Big Easy, de Ruta Sepetys (2013)

Big Easy (couverture)Après deux romans que j’ai adorés – Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre et Le sel de nos larmes –, je me suis tout naturellement tourné vers celui qui est en réalité le second roman de Ruta Sepetys : Big Easy.

Nous quittons totalement l’Europe tourmentée par la Seconde Guerre mondiale pour nous plonger dans La Nouvelle-Orléans des années 1950. C’est là que vit Josie « Jo », 17 ans, une fille intelligente et cultivée, grande lectrice, qui a le malheur d’être la fille d’une prostituée cupide et peu attentionnée. Son rêve est d’intégrer Smith, une grande université. Mais ce n’est pas easy de sortir la tête hors de l’eau avec une mère comme la sienne…

J’ai ressenti beaucoup de sympathie et de compassion pour Josie – et parfois même de l’inquiétude tant les ennuis s’accumulent au-dessus de sa tête – mais, toutefois, il m’a manqué dans ce roman un petit quelque chose pour qu’il soit marquant. Ce petit quelque chose était présent dans ses deux autres livres, notamment dans Le sel de nos larmes qui m’a laissée toute bouleversée.
On s’attache tout de même un peu à toute la galerie de personnages qui entoure Josie : Willie, Cokie, Jesse, Patrick… Le seul reproche que je pourrais leur faire est celui de leur évolution… inexistante. Willie reste toujours Willie, Cokie reste toujours Cokie, ils ne changent pas. Les sentiments de Jesse évoluent dans un sens prévisible et le secret de Patrick n’en est pas vraiment un (on le devine bien plus rapidement que Josie). Finalement, les personnages sont trop stéréotypés, ce qui m’a déçue car c’est un travers que je ne me souviens pas avoir trouvé dans ses deux autres livres.

Un bon point pour Big Easy, surnom de La Nouvelle-Orléans, est justement cette description de cette ville et de l’ambiance qui y régnait dans les années 1950. Tout n’y est pas noir, Josie connaît des moments de paix et de bonne humeur, mais on sent que le crime et le vice ne sont jamais loin : prostitution, mafia, meurtres, dettes… De plus, les inégalités sociales y sont horriblement marquées et tout semble hurler à Josie qu’elle n’a pas le droit à un meilleur avenir.
De la même manière, Ruta Sepetys nous entraîne dans les couloirs de la maison close et nous fait découvrir cet univers particulier qui, si elle ne cache pas que c’est parfois un peu glauque, cache beaucoup de bonne humeur et de solidarité entre les filles.

Je reprocherai également des longueurs. J’ai trouvé que l’intrigue se traînait, mettant du temps à se mettre en place, à se développer et à aboutir.  Alors que son écriture et sa narration étaient efficaces et terriblement accrocheuses dans ses deux autres romans, ce n’est absolument pas le cas dans ce roman, parfois inutilement lent.

Big Easy n’est décidément pas le meilleur roman de Ruta Sepetys (par contre, lisez les autres, ils sont géniaux !), mais il nous offre quand même une belle héroïne, courageuse et grande lectrice (immense qualité évidemment…), ainsi qu’une plongée à La Nouvelle-Orléans.

« Charlie s’était effectivement montré bon pour moi. Un jour (j’avais alors quatorze ans), je luis avais confié que je haïssais ma mère. « Ne la déteste pas, Jo, m’avait-il répondu. Aie plutôt pitié d’elle. Songe qu’elle est loin d’être aussi intelligente que toi. Elle n’a pas tes possibilités, c’est pourquoi elle erre sans but, ne cessant de se heurter à toutes sortes de murs. C’est triste. » J’avais compris les paroles de Charlie et, à compter de cette conversation, je commençai à percevoir ma mère sous un autre jour. Mais, selon une règle plus ou moins tacite, les parents ne doivent-ils pas être plus intelligents que leurs enfants ? Cela ne semblait pas juste. »

« Je perçus nettement son changement d’attitude à mon égard. Je n’étais qu’une triste petite orpheline du Quartier français, quelqu’un que l’on pouvait envoyer promener d’un geste, comme on écarte une mauvaise odeur avec son mouchoir. »

« Je voulais continuer à croire que c’était possible, que mes ailes, si frêles, si déchirées fussent-elles, pouvaient toujours m’emporter, d’une manière ou d’une autre, loin d’une existence de mensonges et d’hommes dépravés. Je voulais employer mon esprit à des fins studieuses ; je n’avais que faire des ruses, des escroqueries et des arnaques. »

Big Easy, Ruta Sepetys. Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2013 (2013 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Bee Formentelli. 448 pages.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Big Easy, de Ruta Sepetys (2013) »

  1. Oh, j’ai beaucoup hésité pour savoir par quel roman de Ruta Sepetys j’allais commencer et j’ai finalement acheté Big Easy. La période des années 50 me plaisais beaucoup et la description que tu en fais me donne encore plus envie de m’y plonger ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s