Them
  • Choixpeau magique : un livre choisi par quelqu’un d’autre
  • Histoire de Poudlard : un livre que vous avez déjà lu avant
  • Farces pour sorciers facétieux : un livre qui vous a fait rire
  • Le Survivant : un livre dont les chapitres ont des titres (photo à l’appui)
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

Année 2 – 20 points

  • Eckeltricité : un livre numérique
  • Pétards surprises : un livre que l’on vous a offert
  • Obscurus Books : un livre édité dans votre maison d’édition préférée
  • Boursouflet : un livre de poche
  • Chicaneur : un livre publié il y a moins de 3 mois
  • Retourneur de temps : un livre édité l’année dernière (préciser la date)
  • Niffleur : le 1er tome d’une saga
  • Dobby : un livre de fantasy
  • Bal de Poudlard : un livre avec une robe sur la couverture
  • Violette et la Grosse Dame : un livre dont la 4e de couverture est dans la continuité de la 1ère et du dos (preuve à l’appui)
  • Arithmancie : un livre de science-fiction
  • Dudley : un one-shot
  • Dennis Crivey : un livre d’une jeune maison d’édition (moins de 4 ans ; préciser l’année d’ouverture)
  • Brasier obscur : un livre à la couverture en noir et blanc
  • Mrs Pince : un livre que vous avez emprunté
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

Année 3 – 30 points

  • Photographie enchantée : un livre qui a été adapté au cinéma ou en série (ou qui va prochainement l’être)
  • Mandragore : un livre avec des plantes sur la couverture (pas de fleurs)
  • Scrutoscope : un roman d’horreur ou d’épouvante
  • Expecto Patronum : le premier livre publié d’un auteur
  • Collier d’opale : un livre où il est question de malédiction
  • Beauxbâtons : un livre dont l’auteur est français Zen City, de Grégoire Hervier
  • Gallions : un livre qui coûte plus de 18€ Le monarque de la vallée, de Neil Gaiman
  • Avada Kedavra : un livre dont l’auteur est décédé
  • La Trace : un livre dont l’auteur était mineur au moment de sa publication
  • Waddiwasi : 3 BDs/mangas en 24h
  • Grimoire poussiéreux : un livre qui prend la poussière dans votre PAL depuis au moins un an
  • Échecs version sorciers : un livre en lecture commune
  • Cheminette : un livre avec une narration à deux voix ou plus
  • Auror : un roman policier/thriller
  • Alohomora : un livre avec une clé, une serrure ou un cadenas sur la couverture
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

Année 4 – 40 points

  • Sinistros : un livre apocalyptique ou post-apocalyptique
  • Miroir à double sens : un livre éponyme (le titre est aussi et seulement le nom du héros – le nom de la série ou le nom du tome)
  • Hiboux Express : un livre épistolaire
  • Gemino : un livre dont l’auteur porte le même prénom que vous
  • Impasse du tisseur : un livre avec une fin ouverte (ne pas citer le nom du livre)
  • Sphinx : un livre qui traite de la mythologie égyptienne
  • Petrificus Totalus : un livre à la couverture rigide
  • ASPICs : un livre noté 17/20 ou plus sur Livraddict
  • Sainte Mangouste : un livre où le héros principal est malade
  • Journal de Jedusor : une biographie ou une autobiographie
  • Carte du Maraudeur : un livre dans lequel il y a une carte illustrée du monde
  • Coquecigrue : un livre avec un animal mignon sur la couverture
  • Têtembulle : un livre qui se passe sous l’eau ou à proximité
  • Portoloin : un livre qui ne se passe ni en France, ni aux USA, ni en Angleterre, ni dans un monde imaginaire
  • Batteurs : un livre écrit à quatre mains
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

Année 5 – 50 points

  • Champs de citrouilles : un livre terminé le jour d’Halloween
  • Hedwige : un livre à la couverture hivernale
  • Rita Skeeter : un livre dont vous avez posté la critique sur internet (ton blog, Babelio, Livraddict, Booknode, Goodreads, Amazon…) (une preuve pour cet item) Pussy Riot Grrrls, de Manon Labry
  • Véritaserum : un livre tiré d’une histoire vraie
  • Animagus : un livre dont le titre comporte le nom d’un animal existant La guerre des salamandres, de Karel Capek
  • Zabini : un livre dont le titre ou le nom/prénom de l’auteur commence par Z
  • Beedle le Barde : un conte réinventé
  • Vitmagic : un livre sur le développement personnel
  • Bizarr’sisters : un livre dans lequel la musique tient une place importante
  • Croûtard : un livre dans lequel les rongeurs (lapins compris) sont à l’honneur
  • J.K. Rowling : finir un livre lors de la Journée nationale du livre (23 Avril 2018)
  • Gazette du sorcier : un livre dans lequel le journalisme a une place importante
  • BUSEs : un livre noté en dessous de 13/20 sur Livraddict
  • Filet du diable : un livre que vous pensiez aimer mais qui est une déception
  • Cognards : lire deux romans différents d’un même auteur
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

Année 6 – 60 points

  • Salle Janus Thickey : un livre sur le thème de l’amnésie
  • Stupefix : un livre qui vous a bouleversé
  • Drago Malefoy : un livre où le personnage principal est un anti-héros
  • La tapisserie des Black : lire toute une série de BDs/mangas (au moins 4 tomes)
  • Albus Dumbledore : un livre dont l’histoire se passe à la Belle Époque (fin XIXe début XXe siècle)
  • Sombral : un livre que vous commencez avec des préjugés
  • Champifleur : un livre avec un troll dans l’histoire
  • Engorgio : Un livre composé d’au moins 40 chapitres Jonathan Strange & Mr Norrell, de Susanna Clarke
  • Angelina Johnson : un livre où l’héroïne est d’origine afro La sublime communauté, T1, Les Affamés, d’Emmanuelle Han
  • Duel de sorciers : lire deux romans d’une même saga
  • Lumos : un livre sur lequel le titre est écrit en dorure
  • Ordre de Merlin : un livre qui a reçu plusieurs prix littéraires (au moins 2)
  • Ford Anglia volante : un livre de type roadtrip
  • Scrouts à Pétards : un livre dont le titre comporte un néologisme (un mot inventé, propre à l’univers)
  • Nicolas Flamel : un livre dont le personnage principal est une personne âgée
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

Année 7 – 70 points et plus

  • Touffu : une trilogie – 80 points
  • Poursuiveur : une saga entière d’au moins 4 tomes – 90 points
  • Rapeltout : lire ou relire tous les Harry Potter (7 tomes) – 100 points
  • Hermione, sors de ce corps ! : lire au moins 100 livres (maximum 30 mangas/BD confondus) cette année (sont aussi pris en compte les livres lus pour d’autres items) – 150 points
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

La chasse aux dragons – 40 points

  • Boutefeu chinois : un livre d’un auteur originaire de l’Extrême-Orient
  • Cornelongue roumain : un livre engagé Lettre à celle qui lit mes romances érotiques, et qui devrait arrêter tout de suite, de Camille Emmanuelle
  • Dent-de-vipère du Pérou : lire le livre le plus court de votre PAL L’oeil du loup, de Daniel Pennac
  • Magyar à pointes : un livre classé dark (fantasy, romance, thriller, etc.)
  • Noir des Hébrides : un livre avec une flèche sur la couverture
  • Norvégien à crêtes : lire un roman noir scandinave
  • Opalœil des Antipodes : un livre dont l’intrigue se déroule dans 2 pays différents
  • Pansedefer ukrainien : lire le livre le plus gros de votre PAL
  • Suédois à museau court : un livre avec une couverture chargée (avec beaucoup de détails)
  • Vert gallois : un livre qui traite des légendes celtiques
  • Bonus – 50 points : Année complète validée

Items éphémères
Tout au long de l’année, des items à durée limitée vous serons proposés. En lien avec des événements annuels, ils vous permettront de rapporter un bon nombre de points à votre maison si vous le validez dans le temps imparti. Restez à l’affût de toute annonce !

***

Distribution des points (informations importantes) :

Chaque année à Poudlard regroupe 15 items…

  • Plus l’année est importante, plus l’item est difficile et rapporte des points.
  • Vous pouvez choisir les items de votre choix, toutes années confondues. Il n’y a pas d’ordre particulier.
  • Un livre ne peut entrer que dans un seul item. Cependant, pour l’item Hermione, sors de ce corps ! les livres utilisés pour valider d’autres items seront pris en compte.
  • Un item revalidé ne rapporte que la moitié des points et il n’est renouvelable qu’une seule fois (ex : Vous validez l’item Dobby une 2e fois en lisant un 2e livre de Fantasy. Au lieu de vous rapporter 20 points comme la 1ère fois, cet item n’apportera que 10 points à votre maison).
  • Dans notre définition du livre nous incluons : les romans, les pièces de théâtre, les essais, les livres audios, les recueils de poésie, de nouvelles et de contes. Ne seront pris en compte que les livres pouvant être lus à partir de 7 ans.
  • L’attribution des points par la validation d’un item se fera à notre entière discrétion (d’abord votre directrice de maison et, en cas de doute, à la décision unanime des directrices et préfets).
  • Pour faire valider un item, il vous suffit de laisser en commentaire, sous la publication de l’emblème de votre maison, le nom de l’item correspondant, son nombre de points et sa signification, le titre et l’auteur, et si possible une photo du livre en question (exception faite pour l’item Impasse du Tisseur pour lequel, pour des raisons évidentes de spoil, nous vous demandons de ne pas divulguer le titre ni l’auteur du livre). Pour certains items, il sera utile d’ajouter quelques précisions, comme des informations ou des ressentis de lecture (exemple : Pensine).

***

Cet article sera mis à jour au fil des validations et je ferai des points à chaque « C’est 1er. ».
Et vous, participez-vous à ce challenge ?

C’est le 1er, je balance tout ! # 8 – Août 2017

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Côté Top, nous trouvons évidemment Inséparables de Sarah Crossan, un roman en vers libre magnifique et bouleversant.
Parmi mes excellentes lectures du mois, citons la trilogie Le Paris des Merveilles de Pierre Pevel à l’univers riche et magique croisant le Paris de la Belle-Epoque et le surnaturel. Enquêtes, courses et duels, échanges piquants, écriture délicate, humour, les aventures de la baronne de Saint-Gil et du mage Griffont m’ont transportée dans un monde onirique et enchanteur.
Chimamanda Ngozi Adichie a encore su me convaincre avec son essai féministe percutant et pertinent, Chère Ijeawele, tandis que Daniel Pennac m’a séduite grâce à la plume pétillante et cynique d’Au bonheur des ogres.
Enfin, j’ai découvert en Gorazde de Joe Sacco un roman graphique exigeant et dur sur la guerre en Bosnie.

Côté Flop, le premier du mois a été Jamais contente, le premier tome du Journal d’Aurore, de Marie Desplechin. Je ne l’ai pas du tout aimé et il ne sera pas critiqué. J’ai parfois souri avec cette ado qui m’a rappelé quelques souvenirs, mais j’ai fini par être lassée du ton blasé d’Aurore et agacée par ses plaintes perpétuelles. Le second tome faisait partie de ma PAL, mais je ne le lirai pas.
Lotto Girl de Georgia Blain est également une déception. L’univers, potentiellement intéressant, aurait mérité d’être creusé davantage, tout comme ses personnages. Mais surtout, les longueurs qui s’étirent tout au long du roman l’ont transformé en une lecture particulièrement rébarbative. On en reparle plus en détail dans quelques jours.

 Côté challenge, j’en suis à 27 livres pour le challenge de l’été et j’ai validé deux items supplémentaires des Irréguliers de Baker Street :

  • L’Homme à la Lèvre Tordue (un livre dans lequel le personnage principal a une déformation physique) avec Inséparables ;
  • Le Traité Naval (un livre dont l’intrigue est en partie politique) avec Déicide, ou la liberté.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Errer sur les blogs n’a pas été ma principale activité du mois, mais je vous propose tout de même :

  • La chronique très riche et très intéressante de L’oiseau lit sur Alice au pays des merveilles ;
  • Le coup de cœur de Victoria avec Super Sourde, un livre qui semble passionnant et tout mignon ;
  • Charmant Petit Monstre qui m’a donné envie de relire immédiatement Songe à la douceur (ce que je n’ai évidemment pas fait) ;
  • Broco qui m’a bien fait rire avec sa chronique de Forbidden que je ne lirai certainement pas et m’a irrémédiablement accrochée avec Bitch Planet (que je dois absolument lire, que je lirai dès que possible, promis !).

En outre, j’ai aimé retrouver la très belle plume de la Vagabonde sur Envolé de page sur son parcours de lectrice. Un texte très personnel dans lequel beaucoup d’entre nous pourront sans doute se retrouver.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Laissez-moi vous prévenir que le programme n’est globalement pas très réjouissant.

Je vous invite à découvrir l’Endoprojet sur cette maladie encore trop mal diagnostiquée qu’est l’endométriose. L’article de ChEEk Magazine et celui de Sandrine R. concernant la mort de Marilyn Monroe l’ont rendue plus humaine à mes yeux, moins star et plus femme et j’avoue avoir été émue par les mots de Sandrine. Je suis d’ailleurs stupéfaite que les causes de sa mort puissent encore faire parler d’elle plus de cinquante ans après.

Plume de Soie a parfaitement exprimé ce que je pensais avec son article-discussion « Tu peux vraiment changer les choses » publié le 2 août, jour du dépassement. Les gestes dont elle parle sont tellement simples que je trouve révoltant de ne pas les faire. On peut tous faire un petit peu pour la planète.

Un autre article qui m’a touchée est celui BettieRose Books sur sa dépression. Je trouve qu’il faut beaucoup de courage pour se dévoiler ainsi et je pense que cela peut être utile d’en parler pour ne pas tomber dans les phrases toutes faites face à quelqu’un qui va mal. Elle m’a en outre permis de découvrir le sombre travail de Shawn Coss qui a notamment mis en image des maladies mentales et que j’apprécie beaucoup !

Je citerai également Dans mes pensées qui nous parle du harcèlement de rue, Jaddo de l’égalité femmes-hommes et Alfred de la violence (dans les faits et selon notre perception), et c’est très intéressant !

Moi qui ne regarde pas des masses de vidéos, j’ai été passionnée par celles d’Alice in Animation sur les dessins animés. Son bilan n’est pas extrêmement positif, mais le tout est particulièrement instructif.
Idem par celle d’Hugo sur les déformations de nos cartes géographiques traditionnelles. J’avoue avoir été sidérée de redécouvrir la taille réelle de certains pays. Comme quoi, on est bien conditionnés…

Parce qu’il faut rire un peu quand même, je vous propose « Valerian et la cité des mille plantages » de l’Odieux Connard avec qui je suis mille fois d’accord sur ce film sexiste qui m’a hérissé le poil pendant deux heures ! (Je vous en reparle dans trois-quatre jours.) Son intro rejoint totalement la première chose que j’ai dite à mon copain en sortant de la salle.

Un dernier lien et j’arrête. Finissons avec un peu de tendresse avec ce court-métrage absolument juste et tout bonnement craquant : « In a Heartbeat ».

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

J’ai réussi à m’inscrire pour la Coupe des quatre maisons, sur le gong car je suis toujours à la bourre pour ce genre de choses et les maisons se remplissaient vite. Après, l’avoir souvent vu sur le blog du Tanuki, il me faisait vraiment envie pour ses items vraiment très variés. Et puis, c’est Harry Potter ! ♥ J’aurais aimé être à Serdaigle ou Poufsouffle, mais, ces maisons étant déjà prises, je serai à Serpentard pour cette année !

Challenge Coupe des 4 maisons

J’ai fini mon carnet de voyage de l’automne passé, il était d’ailleurs plutôt temps vu que je repars en septembre !

J’en profite d’ailleurs pour vous dire que je serai en Ecosse une bonne partie du prochain mois ! Autant vous dire que je suis excitée comme pas possible à l’idée de découvrir ces paysages qui ont juste l’air renversants !. Je ne serai donc pas tellement présente en septembre, quelques articles programmés seront postés sur le blog, mais pas d’inquiétude si je ne réponds pas aux commentaires, je m’en occuperai dès mon retour !

J’ai d’ailleurs regardé les deux premières saisons d’Outlander pour me mettre dans le bain, j’ai haï Black Jack Randall, je suis tombée amoureuse de la moitié du cast écossais, de leur langue et de leur accent, de leurs kilts, de leur musique et, encore et encore, de leurs paysages. (J’ai hâte, au cas où vous n’auriez pas compris.)

Enfin, j’ai réussi à prendre suffisamment d’avance dans mes chroniques pour programmer des articles tout au long de mes vacances. Efficacité a été mon maître mot pendant ce mois d’août !

Je vous souhaite un bon mois de septembre et de belles lectures !

C’est le 1er, je balance tout ! # 7 – Juillet 2017

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Juillet fut un beau mois de lecture ! Aucun flop, mais uniquement des tops ! Romans jeunesse ou vieillesse, BD, j’ai savouré chacun des ouvrages tirés de ma PAL. J’espère que le mois d’août sera d’égale qualité !

Tous les livres lus ont ou auront leur chronique, à l’exception des trois romans Petite Poche. J’avais déjà fait un article sur ceux qui m’ont fait découvrir cette intéressante petite collection, donc je vais simplement vous dire deux mots ici sur ceux lus ce mois-ci.

L’homme qui parlait pour deux, de Dedieu (2017)
Bob Zigomar, ventriloque, voit sa vie prendre un nouveau tournant lorsqu’il reçoit une nouvelle marionnette, troublante de réalisme. Un texte fantastique, un peu prévisible mais néanmoins bien ficelé, sur les marionnettes et la ventriloquie. Le fantastique et le trouble s’installent page après page : qui manipule qui ?

Et si la mer était bleue ?, de Mikaël Ollivier (2017)
Un garçon rêve qu’il va à la mer. Ah non, une fille rêve d’un garçon qui va à la mer. Ou est-ce un garçon qui rêve qu’une fille rêve de lui allant à la mer ? Des rêves imbriqués à la Inception ? Une histoire à deux voix poétique et onirique qui nous laisse songeur. Et si la réalité n’était pas celle que nous croyons ? Un court récit surprenant sur la puissance de l’imagination.

Rouge, de Mathieu Pierloot (2017)
Seymour, parce qu’il est différent, quitte sa famille pour s’installer seul dans une cahute. Ses amis sont le buffet, la grande horloge, la tasse de faïence… jusqu’à l’arrivée de Rouge, fillette mutique. Une rencontre qui s’inspire du Petit Chaperon rouge en y insérant les objets parlants de la Belle et la Bête. Un texte qui parle de différence, de souffrance, de maltraitance enfantine. Surtout, une amitié silencieuse qui m’a touchée. Les mots sont simples, mais résonnent juste.

Côté challenge, j’ai un tout petit peu progressé dans celui des Irréguliers de Baker Street avec :

  • Le détective agonisant (lire un livre dans lequel un personnage est gravement malade/meurt au début du livre) : Silo
  • Charles August Milverton (lire un livre dont le titre comporte un nom et un prénom) : L’étrange disparition d’Esme Lennox

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

J’ai essayé de me détacher un peu de mon ordi, il y a encore du travail, mais il y a une chose que j’ai complètement oublié de faire, c’est garder dans un coin les chroniques qui m’ont marquée ce mois-ci. J’en ai lu des excellentes, mais pour les retrouver, c’est une autre histoire. Donc je vous mets seulement les liens de deux critiques lues hier :

  • Déjeuner sous la pluie nous parle de La maison dans laquelle de Mariam Petrosyan, un roman qui me faisait déjà très envie, mais son article n’a rien arrangé à cet impérieux désir de découvrir ce livre (en plus, elle y a joint une vidéo très intéressante dans laquelle l’éditeur s’exprime sur son amour des livres, sur ce texte là en particulier, etc.) ;
  • Bouquinetatherapie m’a encore fait baver avec l’œuvre de Chimamanda Ngozi Adichie et L’hibiscus pourpre (promis, je découvre cette autrice très prochainement et reviendrai vous en parler).

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Je ne tiens pas à plomber l’ambiance, mais j’ai trouvé cet article sur les femmes tuées par leur conjoint de Titiou Lecoq – découvert grâce à un précédent « C’est le 1er… » mais pas lu plus tôt – sinistrement passionnant. La violence conjugale et le féminicide sont des réalités tristement sexistes et universelles.

Dans un registre beaucoup plus léger, je suis retombée sur cette vidéo québécoise et je suis pliée à chaque fois. D’autant plus que je suis tout à fait d’accord avec le mec vu que je suis souvent dubitative devant une photo de nouveau-né !

Pour moi qui adore me promener dans les cimetières (parmi les vieilles tombes, pas les récentes toutes proprettes), cet article du Pire blog de voyage au monde m’a donné des idées !

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

J’ai passé du temps en famille. Presque deux semaines à se baigner, à bien manger… et farfouiller dans le grenier pour faire du tri dans les vieilles affaires ! C’est vraiment rigolo de retrouver ses anciens jouets. Mais certains ne comptent pas assez pour moi et partiront en vide-grenier à la première occasion !

Je suis allée au théâtre découvrir le spectacle de Yann Frisch, Le syndrome de Cassandre. Un spectacle comme je les aime : grinçant, perturbant, tragiquement drôle, humour noir, entre le clown, le théâtre d’objet et la magie. J’ai été conquise. Je regrette seulement la durée du show – trop courte – et le fait que, lorsque l’artiste demande au public ce qu’il veut voir, les « A poil ! » fusent aussi vite. L’obsession de voir les gens nus me laissent toujours perplexe surtout dans un spectacle de qualité comme celui-ci.

Frisch

Source : Théâtre du Rond-Point

Oui, j’ai aussi fini la série Downton Abbey. Je n’avais pas vu les deux dernières saisons, je me suis donc offert une rediffusion complète. C’est une série que j’aime beaucoup. Je me suis attachée rapidement à tous les personnages ou presque (même si je les ai à peu près tous détestés pour leur méchanceté envers Thomas dans la dernière saison) et j’ai vraiment été triste de leur dire au revoir. C’est une série qui aura réussi à me faire rire et même à me faire pleurer, chapeau pour toutes ses émotions !

Downton Abbey

Je vous souhaite à toutes et à tous un beau mois d’août et de belles lectures !

C’est le 1er, je balance tout ! # 6 – Juin 2017

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

 Petit mois de juin, mais j’ai bien l’intention de me rattraper en juillet !

 

Pas de flop ce mois-ci mais des top en veux-tu en voilà !
En premier lieu évidemment La mémoire de Babel de Christelle Dabos ! J’ai également relu le tome 2 de La Passe-Miroir et décidément, quel bonheur, cette saga ! (Les gens intelligents ont relu les tomes précédents en mai pour pouvoir se jeter sur le 3 le 1er juin, mais évidemment…)
Restons dans les sagas avec ma relecture d’Illuminae, tome 1 : Dossier Alexander, avant de me jeter sur le Dossier Gemina. Amie Kaufman et Jay Kristoff ont encore frappé fort avec ce second tome très réussi (malgré les légers bémols expliqués dans ma chronique).
Enfin, deux découvertes. La première avec Sandman du talentueux Neil Gaiman. Une totale nouveauté pour moi qui ne suis nullement attirée par les comics, mais Sandman a su me séduire par ses personnages, son histoire et même ses dessins (car le graphisme des comics est l’un des éléments qui me rebutent le plus). Je ne comptais pas me lancer tout de suite dans la suite de la série, mais changement de plan puisque mes gentilles collègues m’ont offert l’intégrale 2 pour mon départ ! (Et pour être franche, je meurs d’envie de tous les avoir avec leurs magnifiques couvertures…). Seconde découverte avec C’est juste un film d’Earl Lovelace, auteur trinadien, une lecture immersive qui m’a fait découvrir cette petite île à travers une multitude de portraits hauts en couleurs.

Concernant les challenges sur le blog, j’ai doucement avancé.
– Deux chroniques pour le Challenge de l’été avec Illuminae et Sandman.
– Trois nouvelles consignes validées pour Les Irréguliers de Baker Street, soit… 8/60 :

  • La Figure Jaune (lire un livre dont la couverture est à dominante jaune) : C’est juste un film ;
  • Les Trois Garrideb (lire le troisième tome d’une saga) : La Passe-Miroir, T3, La mémoire de Babel ;
  • La Deuxième Tache (lire le deuxième tome d’une saga) : Illuminae, T2, Dossier Gemina.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Commençons par deux chroniques atypiques :

  • Celle d’Histoires vermoulues concernant Eugène Onéguine de Pouchkine et Songe à la douceur de Clémentine Beauvais: il s’agit, je pense, de l’une des meilleures critiques en vers – critique croisées de deux œuvres en plus – que j’ai pu lire, ça a été un véritable plaisir de la lire, je la trouve incroyablement réussie, alors, encore une fois, bravo !
  • La seconde sera celle de Saiwhisper sur le Dossier Gemina : elle nous a fait un véritable rapport semblable à ceux du roman et c’est un régal de lire une chronique aussi enthousiaste et originale !

Parlons ensuite d’un tir groupé sur un même roman, The Glass Magician de Charlie N. Holmberg, démonté avec énormément d’humour par Charmant Petit Monstre, Le Brocolis de Merlin, Le petit monde d’Isa et June & Cie (qui est un petit peu moins dure et lui accorde quand même quelques qualités).

Deux autres chroniques pour finir :

  • Celle de La viduité sur Et quelquefois j’ai comme une grande idée de Ken Kesey: ça faisait un moment que ce livre – signé par l’auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou – me faisait de l’œil et sa chronique m’a rappelée que je ne dois surtout pas oublier de le lire à l’occasion ;
  • Celle d’Ambroisie à propos de Dracula de Bram Stocker: dans sa chronique, toujours aussi riche et bien écrite, elle regrette la misogynie et le paternalisme du roman, un aspect qui m’a intéressée et dont je n’ai aucun souvenir (je dois dire, à ma décharge, que je l’ai lu vers 12 ou 13 ans et que mon féminisme n’était pas encore très développé).

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

J’ai essayé de décrocher un peu de mon ordinateur (et je pense que je vais continuer dans cette voie en juillet) et je n’ai pas tellement traîné sur le net. Par conséquent, je n’ai aucune découverte géniale à partager avec vous. Je vais donc vous parler… de livres.

Je suis totalement d’accord avec l’article de Plume de Soie sur la romance omniprésente pour le meilleur et surtout le pire. La romance est un passage presque obligé qui commence à m’irriter. Certes, certaines romances sont adorables (je pense évidemment à Ophélie et Thorn qui me font fondre comme une midinette), mais pour une histoire d’amour intéressante, combien d’autres totalement inutiles ?

Ensuite, un tag pointe le bout de son nez (enfin, il est peut-être vieux, mais je ne le découvre que maintenant) : le tag 100% féministe. Evidemment, c’est le genre de titre qui va tout de suite attirer mon attention et je peux remercier Lupiot d’Allez vous faire lire, Tom de La Voix du livre et Le Brocolis de Merlin pour l’allongement de ma wish-list suite à leurs réponses très intéressantes.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

Euh… J’ai enfin répondu au tag Liebster Award ? Je me suis inscrite à Livraddict pour pouvoir participer au Challenge de l’été ? Non, j’ai dû faire quelque chose de mieux… Mais je ne vois pas. C’était un mois banal. Boulot, métro, dodo. Et en écrivant ça, je réalise que c’est vrai et que c’est horrible et qu’il faut au moins que je raye le métro de ma vie en quittant Paris (quoi, monomaniaque, moi ? Non, ab-so-lu-ment pas !).
Ah si, je suis enfin retournée au théâtre, ça faisait au moins une éternité que je n’y étais pas allée ! Je suis allée voir Le Cercle des Illusionnistes et je vous la recommande vraiment. C’est une pièce écrite et mise en scène par Alexis Michalik, également créateur du magique Porteur d’Histoire (que j’ai vu deux fois sans me lasser) et, si j’ai une préférence pour cette dernière, la magie opère à nouveau. Le principe est le même : quelques comédien.nes, quelques pièces de costumes, quelques éléments de décors, et c’est parti pour un voyage dans le temps. De nombreux rebondissements, de la poésie, et, à la fin, la boucle se boucle. Il faut juste se laisser embarquer par le texte, par le jeu, par l’histoire.

 

Voilà, c’est fini pour ce sixième « C’est le 1er » préparé un peu à l’arrache le 30 juin après-midi. Et c’est avec une pensée pour Simone Veil, une femme extraordinaire qui a tant fait pour la condition féminine, que je vous souhaite un beau mois de juillet à tous et de belles lectures !