Saga Malaussène, tome 1 : Au bonheur des ogres, de Daniel Pennac (1985)

Au bonheur des ogres (couverture)Benjamin Malaussène est l’aîné en charge d’une petite tribu joyeusement bordélique depuis la dernière fugue de leur mère. Il est aussi bouc émissaire pour un grand magasin. Et quand des bombes explosent sous son nez dans le dit magasin, des regards suspicieux commencent à se tourner vers sa tête de coupable.

La langue est extraordinaire. Derrière une narration énergique qui ne perd pas de temps, on sent l’amour des mots, le choix du terme adéquat, on sent la poésie et l’influence de la littérature (bon nombre d’auteurs sont d’ailleurs cités et le titre lui-même est un clin d’œil à Zola).
Mais plus que cette belle prose, c’est le ton adopté par Daniel Pennac qui m’a particulièrement plu dans ce premier épisode de la vie des Malaussène, c’est la voix de son héros. L’humour y est omniprésent et subtil, souvent cynique et second degré. Descriptions et comparaisons, jeux de mots, remarques à mi-voix, c’est truculent et délicieux à lire.
Le plus étonnant est la façon dont cela transforme totalement l’ambiance du roman. En effet, les mésaventures du Magasin et les découvertes réalisées par Benjamin sur les victimes ne sont pas extrêmement joyeuses. Certaines sont même franchement atroces. Pourtant, je suis certaine que je garderai davantage le souvenir de la folklorique famille que celui des horreurs sanglantes.

La famille Malaussène est le second élément contribuant au plaisir de la lecture : Benjamin, cinq frères et sœurs et un chien épileptique. Farfelus et atypiques, ses membres sont très différents dans leur caractère et leurs loisirs, mais ils sont unis autour de leur grand frère dont les histoires acadabrantesques les ravissent. Les retrouver sera sans nul doute l’une de mes principales motivations pour poursuivre cette saga afin de connaître la suite de leurs péripéties et des déboires de Benjamin.

Evidemment, tout est exagéré dans ce roman, tant les personnages que les situations. Mais c’est ce qui lui donne un côté déjanté totalement magique. En outre, cette loufoquerie n’empêche pas Pennac de parler avec justesse de la famille, de l’amour, de la différence, de la société et de la vie en général. Malgré sa malchance et son cynisme affiché, Benjamin considère le monde avec énormément de tendresse.

Energique combinaison de comédie, de chronique familiale et d’enquête policière, Au bonheur des ogres est un roman très divertissant, totalement savoureux et extrêmement bien écrit.

« Dans le journal que je viens d’acheter, on s’étend longuement sur le « monstrueux attentat du Magasin ». Comme un seul mort ne suffit pas, l’auteur de l’article décrit le spectacle auquel on aurait pu assister s’il y en avait eu une dizaine ! (Si vous voulez vraiment rêver, réveillez-vous…) Puis le journaleux consacre tout de même quelques lignes à la biographie du défunt. C’est un honnête garagiste de Courbevoie, âgé de soixante-deux ans, que le quartier pleure à chaudes larmes, mais qui « par bonheur » était célibataire et sans enfants. Je n’hallucine pas, j’ai bien lu « par bonheur célibataire et sans enfants ». Je regarde autour de moi : le fait que le Dieu Hasard bute « par bonheur » les célibataires en priorité, ne semble pas perturber le petit monde familial du métropolitain. »

« Le début d’une idée commence à germer quand j’enfile la première jambe de mon pantalon. Ça se précise à la seconde. Ce n’est pas loin d’être l’idée du siècle quand je boutonne ma chemise. Et je jubile tellement en laçant mes godasses qu’elles partiraient sans moi réaliser ce projet de génie. »

Saga Malaussène, tome 1 : Au bonheur des ogres, Daniel Pennac. Gallimard, coll. Folio, 1988 (Gallimard, 1985, pour la première édition). 286 pages.

Le Paris des Merveilles, tomes 1 à 3, de Pierre Pevel (2003-2015)

Bienvenue dans le Paris de 1909 ! Mais attention, vous êtes ici dans un Paris alternatif et magique. Ici, la Tour Eiffel est construite d’un bois blanc qui chante les nuits de pleine Lune, de petits dragons volettent dans le jardin du Luxembourg, les gargouilles peuvent réellement prendre leur envol, les portiers sont des ogres, des ondines jouent dans les points d’eau et les magiciens se réunissent en clubs. Tel est le décor des aventures du mage Griffont et de l’enchanteresse Isabel de Saint-Gil.

Je n’ai pas envie de détailler les péripéties des protagonistes et de vous raconter l’intrigue de chacun des tomes, j’en parlerai bien sûr, mais en général. Je souhaite plutôt vous parler de l’ambiance, du ton et des personnages pour vous donner envie de découvrir cette belle trilogie.

L’écriture est élégante et délicate, un rien précieuse dans ses descriptions, et l’auteur prend le temps de poser ses personnages, ses décors. Je me serais passée des descriptions répétées à chaque tome, procédé un peu lassant. En parlant d’Isabel par exemple, j’ai aimé son mauvais caractère, son impulsivité, sa mauvaise foi réjouissante, sa naïveté feinte, son intelligence et son intrépidité. Je n’ai pas besoin que l’on me rappelle à chaque chapitre à quel point elle est belle, souple, fine, cascade de cheveux roux traversés d’or, yeux ambrés pailletés d’émeraude, etc. Ses qualités la rendent admirable, mais ce sont ses défauts qui la rendent attachante. Son physique m’importe peu, j’aurais donc apprécié qu’il soit moins rabâché. (La remarque vaut également pour la magicienne Cécile de Brescieux.)
On s’attache néanmoins sans difficulté aux personnages. De plus, la majorité d’entre eux sont récurrents, ce qui permet à l’auteur de leur fournir une psychologie suffisamment fouillée. Je regrette seulement de ne pas avoir vu davantage sur Azincourt, le chat ailé de Griffont : le troisième tome laissait entendre qu’il aurait un rôle plus important et finalement, non.
Enfin, je donne un bon point pour la relation entre Griffont et Isabel. Elle m’a parfois fait sourire et parfois attendrie, leurs savoureux échanges ne manquant pas de piquant.

Un point qui m’a beaucoup amusée est le jeu instauré par le narrateur avec le lecteur. Une connivence s’installe grâce à des interpellations directes. Par exemple, dans la nouvelle « Magicis In Mobile », il s’amuse également des derniers chapitres explosifs dans bon nombre de romans (bien que lui-même nous réserve des finals sur les chapeaux de roue dans chacun des tomes du Paris des Merveilles) : « L’auteur de ces lignes se refuse à travestir la réalité dont il se veut le chroniqueur fidèle, et tant pis pour les principes romanesques qui exigent un final spectaculaire à tout bon récit d’aventures. »

Le cadre est idyllique et Pierre Pevel nous emmène dans des mondes enchanteurs. D’une part, nous avons un Paris de la Belle-Epoque, tout de boiseries, de cuivre, de bronze et de verre, délicatement parsemé d’éléments merveilleux. D’autre part, il y a Ambremer, une cité sortie d’un Moyen-Âge idéalisé, parfait et propre. A ce sujet, le narrateur nous dit : « Ambremer était une cité médiévale, mais telle que vous, moi et l’essentiel de nos contemporains la rêvons. A savoir pittoresque et tortueuse, avec des venelles pavées plutôt que boueuses, des maisons en belle pierre plutôt qu’en mauvais torchis, des toits de tuile rouge plutôt que de chaume sale. Elle fleurait bon, et non l’urine, la crasse et le fumier mêlés. »
Non content de revisiter la capitale, Pierre Pevel s’approprie bon nombre de personnages historiques pour en faire des mages : on croisera ainsi l’alchimiste Nicolas Flamel, le cinémagicien Georges Méliès ou encore Lord Dunsany, futur auteur de La Fille du roi des elfes.

On retrouve ce qui constitue à mon goût les ingrédients classiques de la fantasy (sachant que je ne suis pas une experte, c’est juste mon expérience de lectrice qui parle). Que ce soit au niveau des créatures magiques (dragons, fées, elfes, chats ailés, arbres savants…) ou des thématiques (une haine sororale, l’infidélité de l’époux de la reine déclenchant la guerre entre les peuples, la magie noire), tout est là. Cependant, tout s’agence si bien et on prend un tel plaisir à découvrir ce monde magique que la sauce prend sans difficulté.
L’atmosphère s’assombrit au fil des tomes, le premier étant finalement le plus léger. Le troisième, en revanche, nous plonge dans un Paris menacé par des attentats et le retour de la Reine Noire. Entre meurtres et suspicion, voilà qui laisse moins de temps pour le badinage. Le second tome prend également le temps d’un petit voyage dans le temps, en 1720, année de la rencontre entre Griffont et Isabel – ce qui nous permet d’en savoir plus sur nos deux héros – dont les évènements trouveront une résonnance particulière près de deux cents ans plus tard.

Une intrigue à la fois policière et surnaturelle, des aventures rocambolesques, des mondes oniriques, de l’humour et de l’action, Le Paris des Merveilles est une excellente trilogie de fantasy, mâtinée de roman feuilleton et de cape et d’épée.

J’ajouterai en plus que l’édition poche chez Folio SF est magnifique dans ses déclinaisons de bleus et que la douceur de ses couvertures gravées est un plaisir pour les doigts.

« La mémoire est un ciment solide. Si solide et durable que la nostalgie survit parfois longtemps à l’amitié. Elle peut même s’y substituer et nous tromper. Combien de fois nous sommes-nous aperçus trop tard que rien ne nous attachait désormais à tel ou telle, sinon le souvenir d’une époque évanouie ? Quand cette idée frappe, douloureuse, le temps paraît faire un bond et nous nous découvrons subitement face à un étranger que les hardes de sentiments défunts ont cessé de déguiser. Cela, plus que les ans, fait vieillir. L’âge est le catalogue de nos désenchantements intimes. » (Tome 1)

« Ils étaient à la fois les acteurs et les spectateurs d’une relation qui ne les ménageait pas, certes, mais ne croiserait jamais vers les eaux calmes de l’ennui. Et lorsqu’ils doutaient parfois d’être aimés, lorsque leur comédie réciproque risquait de les tromper ou qu’une houle trop forte pourrait avoir raison de leurs sentiments tourmentés, il leur suffisait de surprendre un trouble sincère et fragile chez l’autre pour se sentir brusquement investis du devoir impérieux de vivre à ses yeux. » (Tome 2)

« Les bibliothèques sont des rêves.
Rêves de ceux qui les ont voulues et bâties. Rêves de ceux qui les fréquentent et les aiment. Rêves enchâssés en des milliers et des milliers de pages préservées. Rêves puisés à la source des désirs et des sciences, des imaginations fertiles, des ambitions, des lectures patientes, des nuits passées dans le secret des livres. Elles sont des portes vers le Troisième Monde. Certaines ne font que l’approcher, le frôler, apercevoir ses confins. D’autres le rejoignent puis s’éloignent, au gré des astres et leurs caprices. Quelques-unes, enfin, les plus belles et les plus émouvantes, appartiennent entièrement à l’Onirie. » (Tome 3)

Le Paris des Merveilles, tome 1 : Les enchantements d’Ambremer, suivi de Magicis In Mobile, Pierre Pevel. Gallimard, coll. Folio SF, 2017 (Le Pré aux Clercs, 2003, pour la première édition). 416 pages.
Le Paris des Merveilles, tome 2 : L’élixir d’oubli, Pierre Pevel. Gallimard, coll. Folio SF, 2017 (Le Pré aux Clercs, 2003, pour la première édition). 418 pages.
Le Paris des Merveilles, tome 3 : Le Royaume immobile, Pierre Pevel. Gallimard, coll. Folio SF, 2017 (Bragelonne, 2015, pour la première édition). 446 pages.

Blast, tomes 1 à 4, de Manu Larcenet (2009-2014)

Polza Mancini est en garde-vue, interrogé pour ce qu’il a fait à une dénommée Carole Oudinot. Il commence à dérouler le fil de son histoire à partir de la mort de son père pour que les deux policiers chargés de l’enquête puissent le comprendre. Et comprendre le blast. Les quatre tomes mélangent ainsi les souvenirs de Polza et les échanges au cours de l’interrogatoire.

Comment parler de Blast ? Une chose est sûre : j’en parlerai mal. Il n’y a qu’une chose que vous pouvez faire (devez faire ?) : vous procurer ces BD et les lire.
Voilà, fin de la chronique !
Bon, je vais quand même essayer de vous dire deux-trois choses.

Blast, c’est…

C’est humain. Le regard sensible porté sur tous ceux qui sont à la marge de la société, sur leur difficulté, leur incapacité à se fondre dans une normalité qui, tout bien considéré, ne veut rien dire. Le cheminement de Polza qui ne peut que toucher et émouvoir. La réflexion passionnante sur une vie délivrée des règles de la communauté.

C’est violent. Psychologiquement. La souffrance humaine – le deuil, la haine de soi, la maladie – nous est projetée dans la figure. La psychologie de Polza est vraiment fouillée même s’il nous reste toujours inaccessible. Sans aucun doute, cette lecture est une bonne grosse claque dont on ne sort pas vraiment le cœur joyeux.

C’est violent (bis). Physiquement. Entre les meurtres et les autres agressions, c’est parfois un peu glauque. Et ça peut mettre mal à l’aise, même si, finalement, peu de choses sont montrées frontalement.

C’est oppressant. Polza m’a étouffée. J’étais à la fois curieuse, intéressée, compatissante et rebutée par ce personnage atypique et perturbant. Est-il fou ? Est-il génial ? Expérimente-t-il de véritables transes ou n’est-il qu’un psychopathe ? Comme le dit l’un des policiers à la fin, une chose est sûre : il est intelligent. Et fascinant.

C’est organique. Comme la grasse carcasse de Polza, comme les fluides qui s’écoulent hors des corps, comme la forêt bruissante et grouillante, comme la souffrance, comme la liberté.

C’est beau. Les dessins, sombres. Les visages, fermés. Les gros plans. Le trait de Larcenet parfois flou, parfois criant de réalisme. Tout cela me parle, me touche, me transperce.

C’est innovant. Le mélange des styles. Aux illustrations noires de Larcenet se mêlent des dessins d’enfants et des collages. Les dessins d’enfants sont les seules touches de couleurs dans cet océan de noir et blanc. Figurant le blast, ils offrent une légèreté rafraîchissante, une originalité unique, une imagination folle comme seuls les enfants savent le faire. Les utiliser de cette façon est une idée géniale. Quant aux collages, sortis de l’esprit malade de Roland, ils sont d’un ridicule qui va jusqu’au dérangeant.

C’est malin. La fin du quatrième tome nous pousse à refeuilleter les trois premiers. Pas parce qu’un retournement de situation bouleverse toute notre vision des choses. Juste parce que les deux policiers nous proposent la leur. Une autre manière de considérer l’histoire de Polza.

C’est aussi poétique, contemplatif, viscéral, unique. Bref, en deux mots comme en cent, c’est une tuerie ! Polza était soufflé par le blast et moi, j’ai été pulvérisée par Blast.

« Il faut se méfier de la chose écrite. Au-delà de sa noblesse, elle ne reflète toujours que la vérité de celui qui tient le crayon. »

Blast, tome 1 : Grasse Carcasse, Manu Larcenet. Dargaud, 2009. 204 pages.
Blast, tome 2 : L’Apocalypse selon Saint Jacky, Manu Larcenet. Dargaud, 2011. 204 pages.
Blast, tome 3 : La tête la première, Manu Larcenet. Dargaud, 2012. 204 pages.
Blast, tome 4 : Pourvu que les bouddhistes se trompent, Manu Larcenet. Dargaud, 2014. 204 pages.

Jeux de miroirs, d’E.O. Chirovici (2017)

Jeux de miroirs (couverture)Jeux de miroirs, tel est le titre d’un étonnant manuscrit qui prétend faire la lumière sur le meurtre du professeur Wieder, référence dans le domaine de la psychologie cognitive, jamais élucidé depuis les années 1980. Mais lorsque l’agent littéraire Peter Katz tente de contacter l’auteur, il découvre que Richard Flynn est décédé et que personne ne sait où se trouve la suite du roman. Peter Katz décide donc de faire appel à un journaliste d’investigation pour écrire la suite.
Peter Katz, l’agent littéraire, John Keller, le journaliste d’investigation, et Roy Freeman, le policier à la retraite, prennent successivement la parole et tentent chacun leur tour d’élucider cette affaire.

La quatrième de couverture annonce un « suspense haletant » que je n’ai pas retrouvé dans le roman. Il n’y a pas non plus de rebondissements exceptionnels et inattendus au fil du récit. Si cette histoire n’a pas besoin de ça pour plaire (d’ailleurs, je ne crois pas que l’objectif de l’auteur ait été d’offrir aux lecteurs un roman à suspense), je trouve ça un peu dommage de le vendre ainsi. Ce roman qui m’a rappelé La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker est en réalité plus subtil et nous emmène dans les recoins de la mémoire pour y décortiquer les souvenirs des uns et des autres. Mais qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui est construit par le cerveau ? Quels sont les pouvoirs de l’esprit ? Jusqu’où peut-il fabriquer ou altérer des souvenirs ? Des questions passionnantes à mon goût.

La fin de la première partie est relativement frustrante. En effet, elle est quasiment essentiellement composée du début du manuscrit de Richard Flynn, ce qui place les protagonistes de cette affaire non résolue, et je me demandais si l’on connaîtrait réellement le fin mot de cette histoire. Par la suite, ce n’est qu’une succession de témoignages non concordants, de mensonges, de fausses pistes, d’amnésies et de manipulations… A croire que le mystère Wieder est destiné à rester intact. (Mais rassurez-vous, E.O. Chirovici ne nous fait pas ce coup-là et l’assassin et ses motivations nous seront dévoilés.) Le fait de revivre ces événements au travers des souvenirs des différents protagonistes est véritablement passionnant et nous permet d’avancer progressivement dans l’histoire.

Trois narrateurs pour démêler les confessions et les mensonges des différents témoins, une plongée dans les arcanes de l’esprit, une écriture fluide et agréable, Jeux de miroirs est un roman prenant avec lequel j’ai passé un très bon moment. (Par contre, si vous cherchez un polar véritablement haletant, passez votre chemin.)

« Découvrir enfin la vérité au sujet d’une affaire qui vous a longtemps obsédé, c’est un peu comme perdre un compagnon de voyage – un compagnon bavard, indiscret et envahissant jusqu’à friser l’impolitesse, mais dont la présence vous est devenue familière dès votre réveil. C’est l’effet que produisait sur moi l’affaire Wieder depuis plusieurs mois. »

Jeux de miroirs, E.O. Chirovici. Les Escales, 2017 (2017 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais par Isabelle Maillet. 314 pages.

Le Musée des Monstres, tome 1 : La tête réduite, de Lauren Oliver et H.C. Chester, illustré par Benjamin Lacombe (2015)

Le Musée des Monstres T1 (couverture)Pippa, Thomas, Sam et Mackensie « Max » sont quatre enfants extraordinaires. Considérés par certains comme des miracles, par beaucoup d’autres comme des monstres, ils sont respectivement mentaliste, contorsionniste, hercule et lanceuse de couteaux. Orphelins, ils ont été recueillis par le Petit Musée de Dumfrey qui vient justement d’accueillir une incroyable tête réduite venue directement d’Amazonie. Mais si celle-ci était maudite ?…

« A présent, mesdames et messieurs, garçons et filles, enfants de tous âges, soyez les bienvenus chez Dumfrey, dans son Petit Musée des curiosités, des monstres et des merveilles. »

L’intrigue est finalement assez classique avec cette enquête aux sujets d’une succession de meurtres inexpliqués tout comme sa résolution. En ce qui me concerne, j’ai eu la solution, j’ai identifié le coupable avant la moitié du roman, et mes suppositions se sont révélées correctes. Pas de grosses surprises à ce niveau-là donc, mais on prend quand même plaisir à suivre les tribulations de ces quatre gamins dans les rues de New-York.

En effet, si l’intrigue n’est pas vraiment à la hauteur de mes espérances, l’univers du roman est bien campé et nous sommes vraiment plongés au cœur de la ville. On court des pubs mal famés à la morgue, des ruelles sombres à une boutique de curiosités en perte de clientèle ou à la rédaction enfumée d’un journaliste avide de sensationnel. Et il y a le Petit Musée de Dumfrey ! Et toute la clique hétéroclite, mais globalement sympathique qui l’habite et le fait vivre. Tout au fil du récit, on vit au quotidien avec ces artistes atypiques, mais dont la vie n’est finalement pas si différente de ceux qui, à l’extérieur du musée, se jugent « normaux ». (Par contre, j’ai eu un peu de mal parfois à retenir qui était qui car ils sont tout de même nombreux !)

Et parmi tout ce petit monde, nos héros. Justement parlons-en. Ces quatre jeunes sont attachants, chacun à leur manière, même Max qui roule un peu des mécaniques pour paraître plus assurée qu’elle ne l’est déjà. Ils ont des aptitudes certes surhumaines, mais les maîtriser n’est pas toujours une chose aisée : ils ne sont pas des super-héros
infaillibles, mais bien des enfants. Ils m’ont rappelé les orphelins Baudelaire, jetés dans un monde cruel qui Le Musée des Monstres T1 - Illustration ne leur veut pas que du bien et qu’ils affrontent comme ils peuvent grâce à leurs singulières capacités. Les fréquenter constitue l’intérêt principal du roman à mon goût.

Je dois également avouer que ce qui m’a attiré vers Le Musée des Monstres, c’est la promesse d’illustrations de Benjamin Lacombe dont l’univers se marie parfaitement avec une telle galerie de curiosités de la nature. Malheureusement, j’ai été déçue de ce côté-là car les illustrations – qui, en noir et blanc, mettent à l’honneur l’un des artistes du Musée – sont finalement assez rares (j’en ai compté à peine dix à l’intérieur du roman). Argument commercial pour appâter les fans de Lacombe ?

Une plongée dans un freak show new-yorkais qui s’est révélée plutôt plaisante grâce aux décors et aux personnages. Je regrette cependant le manque de surprise dans le scénario et j’espère que ce ne sera pas le cas dans les prochains tomes dont on peut prévoir quelques éléments d’intrigue. Et n’achetez pas ce livre pour la mention « Illustré par Benjamin Lacombe », vous risquerez d’être désappointés.

« Le soleil lui chauffait le visage et le nœud dans son ventre commençait à se relâcher. Peut-être que son pressentiment de la veille, cette conviction que quelque chose de terrible était sur le point de se produire, était faux.
Peut-être que tout irait bien finalement. »

Le Musée des Monstres, tome 1 : La tête réduite, Lauren Oliver et H.C. Chester, illustré par Benjamin Lacombe. Hachette Romans, 2016 (2015 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Alice Delarbre. 349 pages.

L’île du Point Némo, de Jean-Marie Blas de Roblès (2014)

L’île du Point Némo (couverture)Difficile de faire un résumé clair et propret pour ce livre. Disons que Martial Canterel, opiomane français, se laisse embarquer par son ami John Shylock Holmes dans une enquête à la poursuite d’un extraordinaire diamant, l’Anankè. Cette aventure inclut également trois pieds droits coupés et de trois unijambistes, une jeune fille endormie, un assassin surnommé l’Enjambeur Nô… Mais il faut aussi parler d’une fabrique de cigare périgourdine reconvertie en une usine de montage de liseuses.

Nous avons donc, d’un côté, l’enquête menée par Canterel, Holmes, Grimod (le majordome de Holmes) et une tripotée d’autres personnages.
Elle se déroule dans un univers à la fois steampunk, moderne et futuriste. Le Transsibérien crachant toujours sa vapeur et les dirigeables Zeppelin en balade autour du monde côtoient un autocar roulant grâce au méthane tiré du purin  et un appareil volant appelé le ptéronave (c’est un néologisme).
L’histoire est non datée et, à y regarder de plus près, c’est un vrai méli-mélo. Ainsi, Tianducheng, un quartier de la ville chinoise de Hangzhou qui imite Paris, date de 2007. Quand ils grimpent dans un dirigeable Zeppelin qui fait le tour du monde, il est dit que « l’incendie du Hindenburg restait présent dans toutes les mémoires »… alors que cet accident date de 1937. La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a été créée en 1970 et The Bloop a été capturé en 1997. Il est également fait mention, alors qu’ils voguent vers le Point Némo, des cadavres des astronautes de la Station spatiale internationale, morts dans une catastrophe qui n’a, de toute évidence, jamais eu lieu ainsi que d’une Troisième Guerre.
On visite Sydney, Pékin, Paris avant de naviguer sur les eaux du Pacifique ; on croise des artistes de cirque, un Skoptzy (si vous voulez en apprendre davantage sur cette charmante secte, je ne peux que vous conseiller le site « Raconte-moi l’Histoire » qui écrit sur différents épisodes de l’Histoire avec beaucoup d’humour, c’est génial) ; on en apprend davantage sur la faune aquatique, etc. Bref, les références sont omniprésentes et j’ai eu du travail pour démêler le vrai du faux au terme de ma lecture.

« Il n’y a que des rêveurs ou des fous pour emprunter une route si excentrée, continua-t-elle, et ceux-là seront toujours les bienvenus »

Toutefois, un autre sujet est omniprésent : la littérature. John Shylock Holmes est un clin d’œil évident à un certain détective (j’avoue avoir eu du mal à cerner son intérêt, à part pour le clin d’œil : avec le recul, je n’arrive pas à me souvenir à quel moment il a fait avancer l’histoire). Plane également l’aura d’Alexandre Duras, de Daniel Defoe et, plus que tout autre, de Jules Verne qui est présent à chaque instant : traversée de la Russie, envol autour du monde, exploration sous-marine… Les voyages de Canterel et ses amis rappellent énormément les aventures des héros de Verne. Servi par une géniale mise en abîme, c’est aussi une réflexion sur le rôle de la littérature qui invite à la liberté et décuple l’imagination.
Foisonnant, c’est le mot pour décrire L’île du Point Némo. C’est une salade de mots, de noms, d’adjectifs et les descriptions pullulent que ce soit pour camper un personnage ou un lieu. L’écriture est riche, travaillée, la langue est vraiment très belle et entraînante.

A cette équipée sauvage s’entremêlent des chapitres ancrés dans notre monde contemporain, alternativement centrés sur divers personnages tous liés par l’usine B@bil Books. Si ces chapitres ont évidemment une finalité, ce sont ceux qui m’ont le plus déçue et je n’ai pas compris l’intérêt de certains personnages comme Carmen et Dieumercie.

Malgré des chapitres inutilement crus qui m’ont laissée plutôt dubitative, L’île du Point Némo est un roman d’aventures tentaculaire et totalement extravagant.

« A la lecture de faits divers, songe Arnaud, on jurerait que la réalité produit plus de fiction que ne saurait en absorber la littérature. Mais parfois, comme ce soir devant cet article du New York Times, advient une inversion troublante qui suggère avec force que le réel n’est au contraire qu’un miroir servile de ce qui est déjà survenu dans les romans. Un miroir effrayant à tous égards. »

« Je vous dis simplement que les canots de sauvetage restent systématiquement coincés dans leurs bossoirs, que ce sont toujours les plus gros, les plus forts, les plus stupides qui piétinent femmes et enfants pour sauver leur pitoyable vie, et que le capitaine n’est même pas tenu de couler avec son navire. Nous vivons une Atlantide lente, Monsieur Sanglard, un enfoncement si discret qu’il n’est perceptible que par les plus vulnérables d’entre nous. Ni tsunami ni cataclysme d’aucune sorte, mais une imprégnation ténue, quotidienne, qui alourdit chaque jour l’éponge du monde. Cet univers est invivable, c’est pour cette raison que nous avons choisi de ne pas nous en contenter. »

« D’un ample remous qui agita la mer jaillit alors un bruit profond, plaintif et menaçant, une clameur de stade où grondaient en même temps mille conquêtes, mille traites négrières, mile djihads vains.
Le Big Bloop qu’avait tant espéré Sanglard. »

L’île du Point Némo, Jean-Marie Blas de Roblès. Zulma, 2014. 457 pages.

Meurtre en Mésopotamie, d’Agatha Christie, lu par Guillaume Gallienne (Thélème, 2015)

Meurtre en Mésopotamie (couverture, livre audio)Je n’avais pas lu de romans d’Agatha Christie depuis plusieurs années, j’y suis revenue avec Meurtre en Mésopotamie en livre audio. Cette enquête d’Hercule Poirot a été publiée pour la première fois en 1936.

L’histoire se passe au sein d’une mission archéologique en Irak, à Tell Yarimjah. La narratrice, Amy Leatheran, est une infirmière recrutée pour tenir compagnie la femme du docteur Leidner, Louise. Celle-ci est sujette à des terreurs nocturnes que les autres membres de l’expédition trouvent ridicules et plutôt agaçantes. Sauf qu’un jour Louise Leidner est assassinée.

La fenêtre était fermée, les domestiques bavardaient dans la cour, non loin de la porte de la chambre de la malheureuse, tout le monde semble avoir un alibi parfait ; autant dire que la police menée par le capitaine Maidland se casse les dents sur cette enquête.

C’était sans compter sur l’arrivée d’Hercule Poirot.

 

Dans Meurtre en Mésopotamie, il s’agit en réalité un double meurtre que Poirot doit élucider puisque qu’un second membre de l’expédition (je ne vous dis pas lequel ou laquelle) est assassiné peu après. Dans ce huis-clos, Agatha Christie rassemble toute une tripotée de suspects que Poirot – et le lecteur avec lui – prend plaisir à convoquer, à interroger, à confronter, à examiner pour déceler leurs mobiles et analyser leurs alibis.

Il y a des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes. Bref, une douzaine de personnages à découvrir peu à peu. J’ai une mémoire davantage visuelle qu’auditive et j’ai eu un peu de mal au début à m’y retrouver, mais l’assimilation était terminée à la fin de la piste 1 (soit 30 minutes d’écoute environ). Il faut simplement se concentrer un peu lors de la première énumération des noms.

Je n’ai pas grand-chose à dire à propos des personnages, je ne me suis nullement sentie proche de certains, il n’y en a aucun que j’ai détesté (sauf peut-être Sheila Reilly…). En revanche, certains semblent louches dès le début. Autant Agatha Christie a bien manœuvré en ce qui concerne le meurtre de Louise Leidner, autant on sent très vite que certains ont des secrets à cacher.

Quoique légèrement capillotractée à mon goût, l’identité de l’assassin est demeurée inconnue jusqu’au bout et la manière dont il a agi est très ingénieuse.

 

Les fouilles archéologiques ne sont pas le sujet comme l’explique clairement Miss Leatheran au début du roman : « Je crois que je ferais bien de mettre les choses au clair tout de suite. Mon histoire n’aura aucune couleur locale. Je n’y connais rien en archéologie et je n’ai pas du tout envie d’en savoir plus. Déterrer des gens et des objets enfouis au plus profond de la terre, ça n’a aucun sens pour moi. »

Toutefois, on perçoit le déroulement d’une mission archéologique, pas le chantier, mais le côté humain de l’expédition. On ne visite pas les fouilles, on n’apprend rien sur les outils, on voit à peine quelques objets, mais on sent une expérience personnelle qui transparaît derrière l’organisation au sein de la maison, les relations entre les membres, avec les domestiques, avec les locaux, etc. Et à juste titre. En effet, Agatha Christie épousa en 1930 l’archéologue Max Mallowan et l’accompagna sur de nombreux chantiers (notamment en Irak) dans lesquels elle s’impliqua énergiquement. Du coup, cela apporte un léger dépaysement plutôt agréable.

 

J’aime beaucoup la manière de lire de Guillaume Gallienne – déjà lecteur du livre de nouvelles d’Eric-Emmanuel Schmitt, Odette Toulemonde et autres histoires. Il est parfaitement capable de prendre un ton tout à fait dédaigneux quand il faut (car certains personnages le sont, et pas qu’un peu). J’ai également eu l’impression qu’il prenait parfois de légers accents (les protagonistes viennent de différents pays : Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Belgique), de manière très subtile (à vrai dire, de manière si subtile que je ne sais pas si c’est effectivement le cas ou si c’était simplement mon oreille qui me jouait des tours).

 

Un petit détail cependant qui me laisse un peu sur ma faim. Ce livre audio, paru aux éditions Thélème, est une version abrégée. Et je n’aime pas trop les versions abrégées, les coupes. Parce que parfois même des détails sont intéressants. (Je pense toujours – même si ce n’est pas une version abrégée – à Harry Potter : quand je les ai lus pour la première fois en anglais, j’ai été ébahie par le nombre de coupes qui avaient été faites dans les premiers tomes lors de leur traduction française. Rien d’essentiel à l’histoire elle-même, mais des anecdotes amusantes sur les bêtises des jumeaux Weasley, sur la vie à Poudlard, sur les examens, etc., des détails que j’ai du coup été enchantée de découvrir des années après avoir découvert Harry Potter. Fin de la parenthèse.)

Dans le cas de Meurtre en Mésopotamie, ça ne m’a absolument pas dérangée dans ma lecture, peut-être aussi parce que je n’étais pas attachée aux personnages. J’ai suivi les péripéties de l’enquête sans avoir eu l’impression de gros trous dans l’histoire. C’est juste une petite voix qui s’interroge au fil de l’écoute : qu’est-ce qui a été enlevé ? et s’il y avait un élément important, qui aiderait à identifier le coupable ? et pourquoi ? Du coup, j’aimerais bien mettre la main sur une version imprimée en bibliothèque pour y jeter un coup d’œil, en diagonale.

Une enquête au soleil au cours de laquelle on ne s’ennuie pas, servie par la lecture impeccable de Guillaume Gallienne. Un plaisir pour moi de retrouver Hercule Poirot (que j’ai toujours préféré à Miss Marple).

Pour écouter un extrait, rendez-vous sur le site des éditions Thélème : le début du roman.

J’ajouterais seulement une petite chose : un plan de la maison peut être utile au début (si je ne dis pas de bêtises, il y en a un dans le livre imprimé) si l’on veut suivre où est chaque personnage, quelle vue a-t-on de telle ou telle pièce. J’en ai eu besoin en tout cas. Quoi qu’il en soit, vous pourrez en trouver un facilement sur Internet.

« Je pense que c’est à ce moment-là que j’ai senti que le meurtrier se trouvait là, assis avec nous, à l’écoute. L’un de nous… »

 

Meurtre en Mésopotamie, Agatha Christie, lu par Guillaume Gallienne. Thélème, 2015 (Collins Crime Club, 1936, pour la première édition papier anglaise, Librairie des Champs-Elysées, coll. Le Masque, 1939, pour la première édition papier française). 3h30, texte abrégé.