C’est juste un film, d’Earl Lovelace (2011)

C'est juste un film (couverture)Alors que le mouvement du Black Power s’éteint peu à peu, ce calypsonien King Kala, « artisan de la confusion, greffier de ragots, démolisseur de réputations, révélateur de secrets », nous emmène à la rencontre des délinquants, des croyants, des politiciens, des joueurs de cricket, des rêveurs, des révolutionnaires qui composent son petit monde, à la rencontre de son pays, Trinité-et-Tobago.

Lire un livre trinidadien, voilà qui est une première pour moi ! Du coup, j’écris cette chronique au son des steeldrums de l’île, une première également.

Avant tout, si ce roman est aussi captivant, c’est pour son écriture poétique, enragée parfois, qui raconte les conflits entre les peuples, les tâtonnements politiques et les violences aussi bien que la communion pendant carnaval et l’engouement national pour le cricket ou les steelpans. Il coule tout seul, les chapitres s’enchaînent avec fluidité, convoquant les personnages les uns après les autres pour les raconter et les mettre à nu, faisant tomber leurs masques.

Car ce que je retiendrais surtout de cette lecture, c’est la rencontre avec ces personnages atypiques, hauts en couleur, drôles et touchants à la fois. Sonnyboy, Tante Magenta, Dorlene, Franklin, Aguillera et tous les autres. L’enthousiasme persistant de Sonnyboy en dépit des échecs, des coups montés, des coups ratés. La décision inébranlable d’Aguillera de ne jamais arrêter personne. La naïveté de Dorlene. Leurs superstitions et leurs croyances qui cohabitent avec les autres religions. Tous rêvent d’un monde meilleur, d’une vie meilleure, mais ils se confrontent souvent à la réalité qui n’est pas toujours tendre avec eux.

Ce roman dessine donc mille et un portraits. Celui des Trinidadiens avant tout, certes, mais ces tranches de vie tracent aussi le portrait d’une île, celle de Trinité, et d’une époque, ces années 1970, ces années Black Power et celles qui ont suivies. A tous, il raconte leurs espoirs et leurs rêves, leurs échecs et leurs désillusions, leurs amours et leurs amitiés.

C’est très immersif et Earl Lovelace nous embarque véritablement à la découverte de ce peuple (de ce mélange de peuples plutôt), de cette société, de son histoire et de ses luttes. Il y a beaucoup de tendresse et d’émotions dans ce roman et on ressent particulièrement l’amour de l’auteur pour sa terre et celles et ceux qui l’habitent. Et, après cette lecture, honte à vous si vous n’êtes pas incollable sur les steelpans, sur le carnaval ou sur le calypso !

Merci Babelio donc, pour cette surprise et cette découverte inattendues, pour ce voyage vers les Caraïbes, pour cette rencontre avec cette langue, avec ces gens et avec l’âme vibrante de Trinité. Quant au seul autre roman traduit d’Earl Lovelace, La danse du dragon, il file directement dans ma wish-list.

« Le Black Power, c’était fini ; gueuler Power n’avait rien fichu par terre. La voix loqueteuse des gens, c’était en fait la voix de Dieu. La révolution était finie. Ce monde que certains d’entre nous avions entrepris de changer pour y réclamer notre place était, en gros, toujours le même. L’espace d’un instant, nous autres du Black Power avions écarté le rideau de silence qui camouflait les plus gros problèmes du pays – la dignité des Noirs, l’égalité des chances, l’égalité tout court, ce qu’il restait à faire, comment continuer. »

C’est juste un film, Earl Lovelace. Le Temps des Cerises, coll. Romans des Libertés, 2017 (2011 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Trinité-et-Tobago) par Alexis Bernaut et Thomas Chaumont. 399 pages.

Challenge Les Irréguliers de Baker Street – La Figure Jaune 
lire un livre dont la couverture est à dominante jaune

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s