La guerre des mondes, d’H.G. Wells (1898)

La guerre des mondesPour ma première participation au rendez-vous littéraire créé par Moka « Les classiques, c’est fantastique » dont le thème était « Big Brother is watching you ! (SF à volonté !) » pour ce mois de janvier 2021, j’ai choisi de relire La guerre des mondes, de H.G. Wells. Lu il y a plus de dix ans, mon souvenir en était assez flou, même si je me souvenais d’un point qui m’avait dérangée (mais j’y reviendrai).

La Terre – l’Angleterre, du moins – envahie par les Martiens, tel est l’intrigue de ce roman de 1898. Ce fut une lecture fluide dont les thèmes ont été largement exploités depuis : l’invasion belliqueuse d’une espèce extraterrestre, l’inévitable technologie extrêmement avancée, les machines à tuer ultra performantes. Cependant, au-delà de l’aspect science-fictionnel attendu, j’ai trouvé très surprenant d’être plongée dans un roman terriblement anglais. C’est presque Downton Abbey et les aliens. La campagne anglaise, le narrateur qui, entre deux visites à l’étrange capsule – encore close – des visiteurs, rentre chez lui boire un thé ou un bon whisky, les petits villages… le tout est extrêmement bucolique.
Oubliez Tom Cruise, les cascades et les actes héroïques (en vrai, je n’ai même pas vu le film, donc je parle sans savoir), le narrateur passera la majorité de son temps à fuir, se cacher et observer ces implacables ennemis. Personnellement, j’ai trouvé ça bien plus réaliste et instructif que des actes inconsidérés, je trouve l’angoisse du narrateur et les esprits égarés d’autres protagonistes plus évocateurs qu’un héroïsme exagéré, mais si vous voulez un roman qui bouge, passez votre chemin.

Revenons maintenant sur ma déception de jeunesse : la fin. Le Deus Ex Machina qui résout tout. Et j’avoue que ça coince toujours un peu. (Je vais essayer d’en parler sans dévoiler les détails, ce sera donc peut-être un peu cryptique pour les personnes n’ayant pas connaissance de la fin.) Autant le principe me semble tout à fait possible, étant donné qu’on sait que ce genre de petites choses peuvent faire des dégâts même entre organismes provenant de la même planète. Seulement, que tout se produise en une nuit, que l’extermination soit si soudaine, alors que l’arrivée des Martiens a été échelonnée sur plusieurs jours, prête un peu à sourire. A titre personnel, je trouve cette fin un peu décevante et facile.

C’est une lecture sympathique, mais je comprends les raisons de mes souvenirs très flous, en dehors des passages marquants ou célèbres ; je n’ai ressenti ni véritable attachement pour le personnage dont on ne sait pas grand-chose, ni investissement émotionnel d’aucune sorte au fil du récit. Un classique qui a marqué son temps, mais qui n’a pas eu le même impact sur moi.

« Cependant, par-delà le gouffre de l’espace, des esprits qui sont à nos esprits ce que les nôtres sont à ceux des bêtes qui périssent, des intellects vastes, calmes et impitoyables, considéraient cette terre avec des yeux envieux, dressaient lentement et sûrement leurs plans pour la conquête de notre monde. Et dans les premières années du XXe siècle vint la grande désillusion. »

« Jamais encore, dans l’histoire du monde, une pareille masse d’êtres humains ne s’était mise en mouvement et n’avait souffert ensemble. Les hordes légendaires des Goths et des Huns, les plus vastes armées qu’ait jamais vues l’Asie, se fussent perdues dans ce débordement. Ce n’était pas une marche disciplinée, mais une fuite affolée, une terreur panique gigantesque et terrible, sans ordre et sans but, six millions de gens sans armes et sans provisions, allant de l’avant à corps perdu. C’était le commencement de la déroute de la civilisation, du massacre de l’humanité. »

La guerre des mondes, Herbert George Wells. Folio, 2005 (1898 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais par Henry D. Davray. 320 pages.

Rendez-vous « Les classiques, c’est fantastique »

Les classiques c'est fantastiques - Big Brother

24 réflexions au sujet de « La guerre des mondes, d’H.G. Wells (1898) »

  1. Ping : Des Fleurs pour Algernon – Daniel Keyes – Moka – Au milieu des livres

  2. Je n’avais lu que des passages à l’adolescence sans jamais vraiment me motiver à le lire intégralement, mais tu titilles ma curiosité avec ce côté très british, je suis curieuse de lire ça. Downton Abbey et les aliens, tu m’as bien fait rire 😆

  3. Ping : 1984 – George Orwell – Mes Pages Versicolores

  4. Je sais plus si je l’ai lu ou pas lui, je crois pas parce que j’en ai vraiment pas de souvenirs mais comme j’en ai lu d’autres de l’auteur, ça me confusionne XD d’ailleurs, je suis sûre de l’avoir quelque part, bref, faut que je regarde de plus près ^^ bon et sinon, ton avis ne m’étonne pas plus que ça XD
    Kin

  5. Je suis ravie de voir que tu te lances toi aussi dans un challenge de classiques ! Je n’ai pas lu la Guerre des Mondes, même si je sais globalement ce qui s’y passe : je pense qu’il a eu son succès à l’époque et qu’il a sans doute déposé des idées fondatrices pour la SF, mais aujourd’hui, il n’est plus aussi percutant. Je pense que le feuilleton radio qu’en avait fait Orson Welles à la fin des années 30 a aussi contribué à son côté emblématique : selon la légende, ça a fait paniquer pas mal de gens qui pensaient que l’invasion avait vraiment lieu. Je me dis avec ton avis que je finirai par le lire, quand même ! Mais je m’attendrai effectivement à la fameuse fin décevante et, plus dommage, aux personnages peu attachants. C’est toujours un plaisir de lire ton avis !

    • J’adore les classiques depuis toujours, mais j’ai parfois tendance à les oublier parce qu’ils sont « toujours là » en quelque sorte. Mais là, j’ai une de ces fringales de classiques… J’en aurais lu, même sans ce rendez-vous, mais je me dis que ça sera l’occasion d’en sortir des très différents, sur des thématiques ou dans des formats qui ne sont pas mes réflexes (comme le théâtre ou autre).
      Je suis totalement d’accord. Et oui, je connaissais l’anecdote avec Welles, mais on voit vraiment – si on part du principe que c’est vrai – que les esprits ont changé, qu’on s’est habitué surtout, car je vois mal ce texte produire un frémissement, un soupçon de « c’est vrai ? » aujourd’hui !
      Merci beaucoup ! Toujours un plaisir de lire tes commentaires !

  6. J’ai l’impression qu’il fait partie de ces classiques SF qui ont un peu mal vieilli… Pour l’instant il ne me tente pas vraiment mais peut-être un jour qui sait ? Surtout que même si je connais le titre je ne connais pas du tout l’intrigue !

  7. Ping : Big Brother is watching you ! – Moka – Au milieu des livres

  8. Je n’ai jamais lu cet auteur et je me dis qu’il serait temps que je me fasse un avis sur la question. J’avais L’Île du docteur Moreau sous le coude mais le temps m’a manqué.
    Ravie de te compter parmi nous ! N’hésite pas à récidiver !

    • Pour le coup, le film (celui avec Tom Cruise, on est d’accord ?) ne me fait pas du tout envie ! J’imagine le truc bien américain qu’ils ont dû en faire…
      Je ne le considère effectivement pas comme un incontournable…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s