Parenthèse 9ème art – Les Ogres-Dieux, Le voleur de souhaits, Loup et Géante

Une nouvelle fois, un petit melting-pot de bandes-dessinées lues le mois dernier !

***

Les Ogres-Dieux (4 tomes),
d’Hubert (scénario) et Bertrand Gatignol (dessin)
(2014-2016)

Dans un monde dirigé par des géants dévoreurs de chair humaine et abrutis par des siècles de consanguinité, voici l’histoire de Petit qui, né de géants, est juste un peu plus grand qu’un humain, de Yori, enfant illégitime qui se dressera sur la plus haute marche de la hiérarchie humaine, de Lours qui tentera de réveiller les humains et d’abolir la domination sanglante des géants et de Première-née qui tentera d’éduquer sa famille.

Dans ce monde sanguinaire aux classes sociales très marquées, ça parle de la famille, de l’hérédité, de la prédestination et de la possibilité d’échapper aux liens du sang, des tentatives de certaines femmes pour éduquer leur famille. Bref, plein de thématiques, mais surtout des intrigues prenantes et brutales. Coup de cœur pour ces histoires sombres, dans une ambiance gothique, sublimées par un noir et blanc maîtrisé. Le trait de Gatignol nous fait nous sentir tout petit dans ces décors titanesques tout en faisant affleurer les émotions dans les yeux si noirs et sur les visages si pâles de ses personnages.
Évoquons également les textes romancés sur des grands personnages de chaque famille qui entrecoupent les BD et permettent d’en savoir davantage et d’approfondir l’univers et l’héritage des protagonistes. Que du bonus !
Violents, magnifiques, dérangeants, dynamiques, fascinants, des contes à dévorer !

Les Ogres-Dieux, Hubert (scénario) et Bertrand Gatignol (dessin). Éditions Soleil, coll. Métamorphose.
– Tome 1, Petit, 2014, 174 pages ;
– Tome 2, Demi-sang, 2016, 152 pages ;
– Tome 3, Le grand homme, 2018, 188 pages ;
– Tome 4, Première née, 2020, 156 pages.

***

Le voleur de souhaits,
de Loïc Clément (scénario) et Bertrand Gatignol (dessin)
(2017)

Le voleur de souhaits (couverture)Tout en retrouvant par hasard Bertrand Gatignol, je continue l’exploration des Contes des cœurs perdus de Loïc Clément (après Chaussette, Chaque jour Dracula et Jeannot). Et celui est celui qui m’aura le moins convaincue.

Félix, en détournant la formule « A tes souhaits », se fait voleur et collectionneur d’un genre particulier : ses trésors, ce sont les souhaits des gens qu’il croise. Jusqu’à sa rencontre avec Calliope où tout ne se passe pas comme prévu au moment de la capture de souhait…

Certes, c’est une histoire poétique et gentiment philosophique qui aurait pu être très réussie. Sauf que.
Premièrement, j’ai trouvé cette bande-dessinée beaucoup trop rapide : on en fait le tour très rapidement et j’ai trouvé qu’elle manquait réellement de consistance. Ce n’est pas une question de nombre de pages car les trois titres cités ci-dessus n’étaient pas plus longs, mais l’intrigue avait une profondeur autre.
Deuxièmement, j’ai été dérangée par le déroulement de l’histoire : celle-ci commence dans une cantine où le service est assuré par des « dames de cantine », ce qui met en scène un héros assez jeune (je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, le service à table s’est arrêté à la fin de la primaire). Sauf qu’on voit Félix et Calliope faire leur vie comme des grands (pas d’adultes à l’horizon), la seconde s’installant même dans l’appartement du premier, et [spoiler] finalement décider de « passer ensemble le reste de leurs jours », une pensée assez mature, non ? Bref, drôle de contraste entre le début et la fin, la cantinière et leurs actions, la malice enfantine du Félix des premières pages et leurs préoccupations à deux. C’est peut-être un détail, mais qui m’a perturbée et n’a cessé de m’interroger au fil de ma lecture, ce qui m’a totalement empêchée de m’attendrir pour les personnages ou d’accrocher à l’histoire.

Peut-être que je ne suis vraiment pas le meilleur public pour cette bande-dessinée, mais je reste dubitative entre cette temporalité étrange et une certaine superficialité pour ce qui est du fond de l’histoire.

Le voleur de souhaits, Loïc Clément (scénario) et Bertrand Gatignol (dessin). Delcourt, 2017. 34 pages.

***

Loup,
de Renaud Dillies
(2017)

Loup (couverture)Loup est amnésique. Trouvé nu dans les bois, il ne sait plus qui il est, ce qu’il aime, ce qu’il sait faire. Jusqu’à une révélation, une guitare entre les mains. Il ne connaît toujours pas son nom ou sa vie d’avant, mais ses mains, elles, savent la musique.
C’est pour le nom de Renaud Dillies que j’ai emprunté cette BD, lui qui m’avait émerveillée par ses dessins sur Abélard et Alvin, lui qui m’avait séduite par sa poésie sur Saveur Coco

Une quête identitaire, avec la musique pour fil conducteur. Une détresse, une question, « qui suis-je ? ». Des mains, presque des inconnues, si sûres d’elles quand elles font vibrer les cordes. Des rencontres, des surprises, des déceptions. Une vie atypique certes, pleine de brume, mais une vie quand même avec des succès et des peines.
Seule la fin m’a laissée perplexe. Un peu abrupte, rapide, comme balancée là pour terminer l’album, pour boucler la boucle.
Encore une fois charmée par le trait de Dillies et ses personnages anthropomorphes, bien que j’avais trouvé Saveur Coco plus créatif, plus foisonnant, plus éblouissant. Ici, c’est régulier, six cases par page, à l’exception de quelques pleines pages pour les moments forts, les moments de grâce ou les chutes.

Une balade dans une existence, quelques notes de musique, des interrogations, une angoisse qui parfois s’atténue, un personnage attendrissant, des dessins efficaces, de la poésie, une jolie découverte.

Loup, Renaud Dillies. Dargaud, 2017. 52 pages.

***

Géante : histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté,
de Jean-Christophe Deveney (scénario) et N
úria Tamarit (dessin)
(2020)

Géante (couverture)Concluons ces mini-chroniques comme elles ont été ouvertes : avec une histoire de géants. De géante plus précisément. De Céleste en fait, gros bébé trouvé dans la montagne par un bûcheron qui, longtemps, cherchera sa place dans le monde.

Géante est un roman graphique qui parle avant tout de féminité, de liberté des femmes, de l’égalité, du droit à l’éducation, du droit au choix. Quoique le message féministe puisse parfois sembler un chouïa trop marqué avec ce petit côté « catalogue des injustices subies par les femmes », cela ne m’a pas empêchée d’être vraiment touchée par cette histoire intelligente et sensible.
En outre, ça parle également de la famille, des liens entre ses membres (Céleste étant la petite dernière d’une fratrie de six garçons) et du désir de maternité. Sont critiquées la guerre et la religion dans ses formes les plus extrêmes. A travers ses voyages et ses découvertes, Céleste effectue un parcours véritablement initiatique qui sera une ouverture sur le monde et sur elle-même.
Et puis, il y a Céleste, si touchante et lumineuse. Cette géante-là est une héroïne généreuse dont la bonté et la curiosité ne seront pas entamées par la cruauté du monde, par la jalousie, la rancune ou la haine des autres. D’ailleurs, plus que sa taille, c’est son sexe qui semble, à moult reprises, poser problème.
L’aspect conte est très marqué avec une onomastique pleine de sens et l’introduction de personnages-types (la famille pauvre, le prince, la sorcière…). Cependant, ces derniers sont réinventés et dépassent les stéréotypes. De plus, cette BD est issue de tout un héritage littéraire que l’on se plaira à reconnaître : Homère, Rabelais, Chrétien de Troyes…

Côté graphismes, si les grands yeux vides des protagonistes déstabilisent au début, je m’y suis rapidement habituée en me glissant dans cette histoire. Je retiendrai surtout les magnifiques couleurs ainsi que les décors traversés au fil du voyage de Céleste, si diversifiés et envoûtants.

Géante est un magnifique conte féministe et poétique, au propos riche, aux thématiques diversifiées et intelligemment traitées. Humour et gravité se répondent pendant que Céleste trace son chemin.

Géante : histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté, Jean-Christophe Deveney (scénario) et Núria Tamarit (dessin). Delcourt, 2020. 195 pages.

5 réflexions au sujet de « Parenthèse 9ème art – Les Ogres-Dieux, Le voleur de souhaits, Loup et Géante »

  1. Magnifique et dérangeant, c’est vraiment la sensation que j’ai en fermant un tome des Ogres-Dieux !
    Je garde plutôt un bon souvenir du voleur de souhaits, mais je l’avais vraiment abordé comme un livre jeunesse; notamment au niveau de la rapidité de l’histoire. Parce que c’est vrai que tout va très vite…
    Déjà tentée, tu m’as plus que convaincue pour Géante.

    • Oui, ce sont deux adjectifs qui leur conviennent à merveille ! Lequel as-tu lu ?
      C’est aussi ainsi que je l’ai abordé, mais malgré tout ça ne l’a pas fait. Et je ne pense pas que ce soit une question de public. Je peux prendre un très grand plaisir à lire des oeuvres jeunesse, mais parfois, comme avec des livres pour adultes, ça ne marche pas. Et pour la rapidité de l’histoire, c’est vraiment une sensation propre à cet opus alors que les autres de la même série, sans être plus longs en termes de pages, ne m’ont pas fait ce même effet.
      Et tu m’en vois ravie pour Géante, c’est une très belle BD !

  2. Dillies est friand des chutes abruptes. Pour Loup, j’ai trop lu cet auteur pour être surprise. Un goût de déjà lu. Si tu ne l’as pas encore fait, lis donc Abélard, Betty Blues et Mélodie au crépuscule. (Mes préférés)
    Et pour la série des Ogres, je n’ai lu que le 1. Je suis en retard !

    • J’ai déjà lu Abélard que j’adore, mais pas encore les deux autres. Je pense que je lirai au fil du temps et des trouvailles en bibli toute sa bibliographie, donc vivement ces deux-là !
      Tu peux prendre ton temps, maintenant que la série est interrompue…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s