Challenge Crazy Christmas (hiver 2018-2019) [TERMINE]

Challenge Crazy ChristmasMême si j’ai déjà assez de challenges en cours, je rejoins les blogueuses des sites mydearema et storieslovelife pour ce challenge d’hiver qui se déroulera du 1er décembre au 31 janvier. Autant dire que, dans un laps de temps aussi court, je ne vise pas l’exploit, mais disons que je soutiens !

• Les quatre menus proposés •

L’amour au pied du sapin

  • Noël enchanté (lire un conte de fées)
  • La parade amoureuse (lire un livre contenant un triangle amoureux)
  • Douce nuit, sainte nuit (lire une romance érotique)
  • Minuit sous le gui (lire une romance de Noël)

Flocons ou frissons ?

  • Bûche ensanglantée (lire un livre sur un crime sanglant)
  • Cadavres dans les cadeaux (lire un livre sur un serial-killer)
  • Qui a tué le Père Noël? (lire un polar)
  • Les fantômes des Noël passés (lire un livre d’horreur, épouvante)

Fantastiquement givré

  • Lutins ensorcelés (lire un livre avec des loup-garous, vampires,…)
  • Mythes et légendes (lire un classique de SFFF) La planète des singes, de Pierre Boulle
  • La magie de Noël (lire un livre de sorcières, magie)
  • Le village de Noël (lire un livre de medieval fantasy) L’Héritage, tome 2, L’Aîné, de Christopher Paolini

Le champagne de Mars

  • La La La Pôle Nord Land (lire un livre d’aventure en terres inconnues)
  • Les aventures de Mère Noël (lire un livre d’une héroïne badass!)
  • Les rennes de l’espace (lire de la SF)
  • Apocalypse, la fin de Noël (lire une dystopie)

Etant donné que je ne suis pas mordue de romance (et encore moins de triangle amoureux comme j’ai eu l’occasion de le dire samedi dernier avec ma chronique des Sorcières du clan du nord), que je n’ouvre pas davantage de polar, je me rabats avec plaisir sur les deux autres thèmes (dont l’un a un titre qui m’échappe même si mydearema m’a expliqué qu’il s’agissait d’une référence à la saga Phobos) qui, eux, sont tout à fait dans mes envies actuelles de fantasy et de SF. Ma PAL est malheureusement moins en accord avec ces désirs, mais j’espère que certaines de mes prochaines lectures correspondront tout de même à ces sujets (et sinon, tant pis). (Dommage, je viens de finir, à l’heure où je tape ces mots, Le Hobbit qui aurait magnifiquement convenu comme « classique de SFFF.)

• Les règles à présent •

  1. Apéro (un sous-thème validé) : tu es un lutin fainéant…
  2. Entrée chaude (deux sous-thèmes, tous thèmes confondus) : tu es un elfe indécis… Mon score, assez pitoyable, avouons-le…
  3. Dinde de bronze (trois sous-thèmes, tous thèmes confondus) : tu es un renne bordélique…
  4. Bûche d’argent (tous les sous-thèmes d’un seul thème validés) : tu es un ange courageux…
  5. Menu d’or (tous les sous-thèmes de deux thèmes validés) : tu es le Grand Saint-Nicolas !
  6. Coupe de cristal (tous les sous-thèmes de trois ou quatre thèmes validés) : tu es le Super Père Noël !

Je n’ai rien d’autre à dire, si ce n’est…

… bonnes lectures !

Récapitulatif de mes challenges en cours

Publicités

Lettres du Père Noël, de J.R.R. Tolkien (écrites entre 1920 et 1943, première publication en 1976)

Lettres du Père Noel (couverture)Entre 1920 et 1943, J.R.R. Tolkien, se faisant passer pour le Père Noël, a écrit des lettres à ses quatre enfants. Il leur raconte la vie au Pôle Nord, les mésaventures de l’Ours Polaire, son fidèle compagnon, les batailles contre les gobelins et, évidemment, les préparatifs pour Noël.

Ces lettres n’étaient pas destinées à la publication et les historiettes qu’elles racontent restent relativement enfantines, même si le quotidien au Pôle est plaisant à découvrir et si l’aventure est souvent au rendez-vous. Toutefois, au fil des années (et de la croissance des enfants), Tolkien a développé et enrichi son univers polaire et certains éléments ne sont pas sans rappeler Le Seigneur des Anneaux : les guerres avec les gobelins deviennent plus virulentes, le Père Noël trouve des alliés chez les elfes, des langages (elfique, polaire…) font leur apparition, etc.
La Seconde Guerre mondiale n’est pas exclue des lettres et le Père Noël explique aux enfants les problèmes liés au conflit, les pénuries et les souffrances des personnes ballotées par la guerre. Se devinent également les années où Tolkien n’a pas eu le temps de travailler ses lettres : ces années-là, rien de particulier n’est arrivé au Pôle et le Père Noël n’a rien à raconter !

Mais surtout, ce qui se dessine dans ses lettres, c’est l’amour d’un père pour ses enfants. Ces lettres sont magnifiques et ont dû les faire rêver les uns après les autres, année après année. C’est une idée magnifique à mes yeux. Etre le correspondant privilégié du Père Noël, voilà une idée qui doit faire rêver bon nombre d’enfants ! Beaucoup de tendresse se dégage de cette compilation car, sous les mots admiratifs du Père Noël pour le caractère ou le travail de tel ou tel enfant, c’est la fierté de leur père qui transparaît.

Les illustrations sont charmantes. Elles montrent les timbres du Pôle Nord, la maison du Père Noël, les gobelins, les chutes et bêtises de l’Ours Polaire… J’ai beaucoup aimé les paysages enneigés, étincelant sous la Lune.
Je possède l’édition Pocket, mais je pense que j’emprunterai à l’occasion le grand format de chez Christian Bourgeois pour redécouvrir ces dessins riches en détails dans de meilleures conditions.

Même si les histoires racontées ne sont pas toujours palpitantes, les Lettres du Père Noël constituent un recueil attendrissant, plein de magie, de rêve et d’amour, qui permet de rencontrer le père et le grand conteur qu’était Tolkien. Un petit livre parfait pour un instant cocooning !

« Je vous envoie à présent mille baisers, et espère ardemment avoir sélectionné les plus beaux cadeaux dans vos listes de suggestions. J’allais vous envoyer des Bilbo le Hobbit ; j’en envoie d’énormes quantités (de la deuxième édition, pour la plupart) que j’ai commandées il y a quelques jours – mais j’ai pensé que vous en auriez beaucoup, donc je vous fais parvenir un autre Conte de Fées d’Oxford. » (1937)

« Le nombre d’enfants qui restent en contact avec moi semble diminuer : je suppose que c’est à cause de cette horrible guerre, que les choses s’arrangeront j’imagine quand ce sera fini, et que je serai plus occupé que jamais. Mais de nos jours, le nombre de gens qui ont perdu leur maison ou l’ont quittée est effroyable ; la moitié du monde paraît se trouver au mauvais endroit. » (1941)

« Ma chère Priscilla,
Un très joyeux Noël ! Je suppose que tu vas suspendre ton bas encore une fois : je l’espère car j’ai encore quelques petites choses pour toi. Après quoi je devrai dire « au revoir », plus ou moins : mais je ne t’oublierai pas. Nous conservons toujours les numéros de nos vieux amis et leurs lettres ; et plus tard nous espérons revenir quand ils sont grands et quand ils ont leur propre maison et des enfants. » (1943)

Lettres du Père Noël, J.R.R. Tolkien. Pocket, 2010 (lettres écrites entre 1920 et 1943, première publication en 1976, première traduction en 2004). Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Gérard-Georges Lemaire. 111 pages.