The Broken Bridge, de Philip Pullman (1990)

The Broken Bridge (couverture)Ginny a seize ans, elle vit seule avec son père au bord de la mer, elle rêve de devenir une artiste comme sa mère haïtienne, son meilleur ami est revenu dans la région, bref, la vie est belle. Mais la découverte d’un demi-frère jamais vu jamais évoqué, va bousculer son royaume bien ordonné. Et ce n’est que le premier de toute une série de chamboulements.

Si vous ne l’avez pas encore compris, The Broken Bridge, apparemment non traduit en français, nous plonge dans une histoire de famille. Jusqu’à ses seize ans, Ginny n’a pas vraiment eu l’occasion de s’interroger sur son passé, malgré d’étranges souvenirs qui remontent parfois à la surface. Mais les secrets restent rarement enfouis pour toujours et c’est finalement ça, le cœur du roman. Plus qu’avec les secrets autour de son passé, c’est avec les mensonges, surtout ceux d’un père adoré, et les conséquences de ceux-ci que Ginny va devoir apprendre à vivre.

Philip Pullman met en scène une héroïne noire et, comme je n’en rencontre pas tant que ça dans les romans, je tenais à le saluer, d’autant plus qu’il le fait admirablement bien. Car Ginny reste une ado comme les autres. Certes, le sujet de la couleur de sa peau est parfois abordé car il arrive qu’elle s’interroge à ce sujet, sur le fait d’être noire, d’avoir des racines à la fois au Pays de Galles et à Haïti, de se sentir différente de ses ami.es, de parfois être confrontée au racisme aussi. Mais ce n’est pas la question au centre du roman. D’ailleurs, elle n’en fait souvent pas cas car sa vie est semblable à celle des jeunes des environs. Finalement, Ginny s’interroge surtout car elle cherche sa place et sa voie, comme peut être amené à le faire n’importe qui.
Ginny est une héroïne à laquelle on s’identifie facilement. Elle est parfois agaçante, on aimerait qu’elle se plaigne un peu moins de temps en temps, mais elle n’en est pas moins attachante et parfaitement crédible. D’ailleurs Philip Pullman met en place d’autres personnages féminins intéressants comme la meilleure amie de Ginny ou la sœur de celle-ci.

Deux petits reproches toutefois. Premièrement, alors que des indices se dévoilaient petit à petit, la vérité arrive sous la forme de longues discussions, certes passionnantes car on a bien envie de connaître le mot de la fin, mais qui casse un peu le rythme. Deuxièmement, la touche de fantastique. Dans un livre parfaitement ancré dans la réalité, j’ai du mal. Même si je comprends le lien avec Haïti et le vaudou, j’ai quand même du mal. Ça me semble hors de propos. Mais bon, il est si bref que je peux passer outre.

Une héroïne réaliste, des descriptions vivantes du Pays de Galle, une histoire de famille intrigante et intéressante. Il m’a manqué le petit truc qui m’aurait vraiment enthousiasmée, mais The Broken Bridge est toutefois une bonne lecture.

Ginny knew what she felt now; she felt apprehensive. A sister living twenty miles away, a grown-up sister with a house and a job and worldly wisdom, was a piece of good fortune; but an unseen brother your own age who was going to invade your own home was a threat.

The Broken Bridge, Philip Pullman. Editions MacMillan, 2017 (1990 pour l’édition originale). En anglais. 294 pages.

2 réflexions au sujet de « The Broken Bridge, de Philip Pullman (1990) »

  1. Oooh ça me tente vachemeent !
    Déjà parce que Philip Pullman ♥ et surtout l’histoire a l’air très chouette !
    Merci pour la découverte ! =)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s