C’est le 1er, je balance tout ! # 21 – Septembre 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Je viens de découvrir grâce aux articles de tout le monde que nous étions le 1er octobre et que je n’avais presque rien préparé pour ce bilan mensuel. Du coup, ça ira assez vite ce mois-ci, je ne vais pas vous assommer de paroles, je vous le garantis !

Côté Top… Je pense que ma chronique est assez claire : Dans la forêt de Jean Hegland a été un incroyable, un formidable, un renversant coup de cœur. Et j’ai aussi les intégrales 6 et 7 de Sandman de Neil Gaiman et… comment dire ? Vous allez en entendre parler. Beaucoup. Beaucoup trop sans doute, mais j’ai vraiment envie de partager ça avec vous.

Après ma lecture de L’obscurité du dehors, j’ai réalisé avec stupeur que je n’avais jamais chroniqué de romans de McCarthy sur le blog à l’exception d’une courte chronique sur la Trilogie des confins il y a fort fort longtemps lorsque le blog était bégayant et bredouillant (fichtre ! je ne réalise pas qu’il a déjà cinq ans, j’ai plutôt l’impression qu’il n’en a que deux puisqu’il a si longtemps été laissé en friche…). Pourtant, c’est l’un de mes auteurs fétiches dont j’explore peu à peu toute la bibliographie. D’ailleurs, il ne m’en reste plus qu’un à découvrir, son premier, Le gardien du verger. Bon, il y a aussi Suttree qui me résiste désespérément : trois fois que je me lance dans la lecture, trois fois qu’il me tombe des mains plus ou moins à la moitié. Mais je n’abandonne pas !
Quoi qu’il en soit, il faudra corriger cela. Cependant, puisque le monsieur ne semble pas décidé à publier un onzième roman (j’ai vu un article annonçant qu’il le finissait… en 2015, donc je ne sais pour quand espérer The Passenger si tel doit effectivement être son titre), j’ai très envie de relire tous ces livres. La Route, No Country for Old Men, Méridien de sang, la fameuse trilogie bien sûr… Mais les critiques, une par roman, risquent d’être rapidement redondantes. Mais quid d’un article sur toute son œuvre ? Il ne sera sans doute pas prêt avant un an ou deux (oui, je compte lire autre chose aussi, comme… tout Tolkien), je ne sais pas du tout ce que ça donnera, mais tel est le programme !

Côté Flop… Rien à signaler !

Le mystère de l'île verte (couverture)Sinon, je dois peut-être expliquer la présence du livre d’Enid Blyton, Le mystère de l’île verte, qui fait peut-être un peu tache parmi mes lectures habituelles. Il ne s’agit pas d’un livre que l’on peut découvrir à 25 ans sans avoir envie de le balancer par la fenêtre, mais dans mon cas, il s’agit d’un des livres de mon enfance, récupéré de ma mère, et ma lecture de Dans la forêt m’a donné envie de le relire. Pour situer l’histoire, quatre enfants – deux filles et deux garçons – partent vivre sur une île inhabitée au milieu d’un lac en l’absence de leurs parents. Alors, certes, d’un côté, c’est désuet, sexiste et horripilant. La répartition des tâches est frustrante – aux filles le raccommodage et la vaisselle ; aux garçons le bricolage et les excursions chapardage sur la terre ferme – et la tendance des garçons à la condescendance lorsqu’il s’agit de parler aux filles mériterait quelques claques.
Mais d’un autre côté, leur vie en solitaire et en quasi autonomie m’a toujours fait rêver. La cabane dans les saules pour l’été, la grotte douillettement aménagée pour l’hiver, les poules et leurs œufs, la vache et son bon lait, les framboises, les champignons, les noisettes… la solitude et la tranquillité. Un tableau tout à fait bucolique en somme. Le rêve.
C’est sans aucun doute une lecture influencée par mes souvenirs d’enfance, une lecture qui heurte la féministe que je suis à présent, mais à laquelle je reste attachée malgré tout. (Et une lecture qui m’a toutefois fait progresser dans trois challenges !)

Côté challenges…

  • Tournoi des trois sorciers : + 260 points pour Poudlard
  • Les Irréguliers de Baker Street : + 2, soit 40/60 ;
  • Les 4 éléments : + 1, soit 13/20 ;
  • Voix d’autrices : + 3, soit 24/50.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Oups, je n’ai rien mis de côté… Je suis désolée, depuis que je suis rentrée de vacances, je suis à la ramasse. A part mes chroniques de livres qui, elles, coulent facilement, je suis une vraie feignasse. Mais je vais me réveiller. Avant le printemps, j’espère.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

J’ai beaucoup aimé le poème entraînant et rythmé de Nymeria, du blog Subtilité du Palimpseste, sur sa façon de bloguer. Je m’y suis beaucoup retrouvée et je remarque que je vis de mieux en mieux avec mon petit blog.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

J’ai continué les leçons de conduite et décidé qu’il me fallait une automatique.
J’ai refait un crumble aux poires, le premier depuis longtemps, et qu’est-ce que c’est bon !
J’ai enfin un fauteuil de lecture digne de ce nom, je suis donc fin prête pour affronter l’hiver.
J’ai rêvé Terre du Milieu (merci Tolkien), Songe (merci Gaiman) et forêt (merci Hegland).
J’ai décidé de lire tout Tolkien (et j’espère que ma route sur les routes de la Comté croisera parfois celle du Joli) et de relire tout McCarthy.
J’ai visité le Finistère (enfin, ce n’était qu’un apéritif) et revu ma chère Victoria.
J’ai constaté avec plaisir que ma chienne revenait de mieux en mieux quand on l’appelait… jusqu’à ce que l’ouverture de la chasse fasse sortir les chevreuils jusque devant chez moi et que les odeurs redeviennent bien trop tentantes.
J’ai rapporté mes premiers points pour Poudlard : je commence doucement, mais prenez garde…
Bref, je n’ai pas fait grand-chose.

J’attends simplement qu’il arrête de faire chaud. Et qu’il se mette à pleuvoir. Il ne pleut donc jamais en Bretagne ? La pluie me manque. Si vous me cherchez, je suis sous mon plaid, avec mon thé et mon bouquin. Ça, c’est la belle vie !

Je vous souhaite un bel automne et un beau mois d’octobre. Je n’ai rien à raconter, mais ce n’est pas forcément votre cas et je lirai avec plaisir tout ce que vous aurez à me dire en commentaires ! 

Publicités

C’est le 1er, je balance tout ! # 19-20 – Juillet-Août 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Deux petits mois pour la lecture ! Un mini bilan qui s’explique surtout par le fait que j’ai passé un mois chez mes parents, mois au cours duquel j’ai très peu lu mon topissime pavé de l’été.

 

Côté Top… Le Seigneur des Anneaux caracole fièrement en tête. Cette relecture, en l’agréable compagnie du Joli, a été une redécouverte et un coup de cœur pour la seconde fois. La richesse de l’œuvre de Tolkien, ce monde avec ses paysages, ses peuples et ses langues, ces personnages, ces pages qui s’accumulent et qu’on souhaiterait ne jamais quitter… bref, j’ai adoré.

Côté Flop… Sarcelles-Dakar en revanche a été une déception d’autant plus malheureuse que j’avais eu un coup de cœur pour le début des aventures de Djiraël

Côté challenges… c’est misérable (mais aujourd’hui démarre le Tournoi des trois sorciers !)

  • Les Irréguliers de Baker Street : + 0, soit 38/60 ;
  • Les 4 éléments : + 1, soit 12/20 ;
  • Voix d’autrices : + 0, soit 21/50.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

J’avoue que je me suis pas mal déconnectée cet été et je n’ai pas trop suivi ce qui avait été publié (même si je me suis un peu rattrapée depuis). En revanche, le Charmant Petit Monstre s’est déchaîné, ajoutant un titre à ma wish-list à chaque chronique : je veux donc ardemment lire Le Nom du Vent (qui a l’air d’être un pavé comme j’ai envie d’en lire en ce moment), Il faut qu’on parle de Kevin (qui me tente bien depuis un moment car j’avais beaucoup aimé le film), Brexit Romance (que je veux lire depuis que sa venue au monde a été annoncée, Clémentine Beauvais oblige), Des Sorciers et des Hommes (un livre auquel je n’aurais sans doute jamais prêté attention) et Corrosion (qui a l’air assez dingue, et puis c’est du Gallmeister…). Autant de critiques alléchantes, comment résister ?

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Ambroisie, de sa plume inimitable, a su exprimer tout ce qui m’avait dérangée sans pouvoir pour autant le formuler aussi précisément dans le film L’amant double de François Ozon.

La Récolteuse de Mots a publié dans un long article toutes les questions existentielles qu’on pouvait se poser en tant que lectrice et blogueuse. Je m’y suis beaucoup retrouvée et je ne pense pas être la seule.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

J’ai passé un mois chez mes parents et beaucoup de temps avec ma chienne ? J’ai battu Ganon dans Zelda Breathe of the Wild ? J’ai enfin relu Le Seigneur des Anneaux, ce que je voulais faire depuis des lustres ? J’ai essayé de nouvelles recettes ? J’ai repris contact avec quelqu’une que j’avais perdu de vue ?
Bref. Pas grand-chose de particulièrement excitant, juste la vie.

Et vous ? Qu’avez-vous fait cet été ? Qu’avez-vous lu, qu’avez-vous vu ?

(Au fait, il n’y aura pas de parenthèse cinéma en août parce que… je suis une flemmarde ! En vrai, je n’ai pas vu beaucoup de films et je n’ai pas le courage d’écrire sur les autres. C’est la première fois que je réécris quelque chose pour le blog – vive les articles en avance ! – et je n’ai pas eu l’envie de me lancer dans les critiques de films, mais ça va revenir !)

C’est le 1er, je balance tout ! # 18 – Juin 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Côté Top… Désolée, je passe mon tour. Parce qu’entre La fourmi rouge, Oh, boy !, Les cancres de Rousseau, Le sommet des dieux, Je suis ton soleil et les intégrales 4 et 5 de Sandman, je suis tout simplement dans l’incapacité de trancher. Toutes ses lectures ont été fabuleuses. En fait, niveau lecture, le mois de juin a été exceptionnel !

Côté Flop… Si ça se bouscule au portillon côté top, autant Sylvain Tesson et son Dans les forêts de Sibérie sont peinards du côté flop. Je ne vais pas réexpliquer tout ce que je n’ai pas aimé dans ce livre moralisateur et prétentieux, mais il remporte aisément la palme du livre le plus détestable de cette première moitié d’année (quoi ? on a fait une moitié d’année ? je suis la seule à trouver ça dingue ?).

Côté challenges…

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Ce ne sont pas tout à fait des chroniques, mais c’est littéraire, alors ne chipotons pas. En tout cas, les articles d’Alice Pumpkin et du Joli (Les jolis choux moustachus) sur la condescendance littéraire m’ont vraiment intéressée et je rejoins tout à fait leur point de vue.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

La Moustache – du blog Les jolis choux moustachus (oui, encore !) – m’a fait revivre d’excellents souvenirs avec sa chronique du film culte The Rocky Horror Picture Show. Lisez-la (vous êtes d’ailleurs invité.es à suivre leur blog et leurs articles toujours alléchants) et surtout, regardez ce film ! (Deux visionnages peuvent être nécessaires pour aborder cet OVNI cinématographique…)

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

Voili voilou. Comme vous pouvez le voir, je n’ai pas grand-chose à raconter. Je fuis un peu mon ordi, à part pour écrire mes chroniques et quand même lire quelques articles qui m’intéressent, donc niveau découvertes, c’est un peu le désert.
Niveau IRL, ce n’est pas mieux. L’été arrive, ce qui ne m’enchante guère, j’ai chaud, je cherche le frais tandis que mon chien suit la course du soleil (on la savait croisée beauceron, elle doit aussi avoir du lézard parmi ses ancêtres). Donc je lis et je n’ai rien à raconter. (Et mon article cinéma de mercredi est à peu près aussi vide, ça promet.)
D’ailleurs, ça risque de ne pas s’arranger en juillet-août (il n’y aura peut-être même pas de bilan en juillet, ça dépendra de où je suis à ce moment-là) car j’ai quelques pavés qui me font de l’œil depuis trop longtemps. (Et je serai peut-être un peu longue à répondre aux commentaires, mais je finirai toujours par répondre.)

Je vous souhaite un très beau mois de juillet (et dans le doute, un excellent mois d’août) !

C’est le 1er, je balance tout ! # 17 – Mai 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Côté Top… Mai fut un beau mois de lecture ! Ma plus grande joie (teintée d’un peu de tristesse tout de même) fut d’avoir terminé le mastodonte qui hantait ma bibliothèque, Le Dit du Genji, de Murasaki-shikibu ! (Vous ne devriez donc plus trop m’entendre le citer à tout bout de champ…)
La lecture de ce pavé et le temps passé en sa compagnie ont tendance à me faire trouver la plus part des livres lus depuis trop courts et superficiels, mais ça va passer. Pour contrecarrer ce mauvais sort, Shining m’a aidée ainsi que Monsieur Malaussène, le quatrième tome de la célèbre saga de Daniel Pennac. Si j’ai déjà parlé du premier en long, en large et en travers dans ma chronique, le second n’aura pas de critique ailleurs que dans ce bilan (sauf si je fais un article sur toute la saga…).

Saga Malaussène - Monsieur Malaussène (couverture)Donc deux mots sur Monsieur Malaussène : le tome le plus épais de la saga Malaussène. 644 pages de rebondissements malchanceux pour le célèbre bouc de Belleville. Alors qu’il se torture les méninges et le cœur à l’annonce de sa paternité, une machination plus complexe que jamais se trame contre lui : meurtres, vol, attentats… le voilà accusé de tous les maux survenus en France ces dernières années par le commissaire Legendre, le gendre du sympathique commissaire Coudrier. Les premiers chapitres s’écoulent sans que l’on sache véritablement où notre narrateur – que l’on connaît si bien après tant de pages passées côte à côte – nous emmène. Les pièces se mettent doucement en place, des nouveaux personnages font leur apparition, agrandissant encore un peu l’entourage de la tribu Malaussène. Et le tout devient de plus en plus extravagant et en même temps c’est toujours aussi prenant. On s’étonne, on rit, on craint pour Benjamin et Julie, on se délecte des bons mots, des mots justes, des mots rigolos, des mots que Pennac maîtrise à la perfection. Un régal dont je ne me lasse pas !

Pour rire intelligemment, deux recommandations spéciales (les chroniques arriveront je ne sais pas quand, j’ai plusieurs mini-critiques à publier, mais je ne sais pas encore comment les agencer. Autant dire que ça risque de finir dans un grand vrac, une braderie de la chronique un de ces quatre matins). Tout d’abord, Le journal d’Edward, hamster nihiliste, de Miriam et Ezra Elia : un hamster désabusé et philosophe dont les réflexions ne sont pas sans écho dans notre vie d’humains. Ensuite, les Lettres timbrées au Père Noël, d’Elizabeth Brami et Estelle Billon-Spagnol (dont j’avais beaucoup aimé le roman Amour, vengeance & tentes Quechua) : des réclamations enfantines face à des cadeaux tous pourris ! Colères justifiées, colères engagées, colères généralisées… quand le Père Noël fait n’importe quoi, les enfants ne se laissent pas faire. (En plus d’être drôle et bien pensé, les autrices ont utilisé plein de matières, d’écriture, d’outils différents et chaque lettre est un plaisir à découvrir.)

Comme vous pouvez le voir, il y a de l’Exprim’ dans l’air. Colorado Train et La sauvageonne, sans compter que j’ai ma critique des Petites Reines de Clémentine Beauvais dans les tiroirs depuis des mois, auxquels s’ajouteront probablement en juin La fourmi rouge d’Emilie Chazerand et Les cancres de Rousseau d’Insa Sané qui m’attendent depuis le SLPJ de Montreuil en décembre dernier.

Côté Flop… Rien à l’horizon ce mois-ci !

Côté challenges… J’ai cartonné avec mes quatorze lectures.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

J’avoue que la belette du blog The Cannibal Lecteur m’a bien alléchée avec sa critique de Sauf d’Hervé Commère qui semble assez dingue.

Sinon, j’ai aussi découvert le blog de Caro Bleue Violette. Des critiques livresques et cinématographiques, mais aussi des articles personnels, mais surtout beaucoup d’humour et d’autodérision.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Sans avoir tout lu encore, le blog de Zelda, Sick Sad Me, découvert grâce à Alberte, est un vrai coup au cœur. Incroyablement bien écrit, ce blog mélange jeux vidéos et souvenirs ou réflexions personnelles. Cynique, dure, mal dans sa peau, elle se pose plein de questions qui font écho aux miennes, tout en le formulant mieux que je ne pourrais le faire.

Je me suis passionnée pour les analyses de personnage de Kaamelott sur la chaîne Sy Play, analyses que je trouve fouillées et vraiment intéressantes outre le fait que ça nous permet de revoir des scènes que je peux voir cent fois sans me lasser. Je ne les ai pas encore toutes regardées car, croyez-le ou non, je n’ai encore jamais vu la fin de la dernière saison (pas celle qui est un préquel, la fin de l’histoire avec le Arthur dépressif, Excalibur dans le rocher, les clans séparatistes des uns et des autres, tout ça) et je voyais dans les vidéos des choses pas vues dans la série et du coup, je n’avais pas envie de trop me spoiler. (C’est-y clair ?)

Je me suis bien amusée à lire ces extraits d’Harry Potter revisités à la manière d’auteurs classiques ou contemporains : Balzac, Chateaubriand, Tolkien, Levy…

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

J’ai adopté une chienne ! Une seule visite au refuge SPA de Rennes fut suffisante pour être présentés à Dena. Un coup de foudre (que j’espère un minimum réciproque, dans la mesure où les chiens sont capables d’un coup de foudre). Un caractère bien têtu quand elle s’y met, mais elle reste adorable. Et elle m’occupe bien ! (D’ailleurs, présentement, je la soupçonne d’être sur le canapé rien que pour attirer mon attention et avoir des caresses. Ne la croyez pas en manque, elle est tout simplement insatiable de caresses.)

Dena

A part ça, j’ai réussi le code, c’est donc conduite conduite conduite à présent. Les choses avancent petit à petit.

Et puis, mes parents sont venus une petite semaine et m’ont fait découvrir la Bretagne et, oui, il y a quand même des jolis coins par ici !

C’est le 1er, je balance tout ! # 16 – Avril 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Côté Top… Mes lectures du mois vont de simplement bonnes à excellentes pour la plupart d’entre elles. Difficile donc de dégager un top (je ne parlerai pas de Harry Potter, il est hors compétition.). We Come Apart de Sarah Crossan et Brian Conaghan arrive en tête : on en reparle bientôt mais ce roman à deux voix est tout simplement bouleversant.
Dans le registre « percutant et drôle », je ne peux pas ne pas citer Dysfonctionnelle d’Axl Cendres tandis que Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro m’a offert une belle tranche de rire absurde nichée dans une pertinente critique de notre société.
Le registre « pas drôle du tout » est quant à lui dominé par Maus d’Art Spiegelman et Le bébé et le hérisson de Matthis. Le premier est un classique de la BD, le second une pépite made in Thierry Magnier ; le premier est bavard, le second économise ses mots ; le premier aborde la grande Histoire, le second rend visite à trois enfants solitaires ; tous deux ne m’ont pas laissée partir indemne.

Côté Flop… Aucune de mes lectures ne méritent l’appellation « flop ». La moins marquante d’entre elle fut Y a pas de héros dans ma famille ! de Jo Witek. J’en attendais un peu plus, mais j’ai néanmoins passé un très bon moment avec les Dambek.

Côté challenges…

  • Coupe des 4 maisons : 2205 + 185 points, soit 2390 points pour Serpentard ;
  • Les Irréguliers de Baker Street : + 2, soit 31/60 ;
  • Les 4 éléments : + 2, soit 8/20 ;
  • Voix d’autrices : + 6, soit 12/50.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

J’ai redécouvert le plaisir de lire Ambroisie, du bloc Celestial Musae. Qu’elle parle de Martin Eden ou des Fiancés de l’hiver – qu’elle m’a fait revivre comme si je lisais le roman – en passant par le théâtre avec Une maison de poupée, ses articles sont toujours fouillés, riches, denses. Une écriture d’émotions et de poésie, une plume à fleur de peau. Un blog vraiment pas comme les autres.

Grâce à A l’horizon des mots, j’ai ajouté dans ma WL un livre qui m’intrigue tant elle en parle avec passion autant qu’il me rebute, un roman qui clairement ne semble pas laisser indifférent : My Absolute Darling de Gabriel Tallent.

Enfin, cogitons un peu à présent avec le blog Fille d’album qui, dans un article très intéressant, propose diverses pistes de réflexion pour lutter contre les stéréotypes de genre dans la littérature jeunesse. Pertinent, complet, nécessaire.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Ils auraient pu être parmi les critiques littéraires, mais je les ai découvert avec une critique cinéma sur L’île aux chiens, le génialissime nouveau Wes Anderson, les voilà donc ici. Mesdames et messieurs, laissez-moi vous présenter… Les Jolis Choux Moustachus ! Un blog tout nouveau tout beau ! Il est écrit à six mains, pas moins pas plus, et leurs articles sont variés et passionnants. Vous aurez envie de tout voir, vous aurez envie de tout lire, mesdames et messieurs ! Hop hop hop, on va les applaudir, mieux, on va les lire !

Baptiste Beaulieu m’a vraiment émue avec cette tribune très personnelle : « J’ai fait témoigner le « lobby LGBT », celui qui m’a permis de ne pas mourir. » Je vous en recommande la lecture.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

J’ai fait mon propre granola en suivant la recette de Papilles & Pupilles et c’était délicieux ! Je suis en outre devenue accro aux flocons d’avoine. J’adore ajouter tout ce qui me tombe sous la main dans mon porridge, sucré, salé, peu importe (mais pas les deux en même temps). Je me vois donc dans l’obligation de me restreindre pour ne pas en faire mon unique repas et m’en dégoûter d’ici une semaine. (Mais c’est quand même trop bon !)

20180411_153644

Ta-daaam !

Ayant déménagé il y a peu, j’ai perdu tous mes repères niveau cinémas. Dans le coin, il n’y a pas vraiment de petites salles d’art et d’essai diffusant des films en VO, pas d’UGC ou de MK2 auxquels Paris avait fini par m’habituer, il a fallu aller dans un cinéma Gaumont. Et là, je me suis retrouvée face à un système particulièrement étrange à mes yeux : choisir sa place. Avant d’entrer dans la salle ! Je trouve ça bizarre avec quelque chose de prétentieux. Genre le cinéma qui se prend pour le théâtre. Et puis, normalement le choix de la place pour moi, c’est la prise en compte de plusieurs critères (distance de l’écran, inclinaison de la salle, éviter les gens, etc.) et là… Bref, ce fut une expérience très déstabilisante. Passionnante, ma vie ?

Et pour finir, je voudrais tous vous remercier car nous avons dépassé les 200 abonné.es ! De la gnognotte pour certain.es, mais énorme pour moi alors merci tout le monde !

Je vous souhaite un très beau mois de mai ! 

C’est le 1er, je balance tout ! # 15 – Mars 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Et surtout – c’est ce qui explique le peu de lecture – j’ai lu le livre 1 du Dit du Genji !

Le Dit du Genji (coffret)

Côté Top… Mes deux premières BD du mois, à savoir Polina de Bastien Vivès et Le Sculpteur de Scott McCloud, ont été d’excellentes et prenantes lectures. Toutes deux ont d’immenses qualités et la passion qui anime les deux personnages principaux ainsi que le pacte faustien accepté par le jeune sculpteur m’ont fascinée. Les dessins sont vifs et retranscrivent très bien les mouvements des artistes. Le choix du noir et blanc pour l’une et du noir et bleu pour l’autre se révèle également excellent.

Côté Flop… Elle s’appelait Tomoji fut ma plus mauvaise lecture du mois. C’est aussi une grosse déception car j’aime habituellement beaucoup le travail de Jiro Taniguchi. Cette biographie (j’ai découvert que c’en était une en arrivant à la fin du manga) m’a semblé froide et peu expressive. Elle possède un côté très descriptif qui m’a donné l’impression de ne lire qu’une succession d’années (« Nous sommes en [telle année], Tomoji a alors [tel âge]. »). Les personnages et leur histoire ne m’ont en aucune manière touchée, absence d’émotions et d’intérêt accrue par la rapidité à laquelle se lit cette histoire.

Côté challenges,

  • Coupe des 4 maisons : 2165 + 40 points, soit 2205 points pour Serpentard ;
  • Les Irréguliers de Baker Street : + 1, soit 29/60 ;
  • Les 4 éléments : + 0, soit 6/20 ;
  • Voix d’autrices : + 0, soit 6/50.

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

Je vous avais parlé de mon coup de cœur pour Proxima du Centaure de Claire Castillon : je vous propose à présent de découvrir la chronique de New Kids On The Geek qui en parle magnifiquement. Sa critique contient autant de poésie et d’émotions que le roman. Si après ça, vous n’avez toujours pas envie de le découvrir, je ne peux plus rien pour vous !

Je ne sais pas si c’est un fait ou juste une impression, mais j’ai l’impression de citer notre Charmant petit monstre préféré tous les deux mois, mais qu’y puis-je si ses chroniques sont truculentes, passionnantes, enthousiasmantes, hilarantes ? Allez donc lire sa critique de Notre-Dame de Paris si vous l’avez manquée et vous verrez ce que je veux dire !

Je suis un enfant qui tue des gens : un titre absolument charmant et une totale découverte grâce à la Récolteuse de mots. Cette BD m’intrigue à 100%, elle a quelque chose de fascinant et de repoussant en même temps. En tout cas, sa chronique m’a donné envie de tenter le coup !

Mon coup de cœur pour Ça  m’a convaincue de redonner une chance à Stephen King – et ce, malgré l’ennui qu’a provoqué chez moi la série Under the Dome (mais on en reparle mercredi) – et Alec à la bibliothèque et Maned Wolf (Déjeuner sous la pluie : un autre blog que l’on croise fréquemment par ici, je jure que je ne suis pas payée pour les citer le plus possible !) m’ont convaincue que le prochain serait The Shining (même si je n’avais pas aimé le film).

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Lire les bilans mensuels de June est toujours un régal, à l’image de celui de février qui nous emmène pour un vol plein d’humour à destination de toutes les chouettes chroniques de cette super blogueuse. Embarquez vite sur June&Cie Airlines !

Je débarque avec près de deux ans de retard, mais j’ai découvert l’analyse proposée par Buffy Mars (Tout est politique) sur Harry Potter : « Entre dictature, racisme et sexisme » (partie 1 et partie 2). Elle y parle politique et sociologie et le résultat est sérieux, riche, intelligent, complet deux articles qui font réfléchir (et qui donnent envie de relire HP pour la cinquantième fois). Bonus : pléthore de sources pour approfondir le sujet.

Voilà trois mois que je suis décidée à écouter l’émission de France Culture « La compagnie des auteurs » et plus spécifiquement les quatre épisodes consacrés à J.K. Rowling. Je ne vais pas dire que c’est chose faite, mais j’ai écouté le premier avec François Comba et Jean-François Ménard hier et c’était passionnant. Ces regards, parfois nouveaux, parfois complémentaires du mien sur Harry Potter, me donnent décidément une furieuse envie de relire cette fabuleuse saga.

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

J’ai lu 1/3 du Dit du Genji et j’ai fini (hier) le premier livre ! Un mois de lecture entrecoupée de bandes dessinées pour respirer un peu. Ça a été les 416 pages les plus longues de ma vie, mais entre les trois colonnes de texte par page et le style qui est ce qu’il est, j’ai eu l’impression d’en lire un millier. Rassurez-vous, ça n’a pas été que pure souffrance, j’y ai aussi pris beaucoup de plaisir, mais on en reparlera dans deux mois quand j’aurai lu les deux livres suivants !

Sinon, ma vie n’est pas passionnante : démarches administratives, peinture dans la maison et surtout code, code, et code… Eh oui, au programme de ces prochaines semaines : leçons de conduite et passage du code (et j’espère, découverte de la Bretagne).

Voilà, je vous souhaite un beau mois d’avril et de belles lectures !

C’est le 2, je balance tout ! # 14 – Février 2018

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapinRimant avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », ce sympathique rendez-vous a été initié par Lupiot du blog Allez vous faire lire. Il permet de revenir sur le mois écoulé à travers quatre points :

  • Le Top et le Flop de ce que l’on a lu le mois dernier ;
  • Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier ;
  • Un lien adoré le mois dernier (hors chronique littéraire) ;
  • Ce que l’on a fait de mieux le mois dernier.

***

  1. Le Top et le Flop de ce que j’ai lu le mois dernier.

Après quinze jours d’absence, une coupure inopinée de ma connexion internet et un déménagement, je reviens, (presque) ponctuelle, pour ce « C’est le 1er ». Comme en janvier, ce sera sans doute assez bref. Parce que j’ai peu lu, parce que je n’ai pas eu internet pendant une grosse semaine et parce que je me gèle dans la nouvelle maison (pourtant, je ne suis pas frileuse…) et que mes doigts risquent de dire bye bye au reste de mon corps si je les laisse traîner trop longtemps sur le clavier (et par la même occasion, vous m’excuserez si certaines phrases ne veulent rien dire, j’ai aussi le cerveau qui commence à geler).

Cinq livres lus ce mois-ci.

Côté Top… Cinq lectures, ce n’est pas glorieux, mais ce qui est beau, c’est que ce sont quatre coups de cœur. Six of Crows, Watership Down et L’envol du dragon sont, chacun à leur manière, des romans fabuleux et captivants dont je vous reparlerai dans le mois qui vient pour épargner mes petits doigts dans l’immédiat.

Quant au catalogue de l’exposition organisée à la Cinémathèque française, L’art de Tim Burton, il met à  l’honneur des centaines de dessins de cet homme que j’admire énormément (malgré une filmographie que je trouve de moins en moins intéressante). Il s’y révèle truculent, torturé, poétique, délicieusement macabre et il n’a décidément pas son pareil pour croquer en quelques traits des situations quotidiennes. Ce beau-livre au poids conséquent dessine le portrait d’un dessinateur compulsif d’une immense créativité et d’une originalité très personnelle. Le texte cède toute la place aux illustrations, ne se glissant ici et là que pour ouvrir brièvement un chapitre ou pour laisser la parole aux proches de Tim Burton.
J’ai souvent eu envie de dessiner, de mettre sur le papier ce que j’avais dans la tête, surtout par le passé, mais je trouvais que je ne savais pas dessiner, que je ne savais pas représenter fidèlement la réalité (dessiner les gens, tout ça tout ça) et je gribouillais chaque tentative. Je pense que, si j’avais connu les dessins de Tim Burton à cette époque (j’en connaissais quelques-uns, mais ce recueil est d’une richesse incomparable), j’aurais eu plus confiance en moi car ce livre montre que chaque personne est unique et qu’un trait qui peut paraître simple peut en dire autant qu’une fresque au style parfaitement maîtrisé ou qu’un chef-d’oeuvre universellement reconnu. Tant pis !

Côté Flop… RAS !

Côté challenges,

***

  1. Une chronique d’ailleurs lue le mois dernier.

J’ai découvert la très belle chronique de Tom sur The Weight of Water de Sarah Crossan. Celle-ci, rédigée tout en vers, rend un bel hommage à ce roman poignant. Je serais bien incapable de me plier à cet exercice… Impressionnant.

La chronique d’Histoires Vermoulues sur Je suis un chat de Natsume Soseki, en plus d’être passionnante comme toutes les autres, soulève une intéressante question sur l’interprétation que l’on fait d’un texte et sur la distinction (à faire, à ne pas faire ?) entre un auteur et son œuvre.

Pour rire un peu, je vous conseille deux critiques de la saga Les enfants de la Terre, chroniques rédigées par Maned Wolf (Déjeuner sous la pluie) et par le Tanuki. Si, comme moi, vous ne connaissiez pas Jonjon, allez-y, ça vaut le détour.

***

  1. Un lien que j’ai adoré le mois dernier (hors critique littéraire).

Cette interview très positive de Daniel Pennac est remplie d’amour pour la lecture et donne envie de se jeter sur son livre sans tarder. Et ça fait tellement de bien de sortir des discours du genre « les jeunes ne lisent plus »…

C’est contagieux a publié cette chronique fabuleuse de 3 Billboards, un film dont je vous ai parlé en début de mois, sauf qu’il en parle beaucoup mieux. Donc deux conseils : lisez sa critique et allez voir ce film !

J’ai aussi découvert un nouveau blog, celui d’Alberte Bly. Elle y rédige des chroniques riches et passionnantes sur des romans, des films, des séries et de la musique (et en plus, elle vient de nous rejoindre pour « C’est le 1er »). Si vous n’êtes pas encore convaincu.es qu’il faut voir The Florida Project, lisez-la !

(Mes mini-chroniques de 3 Billboards et The Florida Project sont dans la parenthèse cinéma de janvier !)

***

  1. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

Déjà, j’ai déménagé, ce qui est déjà pas mal. Depuis le temps que j’attendais ça… A moi les balades dans la nature, une maison sans voisins de tous les côtés, le chien… sauf qu’en fait il caille et il vente tellement que je n’ai pas encore vraiment mis les pieds dehors, que je passe mon temps à « ranger » (comprendre déplacer) un peu le bazar en attendant qu’on fasse les arrangements pour la mettre à notre goût (et il y a du boulot), et que du coup, je pense que je ferais mieux d’éviter de prononcer le mot « chien » dans les semaines qui viennent…

Et à part ça ?

Théoriquement, je devais profiter de ce dernier mois dans la capitale pour faire le tour des musées délaissés ou sans cesse repoussés jusque-là. Théoriquement. Parce qu’en réalité, les transports en commun me sont devenus tellement insupportables que sortir est devenu une épreuve.
Mais j’ai quand même réussi à me traîner jusqu’à la Maison de la Photographie (en faisant un petit détour en bord de Seine, histoire d’avoir vu la crue) et surtout au Musée des Arts Forains. Je vous conseille vraiment cette sortie au cœur des anciens chais de Bercy. C’est une visite guidée-spectacle. On traverse les différents salons, leurs univers (contes et imagination, carnaval de Venise, fête foraine du XIXe…), on en prend plein les yeux et on a même l’occasion de tester différentes attractions ! Un lieu magique dans un cadre magnifique.

Je suis également allée voir Tristan Lopin au théâtre pour son spectacle Dépendance affective. S’il aborde des sujets d’actualité dans ses vidéos, c’est de lui et de ses amours qu’il parle dans ce one man show. Toujours aussi intelligent et drôle, incroyablement touchant, il est absolument fabuleux. J’ai ri d’un bout à l’autre de son cynisme et des portraits presque cruels qu’il fait de ses amis. Cela n’empêche pas une belle justesse : impossible de ne pas se reconnaître parfois dans ce qu’il raconte !

J’ai enfin commencé Le Dit du Genji en me disant qu’une fois l’appartement vide (et internet coupé en prime), j’aurai beaucoup de temps libre et pas beaucoup d’autres occupations possibles que la lecture et ma Switch. Sauf que je n’avais pas imaginé que le déménagement, les allers-retours à Rennes et les menus travaux dans l’appartement nous prendraient autant de temps. Ni que je serais aussi crevée par les réveils très matinaux et les journées passées à s’agiter. Donc le soir… pas moyen de m’atteler sérieusement à cette lecture. Tant pis, ça sera pour les mois à venir car, bien qu’enchantée par la poésie qui s’échappe de la plume de Murasaki Shikibu, je pense que ce sera une lecture intense et que quelques échappées dans d’autres livres seront les bienvenues.

Le Dit du Genji (coffret)

Voilà, je vous laisse, je vais enfin prendre le temps de répondre aux commentaires (désolée pour le retard) et lire vos bilans !

Je vous souhaite un excellent mois de mars !