Lettres du Père Noël, de J.R.R. Tolkien (écrites entre 1920 et 1943, première publication en 1976)

Lettres du Père Noel (couverture)Entre 1920 et 1943, J.R.R. Tolkien, se faisant passer pour le Père Noël, a écrit des lettres à ses quatre enfants. Il leur raconte la vie au Pôle Nord, les mésaventures de l’Ours Polaire, son fidèle compagnon, les batailles contre les gobelins et, évidemment, les préparatifs pour Noël.

Ces lettres n’étaient pas destinées à la publication et les historiettes qu’elles racontent restent relativement enfantines, même si le quotidien au Pôle est plaisant à découvrir et si l’aventure est souvent au rendez-vous. Toutefois, au fil des années (et de la croissance des enfants), Tolkien a développé et enrichi son univers polaire et certains éléments ne sont pas sans rappeler Le Seigneur des Anneaux : les guerres avec les gobelins deviennent plus virulentes, le Père Noël trouve des alliés chez les elfes, des langages (elfique, polaire…) font leur apparition, etc.
La Seconde Guerre mondiale n’est pas exclue des lettres et le Père Noël explique aux enfants les problèmes liés au conflit, les pénuries et les souffrances des personnes ballotées par la guerre. Se devinent également les années où Tolkien n’a pas eu le temps de travailler ses lettres : ces années-là, rien de particulier n’est arrivé au Pôle et le Père Noël n’a rien à raconter !

Mais surtout, ce qui se dessine dans ses lettres, c’est l’amour d’un père pour ses enfants. Ces lettres sont magnifiques et ont dû les faire rêver les uns après les autres, année après année. C’est une idée magnifique à mes yeux. Etre le correspondant privilégié du Père Noël, voilà une idée qui doit faire rêver bon nombre d’enfants ! Beaucoup de tendresse se dégage de cette compilation car, sous les mots admiratifs du Père Noël pour le caractère ou le travail de tel ou tel enfant, c’est la fierté de leur père qui transparaît.

Les illustrations sont charmantes. Elles montrent les timbres du Pôle Nord, la maison du Père Noël, les gobelins, les chutes et bêtises de l’Ours Polaire… J’ai beaucoup aimé les paysages enneigés, étincelant sous la Lune.
Je possède l’édition Pocket, mais je pense que j’emprunterai à l’occasion le grand format de chez Christian Bourgeois pour redécouvrir ces dessins riches en détails dans de meilleures conditions.

Même si les histoires racontées ne sont pas toujours palpitantes, les Lettres du Père Noël constituent un recueil attendrissant, plein de magie, de rêve et d’amour, qui permet de rencontrer le père et le grand conteur qu’était Tolkien. Un petit livre parfait pour un instant cocooning !

« Je vous envoie à présent mille baisers, et espère ardemment avoir sélectionné les plus beaux cadeaux dans vos listes de suggestions. J’allais vous envoyer des Bilbo le Hobbit ; j’en envoie d’énormes quantités (de la deuxième édition, pour la plupart) que j’ai commandées il y a quelques jours – mais j’ai pensé que vous en auriez beaucoup, donc je vous fais parvenir un autre Conte de Fées d’Oxford. » (1937)

« Le nombre d’enfants qui restent en contact avec moi semble diminuer : je suppose que c’est à cause de cette horrible guerre, que les choses s’arrangeront j’imagine quand ce sera fini, et que je serai plus occupé que jamais. Mais de nos jours, le nombre de gens qui ont perdu leur maison ou l’ont quittée est effroyable ; la moitié du monde paraît se trouver au mauvais endroit. » (1941)

« Ma chère Priscilla,
Un très joyeux Noël ! Je suppose que tu vas suspendre ton bas encore une fois : je l’espère car j’ai encore quelques petites choses pour toi. Après quoi je devrai dire « au revoir », plus ou moins : mais je ne t’oublierai pas. Nous conservons toujours les numéros de nos vieux amis et leurs lettres ; et plus tard nous espérons revenir quand ils sont grands et quand ils ont leur propre maison et des enfants. » (1943)

Lettres du Père Noël, J.R.R. Tolkien. Pocket, 2010 (lettres écrites entre 1920 et 1943, première publication en 1976, première traduction en 2004). Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Gérard-Georges Lemaire. 111 pages.

Le Cirque des rêves, d’Erin Morgenstern (2010)

Le Cirque des rêves (couverture)Bienvenue au Cirque des rêves ! Un univers magique, tout de noir et de blanc, des spectacles à couper le souffle, des friandises exquises, la promesse d’une nuit parfaite… mais surtout l’arène pour un duel aux règles étranges, un duel pour lequel Célia et Marco, deux jeunes illusionnistes, sont préparés depuis l’enfance. Mais au fil des années, leurs sentiments pour leur mystérieux adversaire évoluent…

Quand je me suis plongée dans Le Cirque des rêves – dont la couverture m’attirait depuis des lustres –, j’ai été happée par l’ambiance enchanteresse qui se dégage de ces lignes. Il y flotte un parfum de mystère irrésistible. L’intrigue prend son temps pour se mettre en place et pour se développer, mais cela participe au charme onirique de ce cirque et de ce roman.

L’écriture est légère et envoûtante. L’utilisation du présent nous permet d’évoluer aux côtés des personnages. L’auteure maintient cependant une certaine distance par rapport à ses personnages. Si nous faisons des incursions dans leurs pensées ou leurs émotions, ils nous restent relativement inconnus et mystérieux, notamment les deux personnages principaux, Célia et Marco, inaccessibles pour tous.

Féeriques sont les descriptions du cirque, de son horloge, de ses chapiteaux, de son ambiance. Ce livre possède sa propre magie, celle de rendre le cirque réel : nous faire voir les chapiteaux, humer l’air parfumé au chocolat chaud et au caramel, sentir crépiter l’émerveillement de la foule autour de soi… Un seul désir : le voir apparaître près de chez moi. Erin Morgenstern a dû transformer de nombreux lecteurs en rêveurs, ses amoureux du cirque reconnaissables à leur écharpe rouge.

Les personnages sont superbes. La relation entre Célia et Marco m’a conquise par sa subtilité (à ce sujet, je trouve que le résumé exagère un peu l’importance de la romance qui, si elle a une importance cruciale, est en réalité délicate et discrète, amenée et contée avec finesse), mais j’ai également beaucoup apprécié Poppet et Widget, les sympathiques jumeaux aux cheveux roux nés en même temps que le cirque.

Poétique, onirique, Le Cirque des rêves est un livre étrange et captivant. Par son style inhabituel et son rythme tranquille, il m’a bercée pendant quelques merveilleuses heures de lecteur et continue de me hanter. Une très belle histoire… Bienvenue au Cirque des rêves.

« La soirée d’inauguration est spectaculaire. Tout est organisé dans les moindres détails et, bien avant le coucher du soleil, une immense foule se presse devant les grilles. Lorsque, enfin, les visiteurs sont autorisés à pénétrer dans l’enceinte, ils écarquillent des yeux qui ne cessent de s’agrandir à mesure qu’ils passent de chapiteau en chapiteau.
Tous les éléments du cirque se fondent en une merveilleuse symbiose. Des numéros répétés dans des pays, parfois même des continents éloignés sont présentés dans des chapiteaux voisins, chacun se mêlant aux autres en un ensemble parfaitement homogène. Chaque costume, chaque geste, chaque pancarte de chapiteau est plus extraordinaire que les précédents.
Même l’air est idéal, pur et frais, imprégné de senteurs et de sons qui enchantent et subjuguent tous les spectateurs. »

« Il est difficile de voir la réalité en face lorsqu’on est plongé dedans, dit Tsukiko. On y est habitué. C’est confortable. »

« Vous pouvez raconter une histoire qui va s’ancrer dans l’âme de quelqu’un, devenir son sang, son être, sa raison de vivre. Cette histoire va l’émouvoir, le galvaniser, qui sait ce dont il sera capable grâce à elle, grâce à vos paroles. »

Le Cirque des rêves, Erin Morgenstern. Pocket, 2015 (2010 pour l’édition originale. Editions Flammarion, 2012, pour l’édition française en grand format). Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Sabine Porte. 569 pages.

La promesse de l’océan, de Françoise Bourdin (2015)

La promesse de l'océan (couverture)Deuxième livre de Françoise Bourdin, après Au nom du père. Cette fois, le cadre est la Bretagne, l’héroïne se nomme Mahé Landrieux.

Et j’ai eu l’impression de relire le livre avec quelques nuances.

On retrouve encore une fille qui suit les traces de son père, père qui est frustré des succès de sa fille et terrifié à l’idée d’être par elle supplanté : « Qu’elle ait su reprendre le flambeau la comblait, mais qu’elle le porte plus haut que lui le dérangeait. » Erwan, comme Gabriel dans Au nom du père est égoïste, a peur de la mort et le fait payer à ses proches.

J’ai retrouvé les mêmes types de caractères, avec les mêmes schémas amoureux d’attirance, de répulsion, de séduction. Alors si le premier lu était cousu de fil blanc, que dire du second ?

On retrouve ce qui est peut-être le leitmotiv de Françoise Bourdin, à savoir fonder une famille ! Une préoccupation centrale chez tous les personnages, et non seulement chez des parents avides de petits-enfants, mais chez tous les personnages – notamment féminins évidemment – jeunes ou non. Armelle à 30 ans, dynamique, pleine de vie, déclare ainsi à son amie Mahé : « On doit se trouver des maris et faire des bébés. » On DOIT ! On doit ? Ah bon ?

En revanche, on se sent en Bretagne, le monde de la pêche est assez développé, c’est intéressant. Dommage que le scénario et les protagonistes ne soient pas aussi approfondis que le décor.

Mais je suis tout de même contente d’avoir pu découvrir une littérature que je ne connais pas vraiment, une auteure à succès que je n’avais jamais lue, et je remercie Babelio de me donner ce genre d’occasions. Qui sait si j’aurais un jour lu un Françoise Bourdin avec mes préjugés (je le reconnais, mais ils ont été confirmés malheureusement…) sans les opérations Masse Critique ?

Pour conclure la série Bourdin, je dirais que ce ne sont pas des mauvais livres (je ne connais pas assez la littérature de terroir ou les romans sentimentaux de cet acabit pour pouvoir comparer à d’autres auteurs), mais qu’ils correspondent aux attentes d’un certain lectorat dont je ne fais définitivement pas partie.

  « Toutes les forêts de Bretagne, même moins célèbres que celles de Paimpont – appelée à tort Brocéliande – recelaient des mystères, des étangs secrets, et peut-être des enchanteurs. Il suffisait de tomber sur une minuscule clairière, éclairée d’un rayon de soleil fin comme une épée et dardé à travers le feuillage, pour croire à la magie. »

 « Mais il ne jouait pas au Breton, ni à l’homme de la mer : il l’était dans l’âme, issu de six générations de pêcheurs, et il pouvait s’enorgueillir d’être le premier à avoir surmonté la pauvreté. »

La promesse de l’océan, Françoise Bourdin. Pocket, 2015 (Belfond, 2014, pour l’édition en grand format). 320 pages.

Autre livre de Françoise Bourdin : Au nom du père