De l’autre côté du mythe, tome 3, Médousa, de Flora Boukri (2021)

Médousa (coueverture)Depuis le succès de Madeline Miller avec Circé et Le chant d’Achille – succès pleinement mérité –, les réécritures des mythes fleurissent. Parmi eux, les romans de Flora Boukri. J’avais entendu parler du premier, Ariádnê, pas du tout du second, Penthesíleia, avant d’avoir l’opportunité de lire ce troisième tome, Médousa, grâce à Babelio.
Troisième tome qui développe donc l’histoire de… la Gorgone Méduse évidemment. Cette femme à la chevelure serpentine, ce monstre au regard pétrifiant, cette créature tuée par Persée… Une scène de Moi, ce que j’aime, c’est les monstres proposait déjà un autre regard sur cette aventure mythologique ; Flora Boukri propose la sienne qui humanise totalement Médousa comme Madeline Miller l’avait fait avec la terrible magicienne Circé.

C’est alors une histoire terrible certes, totalement injuste, dans laquelle Médousa n’apparaît pas comme le monstre, mais comme la victime de l’histoire. Une histoire tournant autour d’un traumatisme (je vous laisse deviner lequel : il implique un dieu…) engendrant une transformation qui la protégera de ses souffrances.
Sauf que. Médousa est une héroïne mortellement passive. Elle décide de peu de choses, se laisse porter par les événements, sa famille, Athéna. Son histoire, sa mortalité (qui l’isole, elle qui est née de parents immortels) rendent ses peurs compréhensibles, mais ses faiblesses ne deviennent jamais des forces. Du moins pas délibérément. Sa métamorphose est prétendument son choix, dixit certains protagonistes, mais ce n’est pas le ressenti que j’ai eu en tant que lectrice : si l’autrice n’avait pas mis ces mots dans la bouche de certains personnages, je ne l’aurais jamais deviné, et même ainsi, je n’y crois pas. D’apeurée, Médousa devient spectatrice de sa destinée.

Médousa n’est pas le seul personnage qui pose problème : c’est juste plus marquant car elle est l’héroïne. Cependant, aucun ne parvient à se détacher, à s’imposer, à apporter une réelle plus-value à ce récit un peu faible.
Athéna est potentiellement intéressante, j’ai aimé cette idée de réinventer le lien entre elle et Médousa, elles qui sont généralement ennemie (Athéna allant même dans certaines versions jusqu’à punir Médousa d’avoir été violée dans son temps…), mais sa personnalité reste floue finalement. Et, encore une fois, je n’ai pas ressenti son réel attachement à Médousa.
Persée apparaît réellement comme un héros de bas étage, qui ne fait quand même pas grand-chose par lui-même. C’est toujours le cas – il est extrêmement aidé par Athéna et Hermès – mais ça ne m’avait jamais sauté aux yeux comme dans cette lecture. Il est totalement fade et ne risque pas d’éclipser Médousa qui, sans être marquante, peut attirer un peu de sympathie.
Je regrette que les personnages n’aient pas montré davantage de profondeur. On pourrait incriminer la brièveté du roman, mais l’on trouve parfois des personnalités riches et nuancées dans des nouvelles…

Je suis donc relativement déçue de cette lecture qui manquait singulièrement de corps à mon goût. C’est l’histoire d’une victime, mais je m’attendais à ce que ses faiblesses l’aident à trouver de la force. Elle finit par en avoir mais de manière totalement passive. Remarquez, ça aurait pu être un objectif de ce roman : casser avec toutes ses histoires de « femmes fortes » et rappeler que tout le monde ne peut pas l’être, ne peut pas affronter et dompter le monde, que parfois on se brise sans pouvoir se relever. Mais comme la quatrième de couverture dit, pour Médousa comme pour Ariádnê et Penthesíleia, « choisi notre propre destinée », j’en doute.
Le tout est de toute manière trop rapide. Même si ce roman est destiné à un public adolescent, l’intrigue est, à mon goût, survolée et manque d’approfondissements. A l’image des manigances des dieux et de la personnalité des personnages, tout reste basique et un peu simple.

Médousa souffre indubitablement de la comparaison avec les romans de Madeline Miller, mais, indépendamment de cela, c’est un roman qui ne m’a pas convaincue par la faiblesse de son discours, de son déroulé, de ses personnages.

« Privée de la même éducation que ses sœurs en raison de sa condition de mortelle, Médousa ne quittait guère le palais de son oncle. Elle avait grandi en passant une bonne partie de son temps à écouter les histoires de ses nourrices. Elle se délectait des légendes où de valeureux héros terrassaient des créatures monstrueuses et impitoyables envers lesquelles elle nourrissait d’ailleurs une peur et une aversion toutes particulières. Médousa pouvait passer de longs moments à démontrer à Athéna que ces monstres méritaient une mort honteuse. La déesse souriait alors doucement devant tant de conviction et caressait les boucles folles de la petite Médousa. »

« – Médousa, pleura Euruále. Ma sœur, ma sœur chérie, mais quel monstre es-tu devenu ?
– Celui qu’on a fait de moi, j’imagine, répondit Médousa. »

De l’autre côté du mythe, tome 3, Médousa, Flora Boukri. Gulf Stream, 2021. 150 pages.

4 réflexions au sujet de « De l’autre côté du mythe, tome 3, Médousa, de Flora Boukri (2021) »

    • Je ne sais pas ce qu’il en est des deux précédents tomes, mais je n’ai absolument pas été convaincue par celui-là. Je préfère la version d’origine où Méduse est un monstre qui a un vrai pouvoir et qui fout les jetons aux autres. ^^

  1. Je crois que c’est difficile de passer après Madeline Miller, même si la réécriture des mythes est très intéressante, tout comme celle des romans classiques. Ici, le côté ado a sans doute porté préjudice. (On voit bien comment Rouge, dans la même maison d’édition, n’édulcorait rien). Les mythes sont souvent très cruels dans leur version d’origine et si on cherche à les lisser, les adoucir,tout perd sa saveur, je pense.Le choix d’avoir fait de Médousa la spectatrice de sa propre histoire est assez étrange, aussi !

    • Je ne blâme pas la maison d’éditions, mais cette version n’est pas une réussite de mon point de vue. Je ne sais pas si c’est le fait qu’elle est davantage destinée aux ados, il existe bon nombre de textes en littérature ado qui sont très forts, puissants et engagé. Disons que je n’en ai pas perçu l’intérêt tant Médousa est un personnage passif et faible.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s