Les mystères de Larispem, tome 1 : Le sang jamais n’oublie, de Lucie Pierrat-Pajot (2016)

Les mystères de Larispem, tome 1 (couverture)1899, Paris est devenue la Cité-Etat de Larispem, délivrée de sa noblesse et de son clergé. A présent, la classe forte dans cette société qui veut mettre tout le monde à égalité est celle des louchébems, des bouchers. C’est là que vivent Carmine, l’apprentie louchébem noire, Liberté, la mécanicienne venue de province, et Nathanaël, l’orphelin qui recevra un étrange héritage de son passé. Mais une menace pèse sur la cité : les Frères de Sang, adeptes de l’Ancien Régime, sont de retour. Quel sera donc le rôle de nos trois héros ?

Sortant de l’univers foisonnant et riche en détails des Ferrailleurs, j’ai tout d’abord eu du mal à rentrer dans ce Larispem steampunk, faute justement de précisions sur ce monde. Heureusement, des indices lâchés ici ou là m’ont permis de constituer au fil du roman un tableau un peu plus précis de ce nouveau Paris et de la vie de ses habitants et d’apprécier un peu mieux ce roman.

D’où mon premier point très positif : j’ai adoré l’univers. L’idée de donner à un avenir à la Commune de 1871 pour tenter de construire une nouvelle société égalitaire est excellente. C’est donc un plaisir de découvrir cette ville à la fois semblable et très différente du Paris que nous connaissons. Notre-Dame a été transformée en bibliothèque, les rues renommées, il n’y a jamais eu de Sacré-Cœur ou de tour Eiffel (qui se trouve à Lyon du coup), etc. Et je suis totalement amoureuse du côté steampunk. A Larispem, les chevaux côtoient les vapomobiles, les réclames se font par voxomatons, et, dominant le tout, la tour Verne. De cet immense édifice érigé sur la butte Montmartre, le génial écrivain offre à Larispem ses inventions visionnaires. Bref, tout cela a un charme fou !

La fluidité de l’écriture et l’alternance des points de vue entre les trois personnages principaux font progresser l’action rapidement et, si l’histoire met un peu de temps à décoller, on ne s’ennuie pas pour autant. Cela dit, il faut avouer que l’on n’en a pas vraiment le temps vu que le roman est assez court. J’ai d’ailleurs été frustrée d’arriver à la fin au moment où j’entrais pleinement dans le récit !
C’est pourquoi j’attends beaucoup de la suite : plus d’action, de révélations, de suspense (qu’on puisse quand même s’inquiéter un peu pour nos héros !), mais aussi une mise en lumière des défauts de Larispem car on se rend bien compte que la société n’est pas forcément aussi égalitaire qu’elle le voudrait.

Les personnages sont sympathiques, mais je n’ai pour l’instant pas eu de coups de cœur pour l’un d’entre eux. Le dynamisme assuré de Carmine, l’intelligence discrète de Liberté, la détermination et les hésitations de Nathanaël m’ont plu, mais j’aimerais les voir prendre plus d’ampleur et de profondeur, notamment Liberté qui sera, j’en suis sûre, un personnage vraiment passionnant et atypique. J’attends aussi leur rencontre à tous les trois puisque les filles ne connaissent pas encore Nathanaël.

Les mystères de Larispem, hommage à Jules Verne et Eugène Sue, est donc une uchronie surprenante à l’univers steampunk passionnant. Pourtant, ce n’est pas un coup de cœur (et même, puisque je m’attendais à être totalement séduite, une légère déception). Pour le tome 2, nous disons donc : plus d’action et de retournements de situations, des personnages plus approfondis, et toujours ce Paris rétrofuturiste, ce soupçon de magie et cet argot singulier des louchébems !

« La beauté, que ce soit celle de l’art ou de la technique, doit appartenir à tous. »

« Tu vois, Nathanaël, ce que je hais le plus chez les Larispemois, c’est cette façon de faire comme si Larispem était une cité entièrement neuve, née de leurs rêveries d’anarchistes. Voilà presque trente ans qu’ils changent le nom des rues, transforment les églises en club de discussion, en gares et en entrepôts. Pourquoi ? Pour que l’on oublie que Larispem n’est rien d’autre que Paris caché sous d’autres noms. »

Les mystères de Larispem, tome 1 : Le sang jamais n’oublie, Lucie Pierrat-Pajot, illustré par Donatien Mary. Gallimard jeunesse, 2016. 259 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s