Illuminae, tome 1 : Dossier Alexander, d’Amie Kaufman et Jay Kristoff (2015)

Illuminae 1 - Dossier Alexander (couverture)Kerenza, petite planète perdue quelque part dans l’Univers, est attaquée par une entreprise interstellaire, BeiTech. Rescapés à bord de deux vaisseaux différents et persuadés que l’état-major leur ment sur leur situation, Kady Grant, 17 ans, et Ezra Mason, 18 ans, s’unissent pour découvrir la vérité grâce aux talents de hackeuse de Kady.

Une planète isolée, la colonisation de l’espace par les hommes, une attaque spatiale, une Intelligence Artificielle (du nom d’AIDAN) qui semble dérailler… On pourrait se dire que tout cela est quelque peu déjà vu, et pourtant… non ! Illuminae, c’est génial, c’est une claque et c’est à lire !
Reprenons plus posément. Illuminae est un roman comme je n’en ai jamais lu. Il faut reconnaître que la forme est pour le moins atypique.

Voici quelques pages piochées dans le roman pour exemple :

On y trouve des rapports, des retranscriptions de vidéos surveillance, des entretiens, des discussions par mails ou messagerie instantanée, des extraits du journal de Kady, etc. A cela s’ajoute des images comme des calligrammes, des affiches ou des plans de vaisseaux. La typographie varie en fonction des documents – ce qui leur confère davantage d’authenticité –, mais aussi en fonction de la situation ou de l’état des personnages. Nous pouvons passer d’un écrit très formel, quasi militaire, à une conversation par messagerie instantanée qui nous montre les protagonistes sous un jour plus naturel.

Quand j’ai commencé à lire les interrogatoires de Kady et Ezra qui ouvrent le roman, je me suis demandé si ma lecture allait être vraiment agréable. Et oui, elle l’a été.
Je me suis prise au jeu et j’ai apprécié – avec un plaisir sans cesse grandissant – les changements de supports. En outre, malgré cette originalité, le récit est toujours cohérent et l’on peut suivre nos personnages de manière fluide. Le roman était donc très bien pensé et très bien construit : les documents ne sont jamais là par hasard, ils sont toujours utiles et on ne tombe pas dans le travers de mettre des éléments simplement parce que c’est original.

Illuminae 1 - Dossier Alexander 8
Et l’histoire alors ? Elle n’est pas en reste non plus puisqu’elle m’a complètement emportée pour un voyage aux confins de l’Univers. Pas de descriptions, mais un départ sur les chapeaux de roue, directement dans le vif du sujet ! J’ai été prise par ce huis-clos (peut-on vraiment parler de huis-clos dans des vaisseaux long de plusieurs kilomètres ?) avec cette IA apparemment timbrée (et donc pas rassurante pour un sou) et les autres dangers que devront affronter Kady et Ezra (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler). Grâce à l’alternance des points de vue et des documents, le rythme est dynamique, voire haletant, pendant plus de 600 pages !

L’originalité de la forme ne nuit nullement à l’émotion. Le ton et l’ambiance changent sans difficulté : de la gravité, de l’humour (pas au point de s’esclaffer devant le livre, mais plus de légèreté, dirais-je), du cynisme, des instants solennels et d’autres où l’on retient son souffle… On s’attache aux personnages sans difficulté et, en ce qui me concerne, j’ai eu un coup de cœur pour AIDAN, l’Intelligence Artificielle, qui devient rapidement un narrateur à part entière par le biais de fichiers provenant de ses serveurs et inclus au dossier.

Ecrit à quatre mains, Illuminae – Dossier Alexander est un Space Opera unique qui m’a captivée à 200%. Une histoire excellente (qui interroge également sur l’intelligence artificielle ou le pouvoir accordé aux grandes entreprises), du suspense et des retournements de situation en quantité, des personnages forts et surtout une mise en page exceptionnelle pour un résultat addictif !

Vivement la parution du second tome pour prolonger cette expérience de lecture totalement nouvelle !

Illuminae 1 - Dossier Alexander 5

« Quel tandem improbable, elle et lui.
Un duo de code et d’électron.
L’âge et la jeunesse, le cynisme et l’espoir.
Il est plus rapide qu’elle – bien plus expérimenté.
Mais elle. Elle est sans peur. Trop jeune pour avoir connu l’échec et la peur qui s’en nourrit. Elle le mène sur des sentiers qu’il n’aurait pas osé explorer seul.
Elle est le catalyseur.
Elle est le chaos.
Je peux comprendre pourquoi il l’aime.
< Erreur >
< Erreur > »

« Les miracles sont des improbabilités statistiques. Et le destin est une illusion à laquelle l’humanité se raccroche pour avoir moins peur du noir. Il n’existe aucune certitude dans la vie, exceptée la mort. »

Illuminae, tome 1 : Dossier Alexander, Amie Kaufman et Jay Kristoff. Casterman, 2016 (2015 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Australie) par Corinne Daniellot. 607 pages.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Illuminae, tome 1 : Dossier Alexander, d’Amie Kaufman et Jay Kristoff (2015) »

  1. Totalement d’accord avec ton avis , et surtout je suis tellement contente que tu l’aies lu (et adoré !) ❤ Je n'ai aucune idée de la date de sortie française du deuxième opus, mais je peux te dire que j'ai sacrément hâte ! On m'a dit que la lecture en anglais était pleine de vocabulaire familier, pas toujours hyper compréhensible, du coup j'hésite à tenter ^^'

    • Je ne sais pas, à la fin du volume, ils annoncent 2017, mais ça ne nous dit pas s’ils sortira au printemps ou à l’automne… Effectivement, le lire en anglais serait une bonne solution, mais en ce qui me concerne, j’ai trop de livres en français à lire(genre… La passe-miroir que j’ai acheté à Montreuil 2015… ^^) pour me lancer dedans !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s