Cœur de glace, de Marie Pommepuy et Patrick Pion (2011)

Coeur de glaceC’est la couverture qui m’a attirée en premier lieu. J’ai trouvé magnifique cette image sombre de petite fille au regard triste tenant dans ses mains un oiseau noir. Ce n’est qu’après coup que j’ai remarqué qu’elle était portait à la cheville un lourd anneau de métal. En réalité, j’ai été surprise lorsque je l’ai ouvert pour y découvrir une bande dessinée ; je m’attendais à un album, à un conte destiné aux enfants. Conte, Cœur de glace en est un peu un puisque l’histoire est adaptée de La Reine des Neiges, d’Hans Andersen. Pour enfants… il l’est moins.

Comme dans le conte original, on retrouve la petite Gerda dans son périple pour retrouver Kay, son ami enlevé par la Reine des Glaces. Mais plus de cantiques, plus de bons angelots pour soutenir la fillette dans cette version ! Les principales péripéties de ce « conte en sept histoires » sont conservées, mais l’histoire est segmentée, découpée et remontée grâce à des flashbacks. Dès le début, Gerda est enlevée par les brigands et le lecteur apprend son histoire lorsqu’elle en fait le récit à la fille des brigands.

A la recherche de Kay qui, le cœur glacé par la Reine, l’a repoussée avant de partir, elle rencontre une sorcière cannibale qui tente de l’ensorceler, une princesse et un mendiant dans un royaume sur lequel elle déchainera accidentellement des forces maléfiques et des brigands. Finalement, le Kay qu’elle retrouvera ne sera ni le petit garçon d’autrefois, ni un prince charmant.

Les illustrations ont un effet vieillies : des traits fins avec de nombreuses hachures rappellent celles dans les volumes anciens des contes ou des fables tandis que les couleurs un peu passées alternent le froid et le chaud. Cœur de glace est une adaptation sombre et macabre d’Andersen avec des scènes assez dures, sanglantes ou douloureuses. L’ambiance est parfois très oppressante. La cruauté est très présente.

Avec une fin des plus amères, Marie Pommepuy et Patrick Pion propose un conte de fée effrayant qui sort de l’ordinaire.

 « Regarde profondément en toi, peut-être que tu découvriras qui tu es et ce que tu cherches. »

 « C’est le jeu de glace de la raison ! Tout est brisé, je dois retrouver l’ordre pour que la surface soit lisse comme avant. »

Cœur de glace, Marie Pommepuy (dessin) et Patrick Pion (scénario). Dargaud, coll. Long courrier, 2011. 70 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s