Arena 13, de Joseph Delaney (2015)

Arena 13 (couverture)Les humains ont été vaincus par les créatures qu’ils avaient eux-mêmes créés. Non pas des robots – comme il a souvent été raconté au cinéma et dans les livres –, mais par des djinns dont certains les « djinns scélérats » se sont libérés des programmes qui les dominaient. Dans la ville de Gindeen, à Midgard, le pays où ils sont rassemblés, le divertissement le plus populaire prend place dans les grandes arènes. Et surtout dans l’Arène 13 où les combats sont à mort. Leif, 14 ans, arrive en ville avec l’intention de devenir le plus grand combattant et ainsi vaincre celui qui terrorise tout le monde… Hob. Il entame son apprentissage sous la houlette du plus grand maître d’arme de la ville, Tyron.

Quand j’ai commencé le roman, j’ai pensé que ma critique allait être plutôt négative. En effet, outre le fait que la couverture ne me plaît pas vraiment (trop brute, trop sur le sang et le combat, avec ce casque qui m’évoque un mauvais film d’horreur… bref), j’ai eu du mal à rentrer dedans, à sympathiser avec Leif. L’énumération des règles de combat dans les arènes – même si elles se sont avérées bien utiles plus tard, pour ne pas se perdre dans les différentes manières de combattre – m’ont semblé annoncer un livre où les combat, le sang et la mort seraient présents à toutes les pages.
Mais finalement, j’ai accroché (il faut reconnaître que le livre se dévore en peu de temps).

Tout d’abord, j’ai été surprise de trouver là un roman de SF, je m’attendais à de la fantasy avec une histoire d’orphelin qui doit apprendre à combattre, gravir les échelons pour vaincre un « grand méchant » et libérer l’humanité. Pourtant, le fait est là. Il y est évoqué des « armes anciennes » dites atomiques, des outils dépassés comme des claviers. Et surtout le langage Nym découle du – bien réel – langage Forth inventé par Charle H. Moore.
Dans cette dystopie, les mythes anciens semblent avoir repris le contrôle. Les hommes sont confinés à Midgard, la terre des humains dans la mythologie nordique et les djinns sont des créatures surnaturelles présentes dans l’islam qui, comme Hob dans Arena 13, sont capables de se métamorphoser et de contrôler l’esprit humain.

Ensuite, j’ai fini par apprécier les personnages, notamment Leif, Kwin et Deinon, respectivement fille et apprenti de Tyron. Le premier pour son passé et son acharnement pour arriver à son but, la seconde pour ses remises en question du monde qui l’entoure (l’interdiction des femmes de combattre, le traitement des lacres, les paris clandestins dans les profondeurs de la Roue, etc.), sa détermination et son imprévisibilité (j’espère qu’elle aura un rôle important à jouer dans la suite de la série) et le troisième pour l’intelligence que l’on sent se dessiner sous son apparence souriante et sa capacité à relativiser. Par exemple, il ne semble jamais envier les richesses de Palm à l’inverse de Leif. Palm, quant à lui, est une sorte de Drago Malefoy. Profitant sans vergogne de la richesse de son père, méprisant, se délectant de l’échec des autres, cet apprenti au regard froid s’annonce l’ennemi de Leif comme Drago est celui d’Harry.

« Il se croyait manifestement au-dessus de nous, et cela l’agaçait de perdre son temps à cause de moi. »

« Dans les yeux de Palm, il n’y avait que de l’envie et de la haine. Je venais de me faire un ennemi. »

Quant à Tyron, je dirais qu’il est tel qu’on l’attend : puissant (le meilleur dans son domaine), sévère mais juste…

Il n’y a pas de longues et répétitives descriptions de combats (du moins pas dans ce premier tome, je ne sais pas combien de volumes comptera la série…). Il y en a, mais il y a aussi les entraînements où l’on voit Leif se perfectionner, les relations entre les personnages, la visite des lieux clés de Gindeen (la Roue, les abattoirs, les différents quartiers, etc.), les mésaventures de Kwin… Les différents éléments se mettent en place, des questions sont posées, des sujets sont évoqués comme les lacres (je m’interroge notamment sur le conscience, soi-disant inexistante), le peuple Genthai qui semble avoir trouvé un mode de vie alternatif, le monde par-delà la Grande Barrière qui empêche les humains de quitter Midgard…

Ce roman est vraiment intéressant, notamment par ce mélange de magie, de SF, de fantasy et un peu de péplum (avec ces combats d’arènes qui ne sont pas sans rappeler les gladiateurs), mais lire la suite me sera nécessaire pour me prononcer plus définitivement.

« Le monde était ainsi fait : c’était une loterie. »

Arena 13, Joseph Delaney. Bayard, 2015 (2015 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Sidonie Van den Dries. 389 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s