Blast, tomes 1 à 4, de Manu Larcenet (2009-2014)

Polza Mancini est en garde-vue, interrogé pour ce qu’il a fait à une dénommée Carole Oudinot. Il commence à dérouler le fil de son histoire à partir de la mort de son père pour que les deux policiers chargés de l’enquête puissent le comprendre. Et comprendre le blast. Les quatre tomes mélangent ainsi les souvenirs de Polza et les échanges au cours de l’interrogatoire.

Comment parler de Blast ? Une chose est sûre : j’en parlerai mal. Il n’y a qu’une chose que vous pouvez faire (devez faire ?) : vous procurer ces BD et les lire.
Voilà, fin de la chronique !
Bon, je vais quand même essayer de vous dire deux-trois choses.

Blast, c’est…

C’est humain. Le regard sensible porté sur tous ceux qui sont à la marge de la société, sur leur difficulté, leur incapacité à se fondre dans une normalité qui, tout bien considéré, ne veut rien dire. Le cheminement de Polza qui ne peut que toucher et émouvoir. La réflexion passionnante sur une vie délivrée des règles de la communauté.

C’est violent. Psychologiquement. La souffrance humaine – le deuil, la haine de soi, la maladie – nous est projetée dans la figure. La psychologie de Polza est vraiment fouillée même s’il nous reste toujours inaccessible. Sans aucun doute, cette lecture est une bonne grosse claque dont on ne sort pas vraiment le cœur joyeux.

C’est violent (bis). Physiquement. Entre les meurtres et les autres agressions, c’est parfois un peu glauque. Et ça peut mettre mal à l’aise, même si, finalement, peu de choses sont montrées frontalement.

C’est oppressant. Polza m’a étouffée. J’étais à la fois curieuse, intéressée, compatissante et rebutée par ce personnage atypique et perturbant. Est-il fou ? Est-il génial ? Expérimente-t-il de véritables transes ou n’est-il qu’un psychopathe ? Comme le dit l’un des policiers à la fin, une chose est sûre : il est intelligent. Et fascinant.

C’est organique. Comme la grasse carcasse de Polza, comme les fluides qui s’écoulent hors des corps, comme la forêt bruissante et grouillante, comme la souffrance, comme la liberté.

C’est beau. Les dessins, sombres. Les visages, fermés. Les gros plans. Le trait de Larcenet parfois flou, parfois criant de réalisme. Tout cela me parle, me touche, me transperce.

C’est innovant. Le mélange des styles. Aux illustrations noires de Larcenet se mêlent des dessins d’enfants et des collages. Les dessins d’enfants sont les seules touches de couleurs dans cet océan de noir et blanc. Figurant le blast, ils offrent une légèreté rafraîchissante, une originalité unique, une imagination folle comme seuls les enfants savent le faire. Les utiliser de cette façon est une idée géniale. Quant aux collages, sortis de l’esprit malade de Roland, ils sont d’un ridicule qui va jusqu’au dérangeant.

C’est malin. La fin du quatrième tome nous pousse à refeuilleter les trois premiers. Pas parce qu’un retournement de situation bouleverse toute notre vision des choses. Juste parce que les deux policiers nous proposent la leur. Une autre manière de considérer l’histoire de Polza.

C’est aussi poétique, contemplatif, viscéral, unique. Bref, en deux mots comme en cent, c’est une tuerie ! Polza était soufflé par le blast et moi, j’ai été pulvérisée par Blast.

« Il faut se méfier de la chose écrite. Au-delà de sa noblesse, elle ne reflète toujours que la vérité de celui qui tient le crayon. »

Blast, tome 1 : Grasse Carcasse, Manu Larcenet. Dargaud, 2009. 204 pages.
Blast, tome 2 : L’Apocalypse selon Saint Jacky, Manu Larcenet. Dargaud, 2011. 204 pages.
Blast, tome 3 : La tête la première, Manu Larcenet. Dargaud, 2012. 204 pages.
Blast, tome 4 : Pourvu que les bouddhistes se trompent, Manu Larcenet. Dargaud, 2014. 204 pages.

Héroïne, d’Ann Scott (2005)

HéroïneUne histoire d’amour entre filles qui finit mal. Ce qui est d’autant plus prévisible qu’une seule est amoureuse. Amoureuse à la folie, dépendante de la petite Iris avec qui elle avait eu une aventure cinq ans auparavant. Mais Iris revient dans sa vie. Iris, Iris, l’insaisissable Iris : elle annule les rendez-vous à la dernière minute, elle ne répond pas, mais se manifeste  au dernier moment expliquant son silence par des excuses plus ou moins convaincantes. Notre héroïne s’y laisse prendre : elle pardonne, elle accepte, elle se tait et elle recommence à laisser des messages qui resteront sans réponses. L’histoire ne se passe pas en relations charnelles, mais en SMS, en messages ignorés, en silence, en colère et en accablement. Moins Iris répond, plus l’héroïne sombre dans sa dépendance.

Originalité : la narration à la seconde personne du singulier qui nous accroche à elle, qui nous donne parfois la sensation qu’un narrateur nous parle, parle de nous.

Je me suis reconnue dans certains passages de ce livre sans avoir vécu une relation aussi obsessionnelle et unilatérale que celle de l’héroïne de ce livre et je lui ai ainsi trouvé des accents de vérité. Et il m’a permis de voir des choses sous un nouvel angle, comme si une personne extérieure m’observait et me donnait ses conclusions. Du coup, je crois que j’ai pris du recul grâce à ce bouquin que j’avais déjà lu il y a longtemps sans voir tout ça. Comme quoi, le contexte peut jouer énormément sur la manière que l’on peut avoir de percevoir un livre…

Un roman très juste sur la passion amoureuse qui nous emmène au bord du précipice.

J’ai lu qu’Héroïne était la suite « déguisée » de Superstars : à lire donc.

« C’est comme si ta vie tout entière défilait sur la musique. Tout ce que tu as pu regarder, entendre, goûter, toucher, les lieux, les gens, les époques, et jamais elle n’a été là pour le partager. Tu vois toutes les fois où tu y as cru, où tu l’as attendue, chaque fois si près du but. Tu la vois marcher, parler, rire, plein de gens l’entourent, et tu n’es pas dans le tableau. Elle vit sans toi. Tu n’existes pas. Tu voulais être tout pour elle et tu n’es rien. »

Héroïne, Ann Scott. Flammarion, 2005. 220 pages.