C’est le 5, je balance tout ! # 60 – Décembre 2021

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Décembre est généralement un mois vide pour les lectures, étant donné que je passe généralement peu de temps chez moi pendant les vacances. La preuve étant que j’ai traîné un roman de 400 pages pendant plus de deux semaines… Donc trois romans (pas une BD !) pour la première moitié de décembre, voilà tout mon bilan ! (Un mois vide archi-vide cette année…)

Romans

Côté Top… L’avantage d’être limitée à trois romans, c’est que le choix est vite fait et il se porte sur Le ventre de Paris et ce cher Émile qui ne me déçoit pas avec ce roman sensoriel dont je vous parlerai tout bientôt !

Côté Flop… Idem dans ce sens, surtout avec cette Médousa très faible et passive… Une héroïne mythologique pas convaincante pour un sou.

Côté challenges…

  • Les Irréguliers de Baker Street : + 0, soit 52/60 ;
  • Les 4 éléments : + 0, soit 19/20 ;
  • Coupe des 4 maisons : 475 + 80 points = 555 points pour Serdaigle ;
  • Les classiques, c’est fantastique : Le thème du mois portait sur les classiques policiers et j’ai passé mon tour pour ce mois-là tant par manque d’inspiration, de titre correspondant dans ma PAL et de temps !
  • PAL : 52 + 5 – 1, soit 56 (Noël, forcément… heureusement que ce 5 compte trois BD !).

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Oups, je n’ai noté aucun article littéraire ce mois-ci ! J’en ai pourtant lu, mais sans les garder de côté pour ce bilan.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

La Lune Mauve, toujours passionnante, toujours fascinante, a publié un fantastique article bilan sur son InkToBreizh en compagnie de Marius Heureux. L’idée : participer à Inktober en s’appropriant les légendes bretonnes sous l’angle du féminisme. Elle y partage leurs créations et y raconte les légendes associées évidemment, mais cet article explique également leur démarche et choix artistiques, précise les recherches nécessaires, relate la genèse de leur Inktober personnel et les réflexions autour de la publication sur Instagram… Bref, au-delà du fait que leurs dessins sont très beaux, c’est aussi super riche et détaillé sous plein d’aspects.

Saint·e Marin·e par

Chez À livre ouvert, j’ai eu le plaisir de lire un très bel article hommage à l’année 2001 qui a vu apparaître sur grand écran Harry Potter à l’école des sorciers et Le seigneur des anneaux : La communauté de l’anneau. Si je n’ai vu que le premier de ces deux films au cinéma, j’ai néanmoins revécu toute l’émotion et l’enthousiasme qui ont vibré à chaque sortie cette année-là et celles qui ont suivies.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier (ou les petits bonheurs, c’est déjà bien).

 Finir un stage, ravie du temps passé avec ces loustics de moins de six ans.
Passer du temps en famille. Profiter des petits neveu et nièce.
Offrir des cadeaux et en recevoir.
Observer les oiseaux et surprendre biches et chevreuils.
Jouer. Recevoir de nouveaux jeux et jouer encore.
Se promener en profitant du (trop) beau temps.

J’espère que vous avez passé de beaux moments, que vos PAL n’ont pas trop grossies et que la nouvelle année ne s’annonce pas trop pesante pour vous !

Bonnes lectures et à bientôt pour un petit bilan rapide de mes lectures passées et à venir !

C’est le 1er, je balance tout ! # 58-59 – Octobre-Novembre 2021

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Ayant manqué le rendez-vous d’octobre, c’est ici un double bilan que je vous propose, d’où un nombre de lectures bien plus important qu’à l’accoutumée.

Romans

Lectures graphiques

Côté Top… Andrus Kivirähk vole une nouvelle fois la vedette à tout le monde avec Les groseilles de novembre en s’imposant comme la lecture la plus marquante, la plus originale, la plus ébaubissante de ses deux derniers mois.
Rozenn Illiano tient le haut de l’affiche également avec non pas une mais deux romans : Elisabeta qui revisite intelligemment la figure du vampire et Érèbe dont je vous parlerai samedi.
Côté BD, j’ai adoré partir camper avec les filles d’Au grand air. A coup de jolis panoramas, de bons petits plats et de feux de camp crépitants, Afro m’a totalement séduite avec ces tranches de vie toutes simples mais apaisantes. Une découverte que je dois à Alberte Bly qui en parle mieux et plus longuement.

Côté Flop… L’abandon du mois est signé Sabrina Calvo avec son enquête fantastico-absurdo-poétique, La nuit des labyrinthes. Pas inintéressant, mais trop déjanté pour moi.

Côté challenges…

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Ada de La tournée des livres a parlé de La guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Alexievitch. Un livre qui m’intéresse énormément, racontant la guerre du point de vue des femmes, des femmes qui y ont participé, mais qui sont habituellement éclipsées des récits et témoignages.

J’adore le travail de Thibault Prugne et j’ai bien envie de dévorer des yeux toute son œuvre. Aussi j’ai été ravie de cette découverte proposée par Les blablas de Tachan autour d’un album en collaboration avec Anne-Fleur Drillon, datant de 2013 déjà, et intitulé Les hirondelles. Un album qui semble vraiment touchant et réussi, poétique et marquant.

Je n’ai pas été convaincue par La nuit des labyrinthes de Sabrina Calvo, c’est le moins que l’on puisse dire. La Geekosophe ne m’a guère donné envie de retenter ma chance avec le premier opus, Délius, une chanson d’été car sa chronique souligne à merveille tous les points forts mais surtout tous les points faibles de ces romans pour le moins atypiques. J’y ai retrouvé ce que j’avais pensé de ma lecture (de mon bout de lecture vu que je ne suis pas arrivée au bout), mais en bien mieux dit et en bien plus argumenté.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

En ce moment, les séries et moi, nous ne sommes pas trop copines. Ce n’est pas leur faute, c’est moi qui n’arrive plus à leur consacrer un moment (et quand j’en ai envie, je m’endors). Mais Alberte Bly m’a quand même fait rajouter trois titres avec un article dédié, toujours alléchant quand présenté par cette blogueuse archi convaincante. Donc voilà. Un jour peut-être, je regarderai All Creatures Great and Small, We are Lady Parts et This Way Up. Peut-être.

Emma a publié sur son blog une série de trois BD autour du climat, présentant le commencement de l’histoire, la situation de ses dernières années et des solutions. C’est un peu déprimant (surtout que je n’arrive pas à croire que l’on arrivera à mettre en place les dites solutions avant qu’il ne soit trop tard), mais c’est vraiment passionnant comme toujours.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

Fin octobre, j’ai commencé une série de stages dans le cadre d’une réorientation professionnelle. Centre de loisirs et école maternelle ont été/sont au programme de cette fin d’année 2021. Jusque-là, tout s’est très bien déroulé et j’ai globalement passé des moments géniaux avec les enfants. Et, moi qui ai souvent eu des jobs alimentaires peu captivants, j’ai découvert le plaisir de ne pas s’ennuyer une seule seconde et de voir défiler les semaines à toute vitesse !
En renouant avec les 35 heures (couplées depuis deux semaines avec une crève persistante), j’ai un peu mis tous mes loisirs en stand-by. Je m’endors devant les films (et les séries du coup) et me couche avec les poules, mon amigurumi du moment n’avance plus, j’ai des puzzles qui dorment dans un coin… je suis même surprise de ce bilan livresque (même s’il s’étale sur deux mois).

Je passe aussi du temps à regarder le ballet des oiseaux venant se sustenter dans mon jardin, ce qui n’aide pas à la productivité (mais luttons contre cette incitation permanente à la productivité, bon sang !).

Quoi de beau de votre côté ? Avez-vous fait de belles découvertes, avez-vous passé de bons moments ?
Je vous souhaite un très bon mois de décembre !

C’est le 3, je balance tout ! # 57 – Septembre 2021

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Romans

Lectures graphiques

Côté Top… Ma meilleure lecture fut graphique avec le stupéfiant Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris tandis que le roman de TJ Klune, La maison au milieu de la mer céruléeenne me réchauffait le cœur et les entrailles.

Côté Flop… C’est le Journal de prison 1959 d’Albertine Sarrazin qui n’a malheureusement pas su susciter mon adhésion : j’ai abandonné ce texte trop bavard après une centaine de pages.

Ces livres que je ne critiquerai pas davantage

 Morgane, de Stéphane Fert et Simon Kansara (2016)

Morgane (couverture)Cette réécriture de la légende arthurienne du point de vue de Morgane ne manque pas d’intérêt, mais ne m’a pas convaincue totalement. Des aspects m’ont heurtée et j’ai eu un peu de mal avec le ridicule extrême de bon nombre de personnages, mais j’aime beaucoup cette vision d’une histoire racontée par les hommes, d’un point de vue biaisé (sur la cruauté de certaines de leurs actions notamment), et cette chance d’émancipation des femmes offerte par Morgane. Mention spéciale au père de Morgane, juste incroyable de progressisme et de fierté envers sa fille unique. Je suis partagée également sur le graphisme : de très belles couleurs, des planches attrayantes, mais des physiques qui ne m’ont pas séduite.
Une BD intéressante et ne manquant pas d’attraits, mais pas une totale réussite avec moi.

Côté challenges…

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Ça fait toujours plaisir de lire des chroniques enthousiastes sur des livres que l’on a tant aimés, d’où les deux critiques que je vous partage aujourd’hui : Light and Smell analyse avec précision et justesse Rouge de Pascaline Nolot pendant que Chatperlipopette réveille un livre de 1900 au ton très moderne, à savoir Le journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau. J’espère qu’elles vous donneront envie de découvrir à votre tour ses romans, très différents mais tous deux percutants sur la laideur humaine.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Les articles de la Lune Mauve, c’est toujours quelque chose. Outre ses articles sur ses créations qui sont toujours à couper le souffle (les créations comme les articles), elle nous emmène parfois en balades avec elle. Récemment, elle nous a proposé d’arpenter la Bretagne armoricaine à la rencontre des boîtes à crâne et ossuaires locaux. C’est insolite, c’est magnifique, c’est poétique et c’est fascinant. Quant à l’article, il est riche, il est imagé, il est passionné et du coup passionnant, il est généreux (il fournit même une liste des lieux concernés !).

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier (ou les petits bonheurs, c’est déjà bien).

 J’ai découvert avec plaisir le petit jeu vidéo Gorogoa, une sorte de jeu-puzzle très original. Les dessins, apparemment dessinés à la main, sont très délicats, nous immergeant dans un monde poétique et silencieux. Petit jeu de réflexion et de manipulation, les mécanismes savent se renouveler et j’ai pris grand plaisir à manipuler les images pour les imbriquer de la bonne manière et ainsi dérouler l’histoire. C’est un jeu très court, terminé en moins de deux heures, mais une vraie bonne découverte !

Gorogoa (image)

Je vous souhaite un bon mois d’octobre et de belles découvertes !

C’est le 2, je balance tout ! # 56 – Août 2021

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Romans

 Lectures graphiques

Côté Top… Indubitablement, Des souris et des hommes de Steinbeck, puissant, intense, juste, efficace, bref, une lecture incroyable. Et concrètement, j’ai aussi adoré toutes mes lectures graphiques dont je reparlerai plus tard.

Côté Flop… Rien à signaler, tout était au pire très bon, au mieux excellentissime !

Ces livres que je ne critiquerai pas davantage

 Le Livre des Martyrs, tome 2, Les Portes de la Maison des Morts, de Steven Erikson

Le livre des martyrs T2 (couverture)Ce second tome s’est clairement révélé à la hauteur du premier, peut-être même encore meilleur. Je suis véritablement fascinée par cet univers incroyablement riche et par l’imagination foisonnante et originale de son créateur. Découvrir peu à peu ce monde, les coutumes (très diverses au vu du nombre de territoires et de peuples), le fonctionnement des différentes magies, les créatures, l’Histoire (avec un recul sur des milliers d’années, rien que ça !), est un plaisir qui se confirme à chaque page. Ce tome introduit des personnages charismatiques et fascinants, à l’instar de Coltaine, Mappo et Icarium, tandis que d’autres (Félisine notamment) sauront susciter des sentiments beaucoup plus mitigés et complexes. La loyauté, la guerre, la rébellion à l’autorité en place, l’amitié, le destin (ou la volonté de suivre son chemin)… des thématiques abordées avec beaucoup de nuances et de force de cet opus.
Alors oui, ça en fait des pages (surtout quand on connaît le nombre de tomes…), mais on ne s’ennuie pas une seconde. Et quand, comme moi, vous aimez les œuvres qui prennent leur temps, qui enrichissent cadre et personnages, c’est une œuvre idéale ! Les Porte de la Maison des Morts confirme mes sentiments positifs à l’égard de cette saga gigantesque et atypique, incroyable puzzle littéraire.

Cependant, quitte à passer pour la casse-pieds de service, je dois souligner un point qui m’a franchement agacée : les fautes. Nous sommes sur un bouquin de près de neuf cents pages, je peux tout à fait concevoir que quelques coquilles se glissent ici ou là. Sauf que les erreurs ont commencé à se répéter un peu trop souvent, j’ai fini par les noter, et on ne trouve pas que des coquilles, mais aussi des trucs du genre « Les infanteries (…) ne daignèrent pas lui servirent d’escorte. » ou « Le verre de terre pourri met les voiles avec son butin. ». Et dans un livre (qui plus est à 25€), je trouve ça ahurissant et frustrant car ça me sort directement de ma lecture. S’ajoutent à cela quelques phrases bizarrement tournées, des notes de bas de page au milieu du texte et un peu trop de « yep »… C’est dommage car le travail engagé par les éditions Leha pour traduire et nous offrir cette fantastique saga est fabuleux, mais j’espère ne pas retrouver la même quantité de fautes dans le troisième tome. Certes, le bouquin est long, mais les relectures, c’est pas mal quand même…

Côté challenges…

  • Les Irréguliers de Baker Street : + 0, soit 52/60 ;
  • Les 4 éléments : + 0, soit 19/20 ;
  • Les classiques, c’est fantastique : Des souris et des hommes, de John Steinbeck et son adaptation cinématographique de 1992 ;
  • PAL : 55 + 1 – 1, soit 55 (belle progression…).

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Des classiques, des classiques, des classiques ! Voilà les chroniques qui m’ont marquées, enthousiasmée et convaincue ce mois-ci.

À livre ouvert a lancé la ronde avec Le vagabond américain en voie de disparition de Jack Kerouac, petit livre inconnu au bataillon jusqu’alors.

 John Steinbeck a été le favori du rendez-vous « Les classiques c’est fantastique » : si ma fabuleuse lecture de Des souris et des hommes m’avait déjà persuadée que cet auteur était à lire et relire, toutes les copines se sont chargées d’amplifier le message avec des chroniques passionnées, soit sur Les raisins de la colère pour Moka, Mes Pages Versicolores et Natiora, soit sur À l’Est d’Eden pour Mumu dans le bocage.

Et c’est Hauntya (une fois n’est pas coutume) qui clôt la danse avec ce cher Victor Hugo et La fin de Satan, complète découverte une nouvelle fois. Si je reste dans l’idée de lire ses romans d’abord, elle m’a aisément décidée à laisser une chance à ce texte poétique si l’occasion se présente. Une lecture que je pressens dense, mais qui est, à l’en croire, vraiment superbe.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Oups, rien noté ce mois-ci !

 ***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier (ou les petits bonheurs, c’est déjà bien).
  •  Une semaine de vacances en famille à voir de jolies choses et à en manger des bonnes ;
  • 30 kilomètres en canoë, agréable première fois ;
  • Un incroyable colis d’anniversaire, plein de couleurs, de petits cadeaux et de surprises ;
  • De nouveaux jeux de société : plonger dans la Préhistoire avec Paleo et résoudre des crimes avec MicroMacro : Crime City ;
  • Un renard et des chevreuils ;
  • Les retrouvailles de ma chienne et de sa super pote après les deux mois de vacances de cette dernière ;
  • Des crêpes, des gâteaux et des jeux (encore) ;
  • Deux nouveaux amigurumi dans la famille !

Amigurumi

Bonne rentrée (aux personnes rentrant quelque part) & bonnes lectures !

C’est le 2, je balance tout ! # 55 – Juillet 2021

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

Rimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Romans

(Oui, c’est tout, je n’en reviens pas moi-même, c’est misérable…)
Ah, j’ai aussi lu une nouvelle de Stefan Zweig, Brûlant secret. 

Zweig - Romans et nouvelles (couverture)

Lectures graphiques

Non fiction

Roux !

Côté Top… C’est évidemment Et quelquefois j’ai comme une grande idée de Ken Kesey qui se détache ce mois-ci. Ce petit pavé de neuf cents pages a été une lecture incroyable, fascinante et magnifique, en plus d’être très sympathiquement partagée avec Coline aka Maned Wolf.

Côté Flop… Anansi Boys de Neil Gaiman n’a malheureusement pas su me convaincre contrairement à ses autres œuvres. Je n’ai pas adhéré à la tonalité de cette histoire qui m’a, en prime, laissée un goût de trop peu.

Ces livres que je ne critiquerai pas davantage

Le rêve du prunellier de Rozenn Illiano (2013)

Le rêve du prunellier (couverture)Huit nouvelles, des contes plutôt sombres, marqués par la neige, le froid et la blancheur, dans lesquels on retrouve des symboles chers à l’autrice : les corneilles, le prunellier et ses épines… Ces histoires nous plongent immédiatement dans des univers visuels forts qui nous transportent au cœur de mondes et d’émotions torturées. La solitude, la mort, la mélancolie… Je me suis parfois laissée porter dans un maelström de sentiments, sans forcément donner une signification claire et précise à toutes les histoires (c’est le cas de « Funambule » ou de « Layla des Tours » par exemple).
Comme les recueils constants dans leur qualité et à leur capacité à nous toucher sont rares, certaines nouvelles m’ont davantage séduite que d’autres, avec une préférence pour « D’hiver et d’ombres » à la fois poétique et terrible, « Poe » et son hommage à l’auteur et à son mystérieux admirateur, « Layla des Tours » obsédante et fascinante.
Il s’agit toutefois de l’une des premières publications de Rozenn Illiano et, outre le fait je suis restée un peu sur ma faim (ce qui est toujours le risque avec les nouvelles), je trouve que son écriture s’est nettement améliorée depuis : si la poésie et les émotions de ses écrits les plus récents étaient déjà là, je trouve sa plume aujourd’hui plus juste, plus délicate, plus travaillée.

Côté challenges…

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

A ma grande honte, le premier tome du Livre des Martyrs de Steven Erikson (intitulé Les Jardins de la Lune) n’a eu droit sur ce blog qu’à quelques petits mots qui ne rendent pas hommage à cette lecture géniale. Alors que je suis plongée dans le second tome, je vous propose de me rattraper en partageant la chronique de L’imaginaerum de Symphonie qui m’a tout simplement donné envie de le relire direct.

Parce que je n’ai pas assez de livres, notamment classiques, voilà que des blogueuses s’unissent pour me faire craquer. On remercie chaleureusement Alberte et Hauntya pour l’envie de lire Pagnol et de passer un peu de temps au soleil des pages de ses romans ! Les Souvenirs d’enfance pour l’une, L’eau des collines pour l’autre, peu m’importe car, à présent, j’ai envie de lire le tout !

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Lily Lit est, en dépit du nom de son blog, une source inépuisable de films à voir puisqu’elle parle de ceux qu’elle a aimé avec une plume plus que convaincante : récemment, ce fut le cas avec Minari, un film de Lee Isaac Chung, qui me plaira très certainement par sa sensibilité et sa douceur

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier (ou les petits bonheurs, c’est déjà bien).

Une fois de plus, pas de longs discours pour cette section, mais un vrac de petits bonheurs : manger les premières tomates cerises du jardin, une super lecture commune avec Coline, un chevreuil, un mulot qui feinte ma grande gigue de chienne, des oiseaux…, Kaamelott enfin au cinéma, tomber en amour pour Everdell au cours d’une après-midi jeux, un nouvel amigurumi fini, s’offrir un livre (oui, ça peut surprendre, mais ce n’est pas si souvent que je me l’accorde), un puzzle par temps pluvieux…

Sur ce, je vous souhaite un beau mois d’août, de bonnes lectures
et peut-être un peu de soleil !