Sex Story : la première histoire de la sexualité en BD, de Philippe Brenot (textes) et Laetitia Coryn (dessins) (2016)

Sex Story (couverture)De la Préhistoire à nos jours, en passant par Babylone, l’Egypte et la Grèce antique, Rome, et en explorant toute l’Histoire de France, cette bande dessinée se penche sur l’histoire de la sexualité dans nos sociétés : quels étaient les interdits, quelles étaient les pratiques, quelles étaient les mœurs, comment et qui aimait-on à telle ou telle époque ?

Sex Story est une BD très intéressante et très bien renseignée. Il faut dire que Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue et directeur des enseignements de sexologie à l’université Paris Descartes, maîtrise de toute évidence son sujet. Même si l’auteur est un spécialiste, la BD se lit vraiment facilement : tout y est toujours très clair et très agréable à lire.
On constate tristement que l’histoire de la sexualité est une histoire en dents de scie, chaque libération de la sexualité ou des mœurs (homosexualité, amour libre, avortement…) ayant été suivie d’une période de répression, souvent à cause de l’Eglise (« un pas en avant, deux pas en arrière… » comme le rappellent certains personnages). Cette BD est aussi féministe car elle souligne parfaitement l’oppression des femmes, l’inégalité des droits entre les hommes et les femmes, les époux et les épouses. En bref, elle montre l’omniprésence de la domination masculine (l’Egypte antique semble faire exception à cette « règle » avec des femmes qui pouvaient devenir pharaonnes et qui étaient respectées).

Sex Story 2C’est sûr, certaines anecdotes m’ont fait bondir d’indignation, toutefois, beaucoup d’autres m’ont fait pouffer de rire. Car oui, il y a beaucoup d’humour dans Sex Story, merci Laetitia Coryn. De petites remarques sarcastiques ici ou là, des dessins explicites mais sans vulgarité (ce n’est pas un ouvrage pornographique, mais ce n’est pas tout public non plus, je précise), des personnages très expressifs, quelques anachronismes dans les dessins, mais aussi dans le langage employé. Et l’humour permet d’aborder des sujets graves car une histoire de sexualité ne se fait pas sans parler de viols, d’incestes ou de mariages forcés.

Sex Story 3

(Seul point noir à mon goût : le dernier chapitre « Sexavenir » qui est pour moi totalement inutile. Les auteurs nous proposent un futur sans amour où les bébés se font en usines et où les fantasmes et désirs sont satisfaits par des implants et des hologrammes avant de disparaître de la société. Bref, une vision triste de l’avenir qui n’apporte pas grand-chose à l’ouvrage. J’aurais préféré qu’ils s’arrêtent à notre époque plutôt que de me laisser terminer ma lecture sur cette note douce-amère.)

Sex Story 4

Que puis-je donc dire de plus pour vous résumer Sex Story ? Ce n’est pas une BD pornographique, ni même érotique ; c’est une bande dessinée à la fois érudite et drôle ; c’est une BD militante et féministe ; c’est une BD vivante et passionnante aussi bien grâce aux textes qu’aux dessins ; c’est une BD à lire !

« En ce début du troisième millénaire, la sexualité nous semble partout présente, on l’aborde facilement, on la montre à l’écran, on en parle dans les médias, mais paradoxalement on l’explique peu et on ne l’enseigne presque jamais. »

Sex Story : la première histoire de la sexualité en BD, Philippe Brenot (textes) et Laetitia Coryn (dessins). Les Arènes BD, 2016. 204 pages.

Les mystères de Larispem, tome 1 : Le sang jamais n’oublie, de Lucie Pierrat-Pajot (2016)

Les mystères de Larispem, tome 1 (couverture)1899, Paris est devenue la Cité-Etat de Larispem, délivrée de sa noblesse et de son clergé. A présent, la classe forte dans cette société qui veut mettre tout le monde à égalité est celle des louchébems, des bouchers. C’est là que vivent Carmine, l’apprentie louchébem noire, Liberté, la mécanicienne venue de province, et Nathanaël, l’orphelin qui recevra un étrange héritage de son passé. Mais une menace pèse sur la cité : les Frères de Sang, adeptes de l’Ancien Régime, sont de retour. Quel sera donc le rôle de nos trois héros ?

Sortant de l’univers foisonnant et riche en détails des Ferrailleurs, j’ai tout d’abord eu du mal à rentrer dans ce Larispem steampunk, faute justement de précisions sur ce monde. Heureusement, des indices lâchés ici ou là m’ont permis de constituer au fil du roman un tableau un peu plus précis de ce nouveau Paris et de la vie de ses habitants et d’apprécier un peu mieux ce roman.

D’où mon premier point très positif : j’ai adoré l’univers. L’idée de donner à un avenir à la Commune de 1871 pour tenter de construire une nouvelle société égalitaire est excellente. C’est donc un plaisir de découvrir cette ville à la fois semblable et très différente du Paris que nous connaissons. Notre-Dame a été transformée en bibliothèque, les rues renommées, il n’y a jamais eu de Sacré-Cœur ou de tour Eiffel (qui se trouve à Lyon du coup), etc. Et je suis totalement amoureuse du côté steampunk. A Larispem, les chevaux côtoient les vapomobiles, les réclames se font par voxomatons, et, dominant le tout, la tour Verne. De cet immense édifice érigé sur la butte Montmartre, le génial écrivain offre à Larispem ses inventions visionnaires. Bref, tout cela a un charme fou !

La fluidité de l’écriture et l’alternance des points de vue entre les trois personnages principaux font progresser l’action rapidement et, si l’histoire met un peu de temps à décoller, on ne s’ennuie pas pour autant. Cela dit, il faut avouer que l’on n’en a pas vraiment le temps vu que le roman est assez court. J’ai d’ailleurs été frustrée d’arriver à la fin au moment où j’entrais pleinement dans le récit !
C’est pourquoi j’attends beaucoup de la suite : plus d’action, de révélations, de suspense (qu’on puisse quand même s’inquiéter un peu pour nos héros !), mais aussi une mise en lumière des défauts de Larispem car on se rend bien compte que la société n’est pas forcément aussi égalitaire qu’elle le voudrait.

Les personnages sont sympathiques, mais je n’ai pour l’instant pas eu de coups de cœur pour l’un d’entre eux. Le dynamisme assuré de Carmine, l’intelligence discrète de Liberté, la détermination et les hésitations de Nathanaël m’ont plu, mais j’aimerais les voir prendre plus d’ampleur et de profondeur, notamment Liberté qui sera, j’en suis sûre, un personnage vraiment passionnant et atypique. J’attends aussi leur rencontre à tous les trois puisque les filles ne connaissent pas encore Nathanaël.

Les mystères de Larispem, hommage à Jules Verne et Eugène Sue, est donc une uchronie surprenante à l’univers steampunk passionnant. Pourtant, ce n’est pas un coup de cœur (et même, puisque je m’attendais à être totalement séduite, une légère déception). Pour le tome 2, nous disons donc : plus d’action et de retournements de situations, des personnages plus approfondis, et toujours ce Paris rétrofuturiste, ce soupçon de magie et cet argot singulier des louchébems !

« La beauté, que ce soit celle de l’art ou de la technique, doit appartenir à tous. »

« Tu vois, Nathanaël, ce que je hais le plus chez les Larispemois, c’est cette façon de faire comme si Larispem était une cité entièrement neuve, née de leurs rêveries d’anarchistes. Voilà presque trente ans qu’ils changent le nom des rues, transforment les églises en club de discussion, en gares et en entrepôts. Pourquoi ? Pour que l’on oublie que Larispem n’est rien d’autre que Paris caché sous d’autres noms. »

Les mystères de Larispem, tome 1 : Le sang jamais n’oublie, Lucie Pierrat-Pajot, illustré par Donatien Mary. Gallimard jeunesse, 2016. 259 pages.

La grippe coloniale (BD en 2 tomes), d’Appollo (scénario) et Serge Huo-Chao-Si (dessin) (2003 et 2012)

Cette BD en deux tomes (T1, Le retour d’Ulysse ; T2, Cyclone la peste) raconte un épisode méconnu de l’histoire réunionnaise.

Le 31 mars 1919, 1600 poilus créoles débarquent du « Madona » et retrouvent leur île. Parmi eux, passager clandestin, un virus qui va décimer la population réunionnaise. Mais ça, la joyeuse bande qui se retrouve sur le quai l’ignore encore. Il y a Evariste Hoarau, le narrateur qui, de par son travail à l’hôpital, sera au premier rang pour constater les ravages de l’épidémie, mais aussi Grondin surnommé « Baraka » par les tirailleurs marocains à cause de sa chance insolente pendant ces années d’enfer, Camille de Villiers, l’aristocrate défiguré par les obus, et Voltaire, le tirailleur cafre impulsif qui ne doute pas des égards auxquels il aura droit maintenant qu’il s’est battu pour la France et pour la Réunion.

Le premier tome pose le décor. L’arrivée des poilus et les premiers décès. La fuite désespérée vers les cirques dans l’espoir que la grippe n’en trouve pas le chemin. Les cadavres abandonnés dans les rues. L’horreur et le désarroi. L’écœurante lâcheté des politiques qui, alertés par le docteur malbar Souprayen, ferment les yeux devant les évidences et quittent le navire lorsqu’ils ne peuvent plus nier la réalité :

« Le climat de notre île est sain, Docteur. Et notre colonie est si éloignée de l’Europe. Qui dont pourrait bien ramener la maladie chez nous ? »
« Vous êtes un homme de science, Docteur. Je ne voudrais pas vous offenser… Mais j’ai du mal à croire que nos braves poilus créoles, qui ont largement contribué à la victoire sur les Boches, puissent être responsables d’une quelconque épidémie. »

Dans le second tome, la tragédie s’accentue. La famine s’ajoute à l’épidémie car les boutiques et les marchés ne sont plus approvisionnés, ne sont même plus ouverts. Les gens restent cloîtrés chez eux bien qu’ils se réunissent parfois en une foule démente et décidée à trouver des coupables. Les forçats ramassent les cadavres contre la promesse d’une remise de peine.

Ce sont deux BD passionnantes qui me permettent une nouvelle fois de découvrir un épisode historique qui est peu à peu tombé dans l’oubli. J’ignorais totalement que la Réunion avait connu une telle épidémie et que le cimetière de l’Est de Saint-Denis accueillait plusieurs fosses communes creusées pendant la grippe.
On découvre la Réunion, encore sous le statut de colonie, petite île où les préjugés ont encore la vie dure, notamment chez les gros Blancs : racisme, mépris, clivage entre les riches et les pauvres… Mais ces pages recèlent beaucoup d’humour et de bonne humeur. Les quatre amis – personnages typiques et attachants – préfèrent globalement profiter des joies de l’île et positiver plutôt que de laisser les mauvais souvenirs les abattre. On ajoute une touche critique envers le gouverneur et sa clique et le tour est joué.

Le dessin est très expressif et on s’immerge rapidement dans l’histoire. Les couleurs du premier tome ont été réalisées par Téhem – dont j’ai chroniqué la BD Quartier Western il y a peu – et celles du second par Grégoire Loyau – dont je ne connais pas le travail. Un changement que je n’ai pas tellement apprécié. Je ne saurai vraiment l’expliquer, mais la modification des fonds ou bien du teint des personnages (plus jaunâtre) m’a déstabilisée et, sans cesse interpellée par les couleurs, j’ai moins apprécié le second tome.

Portés par d’importantes recherches historiques – tant pour le scénario que pour le dessin –, les deux tomes de La grippe coloniale constituent un diptyque instructif, sensible et plein d’humanité – tout en dévoilant les défauts de chacun. Bien qu’ayant une préférence marquée pour le premier tome, j’apprécie le scénario d’Appollo qui alterne amertume et légèreté avec un résultat plutôt réussi.

 « Voltaire était un vrai héros de la guerre, et il croyait innocemment que ça changerait quelque chose pour lui.
– Parce que désormais, l’avenir de la colonie, c’est nous, les gars ! On sera maire, commissaire ou député ! On a versé notre sang pour ça !
– Eh bien, bois donc pendant que tu es encore respectable. »
(T1, Le retour d’Ulysse)

« « Ça », c’était le convoi des fuyards qui entrait dans les montagnes. Des familles entières, venues de Saint-Denis, Sainte-Marie, Sainte-Suzanne et de tous les saints de la Réunion, s’enfonçaient au cœur de l’île…
Comme pour répondre à un mystérieux appel ancestral, tous ces gens retrouvaient le chemin des siècles passés…
Comme avant eux, les pirates pourchassés, les esclaves en fuite ou les petits colons ruinés, les citadins pensaient trouver refuge dans le sanctuaire des Hauts de l’île…
Tout semblait d’ailleurs organisé selon une hiérarchie bien établie…
Au fur et à mesure que nous remontions l’interminable cortège, nous parcourions l’ordre social de la colonie… »
(T1, Le retour d’Ulysse)

« – Ils ont décidé d’établir des barrages sanitaires dans la ville. Le quartier de la rivière va être bouclé, des fois que les pauvres se répandent avec leurs microbes dans les beaux quartiers.
– Ça ne va rien changer à l’épidémie, n’est-ce pas ?
– Ce sont des imbéciles. La maladie est partout, évidemment… »
(T2, Cyclone la peste)

La grippe coloniale, tome 1 : Le retour d’Ulysse, Appollo (scénario) et Serge Huo-Chao-Si (dessin). Vents d’ouest, coll. Equinoxe, 2003. 56 pages.

La grippe coloniale, tome 2 : Cyclone la peste, Appollo (scénario) et Serge Huo-Chao-Si (dessin). Vents d’ouest et Des bulles dans l’océan, 2012. 56 pages.

Nouvelles histoires extraordinaires de l’Isle Bourbon, « Ile de la Réunion », d’Enis Omar Rockel (2012)

Nouvelles histoires extraordinaires de l'Isle Bourbon (couverture)Après un premier tome intitulé Histoires extraordinaires de Bourbon (clin à Poe de toute évidence), l’auteur se replonge dans les histoires de son île. Dix-neuf chapitres pour aborder, à travers des histoires de vie – dont une bonne partie se déroule aux XVIIe et XVIIIe siècles, mais aussi au XIXe, voire même au XXe siècle –, l’histoire de la Réunion.

Le livre s’ouvre sur les pionniers de Bourbon pour une partie intéressante quoique parfois un peu fastidieuse à cause de la prolifération des noms, des dates, des navires cités, des allers-retours entre Bourbon, Madagascar et la France. Nous découvrons leur quotidien à cette époque – l’organisation de la société naissante, la nourriture, les cyclones… – avec, en parallèle, un suivi des déboires des Français à Madagascar.
Par la suite, les pages feront revivre les pirates Mary Read et John Bowen, le voleur d’épices qu’était Pierre Poivre, un petit pêcheur nommé Moïse Bègue qui a sauvé de nombreux naufragés au cours de sa vie, la chanteuse Célimène, etc. Plus proches de nous, au XXe siècle, nous (re)découvrons les vies de trois hommes : Roland Garros, aviateur, Volcenay Zitte, assassin, et Joseph Suacot, capitaine surnommé « La Panthère Noire » au cours de ces huit ans de mobilisation en Indochine.

J’ai particulièrement aimé le récit de la vie de Philibert Commerson, explorateur et naturaliste, et de la « femme polymorphe », à savoir sa compagne, Jeanne Baré qui, sous l’apparence d’un homme, l’a accompagné dans ses aventures avec Bougainville et fut ainsi la première femme à faire le tour du monde. J’ai également été indignée par l’histoire jamais racontée (et découverte peu avant au Musée Stella Matutina de Saint-Leu) des oubliés de l’île des Sables (appelée aujourd’hui l’île Tromelin) : des esclaves qui, suite à un naufrage, furent abandonnés pendant quinze ans sur une île battue par les vents et les cyclones.

Nouvelles histoires extraordinaires de l’Isle Bourbon est un livre très documenté (plusieurs références d’articles ou de livres ouvrent d’ailleurs les différents chapitres). Il y a des dates et des noms, mais sans surcharge (à l’exception du premier chapitre sur les pionniers). L’écriture est fluide, romancée juste ce qu’il faut.
Un petit point négatif que je peux citer concerne l’illustration. Les photographies, en noir et blanc, ne sont pas toujours très utiles (on se demande parfois pourquoi choisir une photo d’un élément que tout le monde connaît alors que, la ligne suivante, un fruit, une plante ou un outil peu connu sera cité). D’autres sont desservies par ce choix du noir et blanc qui gomme parfois des détails (je pense aux reproductions de tableaux et aux cartes notamment).

Portées par une écriture agréable, ces Nouvelles histoires extraordinaires de l’Isle Bourbon constituent un documentaire passionnant qui pioche parmi les anecdotes méconnues pour nous faire revivre un lieu et une époque.

« Lors de ces longues et fastidieuses expéditions, c’est le cas notamment dans les ténébreuses forêts de Bolivie, dans les hautes et froides montagnes du détroit de Magellan, le petit Jean, l’homme dont le paquetage était aussi grand que lui, étonne tout le monde. Depuis le départ de Rochefort, circule sur les ponts et dans les travées du navire la rumeur affirmant qu’il est en réalité une femme. Sa petite tête ronde, son visage lisse garni de taches de rousseur, sa voix fine et claire et ses larges fesses suscitent presque de l’envie chez ses compagnons de voyage. Jean est très prude, il ne se change jamais devant personne, et l’on ne l’a jamais vu torse nu, comme tous les autres. Mais son courage, sa force et son endurance dépassent de loin ceux d’une femme normale. Jean est étonnamment costaud ! »

Tiré du chapitre « Commerson et la femme polymorphe »

Nouvelles histoires extraordinaires de l’Isle Bourbon, « Ile de la Réunion », Enis Omar Rockel. Orphie, 2012. 256 pages.

Les Autodafeurs, tome 2 : Ma sœur est une artiste de guerre, de Marine Carteron (2014)

Les Autodafeurs, tome 2 (couverture)Les Autodafeurs est une trilogie absolument géniale parue entre 2014 et 2015. Elle est composée des trois tomes suivants :

  1. Mon frère est un gardien
  2. Ma sœur est une artiste de guerre
  3. Nous sommes tous des propagateurs

Tout va mal pour la famille Mars ! Entre de nouvelles pertes dans leurs rangs et un Auguste assigné à résidence, il devient urgent pour eux de fuir. Mais en attendant, nos trois Mousquetaires, Auguste, Néné et Bart, décident de percer le secret des laboratoires Godeyes Scan.

Dans ce second tome, la menace se précise : Gus, Cés et le lecteur avec eux en apprennent davantage sur le plan des Autodafeurs (et en découvrant l’identité de leur Grand Chef) tandis que Gus découvre l’héritage de son père, son carnet de Bord.

Auguste et Césarine changent. Chacun déteint un peu sur l’autre et tous deux évoluent énormément psychologiquement parlant.

Gus prend conscience de ses responsabilités, de l’inéluctabilité du combat à venir. Il abandonne son image de beau gosse, ne se soucie plus de son allure. Il mûrit et se met à réfléchir un peu plus. Il doit accepter qu’une vie d’ado banal est désormais impossible pour lui et surtout, il doit faire son deuil de tous ceux qu’il a perdu. Plein de colère et de peine, il a à présent un côté très touchant qu’il possédait moins auparavant.

Pendant ce temps, Césarine dévore L’art de la guerre du stratège chinois Sun Tzu et se met aux arts martiaux. Et se révèle être un adversaire redoutable. Ainsi, elle participe réellement (et avec efficacité) à la lutte, en appliquant à la lettre les conseils de Sun Tzu. Césarine est devenue une artiste de guerre à la logique implacable.

Les autres personnages ne sont pas oubliés. Les talents de hackers de Néné sont à nouveau indispensables et vont d’ailleurs lui permettre de se venger de ceux qui l’ont persécuté pendant des années. Bart sera lui aussi plus présent, faisant preuve d’un courage impressionnant. De plus, on en apprend davantage sur la grand-mère maternelle de nos deux héros, absente du premier opus.

Marine Carteron arrive à entremêler des problèmes d’adolescents (concernant l’amour d’une jolie fille, le bal de fin d’année… des soucis parfaitement idiots aux dires de Césarine) à ceux de la Confrérie concernant le devenir des bibliothèques mondiales. Tout est lié et chacun a un rôle à jouer.

Je suis décidément totalement conquise par les chapitres narrés par Césarine. Sa façon de voir le monde, sa méthodologie, ses découvertes avec son amie Sara… Elle transmet beaucoup d’émotions, ce qui est plutôt fort pour quelqu’un qui les enfouit au plus profond de son cœur ! Elle est vraiment là où on ne l’attend pas et a souvent une longueur d’avance sur son grand frère. Un personnage à la fois attendrissant et stupéfiant : unique !

A la fin de ce tome, on se demande vraiment comment ils vont s’en sortir car leur situation n’est pas glorieuse et les forces en présence semblent très inégales. Les Autodafeurs semblent progresser à grand pas vers leur objectif de contrôler l’information à travers le monde. Marine Carteron nous attrape à chaque chapitre et à chaque final, nous laissant en haleine, avides d’en savoir davantage !

Avec une menace qui se précise, un futur qui s’assombrit et des personnages qui, malgré tout, ne perdent pas leur sens de l’humour (Césarine étant involontairement la plus hilarante de tous), Ma sœur est une artiste de guerre est à la hauteur du premier volet des aventures d’Auguste et Césarine.

« Celui qui a le contrôle du passé contrôle le futur. Celui qui a le contrôle du présent contrôle le passé. » George Orwell, 1984

« Je ne sais pas ce qui se passa dans ma tête à ce moment-là.

Probablement l’allusion à mon père, un ras-le-bol général pour tout ce qui m’était arrivé ces derniers mois, une frustration monstrueuse de me sentir nul, bête et inutile.

A moins que ce soit un trop-plein de rage contre les Autodafeurs qui l’avaient volé ma famille, contre ma famille qui me volait mon enfance et contre moi-même qui n’étais pas à la hauteur de ce que l’on attendait de moi.

D’un seul coup, cette rage et cette peine que je gardais enfouies au fond de mon cœur entrèrent en fusion avec la moindre cellule de mon cerveau et transformèrent mon corps en une machine de guerre implacable et violente.

Je n’étais plus Auguste Mars mais une boule de haine vibrante contre laquelle les cent cinquante kilos de maître Akitori ne pesaient pas plus qu’une plume. »

Auguste

« Je leur ai dit que je savais ce que ça faisait d’avoir plein de choses qui bouillonnaient à l’intérieur sans qu’on puisse mettre des mots dessus. Que je savais à quel point ça faisait mal, ça rongeait et ça faisait monter la colère, et que je voyais bien qu’elles en étaient à ce stade toutes les deux. Je leur ai dit que je voyais ça à leurs yeux qui s’évitaient, à leurs mots qui hésitaient, à leurs mains qui se cachaient pour ne pas se frôler. Je leur ai parlé de la mouche qui se cognait dans les parois de verre du bocal de mamie et comment elle s’était envolée, légère, quand j’avais brisé sa prison. Je leur ai parlé des mots qu’on garde et qui paralysent, des mots qu’on avale et qui étouffent, des mots qu’elles avaient la chance de pouvoir utiliser alors que moi je ne pouvais pas. Je leur ai dit que soit elles étaient autistes, soit elles étaient idiotes… mais qu’elles ne pouvaient pas être les deux en même temps.

Pour moi c’était un très long discours. Ça m’a fatiguée, alors quand j’ai eu fini je les ai laissées se débrouiller toutes les deux et je suis allée compter les carreaux du carrelage de l’entrée pour me reposer. »

Césarine

Les Autodafeurs, tome 2 : Ma sœur est une artiste de guerre, Marine Carteron. Rouergue, coll. Doado, 2014. 380 pages.

Les Autodafeurs, tome 1 : Mon frère est un gardien, de Marine Carteron (2014)

Les Autodafeurs, tome 1 (couverture)Les Autodafeurs est une trilogie absolument géniale parue entre 2014 et 2015. Elle est composée des trois tomes suivants :

  1. Mon frère est un gardien
  2. Ma sœur est une artiste de guerre
  3. Nous sommes tous des propagateurs

A la mort de leur père, Auguste et Césarine Mars voient leur vie basculer. Ils apprennent que leur famille est engagée dans un conflit séculaire qui oppose la Confrérie et les Autodafeurs. Les premiers luttent pour le triomphe de la vérité et de la connaissance tandis que les seconds tentent de manipuler les consciences par le biais de l’obscurantisme. Au centre de ce combat : les livres.

 

On pourrait dire que ce premier tome pose l’histoire, le contexte. On découvre La Confrérie et leurs ennemis de toujours : les Autodafeurs. Pendant ce temps, Auguste se fait des ennemis personnels : les BCG (alias Bernard-Gui, Conrad et Guillaume Montagues). Toutefois, on est également immédiatement plongé dans l’action et il y a beaucoup de suspense tandis que les révélations se succèdent à un rythme fou. Les pages se tournent toutes seules.

Un livre d’aventures, certes, mais qui est également bourré d’humour. Entre les remarques (idiotes, dirait Césarine) de Gus et celles totalement décalées de sa sœur, on ne s’ennuie pas.

 

Car Marine Carteron nous présente ici des personnages merveilleux. A commencer par Césarine. Cette jeune autiste, pardon, artiste Asperger de sept ans, est futée, maligne et complètement essentielle à cette histoire qu’elle fait souvent avancer. Avec ses yeux noirs emplis d’une sagesse infinie, sa logique diabolique et sa franchise déroutante, elle est, je crois, le personnage auquel je me suis le plus attachée depuis un certain temps. Elle donne beaucoup à la narration un caractère unique.

Gus, narrateur principal de cette histoire, est, quant à lui, un adolescent de quatorze ans. Il soigne son look, cherche le regard des filles, bref, un ado banal qui tombe de haut en découvrant l’héritage qui est le sien ! Il est davantage dans l’action que sa petite sœur et ses réactions sont souvent impulsives.

Néné est également impayable. Avec son allure dépareillée (un comble pour Gus qui soigne la sienne), il débarque un peu comme un ovni, mais cet écolo va être un allié indispensable pour les Mars, notamment grâce à des talents insoupçonnés par son nouvel ami.

Pour compléter le trio des Mousquetaires, je demande Bart et son admirable loyauté vis-à-vis une vieille amitié d’enfance. Car Bart est le quatrième fils Montagues… Son rôle se joue donc dans l’ombre de sa famille qu’il espionne pour le compte de la Confrérie.

Et n’oublions pas la petite Sara qui, atteinte de trisomie, est la première à faire ressentir des émotions à Césarine : apprendre à sourire, découvrir le manque de quelqu’un… L’émotion est très forte lorsque Cés parle de son amie.

Enfin, quel plaisir de lire un livre avec autant de personnages de femmes fortes : entre la mère de Gus et Cés, leur grand-mère paternelle, Cés (plus d’autres personnages féminins à découvrir dans les deux tomes suivants !), les femmes sont bien représentées et n’ont rien à envier aux hommes en terme de combat ou de logistique de guerre.

 

J’adore la manière dont l’auteure s’est approprié l’Histoire. Elle remonte à Alexandre le Grand et glisse l’aura de la Confrérie ou l’ombre des Autodafeurs derrière bon nombre d’épisodes de notre histoire. L’Inquisition et les dictatures sont des périodes dominées par les Autodafeurs tandis que la Confrérie se cache derrière les grandes découvertes, le siècle des Lumières, etc. Ça aurait pu être un peu gros, mais non, on y croit, tout fonctionne parfaitement !

Ce qui m’a également fait adorer ces livres, c’est le discours sur les livres et le savoir. Sur leur importance, sur sa place dans la société, sur la liberté que donne la connaissance… Le projet des Autodafeurs de les faire disparaître n’en apparaît que plus glaçant. Il y un très beau chapitre, très profond au début du roman, notamment ponctué par des écrits de l’Irakien Al-Jahiz datant du VIIIe siècle

 

Le livre au cœur de l’histoire, beaucoup d’humour, des personnages plus qu’attachants : Mon frère est un gardien est une merveille et un immense coup de cœur ! Avec un final explosif et encore de nombreuses questions sans réponses, ce premier tome ne donne qu’une envie : se jeter sur le second !

 

« Notre rapport au savoir est fragile. Si nous devions compter uniquement sur nos propres forces et sur le nombre d’idées se présentant à notre esprit, nous aboutirions au résultat suivant : nos connaissances seraient maigres, les projets s’écrouleraient, l’esprit de décision s’évanouirait, l’opinion personnelle deviendrait stérile, les idées perdraient toute valeur, l’énergie intellectuelle s’émousserait et les esprits se scléroseraient. »

Al-Jahiz

« Comment pouvait-on être assez salaud pour utiliser ses enfants ainsi ? Ce type était encore pire que ce que je pensais et je me sentis responsable de la vie pourrie de Bartolomé menait depuis des années par ma faute.

Allongé sur sa civière, le visage détruit par ses frères, son treillis déchiré et taché de sang, Bart ressemblait plus à un pitoyable SDF qu’à un héros de film américain et je pris conscience tout à coup que l’héroïsme pouvait avoir bien des visages.

Son courage valait beaucoup plus que celui de bien des hommes. »

« – Depuis toujours, une organisation parallèle à la nôtre, dont les membres se font appeler les « Autodafeurs », tente de retrouver nos archives pour les détruire.

– Ça, tu me l’as déjà dit ; moi, ce que j’aimerais savoir, c’est POURQUOI ils veulent les détruire !

– Parce que l’homme mauvais a toujours eu besoin d’avancer dans l’ombre et le mensonge, et que la vérité contenue dans ces manuscrits leur fait peur.

– Ben alors, pourquoi vous ne les publiez pas tout simplement ? demandai-je avec naïveté.

– Oh mais nous le faisons, c’est même le rôle du Propagateur. Mais tu sais, Auguste, rien n’est plus dangereux que de dévoiler la vérité à des hommes qui ne sont pas prêts à l’entendre.

– C’est-à-dire ?

– C’est-à-dire que l’histoire nous a appris à être prudents dans nos révélations, pour éviter les bains de sang qu’elles peuvent occasionner. »

Les Autodafeurs, tome 1 : Mon frère est un gardien, Marine Carteron. Rouergue, coll. Doado, 2014. 329 pages.

Jacob, Jacob, de Valérie Zenatti, lu par Eric Génovèse (CdL, 2015)

Jacob, Jacob (audio, couverture)Jacob Melki est un Juif de Constantine. Il apporte un peu de joie et de douceur dans le quotidien de la famille Melki. Le reste du temps, son père, le patriarche, impose sa loi à ses fils, son petit-fils Gabriel, sa femme Rachel, sa belle-fille Madeleine. Les femmes travaillent, se taisent, baissent les yeux. Pourtant, quand Jacob est enrôlé en 1944, ce sera Rachel qui partira de caserne en caserne, des provisions sous le bras, en quête de nouvelles de son fils. Mais Jacob sera déjà parti pour la France.

 

L’innocence de Jacob va se heurter à l’horreur du monde, de la guerre. Ce sera l’occasion de grands monologues qui viennent des tripes, qui disent la peur, l’espoir et les souvenirs. Quand on peut mourir à tout instant, il y a une urgence de dire, de se rappeler. Ces moments où la parole coule comme un fleuve, impossible à endiguer, sont vraiment très touchants car on se sent proche de Jacob – qui connaîtra aussi l’amitié, l’amour, des moments de bonheur – et on ressent beaucoup d’empathie pour lui.

C’est d’ailleurs une des qualités de l’écriture de Valérie Zenatti. Elle m’a amenée tout près des personnages que ce soit Jacob, Madeleine ou Rachel. J’ai appris à les aimer, à souffrir avec eux. J’ai notamment eu beaucoup de compassion pour ces deux femmes qui sont d’une force incroyable.

 

Après la Seconde Guerre mondiale et ses bataillons venus d’Afrique, ce sera une autre guerre : la guerre d’Algérie avec Gabriel qui se bat contre les fellaghas. Cette partie est un peu faible à mon goût. Le personnage central est Jacob et je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de ce rapide regard sur son neveu et cette nouvelle guerre.

 

Ce roman nous plonge littéralement dans une atmosphère, un pays, des odeurs, des sons tout en évoquant également la difficulté pour les Juifs de Constantine de trouver une place dans ce pays. Ils oscillent entre le français et l’arabe, entre les cultures juive et musulmane. Un jour, on les exclut des écoles ; le lendemain, on les réintègre et on les réclame pour l’armée française.

 

Servi par une très bonne lecture d’Eric Génovèse et un format court, Jacob, Jacob s’écoute avec plaisir. Ce texte, que ce soit avec les pensées-fleuves ou l’importance de l’atmosphère, se marie parfaitement avec l’oralité.

 

Dans cet hommage à son grand-oncle, ce Jacob qu’elle n’a jamais connu, l’auteure apporte sa contribution à la mémoire algérienne avec beaucoup de pudeur, de sensibilité et de force.

Pour écouter un extrait, rendez-vous sur le site Amazon.

 

« A la caserne de Touggourt, on prend à peine le temps de répondre à la femme qui s’exprime moitié en français moitié en arabe, passe du vouvoiement au tutoiement de manière incohérente, appelle « mon fils » le lieutenant qui s’est arrêté un instant pour l’écouter, touché, elle lui évoque sa grand-mère corse, elle est à la recherche du sien, de fils, il est tirailleur, Jacob Melki, il a une très belle voix et des cheveux châtains, une cicatrice sur le crâne côté gauche, il s’est cogné au coin de la table quand il avait un an et demi, il était sage mais plein de vie aussi, il avait dansé en battant des mains, perdu l’équilibre, c’est comme ça qu’il s’est cogné, il a beaucoup saigné, ça saigne tellement la tête, j’ai couru avec lui dans les bras jusqu’au dispensaire sans m’arrêter, sans respirer, maintenant il est soldat français, tu ne sais pas où il est mon fils ? »

« On a fait de lui un soldat, le mot contient une autre façon de bouger, s’habiller, manger et dormir, utiliser son corps et ses forces, et bientôt, il voudra dire tuer ou être tué. »

« Jacob était fait de ces mots transmis de génération en génération, prières, bénédictions, exclamations, il était fait aussi de silences si nombreux autour de l’amour, de la mort, et il était curieux qu’il ait rencontré les deux à des milliers de kilomètres de là où il était né, détaché des siens, défenseur d’une Europe qui avait tué ou laissé mourir ses juifs mais qui l’avait bien voulu, lui, pour la délivrer, alors que trois ans avant son incorporation on ne l’avait plus jugé suffisamment français pour l’autoriser à franchir les portes du lycée d’Aumale. »

 

Jacob, Jacob, Valérie Zenatti, lu par Eric Génovèse. CdL, 2015 (éditions de l’Olivier, 2014, pour l’édition papier). 3h40, texte intégral.