Quelques mots sur quelques albums…

J’ai un peu de mal actuellement à préparer mes articles, donc je vous propose rapidement un petit melting-pot d’albums (même si le premier ouvrage présenté est plutôt un roman très atypique…). D’autres viendront dans les semaines à venir !

***

Caché, de Corine Dreyfuss
(Thierry Magnier, 2017)

Caché (couverture)Un roman pour les bébés, voilà qui est original. Et c’est pourtant ainsi que se présente ce livre. A l’intérieur, pas la moindre image ! Pas de couleur non plus. Du noir et du blanc, des chiffres et des lettres, le rappel du titre en haut de la page, des chapitres, une pagination (et une préface aussi, mais celle-ci est uniquement destinée aux adultes). Un roman donc. Sauf que tout se joue sur la typographie qui utilise judicieusement l’espace de la page. De grandes lettres, des toutes petites, des qui s’agrandissent ou rapetissent ou se répètent, des phrases qui tournicotent, écrites dans un sens ou dans l’autre, des silences, des exclamations, des interrogations… et à partir de là une lecture vivante aux intonations variées pour une partie de cache-cache étonnante. Un ouvrage très original qui, d’après ce que j’ai pu lire, fonctionne très bien auprès de son jeune public !

***

L’enfant et la baleine et L’enfant, la baleine et l’hiver, de Benji Davies
(Milan, 2013 et 2016)

Deux histoires qui se font suite, racontant l’étonnante amitié entre un petit garçon solitaire et une jeune baleine. Noé, au prénom prédestiné, est touchant par la solitude qui l’habite entre une mère absente et un père pêcheur pris par son travail, ce qui ne l’empêche pas d’être plein de sollicitude et d’inquiétude au sujet de ce dernier. Vous l’aurez compris, ces albums, assez simples finalement, regorgent de tendresse, entre amour filial et amitié. J’ai été particulièrement séduite par les illustrations qui offrent deux ambiances très différentes avec un trait très doux. Le premier album, se déroulant pendant l’été, est rempli de couleurs chaudes et lumineuses, alors que le second nous plonge immédiatement au cœur d’un hiver froid et sombre. Les paysages de bord de mer sont magnifiques et j’ai pris grand plaisir à rechercher tous les petits détails (à commencer par trouver les six chats de Noé sur certaines pages). Deux albums très mignons aux illustrations particulièrement agréables !

***

Selpan, de Guillemine Patin (texte) et Étienne Friess (dessin)
(Les P’tits Bérets, coll. Les mains vertes, 2016)

Selpan (couverture)

Naples, été caniculaire. Deux enfants, juchés sur un tas de sacs poubelles, s’inventent un autre monde à partir de détritus tirés à l’aveugle. Ils rêvent de nature, d’arbres, de balades dans un environnement qui sent bon. Les voilà partis dans un univers tellement éloigné de leur quotidien qu’il en devient pour eux comme onirique. Seulement, ce rêve gardera des traces du réel : des poubelles colorées comme d’étranges fruits tombés à terre, le hublot d’une vieille machine à laver dans un tronc comme un trou de hibou beaucoup trop moderne.
Si les aquarelles d’Étienne Friess – dont j’ai à plusieurs reprises admiré le travail – offrent une bonne bouille à ces deux gamins, la ville n’est guère sublimée ou idéalisée. Une vue large de cette ville-poubelle montre une accumulation d’immeubles à perte de vue, un paysage triste et morne.
Un album que j’ai trouvé un peu triste pour cette enfance sans nature, pour ce monde sans oiseaux ni verdure.

New-York Trilogie, de Will Eisner (1981)

New-York TrilogieNew York Trilogie comprend :

  1. La Ville ;
  2. L’Immeuble ;
  3. Les Gens.

« Je me suis lancé dans la création d’une série de « photographies » bâties autour de neuf éléments clé qui, rassemblés, constituent ma vision d’une grande ville… De n’importe quelle grande ville. »

(Will Eisner, Introduction à La Ville)

Dans le premier tome (La Ville), on découvre la ville par des éléments insignifiants au premier abord : les perrons, une grille d’aération, le métro, les bouches à incendie, les détritus, etc. Le second (L’Immeuble) raconte d’abord l’histoire de quatre personnes liées par un immeuble : un homme hanté par les regrets qui échoue à sauver des enfants, une femme qui renonce à son amour, un violoniste qui dépérit simultanément à la destruction de l’immeuble, un promoteur immobilier hanté par ce bâtiment. Suivent ensuite le Carnet de notes sur les gens de la ville qui traite du temps, de l’odeur, du rythme et de l’espace de la ville. Le troisième enfin (Les Gens) est composé de l’histoire de trois personnes, trois invisibles.

Will Eisner, considéré comme le père des romans graphiques, porte un regard extrêmement sensible et acéré sur la ville dans cette trilogie. Ce n’est pas un éloge un peu guimauve de la ville, non, mais il dégage un amour très fort pour cet environnement. Mais la pauvreté est là, la cruauté aussi : morts, vols, viols se déroulent sous les yeux des gens indifférents ou, du moins, qui prétendent l’être pour se protéger. Tous des anonymes, des inconnus. Une femme et son bébé se jettent par la fenêtre pour échapper à l’incendie ; la huitième page du second tome est marquée par la mort d’un enfant. La ville est brutale et Will Eisner le montre tout au long de ces trois tomes.

Will Eisner possède un véritable don d’observation – peut-être aiguisé par les années – pour noter et croquer toutes ses vies, toutes ses nuances, toute cette différence qui se côtoie en ville. Sans aimer la ville, je reconnais que c’est quelque chose de fascinant, cette multitude de gens, de caractères, de styles qui vivent ensemble sans se regarder. Black City Parade : une ville, c’est vivant, c’est multiple, c’est des histoires qui cohabitent. Des histoires tristes et des histoires gaies que Will Eisner dessine. Certaines se racontent sur une seule planche, d’autres sur quelques pages. Certaines sont extrêmement bruyantes et bavardes, d’autres muettes.

Will Eisner rend le son de la ville, on entend les voix, les voitures, les klaxons en lisant ces livres. Je me suis sentie oppressée parfois : par la promiscuité, par ces murs qui enferment et bouchent tous les horizons.

« Vivre dans une grande ville, c’est un peu comme vivre dans une jungle. L’individu s’intègre à son environnement. Il adopte instinctivement les rythmes et la chorégraphie, et avant longtemps, la conduite du citadin est aussi spécifique que celle des habitants de la jungle. Des talents de survie complexes et de subtils changements de personnalité viennent modifier le comportement. »

(Will Eisner, Introduction au Carnet de notes sur les gens de la ville)

New York Trilogie, tome 1 : La Ville, Will Eisner. Delcourt, coll. Contrebande, 2008. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Capuron. 138 pages.

New York Trilogie, tome 2 : L’Immeuble, Will Eisner. Delcourt, coll. Contrebande, 2008. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Capuron. 164 pages.

New York Trilogie, tome 3 : Les Gens, Will Eisner. Delcourt, coll. Contrebande, 2008. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Capuron. 111 pages.