Le Chant des ronces : contes de minuit et autres magies sanglantes, de Leigh Bardugo (2017)

Le Chant des ronces (couverture)Cadeau de Noël… 2018, il était temps que je le lise (j’aimerais dire que c’est le dernier livre datant de ce Noël que je n’ai pas lu, mais non (et depuis il y a eu un anniversaire et un autre Noël, et à chaque fois, des livres qui me font terriblement envie mais que je fais durer encore et encore sans trop savoir pourquoi (à part pour le plaisir de les regarder en me disant « j’ai tellement envie de le lire, je suis trop contente de l’avoir sous la main ! »))). Mais j’avais une presque bonne raison pour le faire attendre : je pensais lire Grisha avant de me plonger dans ce recueil de contes faisant partie du « GrishaVerse ». Sauf que j’ai lu moult chroniques mitigées faisant disparaître mon envie de me les offrir, ma bibliothèque ne semble pas décidée à les acquérir (et plus le temps passe, moins c’est probable), donc j’ai lâché l’affaire (même si j’espère toujours pouvoir les lire un jour, histoire de me faire mon opinion) et je me suis tournée vers Le Chant des ronces.
(Trop longue, cette intro, je ne suis pas sûre que la chronique le soit autant.)

Il s’agit donc de six contes que l’on raconte aux enfants zemenis, ravkans, kerchs et fjerdans. Toutefois, je pense qu’ils sont tout à fait lisibles par quelqu’un ne connaissant pas le « GrishaVerse » (en ce qui me concerne, je n’ai lu que Six of Crows). Il y a des références à l’univers : des formes spécifiques de magie, quelques lieux… mais rien qui ne soit, à mon sens, appropriable par n’importe quel·le lecteur·rice.
J’ai beaucoup aimé ces histoires dans lesquelles on retrouve l’ombre du Minotaure, d’Hansel et Gretel, des contes japonais remplis de renards rusés, de Casse-Noisette ou de La petite sirène… Il y a sans doute d’autres clins d’œil que je n’ai pas repérés (comme, par exemple, la polyphagie de Tarrare dont l’autrice parle dans le petit mot qui clôt le livre et dont je n’avais jamais entendu parler avant).

Dans ces contes, les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit et les héroïnes et héros apprennent à leurs dépens que leur confiance a parfois été bien mal accordée. Ne pas se fier aux apparences pourrait être le maître-mot de cet ouvrage. Certaines intrigues ont un petit côté dérangeant de temps à autre que j’avoue avoir beaucoup apprécié. Cependant, je dois admettre que le sous-titre et la petite quatrième de couverture me laissaient espérer des récits bien plus sombres qu’ils ne le sont en réalité. Je m’attendais à des mésaventures plus cruelles et à des fins bien plus amères en réalité. Ces espérances légèrement trahies n’ont cependant pas gâché mon plaisir (soulagement) car je me suis laissée très facilement embarquer par ces légendes et l’écriture envoûtante de Leigh Bardugo.
Néanmoins, il y a tout de même quelque chose de très dur, de cruel et d’amer dans ce constat qui se dessine peu à peu selon lequel les personnes qui devraient vouloir le plus grand bien à nos protagonistes se révèlent souvent décevantes. Amitiés trahies, familles lâches ou cupides… c’est souvent loin de leur terre natale que les personnages principaux pourront trouver le bonheur.

Le Chant des ronces parle des rêves, des désirs, des espoirs, des défauts, des violences qui agitent le cœur des humains. Les thématiques abordées sont extrêmement modernes et totalement fascinantes. Leigh Bardugo s’est magnifiquement approprié la forme du conte pour raconter ses histoires, jusqu’à ces morales malignes et percutantes, souvent justes et terribles.

Il faut maintenant que je vous parle d’un élément essentiel dans le charme de cet ouvrage : les illustrations. J’ai été particulièrement séduite par les illustrations de Sara Kipin, toutes en nuances de rouges et de bleus. Celles-ci dévorent lentement les pages du recueil, traçant peu à peu un encadrement à l’histoire jusqu’à une superbe image finale qui prolonge parfois le récit. J’ai adoré prendre le temps d’en admirer les détails, de suivre leur progression, de chercher des yeux l’ajout en tournant une page…

(Comme une nouille, j’ai mis ce livre en carton avant de prendre en photo les images que je voulais vous montrer. En voici donc trois trouvées sur internet.)

Une magnifique couverture avec dorures, des illustrations à tomber, des histoires captivantes, Le Chant des ronces est indubitablement un livre absolument sublime !

« La magie ne demande pas de beauté, affirma-t-elle. La magie facile est jolie. La grande magie exige qu’on trouble les eaux. Elle exige le désordre, la révolution. »

« Si l’amour s’exprime avec des fleurs, la vérité exige des épines. »

Le Chant des ronces : contes de minuit et autres magies sanglantes, Leigh Bardugo, illustré par Sara Kipin. Milan, 2018 (2017 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anath Riveline. 290 pages.