Le Grand Méchant Renard, de Benjamin Renner (2015) et son adaptation en film d’animation (2016)

Le Grand Méchant Renard (couverture)Le renard est un habitué de la ferme. Il entre, salue le chien, le cochon et le lapin, tente de manger la poule, se prend une raclée par cette dernière et repart avec des navets faute de poulet pour son repas. Inspiré par le loup, il met au point un plan : voler des œufs pour élever les poussins jusqu’à ce qu’ils soient prêts à être mangés.
Mais évidemment, on se doute bien que son plan va tomber à l’eau comme tous les autres. Sinon, pas d’histoire et, surtout, pas d’humour.

Car l’humour est bien le point fort de cette bande dessinée. Elle est hilarante par les situations, les dialogues parfois caustiques, les personnages… avec en tête ce pauvre renard que l’on ne peut s’empêcher de prendre un peu en pitié tant il échoue dans toutes ses entreprises. La pauvre bête en voit de toutes les couleurs, humilié par tous les animaux, martyrisé par trois poussins trop aimants et trop dynamiques.
Mais son cœur de papa poule fond malgré tout devant ses trois terreurs et, avouons-le, nous aussi. Leur relation est touchante, pleine de taquineries et d’amour. Le renard se montrera prêt à tout pour les protéger du loup (qui, lui, est un vrai Grand Méchant). Sans oublier de se protéger lui-même de la poule et de son club d’extermination des renards ! Ce qui nous donnera de nouvelles occasions de rire de ses déboires.

Les aquarelles sont toutes douces et toutes jolies. Les protagonistes sont tous très expressifs, ce qui contribue à l’excellence de la BD. J’ai beaucoup apprécié le trait de Benjamin Renner. Les délicates petites vignettes, sans aucun détail superflu, donnent un aspect très léger et aéré à la bande dessinée. Le résultat : les pages tournent toutes seules et l’on dévore l’ouvrage sans s’en rendre compte.

Le Grand Méchant Renard est un véritable coup de cœur tant pour son scénario que pour son dessin. Oscillant entre humour et tendresse, c’est une bande dessinée originale et adorable, à mettre entre toutes les mains.

Le Grand Méchant Renard (extrait)

Et le film d’animation alors ?

Le grand méchant renard (affiche)Après avoir relu et adoré la BD, je suis allée découvrir l’adaptation cinématographique par Benjamin Renner et Patrick Imbert. Et autant vous le dire tout de suite, je suis déçue. Dans ce film d’animation, le rideau du théâtre de la ferme s’ouvre trois fois pour nous raconter trois histoires : « Un bébé à livrer », « Le Grand Méchant Renard » et « Il faut sauver Noël » (un choix peut-être étrange vu la saison, mais pourquoi pas…).

Parlons tout d’abord de la seconde qui reprend le scénario de la bande dessinée et sur laquelle se focalisait toutes mes attentes. Si les éléments et les rebondissements principaux sont bien là, je n’ai pu que constater que certaines coupes avaient été effectuées dans les dialogues notamment. Logique, allez-vous me dire, on pouvait s’y attendre. Certes, mais je ne m’attendais pas à ce que tous les passages les plus drôles à mon goût disparaissent. Le résultat est bien moins humoristique et moins fin que la bande dessinée. Idem pour certaines scènes trop mignonnes entre les poussins et leur mère adoptive. Dommage…
Quant aux deux autres histoires qui tournent autour des personnages du cochon, du lapin et du canard, elles sont assez bateau et je dois reconnaître ne pas avoir été touchée du tout. Disons que je pense que le public visé est quand même un public très jeune.

En revanche, l’animation est plutôt jolie surtout pour les paysages en aquarelle que j’ai adorés et d’ailleurs préférés aux personnages. Une remarque à ce propos sur l’apparence des poussins, bien moins mignons que dans la BD (mais peut-être plus facile à animer avec leur nouveau physique lorsqu’ils sont plus grands ?).

Voilà, une déception donc. Il est peut-être préférable de le découvrir lorsque l’on a aucune attente grâce à la BD.

Le grand méchant renard 2

Le Grand Méchant Renard, Benjamin Renner. Editions Delcourt, collection Shampooing, 2015. 189 pages.

La ferme du bout du monde, de Sarah Vaughan (2016)

La ferme du bout du monde (couverture)Un lieu : la Cornouailles. Deux époques : 1943 et 2014. Une seule famille. Deux étés. Un secret.
Pendant la guerre, Will et Alice, deux jeunes réfugiés venus de Londres, rencontrent Maggie, la fille des propriétaires de Skylark. Le conflit est loin, mais leur existence bascule cet été 1943. De nos jours, la petite-fille de Maggie, Lucy, trompée par son mari et affolée suite à un « presque accident » dans son travail, retourne dans sa famille dans cette ferme isolée.

J’ai eu ce livre grâce à Babelio au cours d’une rencontre à l’autrice dans un petit salon de thé. Sarah Vaughan m’a convaincue par son enthousiasme, son sourire et sa bonne humeur : j’avais très envie de lire ce livre que je suis sortie.
Sauf qu’au bout de quelques chapitres, j’ai pensé « j’espère que ce ne sera pas aussi sentimental tout du long… ». Il y a trop de romance dans la première moitié du livre, avec le beau Will dans les champs de blé et la belle Maggie dans les champs de blé, et ses yeux, et ses lèvres, et ses cheveux, et la passion moite sous le soleil de juillet, etc. Lucy n’est pas en reste et admire « les filets d’eau sur le torse du nageur, la courbe de ses fesses au moment où il marchait dans l’eau, la ligne de démarcation de son bronzage ». A ce point-là du roman, je hurlais intérieurement.
Sans compter que l’histoire ne se démarque pas par son originalité. Peu après le début du roman (une fois que j’avais rencontré tous les personnages, dirons-nous), j’ai fait sept suppositions sur le fameux secret et sur la fin du roman… et elles sont toutes tombées juste.

Pourtant, j’ai fini ce livre avec une impression relativement positive. En effet, j’ai trouvé le roman beaucoup plus intéressant lorsque l’autrice a enfin craché le morceau, une fois que le secret-qui-n’a-jamais-été-un-secret a été dévoilé. La psychologie des personnages devient alors plus profonde, notamment du côté de Maggie et d’Alice – aussi bien les jeunes filles de 1943 que les vieilles femmes de 2014 – qui peuvent enfin « s’autoriser » à parler ou à penser au secret. Les souvenirs, la perte, les regrets, le deuil, la rancune et le pardon deviennent autant de sujets centraux du roman.
Je dois dire que je me suis quand même attachée à Maggie, aussi bien à la jeune fille vive du passé qu’à la vieille femme du présent. Elle est toujours là pour écouter et tenter de comprendre ses enfants et petits-enfants, leur offrant ce qu’elle n’a jamais eu de la part de sa mère. L’injustice de son passé me touche et m’indigne, même si, comme il est dit dans le roman, c’était ainsi qu’on traitait ces « problèmes ».

Quand Babelio m’a proposé de recevoir ce livre, l’élément qui m’a tout de suite attiré, c’était le cadre, la Cornouailles. On sent vraiment l’amour de l’autrice pour cette région tantôt accueillante sous le soleil, tantôt sinistre sous la pluie. A travers ses personnages qui contemplent régulièrement le paysage, c’est elle qui l’admire. Et nous, grâce à sa plume. Personnellement, j’ai été conquise par les landes, les champs, l’océan, le vent, les odeurs, les bruit, la nature sauvage. Par cette ferme aussi, témoin muet et immuable de l’histoire de cette famille depuis six générations.
J’ai beaucoup aimé également la description très réaliste de cette existence rude qu’est la vie à la ferme. Les périodes heureuses de prospérité et les années de mauvaises récoltes ou de maladie, la fatigue, les difficultés financières, l’attachement aux bêtes et aux terres, l’abattement qui se mue parfois en désespoir infini…

La ferme du bout du monde est donc une lecture dont je suis sortie mitigée. La plume est agréable, le cadre fait rêver et l’époque est passionnante, mais l’histoire s’est révélée trop prévisible pour me plaire totalement. Il y avait de bons matériaux à la base, mais le résultat n’est pas à la hauteur de mes espérances.

« Si tu l’aimes sincèrement, alors ça fait beaucoup à perdre. La perte de l’amour peut se révéler si douloureuse… Ça et s’interroger sur ce qui aurait pu advenir. Sans jamais avoir la chance de le découvrir… Voilà, je crois, ce qui fait le plus de mal. »

« Cette maison est comme un aimant, elle ramène à elle ceux qui s’en éloignent trop. »

La ferme du bout du monde (VO : The Farm at the Edge of the World), Sarah Vaughan. Préludes, 2017 (2016 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Alice Delarbre. 444 pages.

Challenge Les Irréguliers de Baker Street – Les Plans de Bruce-Partington 
lire un livre se passant en temps de guerre