Preacher, intégrales (6 tomes), de Garth Ennis (scénario) et Steve Dillon (dessin) (1995-2000)

Vous avez sans doute compris que j’ai eu ces derniers mois un véritable coup de cœur pour Sandman, ce comics signé Neil Gaiman. Aussi, en empruntant le premier tome de Preacher à la bibliothèque, j’éprouvais quelques doutes et craignais que ce dernier ne souffre de la comparaison.
Aucune comparaison possible et Preacher s’est bel et bien révélé une excellente et fascinante découverte. (Je ne pensais d’ailleurs pas aimer un autre comics aussi rapidement après Sandman, je suis complètement infidèle !)

Critique sans spoilers normalement
(les choses que j’évoque sont toutes mises en place dans le premier volume)
(je crois)
(j’espère)
(normalement c’est bon, vous pouvez y aller).

De quoi ça parle ? Jesse Custer, un pasteur pas très convaincu de l’existence de Dieu, se retrouve tout à coup possédé par Genesis, une entité mi-ange mi-démon qui lui donne le pouvoir de soumettre tout le monde à sa volonté en utilisant la Voix. Avec Tulip, une femme redoutable qui se trouve être son ex-petite-amie, et Cassidy, un vampire irlandais porté sur les excès en tous genres, il part à la recherche du Tout-puissant, bien décidé à lui demander des explications.
Des anges et des démons, un vampire, un Dieu qui a abandonné son poste, un Saint des Tueurs, de la haine, de la peur, de l’amour… ça aurait pu être juste un grand n’importe quoi, mais c’est loin d’être le cas car, grâce au cadre et aux personnages, tout reste crédible d’un bout à l’autre.

Je vous préviens tout de suite : Preacher, c’est violent. C’est vulgaire et c’est brutal. Jurons, insultes, mutilations et meurtres sont légion. Et l’humour y est très noir. Mais ce n’est pas juste une violence gratuite (enfin, peut-être un peu). C’est surtout que nos personnages évoluent dans un monde lâche, cruel, agressif – ils y participent aussi pas mal, surtout dans le cas de Cass –, dans lequel règne la loi du plus fort. Il y a toutefois quelques passages bien vicieux (si vous avez l’occasion de découvrir le Marchand de viande, vous comprendrez).

Mais Preacher est aussi une grande fresque qui parle de religion et de nature divine, d’amour (les parents de Genesis, ceux de Jesse, lui et Tulip…) et d’amitié (l’importance énorme de Cass dans sa vie), de la famille (notamment lors de l’arc narratif sur Angelville, le domaine – assez atroce – où Jesse a été élevé), d’honneur et de loyauté, d’identité…
Bref, si Garth Ennis et Steve Dillon proposent là une étonnante et passionnante vision du Ciel, de Dieu et de son armée d’anges, ce sont bien les relations humaines qui constituent le cœur vibrant de cette histoire.

Preacher, ce sont également des personnages complexes, torturés, mystérieux. Au fil des histoires, les personnages se succèdent : forts, exécrables, pathétiques, dérangeants, fous… impossible de rester indifférente face à ces caractères à la fois réalistes et improbables. Mémé, Tête-de-Fion, Odin Quincannon, Starr… les méchant·es sont tellement atroces et truculent·es qu’il y a cette bizarre relation attraction perverse/répulsion qui se met en place à chaque fois ce qui est génial et perturbant à la fois.
Et puis il y a le trio de tête : Jesse, Tulip, Cassidy. Si on s’attache presque immédiatement à chaque membre de ce trio d’antihéros, tous trois prennent leur temps pour nous dévoiler tous leurs secrets et nous révèlent bien des surprises, bonnes ou mauvaises, tout au long de la saga.

  • Jesse, le prêcheur qui n’existe pas à se servir de ses poings. Malgré toute la violence dont il peut faire preuve, c’est finalement un personnage très moral, très droit qui suit la ligne de conduite qu’il s’est fixé. C’est le personnage principal avec lequel j’ai eu le moins d’atomes crochus car il est trop américain. Trop « c’est un foutu beau et grand pays », « les Etats-Unis d’Amérique (mettre toute l’emphase nécessaire en lisant ces mots), la nation de la seconde chance, « femme, que veux-tu, mon seul défaut est de vouloir te protéger, quitte à me casser en douce pendant que tu dors » (en vrai, il ne parle pas comme ça, j’exagère un peu) (je vais finir par le faire passer pour un gros abruti…). Et puis il a John Wayne pour « ange gardien imaginaire » (oui, c’est un argument suffisant pour moi).
  • Preacher T6 plancheTulip est la seule femme et elle est capable. Sauf qu’elle doit encore et toujours faire ses preuves,et ce depuis l’enfance que l’on revit en flash-back (j’ai d’ailleurs beaucoup aimé ce passage où son père découvre et se dresse contre le sexisme ordinaire en élevant seul sa fille). Même si elle atomiserait Lucky Luke au tir, elle doit sans cesse lutter contre l’horripilante tendance de Jesse à la surprotéger. Elle a les pieds sur terre et, malgré la folie de leur périple, elle n’oublie pas de vivre et de rire : elle apporte ainsi de salutaires moments de répit.
  • Et puis, il y a Cass. Le buveur de sang qui remet à leur place les vampires traditionnels de la littérature et du cinéma, pédants et faussement torturés. Il est tellement cool, Cassidy, comment ne pas l’aimer ? Mais il vous fera faire des montagnes russes émotionnelles avant que tout cela ne soit achevé.

Une superbe histoire, c’est très bien, mais dans une BD, le visuel y est aussi beaucoup. Et là encore, c’est un sans-faute. Contrairement à Sandman pour lequel les artistes s’étaient succédé, il y a ici une belle continuité : Steve Dillon est aux commandes (sauf pour quelques épisodes spéciaux dessinés par des « invités »). Les dessins sont réalistes et dynamiques. Certaines séquences sont juste superbes grâce aux illustrations expressives et évocatrices de Steve Dillon. Je ne pense pas à des moments d’action, mais à des discussions entre personnages, à des retrouvailles : celle de Jesse et Tête-de-Fion par exemple est bouleversante tant Dillon nous donne à voir la compassion et la tristesse du premier et la détresse de l’autre. C’est tout simplement sublime ! Mais horreur et perversion y sont tout aussi bien représentées (pour notre plus grand plaisir de gens bizarres ?).

Les intégrales présentent également toutes les couvertures des fascicules d’origine. Illustrés par Glen Fabry, il s’agit le plus souvent de portraits des personnages. Si quelques ratés se glissent ici ou là, plusieurs d’entre elles capturent à merveille le caractère d’Untel ou Unetelle ou l’horreur d’une situation.

Enfin, les intégrales sont complétées avec des extraits du courrier des lecteurs, ce qui donne parfois à voir ce qui choque les lecteurs et lectrices et de découvrir alors le point de vue de Garth Ennis. Très intéressant, notamment sur les sujets les plus délicats et potentiellement clivants.

Trash, fou, surprenant, insolite, délirant, irrévérencieux, drôle. Les adjectifs s’appliquant à Preacher sont nombreux tout comme les qualités de ce comics culte (que je ne connaissais pas avant d’être attirée par le portrait de Tête-de-Fion sur la sixième couverture). Je vous en laisse un dernier : magistral.

Une adaptation en série est en cours. Je ne l’ai pas vue, j’ignore si je la verrais un jour (pas tout de suite en tout, la BD est trop fraîche dans mon esprit), mais j’avoue être dubitative. La violence très présente, les choses atroces brillamment mises en images par Steve Dillon, l’humour noir, etc., je me demande ce que ça donne en images réelles. Si quelqu’un l’a vue, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, je suis curieuse malgré tout.

Preacher, Garth Ennis (scénario) et Steve Dillon (dessin). Urban Comics, coll. Vertigo Essentiels, 2016-2018 (1995-2000 pour les premières publications). Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jérémy Manesse.
– Tome 1 : 352 pages
– Tome 2 : 423 pages
– Tome 3 : 392 pages
– Tome 4 : 392 pages
– Tome 5 : 383 pages
– Tome 6 : 397 pages

Challenge de l’imaginaire
Challenge de l'imaginaire (logo)

Publicités

28 réflexions au sujet de « Preacher, intégrales (6 tomes), de Garth Ennis (scénario) et Steve Dillon (dessin) (1995-2000) »

  1. J’ai vu la série et on retrouve tout ce dont tu parle dans la saison 1. C’est noir, cynique, hilarant et brillant 😊 Par contre j’ai complètement décroché au cours de la saison 2 car la magie n’opperait plus du tout …

  2. Je n’ai pas encore terminé la série étant tributaire des disponibilités de ma bibliothèque, mais comme toi, j’ai vraiment accroché à la série et ai adoré le personnage de Cassidy. Les dessins m’ont un peu moins emballée, mais ils contribuent à l’ambiance particulière qui se dégage du récit.
    Pour la série, j’espérais lire ton avis dessus avant de me lancer 🙂

    • Cassidy ! Tu vas voir qu’il te réserve quelques surprises !
      Les dessins, c’est sûr que ça dépend des goûts et des couleurs. Dans une autre histoire, je n’aurais peut-être pas apprécié ceux-là, mais j’ai trouvé qu’ils collaient vraiment bien au récit, qu’ils le servaient à merveille.
      Désolée pour la série, mais je ne pense pas me lancer tout de suite ! Je pense que tu l’auras vue avant moi.

  3. Pouaaah ! Mais rien qu’aux couvertures je suis fascinée ! Et ton article donne l’eau à la bouche (j’ai un seau rempli de ma bave à côté de moi présentement) (désolée pour l’imagine ahaha !) ! Franchement, autant je sais tout le bien que tu penses de Sandman (et j’aime beaucoup tes articles sur le sujets d’ailleurs), mais je n’arrive pas à me lancer dans la lecture des deux premiers tomes que j’ai depuis l’année dernière (honte à moi). Autant là, j’ai clairement envie de lire tous les tomes de cette série !

    • Ah, c’est un « Pouaaah ! » positif ! J’ai cru que quelque chose (comics, couverture, mon article ?) te dégoûtait ! ^^
      Mais je suis trop contente d’avoir pu te donner envie, même si j’aimerais pouvoir te transmettre la même impatience de lire Sandman !
      (L’image du seau de bave est répugnante à souhait, ça s’accorde merveilleusement avec Preacher !)

  4. Je me disais bien que je connaissais, j’avais un ami qui regardait et ça m’arrivait de regarder des bouts d’épisodes par dessus son épaule ^^
    Je me souviens que le langage était cru/vulgaire, mais pas de souvenir de trucs cracras (en tous cas ça ne m’a pas marqué^^).
    Encore une saga que j’ai très envie de découvrir, je te remercie pas, ma wishlist augmente pratiquement à chacun de mes passages sur ton blog ^^
    Il faut absolument que je me réinscrive en médiathèque ! =D

    • Tu parles de la série ? Si oui, je ne peux pas parler pour elle puisque je ne l’ai pas vu. Peut-être qu’ils n’ont pas tout adapté, peut-être qu’ils ne sont pas arrivés au pire passage. En tout cas, le Marchand de viande est quand même assez trash…
      Tu ne me remercies pas, mais je ne m’excuse pas pour autant parce que je suis ravie d’avoir pu te donner envie ! Et la réciproque est tout aussi vraie : tu allonges aussi beaucoup trop ma PAL !
      Oui ! Pour les BD, c’est quand même génial !

  5. Je lorgnais dessus depuis quelques temps tout en ayant peur que ce ne soit pas si trash que ça (je suis une adepte de Crossed, je sais pas si tu connais…Mais c’est très très trash!).
    Mais là franchement tu m’as convaincu de laisser une chance à cette série de comics!
    Et une remarque totalement random et qui n’a rien à voir avec les comics mais j’ai trouvé cet article très bien écrit, vraiment agréable à lire, ça coule tout seul! Voilà, je complimente je complimente ahaha

    *Ajoute Preacher à sa WL*

    • Déjà, merci beaucoup pour tous ces compliments ! Venant de toi qui écris si bien, ça me touche vraiment énormément !

      Ensuite, pour revenir à Preacher, ce n’est pas trash tout le temps, si c’est ce que tu cherches. Bon, y a des meurtres à tout-va, mais on est d’accord que ce n’est pas ce qui s’appelle du trash. Par contre, il y a quelques passages assez crados quand même.
      Je ne connais pas Crossed donc pas de comparaison possible : ce sont des comics aussi ?
      J’espère que si tu lui laisses une chance, tu ne seras pas déçue en le trouvant trop sage ! ^^

      Encore merci, Alberte !

      • Oh bah merci beaucoup, si j’m’y attendais *rougie*

        Non mais je pense que je tentera! Les couvertures m’ont toujours donné envie et une couverture me rappelle un peu les visages déformés des persos de Charles Burns dans Black Hole donc ça suffit à me donner l’eau à la bouche!
        Yes ce sont des comics aussi. C’est un peu apocalyptique et les êtres humaines sont redevenus un peu animaux et commettent les pires horreurs (cannibalisme et autres joyeusetés! aha)

        C’était très sincère donc y a vraiment pas d’quoi 🙂

        • Humm… ça a l’air plutôt sympa ça, j’essayerai de le trouver en bibliothèque. D’ailleurs, je viens de voir que c’est aussi Garth Ennis qui est aux commandes, c’est bien ça ? Tu y trouveras peut-être des points communs même si ça a l’air plus gore que Preacher malgré tout.

          • Y a rarement toute une collection en bibli mais ça vaut le détour 🙂
            Yeeees, j’avais pas vu que c’était le même scénariste!!
            Je t’en dit des nouvelles bientôt, Preacher est dans ma bibli mais le tome 1 est emprunté 😛

  6. Ping : Littérature de l’Imaginaire – Bilan 1er trimestre – Ma Lecturothèque

  7. Ping : Challenge Tournoi des trois sorciers – Année scolaire 2018-2019 | L'ourse bibliophile

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s