Spécial albums coups de coeur – Le secret du Rocher noir et Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough

Je vous propose ici deux albums qui m’ont vraiment tapé dans l’œil en novembre. Vous connaissez sans doute le second – Rébecca Dautremer ? qui ça ? – mais peut-être pas le premier qui vaut néanmoins le détour.

***

Le secret du Rocher noir, de Joe Todd-Stanton (2017)

Le secret du rocher noir (couverture)Erine aimerait accompagner sa maman pêcheuse en mer, mais celle-ci refuse, jour après jour, à cause de la légende du Rocher noir, accusé de causer la perte de bien des bateaux en changeant de place ! La petite fille est curieuse et, un jour, parvient à se glisser en douce sur le bateau…

L’histoire en elle-même est très prenante : poussée par son courage et sa curiosité, Erine part à l’aventure pour finalement passer un message de paix et de solidarité. S’ouvrant à la différence, poussant au-delà des apparences menaçantes, elle va finalement agir pour protéger la nature.
La mise en page est très agréable. Sur les pages épaisses, les illustrations s’étalent tantôt en pleine page, tantôt en vignettes. Le texte est court et l’on se laisse porter par le rythme de cette histoire.

Mais ce sont les illustrations qui m’ont mis des étoiles plein les yeux. J’avais hâte de tourner cette couverture cartonnée, parsemée de dizaines de petits poissons en relief. Les illustrations de Joe Todd-Stanton subliment la mer, les profondeurs et, surtout, la faune qui la peuple (les méduses sont magnifiques par exemple). Au fil des pages, toutes sortes d’espèces font leur apparition : dauphins, phoques, seiches, méduses, pieuvre géantes et, bien entendu, mille et un poissons. Ces créatures de toutes tailles, couleurs et formes créent une mosaïque multicolore, un ballet fascinant et mystérieux autour de cet être de pierre, protecteur de cette diversité. On ne se lasse pas de les détailler pour en découvrir toutes les richesses. Les couleurs et les contrastes sont magnifiques et offrent un superbe album sur le monde sous-marin.
(Petit dilemme personnel : vous mettre les plus belles ou ne pas révéler la suite de l’histoire ? J’ai opté pour le second choix, donc les plus jolies pages restent à découvrir.)

Un album sublime, poétique et optimiste dans lequel une petite fille ouvre les yeux des adultes et les incite à protéger l’océan et ses habitants.

Le secret du Rocher noir, Joe Todd-Stanton. L’École des Loisirs, 2018 (2017 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Isabelle Reinharez. 38 pages.

***

Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough, de Rébecca Dautremer (2018)

Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough (couverture)Ce n’est pas la première fois que Rébecca Dautremer m’enchante avec l’un de ses albums très grands formats. Contrairement à d’autres, je suis loin de connaître toute son œuvre, mais je prends toujours plaisir à les lire. Et l’histoire de Jacominus n’a pas fait exception à la règle.

S’absorber dans cette histoire d’un quotidien finalement banal mais globalement heureux – et pour une fois, il est agréable de croiser quelqu’un d’ordinaire. Douze scènes, douze instantanés, douze heures, un tour d’horloge, une existence. Suivre le chemin de l’enfance, du deuil, de la paternité, de l’amitié, de la vieillesse. Se souvenir d’un petit rien, une odeur, un son, un instant, une présence. Savourer les mots. Y revenir encore une fois. Se reconnaître dans un petit lapin.

Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough 2

Se plonger dans les immenses tableaux et s’attarder longtemps sur chaque page. Caresser du regard la douceur des illustrations. Admirer la multitude de petits détails qui se cachent dans ses grandes planches. Souligner du doigt la courbe d’un arbre ou les mailles d’un gilet de laine. Observer de près fleurs et feuilles mortes.

Tendresse. Poésie. Sensibilité. Émotion. Simplicité. Vie.

Plus qu’un album, un petit bijou.

 Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough, Rébecca Dautremer. Sarbacane, 2018. 52 pages.

Les autres livres chroniqués de Rébecca Dautremer :

Contes des Royaumes, tome 3 : Beauté, de Sarah Pinborough (2014)

Beauté (couverture)Fille du roi et d’une ondine (la Petite Sirène ?), Belle – comme dans la Belle au Bois Dormant, mais aussi comme dans la Belle et la Bête – est la reine du royaume situé près de la Montagne lointaine. Mais un jour, un maléfice s’abat sur la contrée et Belle, comme tous ses sujets, tombe dans le sommeil pour cent ans tandis qu’une forêt (presque) impénétrable encercle le pays. Un prince en mal d’aventure, un chasseur contraint d’assurer sa protection et une jeune fille vêtue d’une cape rouge partent explorer ce royaume inconnu. Evidemment, quand il la voit le prince fait son devoir de prince – « C’est une princesse et je suis un prince. Je suis censé l’embrasser. » –, mais tout ne se passe pas comme prévu… Le mariage et les enfants font devoir attendre.

Ce tome est peut-être le plus difficile à critiquer. Où s’arrêter ? Que dévoiler ? Il y a beaucoup de réponses aux questions que l’on pouvait se poser suite à la lecture de Poison et de Charme, donc il serait dommage de les dévoiler.
On comprend peu à peu que les événements décrits dans Beauté se déroulent avant ceux des deux autres tomes. Evidemment, on retrouve notre chasseur, malheureusement embringué dans toutes ces histoires de princesses, et notre prince, blondinet charmeur. On découvre donc comment ils se sont rencontrés, comment le chasseur est entré en possession des pantoufles de diamant ; quant à la réaction du prince face au comportement de Blanche-Neige une fois celle-ci réveillée, elle trouve son origine dans ce tome.

Deux autres personnages de contes font leur apparition : le Petit Chaperon rouge, renommé Petra, et Rumplestiltskin.
Petra quitte sa mère-grand et part avec le chasseur et le prince en direction du royaume ensorcelé. Sa motivation : traverser le mur végétal pour retrouver celui dont le hurlement l’attire plus que tout. Je ne l’ai toutefois pas trouvée d’une utilité folle (sauf à la fin). Elle rencontrera d’ailleurs son « grand méchant loup » en la personne de Toby, l’homme-loup. Mais finalement, je ne me suis pas attachée à elle car je n’ai pas eu l’impression de bien la connaître. A part son obsession pour le hurlement, on ne sait pas énormément de choses sur elle.
Le second n’est pas le personnage de conte que je connais le mieux. J’ai déjà entendu parler de lui, que ce soit sous ce nom ou sous celui de Nain Tracassin, mais tout ce dont je me rappelais était une histoire de prendre le premier-né d’une reine. En le rencontrant dans Beauté, on comprend qui était cet homme portant une quenouille dans Charme et quel terrible pacte le prince avait passé avec lui.
Est également évoquée Raiponce, la belle à la longue chevelure blonde, sauvée par l’arrière-grand-père du prince.

Il y une atmosphère souvent oppressante dans ce livre. Par deux fois, le chasseur tente de prévenir ses compagnons de ce qu’il a découvert dans les cachots, mais par deux fois, il est interrompu. Viennent ensuite des rumeurs de sœur jumelle aussi folle et cruelle que Belle est douce. Le Premier Ministre semble louche avec ses yeux étincelants, sa manie d’arriver en douce et ses menaces.
La scène érotique, celle du bal, est une débauche de sexe, de sang et de cruauté, ce qui (pour cette fois) tombe vraiment bien dans cette histoire emplie d’horreur.
Cette réécriture est vraiment plus sombre que les versions que l’on connaît habituellement de la Belle au Bois Dormant. Les personnages sont poussés à leurs extrémités et subissent des tortures psychologiques bien plus fortes que n’importe quelle souffrance physique. On voyage aux confins de la folie.

En relisant mes notes, je me rends compte que j’ai toujours des questions qui restent sans réponses. Par exemple, la mère du prince  laisse entendre qu’elle a un amour passé, secret : « Et puis, quand le roi avait eu des aventures – comme en ont toujours les souverains, hommes gâtés entre tous –, elle avait haussé les épaules, convaincue qu’il finirait pas revenir dans son lit. Après tout, leur mariage était une union royale. Avant cela, elle-même avait connu des aventures romantiques. Des idylles et puis… » Et puis quoi ?
Ensuite, le chasseur découvre les pantoufles dans une chaumière pleine de fioles, d’herbes et de potions, l’antre d’une sorcière qui aimait séduire les hommes. On comprend ensuite qu’il s’agit de la sorcière qui a jeté le sort à Toby, mais qui était-elle ? Et qui l’a assassinée ? Est-ce simplement, comme le suggère Toby, la vengeance d’une femme trompée et jalouse ? L’auteure se serait-elle mélangée avec toutes ses sorcières ?
Nous apprenons qu’il y a neuf royaumes en guerre perpétuelle, plus un dixième royaume soumis à une malédiction. Nous connaissons celui de Blanche-Neige, celui de Cendrillon ; celui de Belle est le dixième ; cela laisse des possibilités sur les princesses des sept royaumes restants et sur leur vie dans ces lieux parfois loin d’être idylliques.

J’ai beaucoup aimé ce troisième tome qui est vraiment sombre. J’ai passé de bons moments de lecture avec cette trilogie, même si les histoires étaient peut-être un peu trop courtes. Les personnages de Disney ne brillent pas toujours par leur profondeur de caractère, il est donc plaisant de creuser un peu leur psychologie et donc de les rendre plus humains. Au diable, les princes sauveurs et parfaits ! Aux oubliettes, les princesses sans cervelle !
En outre, les trois livres sont vraiment très beaux avec leurs couvertures rigides et brillantes et leurs fines illustrations intérieures.

« Ce son effrayait petits et grands, mais il recelait quelque chose qui parlait à Petra et la laissait le cœur lourd. Longtemps, elle n’avait fait qu’écouter, mais une nuit, elle avait rejeté sa capuche en arrière et hurlé à son tour en réponse. La forêt toute entière s’était mise à vibrer et trembler lorsque leurs deux voix n’en avaient plus fait qu’une. C’était devenu comme un chant, un secret mystérieux et suave qui la faisait frissonner d’une façon qu’elle ne comprenait pas vraiment. Elle brûlait de franchir le mur de ronciers pour aller retrouver l’autre moitié du duo. Quelle pouvait être la bête ainsi retenue prisonnière ? Pourquoi semblait-elle si désespérément condamnée à la solitude ? »

« Tu sais, il n’y a pas que les hommes qui ont besoin d’aventure. Tout le monde doit trouver sa destinée. Et s’il y a quelque chose qui t’appelle de l’autre côté de ce mur, c’est que tu dois t’y rendre. Ainsi vont les choses. »

« Lorsque les ennuis s’abattaient sur les gens ordinaires, c’était généralement aux classes dirigeantes et à leurs souverains qu’ils le devaient. Ce qui avait réduit la ville au silence avait forcément pour point d’origine le château. »

« A la lueur de la chandelle, Rumplestiltskin eut la sensation de voir briller dans les prunelles de la sorcière les centaines d’années qu’elle avait vécues – et la sécheresse du cœur mort qui battait dans sa poitrine. La magie ne produit jamais rien de bon, lui hurlait sa conscience. Il s’était mis à trembler légèrement. Sous ses dehors si ordinaires, ce n’était en fait qu’une horrible vieille chouette. Il ne faut rien attendre de bon d’une vieille chouette. »

Contes des Royaumes, tome 3 : Beauté, Sarah Pinborough. Bragelonne, coll. Milady, 2014 (2013 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Frédéric Le Berre. 216 pages.

La trilogie des Contes des Royaumes par Sarah Pinborough :

Contes des Royaumes (3 tomes, couvertures)