Les Nouveaux Mystères d’Abyme, tome 1 : La Cité exsangue, de Mathieu Gaborit (2018)

La Cité exsangue (couverture)Après une retraite de dix ans dans les abysses, le farfadet Maspalio revient dans la grande cité d’Abyme suite à une lettre de son ancienne amante. Il découvre très vite que la situation a bien changée : ce qui était un temple de la démesure, une oasis cosmopolite – ogres, nains, minotaures, lutins, démons, etc. –, une manne pour les voleurs et autres truands, cet endroit hors-norme est devenu un lieu expurgé de toute folie, dominée par l’Acier et la religion. L’ancien Prince-voleur se lance alors dans une quête périlleuse pour comprendre ce qu’il s’est passé tout en protégeant les siens.

Je n’ai pas lu les précédentes aventures de Maspalio, narrées dans le livre Abyme, mais ce premier tome est tout à fait abordable sans connaissances préliminaires des œuvres précédentes de l’auteur. Cependant, il m’a donné une furieuse envie de lire Abyme, ne serait-ce que pour découvrir l’ancien visage de la cité.

Si, sortant de ma longue et dense lecture du Dit du Genji, ce livre s’est révélé un peu trop court à mon goût, j’ai néanmoins adoré me plonger dans ce monde imaginaire riche avec ses créatures, ses villes, ses étranges tavernes, son histoire et ses gouvernements. J’aurais aimé en savoir mille fois plus sur les Gros – anciens leaders de la cité, des êtres absolument excentriques – ou sur les abysses et la conjuration des démons et tant d’autres choses. J’ai envie de détails, de richesses psychologiques, de fines évolutions des personnages, j’ai envie de vivre dans le livre. J’ai faim de pavés finalement.

Toutefois, j’ai beaucoup apprécié ce livre. Le principe n’est pas d’une originalité folle, mais fonctionne toujours tout en restant agréablement sympathique. Révélations, mauvaises surprises, découvertes macabres, Maspalio réalise peu à peu à quel point le visage de sa cité a changé. On a toujours envie d’en savoir plus, de comprendre qui, pourquoi, comment… et on est un peu frustré quand arrive – bien trop vite – la dernière page.

 Bien que l’histoire soit dynamique et sans temps mort, Mathieu Gaborit soigne son écriture. Les mots sont précis, on en apprend certains (toujours un plaisir même si ma mémoire ne me permet pas d’en profiter longtemps), et les décors comme les personnages sont croqués avec talent, nous permettant de les visualiser en un clin d’œil sans s’embourber dans une description interminable (en réalité, je n’ai strictement rien contre les longues descriptions, mais j’admire celles et ceux qui s’en passent allègrement).

Maspalio m’a rappelé Kaz, le chef de la petite bande de Six of Crows. Comme Kaz, Maspalio est insolent, plein d’idées et de répartie. Et surtout, comme Kaz, Maspalio est un enfant de sa ville. Prince des bas-fonds et des bandits, il la connaît par cœur, il accorde son souffle à celui de la cité, il danse avec elle, ils sont en parfaite harmonie (enfin, avant les changements drastiques qui ont meurtri l’âme du lieu). La ville est l’un des personnages principaux du roman, impossible de le nier. Elle est sans cesse présente, à chaque page, elle se dresse, elle se transforme, elle souffre, elle aide nos héros, parfois les trahit, bref, elle vit.

Mon seul reproche – « ma seule frustration » serait plus exact – tient à la brièveté du roman, trop vite lu à mon goût. Portée par la voix d’un vrai conteur, La Cité exsangue m’a emmenée dans une ville absolument étonnante et originale que j’ai aimé aussi passionnément que l’aime Maspalio et que j’ai vraiment hâte de retrouver. Pour me faire patienter, j’ai bien l’intention de découvrir Abyme et Les chroniques des Crépusculaires qui se passent dans le même univers !
Et une nouvelle fois, un immense MERCI à Babelio pour la découverte d’un livre, d’un univers et d’un auteur, bref, un tout qui m’a offert et m’offrira encore de beaux moments de lecture.

« J’eus la nostalgie brutale, l’esprit foudroyé par une scène d’une autre vie : une tablée tapageuse, rires et rides confondus, du temps où nous chevauchions notre retraite avec la joie des anciens. J’avais aimé ce temps suspendu avant d’être rattrapé par le passé. A présent, tout cela me paraissait lointain et presque irréel. Les abysses avaient purgé ce passé et cadenassé ses influences. J’avais cru gagner l’oubli, j’avais hérité d’un manteau de lâcheté dont je commençais tout juste à mesure l’étendue. »

« « Les rues sont plus sûres sans les démons. »
Mon silence fut éloquent, tout comme le soupir appuyé de Borik.
« Plus sûres ? m’exclamai-je. C’est quoi, plus sûres ? Tu te fous de moi !
– Les Gros avaient besoin d’une leçon, s’enhardit Aphaël. C’est vrai, bon sang ! Ils s’autorisaient n’importe quoi, ils n’avaient aucune limite. Il fallait que quelqu’un s’occupe de ça. Oh, je sais bien ce que tu penses… Mais tu as toujours eu un faible pour la flamboyance, Maspalio, et c’est plutôt facile quand on est Prince-voleur et que l’or coule à flots. Tu avais le luxe d’aimer les Gros, tu pardonnais toutes leurs facéties sous prétexte qu’ils représentaient une vision artistique de la cité. La flamboyance, toujours ! Tu connaissais la réalité, non ? Toute cette nourriture jetée par les fenêtres du palais, les plus pauvres qui se battaient pour des reliefs moisis… Des gens qui crevaient pour des miettes… Et on est censé trouver cela folklorique ? Quelle indécence ! La misère est bien jolie quand on la regarde de loin à travers sa longue-vue… Tu défendais une vulgaire ploutocratie… La Cure a eu le mérite de s’attaquer à ça ! Mais je ne suis pas dupe », poursuivit-il. »

Les Nouveaux Mystères d’Abyme, tome 1 : La Cité exsangue, Mathieu Gaborit. Mnémos, 2018. 243 pages.

Challenge Les Irréguliers de Baker Street – L’Aventure du Pied du Diable :
lire un livre comportant des démons

Challenge Les 4 éléments – La terre :
une histoire avec du métal

36 réflexions au sujet de « Les Nouveaux Mystères d’Abyme, tome 1 : La Cité exsangue, de Mathieu Gaborit (2018) »

  1. Je me suis jetée dessus dès sa sortie et moi aussi, j’ai adoré 😀 ! Il faut dire que je savais à quoi m’attendre, car j’ai lu Les Crépusculaires il y a longtemps déjà (que je te recommande à 100 % :D).

    Ceci dit, je suis d’accord avec toi : j’ai trouvé ce premier tome trop court :/ Je suis restée sur ma faim, d’autant plus que c’est la première fois que j’attends une suite pour Mathieu Gaborit ^^. Mais ça promet pour le tome 2 🙂

    • Entendu, je note la recommandation ! De toute façon j’avais bien l’intention de m’aider à patienter avec ces livres précédents !
      Oui, il se dévore trop rapidement, mais j’ai hâte de découvrir comment Maspalio va reprendre les choses en main car ce n’est pas glorieux pour l’instant. ^^

  2. C’est rigolo parce que quand je les lis des articles comme les tiens sur ce genre de bouquins, je n’ai qu’une envie, c’est qu’ils soient adaptés pour que je puisses voir ce que ça donne en film ^^ !
    Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi autant j’adore ce genre au ciné, autant j’ai beaucoup de mal à sauter le pas et me lancer dans la lecture^^

    • Ah ! C’est plutôt le contraire pour moi ! Outre le fait que je trouve toujours les films en deçà des livres (par rapport à la richesse du monde, à la psychologie des personnages), je suis très critique et toujours pleine d’appréhension lorsqu’ils sont adaptés. La fantasy (et tous les films présentant des êtres étranges) au cinéma ne passe pas toujours à mon goût (même si, heureusement, d’énormes progrès ont été faits ^^). Genre les Gardiens de la Galaxie 2. (Mais bon, je ne vais pas me relancer dessus. Mais quand même, qu’il était nul. Heureusement pour lui, Valerian est sorti et il était encore pire, ce qui fait qu’il n’est que le deuxième film le plus naze de 2017. ^^)

      • Ahahah alors moi je suis une très grande fan des Gardiens de la Galaxie (mais bon, ma connaissance du sujet s’arrête aux films donc je ne suis pas vraiment légitime pour ne parler je pense^^).. Et Valérian c’est étrange parce que tout le long du film je suis passée par des moments où je me dis « Mais qu’est ce que c’est que cette merde ?!? » à « Ah tiens c’est sympa ça !’ ^^

        En fait je pense que pour la lecture de ce genre de bouquin, c’est purement et simplement de la flemme (oui, j’avoue^^). Et je n’arrive pas trop à comprendre pourquoi parce que c’est vraiment le genre d’univers qui me fascine.

        Mais depuis le lancement du blog, et en parcourant des sites comme le tien, j’ai vraiment envie de me lancer, et de tout reprendre à la base. Par exemple Le seigneur des anneaux, je connais les films par coeur, je les regarde en version longue au moins une fois par mois. Par contre, j’ai toujours été incapable de lire les bouquins. Et pourtant j’ai essayé hein (énorme échec sur le Silmarillon, j’ai cru que je ne savais plus lire tellement ce bouquin a été une torture pour moi^^).. Mais dernièrement je suis tombée sur un podcast sur la vie de Tolkien, et forcément j’ai trouvé ça passionnant.
        Du coup là j’ai acheté sa biographie, que je vais lire attentivement pour bien comprendre comment il a créé tout ça, et après je lirai tout !

        • Pour les Gardiens de la Galaxie, n’étant pas du tout comics, mes connaissances se limitent également aux films. Et j’avais beaucoup aimé le premier, j’étais donc ravie de voir le deuxième et… patatras ! Grosse cata ! Tout n’est peut-être pas à jeter, mais globalement, y a pas un moment où je n’ai rien à leur reprocher.
          Pour Valerian, j’avoue que le côté sexiste m’a complètement fermée, j’étais donc totalement remontée et prête à relever le moindre faux pas. ^^

          C’est fou quand même, surtout si tu adores les univers imaginaires ! D’autant plus que tous ne sont pas des Seigneur des Anneaux. Celui-là, le bouquin de Mathieu Gaborit, se dévore littéralement.
          Je comprends pour Le Seigneur des Anneaux, c’est un sacré pavé avec parfois d’interminables descriptions. J’adore ça, mais je conçois que ça peut rebuter. J’aimerais beaucoup le relire, je pense d’ailleurs que ça arrivera sous peu. Si tu décides de te lancer, fais-moi signe si tu veux ! Peut-être qu’on se motivera à deux ! ^^
          Le Silmarillon m’attend depuis une éternité, il serait temps que j’y plonge mon nez. Mais si tu es capable de regarder les films une fois par mois (quand même !), tu devrais adorer les livres, il y a plein de choses qui ne sont pas (ou qui ne sont pas aussi détaillées) dans les films.

          • Pour les Gardiens de la Galaxie, je reconnais que je trouve aussi que le premier volet est au dessus, mais pour moi la faute incombe au personnage du père, qui est franchement chiant (et vu que toute cette partie de l’histoire est assez longue, forcément on s’impatiente à un moment donné). Mais j’aime tellement les notes d’humour et surtout la BO de ces films que ça pardonne tout^^ !
            Pour Valérian je t’avoue que je ne connaissais pas du tout l’histoire à la base, j’y suis vraiment allée pour le côté « Et si Besson nous refaisait un genre de Cinquième élément ? » et puis bon bah.. échec^^. Et j’ai trouvé le jeu des acteurs tellement mauvais qu’au final j’ai occulté tout le reste. Mais effectivement, en y repensant, y’a un sexisme quand même bien ancré dans l’histoire.

            Pour le Seigneur des anneaux, les films sont vraiment un moment de plaisir pour moi, je ne m’en lasserai jamais je pense (alors que pour le Hobbit….bref^^). Mais ça peut être une bonne idée de lire le SDA en même temps, ça me motiverait sans doute^^ ! Je garde ça dans un coin de ma tête 🙂
            En tout cas pour ce qui est des bouquins de ce genre, je pense qu’il suffit juste que je m’y plonge une bonne fois pour toute parce qu’effectivement, quand je lis tes articles, ça me donne vraiment envie !

            • Complètement, j’ai détesté le personnage du père. J’ai détesté les longs discours niais sur l’amour, sur la vie ou je ne sais quoi. Et même l’humour, qui m’avait bien plu dans le premier, je l’ai trouvé grossier et lourd. Dès la moitié du film, je ne supportais plus le rire gras de Drax : dès qu’il ouvrait la bouche, ça me crispait (d’ailleurs, rien que d’y penser, ça me donne envie de lui hurler de la fermer ^^). Et puis le visuel de bonhommes tous dorés, là, je les ai trouvé d’une laideur… sans nom. Comme le mec-là, Taserface, pareil. Autant Gamora, Nebula et Drax sont réussis, autant là… ils ont pris un stagiaire au maquillage ou quoi ? Bref. Et puis, quand tu enlèves les scènes avec le père et l’h umour pas drôle, il reste quoi : des scènes interminables de combat qui ont failli à chaque fois me faire piquer du nez… Bref, je suis dure, je sais, mais vraiment, ça a été une énoooooorme déception.
              Pareil pour Valerian, je ne connaissais pas les BD (d’ailleurs, je ne les connais toujours pas et ce n’est pas du tout au programme). Mais effectivement entre le sexisme, le mauvais jeu des acteurs, le côté hyper prévisible… rien à sauver. Même les images que tout le monde vantait ne m’ont pas touchée, ni vraiment émerveillée (de toute façon, quand le fond est pourri, la forme n’a aucun intérêt à mes yeux). Et puis au début, quand les humains créent la station dans l’espace et que les autres créatures arrivent progressivement, le capitaine est TOUJOURS un homme et un homme blanc ! (et j’en mettrais ma main à couper, un Américain et un homme cisgenre of course.)

              Ça fait longtemps que je n’ai pas vu le SdA, j’aimerais bien les revoir… Mais en fait, j’ai un problème avec Frodon qui a tendance à m’agacer.
              J’ai bien aimé les deux premiers Hobbit en revanche (bon, je pense que c’est majoritairement pour Martin Freeman et Smaug), même si j’ai aussi des tas de reproches à faire (les yeux de Legolas notamment ^^). Et le 3 est une daube totale. (Quand je disais que j’étais critique…)
              Fais-moi signe si tu es motivée ! Ça me dirait bien et j’ai bien envie de m’attaquer à la lecture (ou relecture dans ce cas-là) des pavés de ma bibliothèque.
              Ben oui, je pense aussi, surtout que tu n’es pas fermée au genre de la fantasy !

              • Ahahaha tu es hyper dure ! Pour ma part, je n’ai pas trouvé que l’humour des GDLG (oui j’abrège^^) était en baisse.. Mais j’avoue que je suis assez fan du duo Drax-Mantis que je trouve tellement improbable et du coup tellement décalé que c’est drôle à chaque fois (pour moi en tout cas). Et tu vois même Taserface… ce personnage est tellement nul qu’au final ça en devient drôle ahaha.
                Perso moi je suis toujours plus attachée aux personnages secondaires qu’aux principaux.
                Genre le fait qu’on explore un peu plus la relation de Gamora et Peter je m’en foutais totalement (tout comme les discours sur l’amour etc du père). Bon après j’ai un problème avec les relations amoureuses dans ce genre de film, je trouve que ça vire tout de suite au niais, ça m’énerve^^. (Et puis je suis un peu comme une enfant qui découvre des gens qui s’embrassent pour la première fois, genre « OUI BON BAH CA VA ON PEUT P’TET REPRENDRE ! ») (Bon je m’égare^^).

                Pour ce qui est de Valérian, je crois que c’est une BD française à la base (mais il faudrait que je vérifie), et plutôt ancienne donc effectivement, la place de la femme dans l’histoire ne devait pas être hyper égalitaire. Du coup quand Besson adapte ça, et qu’on voit ça de nos yeux de nanas qui ont pas vraiment envie de se faire prendre pour des jambons, voir le personnage de Cara Delevigne se faire dire tout le long du film « T’es mignonne tu laisses faire ton capitaine, je viendrai te rouler une pelle et te tripoter après », on serre les dents tellement fort que ça fait mal ^^.

                Pour le SDA, clairement le duo Frondon-Sam (+Gollum) est d’une relousité.. Mais on en revient au fait que moi je vais être plus attachée aux autres personnages (bon, OK, je suis team Aragorn à fond, j’avoue).

                Pour les Hobbit, je ne sais pas si je suis légitime à critiquer parce que je n’ai pas lu le bouquin mais quand tu vois la taille du truc, et le fait que Peter Jackson ait réussi à en tirer TROIS films, je trouve ça un peu abusé (et pour ma part j’ai vraiment perçu ça comme un « donnez moi votre tune les gars », et j’ai été méga déçue). Et puis les nains m’énervent, ils sont quand même assez égoïstes (bon OK, je peux pas blairer Ecu de Chêne^^) (mais j’aime Kili d’un amour pur et sincère). Perso j’ai trouvé le 2 assez chiant, et le 3 plutôt bof. Tu l’auras compris je suis plutôt team SDA^^

                • Oui, je sais… mais je pense que la déception me rend encore plus dure parce que j’étais vraiment contente d’aller le voir…
                  Mantis m’a bien gonflée. Effectivement, leur duo est bien improbable mais entre le rire de Drax et la mollesse de Mantis… non, ça ne l’a pas fait. ^^ Et pareil, l’histoire d’amour Peter/Gamora… rien à battre ! Je suis un peu comme toi à ce niveau-là, mais c’est plus parce que j’en ai marre de ce passage obligé bisous et/ou scène de cul. C’est comme si les scénaristes avaient des casses à cocher et dans tous les films il faut cette foutue séquence tellement prévisible qu’elle en devient barbante. Et effectivement, c’est souvent un peu niais avec tout de suite les grandes déclarations à la mords-moi-le-noeud qui ont vite tendance à me faire soupirer.
                  Enfin, bref, j’arrête là. Et tant mieux si tu as aimé, j’aurais juste bien aimé que ce soit mon cas aussi. ^^

                  Oui oui, c’est une BD française. Même qu’au bout d’un moment les albums se sont appelés Valerian et LAURELINE, mais Besson a dû penser que la cité des mille j’sais plus quoi était plus attractive qu’une femme ! Et zou, à la poubelle Laureline ! Tu seras beaucoup plus efficace que ton partenaire masculin, mais peu importe, il sera tout de même plus gradé que toi et ne te lâchera pas la grappe pour que tu l’épouses ! Et puis quand elle dit oui, MEME ELLE n’a pas l’air d’y croire ! Non mais c’est quoi ce délire ! Et puis ses remarques sur le shopping et sa robe abîmé, sérieusement ? Et puis les autres personnages féminins sont tout aussi intéressants, ça fait plaisir à voir. Non mais ça m’énerve. (Ça m’énerve vraiment, ça fait dix mois environ que je l’ai vu et je m’en souviens encore comme si c’était hier !)

                  En fait, j’aime bien Gollum. D’ailleurs, ça me gonfle qu’il soit collé à Frodon qui me fatigue. Du coup, dans le 2 et le 3, du coup, j’aime les scènes des autres personnages et je supporte Frodon pour voir Gollum. ^^ Mais je te comprends pour les personnages secondaires. Et là, on en revient au fait que tu devrais lire les livres parce qu’on en sait souvent plus sur les personnages secondaires ! 😀

                  Ah oui, pour le Hobbit, il a carrément gonflé le truc. Trois films n’étaient pas nécessaires pour adapter purement et simplement le roman. Mais bon, à part pour le troisième (qui, je le répète était vraiment du vol), je relativise parce qu’en machine à fric, y a pire. Genre… Star Wars (du coup, je suis bien contente de ne pas être fan) avec leurs milliers de préquels et de spin-off de prévus sur les cinquante ans à venir, c’est juste hallucinant !
                  Kili, le problème, c’est qu’il foire tout l’avenir de Tauriel. Leur histoire m’a exaspérée. Je suis désolée, il est bien gentil, mais j’aurais tellement voulu pour elle une autre histoire. Genre… PAS UNE HISTOIRE D’AMOUR ! Avoir ajouté un perso féminin (totalement inexistant dans le livres) est une excellente idée, mais POURQUOI faut-il qu’elle soit là pour tomber amoureuse ? GRR ! D’ailleurs, avec une copine, on avait écrit une lettre pour se plaindre auprès de Peter Jackson et de l’actrice qui la joue (on était parties dans un sacré délire d’ailleurs) avant la sortie du 3, mais on n’a pas eu de réponse… et le résultat est là : le 3 est complètement pourri. Ecu de Chêne est imbuvable, à claquer. Ses changements d’humeur dans le 3 sont totalement improbables (genre, je sais de quoi je parle, je suis très versatile, mais à ce point… le mec n’est pas tout seul dans sa tête). Et les cochons des nains… sérieux ? et les vers qui ne servent strictement à rien (enfin si, ils servent deux secondes, tu ne sais pas d’où ils sortent (enfin, de terre of course, mais sinon, ils existent dans un livre de Tolkien ?) et en même temps, tout le monde s’en fout vu qu’ils disparaissent aussitôt). Et le combat tellement prévisible avec le mec albinos. Et le grimpage d’escalier cassé de Legolas (et les yeux de Legolas, non, je ne m’en remets pas). Bref…

                • Ahahahaha ! Du calme, du calme 😀 !
                  Bon je rigole, mais je suis sincèrement d’accord avec toi sur tous les points que tu développes (et d’ailleurs c’est très frustrant parce que tu arrives mieux que moi à exprimer le fond de ma propre pensée…Je me sens un peu naze^^).

                  Effectivement pour les histoires d’amour, ce que je voulais dire quand je disais que je m’en foutais, c’est justement parce que pour moi il y a tellement plus de choses à aborder que de « cocher ces cases » comme tu le dis si bien. C’est excessivement énervant (BIG UG Claudie Fauquant) de voir que si une nana a un rôle un tant soi peu important (ou même pas « moins important »), il faut forcément qu’elle tombe sous le charme du « beau ténébreux » en face. Comme si pour qu’elle existe complètement, il fallait forcément un homme pas loin.
                  Après, pour l’histoire Kili-Tauriel (tu vois je ne savais même pas que ce personnage n’existait pas dans le livre…), pour ma part, je l’ai trouvée plutôt jolie parce que justement y’a pas ce « happy end » relou de fin de film. Tout est toujours suggéré entre eux, et j’ai trouvé ça plutôt poétique. Et au contraire, moi j’ai trouvé son personnage beaucoup plus intéressant que celui de Legolas (WTF pour ses yeux, on est d’accord). Après tout est une question de point de vue.. Après quand tu regardes bien, le seul personnage féminin (à ma connaissance hein) qui se suffit à lui même (et c’est tant mieux) dans le SDA/Le hobbit, c’est Galadriel ! Finalement Eowyn et Arwen sont aussi attachées à un mec…

                • Mais non, c’est parce que tu m’as lancée, du coup il faut que je m’explique. Et puis, c’est pour montrer que ma critique très négative et enragée n’est pas fondée sur rien. Ce que tu dis n’est pas naze du tout et c’est très chouette de discuter avec toi. (Par contre désolée pour les fautes, je ne me relis pas (en tout cas, pas avant d’avoir cliqué sur envoyer… c’est qui la naze ?) et ça fait des oeuvres que je suis sur mon clavier (je suis en train d’écrire une putain de chronique de cinquante pages au moins que personne ne lira parce que ça sera trop long) et je commence à m’embrouiller le cerveau et les doigts (la liaison commence à buguer des fois).)

                  C’est qui Claudie Fauquant ? En tout cas, c’est exactement ça. Parce qu’évidemment, une femme a besoin d’un homme pour être « validée » (je ne trouve pas le mot que mon cerveau voudrait dire), pour être prise au sérieux, pour la faire exister. Genre les yeux d’un mec se posent sur elle et « ouf, c’est bon, j’existe vraiment ». Une femme célibataire ne doit pas faire assez sérieux apparemment, ou crédible. (Et puis évidemment, c’est toujours une relation hétéro.) (D’ailleurs, ça n’a pas vraiment de rapport mais un peu quand même, c’est ce que j’ai beaucoup aimé dans un des livres de Sarah Crossan, The Weight of Water, je ne sais pas si tu connais, mais je te fais le pitch vite fait : une adolescente roumaine débarque en Angleterre avec sa mère, elle se retrouve toute seule parce que sa mère a d’autres soucis et elle est harcelée en classe par une peste de première et sa bande. Kasienka, c’est son nom, est super forte en natation. Elle rencontre un gars, elle découvre l’amour (et l’autrice en parle super bien, c’est jamais niais et barbant avec elle), mais pour autant, il ne devient pas son prince charmant qui va la sauver et régler tous ses problèmes. Au contraire, finalement, il reste secondaire, un élément de sa vie au même titre que sa mère, la natation ou l’école, mais pas le centre de sa vie. Et il n’intervient pas contre les filles qui la harcèlent parce qu’il sait et elle sait qu’elle peut – et qu’elle doit – régler ça seule. Et j’ai trouvé ça vachement bien. Voilà.)

                  Comment ça finit déjà entre eux ? Elle meurt, il meurt, tous les deux meurent ? Je ne m’en souviens plus et comme j’ai catégoriquement décidé que je ne regarderai plus jamais le 3… ^^ Oui, on est bien d’accord que Kili comme Tauriel sont bien plus intéressants que Legolas, je suis 100% avec toi pour ça !
                  Oui, c’est sûr qu’il n’y a que Galadriel qui est totalement indépendante. Eowyn est rattachée à un mec ? Après, tu me dis si je dis des bêtises, je ne les ai pas vus depuis longtemps et je ne suis pas du tout une experte, elle va quand même au combat et tout, elle ne se laisse pas faire… non ? C’est pas juste une plante verte.

                • Ah non mais moi j’adore ! Au contraire, c’est génial d’échanger avec quelqu’un comme toi, qui a autant de choses à dire (et à redire!) sur tout ce tu lis et vois. Depuis ce matin je suis vraiment contente d’ouvrir tes commentaires et voir tout ton développement. C’est là qu’on atteint la limite de l’échange par commentaires interposés, parce que ça donne surtout envie de débattre en vrai 🙂

                  Claudie Fauquant c’est le personnage de François Damiens dans Dikkenek ahaha, rien à voir donc, mais ce film regorge de répliques cultes ^^ (et « c’est excessivement énervant » en fait partie, mais bon y’a tout un contexte^^).

                  Alors je n’ai pas lu The Weight of Water mais j’en ai entendu parlé y’a pas longtemps et ça me tentait vachement. Donc vu que tu m’en parles, je vais d’autant plus y porter attention !.

                  A la fin du Hobbit 3, Kili meurt en fait. Du coup bah, l’histoire est un peu compromise quoi :D. Mais même pour Legolas, quand tu regardes bien au final on le présente comme le mec qui ne voit que par Tauriel et qui voudrait être Kili. Bon effectivement, ça change un peu de voir un mec dans cette position là mais ç’en est pas moins réducteur je trouve. Et finalement moi j’aurai voulu en savoir plus sur son histoire, sur sa relation avec son père etc. C’était l’occasion quoi !

                  Pour en revenir au SDA, Eowyn est à fond sur Aragorn pendant une bonne partie de la saga. Elle part effectivement au combat parce que les femmes du Rohan sont toutes entraînées à manier l’épée dès leur plus jeune âge, et qu’elle autant envie de se battre pour son futur que les hommes, mais ça finalement c’est sur la dernière partie du film. Tout au long des Deux Tours et pendant une bonne partie du Retour du Roi, elle est collée aux basques d’Aragorn et c’est un peu dommage. Après les personnages d’Eowyn et Arwen ont des personnalités et des histoires fortes donc je ne pense pas que Tolkien voulait les faire passer pour des plantes vertes justement, bien au contraire. C’est aussi pour ça que je veux absolument lire sa biographie avant de me plonger dans les bouquins. J’ai vraiment envie de savoir comment il a construit son oeuvre et ses personnages.

                  (Ah et du coup j’ai hâte de lire ce fameux articles de 50 pages !)

                • Je n’ai pas autant de choses à dire sur TOUT ce que j’ai lu ou vu. En fait, c’est surtout sur les trucs que j’ai adoré ou détesté. Enfin, là, c’est surtout détesté. ^^
                  Moi aussi, je suis trop contente quand j’ai un nouveau commentaire de ta part, c’est vraiment chouette !

                  Ah d’accord, j’ai déjà entendu le titre de ce film, mais je ne l’ai jamais vu. J’essayerai de me rattraper ! Histoire de comprendre le contexte. ^^

                  C’est pour ça qu’ils l’ont tué. Parce que ça ne l’aurait pas fait, Tauriel l’aurait plaqué pour aller vivre sa vie, voilà. Du coup, hop, Kili meurt et Tauriel est libre. Pour Legolas, j’avais pas vu ça comme ça, j’avais juste vu qu’il m’agaçait. ^^ Mais c’est vrai que c’est réducteur aussi, et voilà, pour tous les personnages concernés, on se focalise sur leur histoire d’amour ou leur désir inassouvi et tout le reste tombe à la trappe alors qu’il y aurait pu avoir plein d’autres trucs intéressants à dire, à montrer !

                  Même Arwen – toujours pareil, dis-moi si je dis des bêtises -, effectivement, elle est sur Aragorn tout du long, mais quand même, elle s’oppose à son père en voulant vivre avec un mortel, elle renonce à son immortalité, elle ne suit pas vraiment le destin logique pour une elfe.
                  Bon, tu lis sa bio, après on lit le SdA et comme ça, tu pourras m’apprendre plein de trucs super intéressants au fil de la lecture ! 😀

                  (Ça, c’est ce que tu dis maintenant, mais personne n’arrivera au bout. ^^)

                • Oui alors euh pour Dikkenek je préfère te prévenir tout de suite que c’est très très très trèèèès loin de ce dont on parle depuis hier ahaha ! (Mais bon pour moi c’est culte, un peu comme la Cité de la peur ou La classe américaine).

                  Dans tous les cas effectivement, les histoires d’amour prennent souvent le pas sur le reste et c’est un peu dommage (même si je ne suis pas contre l’amour hein^^)(d’autant plus que je le répète, personnellement, j’ai trouvé la courte histoire de Tauriel et Kili plutôt jolie).
                  Arwen est l’amour officiel de toute la vie d’Aragorn (c’est d’ailleurs pour ça qu’Eowyn se prendra un méga rateau)(et ira se réfugier dans les bras de Faramir)(qui lui même s’est pris des râteaux familiaux toute sa vie par son père)(Team râteaux dans la place donc).
                  Après clairement, on est pas sur des personnages féminins de type « plante verte ». Et il ne faut pas oublier qu’à la base Tolkien a créé tout cet univers pour sa femme et ses enfants, donc l’amour est de toute façon un des thèmes principaux de son oeuvre je pense. Mais ça je te le confirmerai très bientôt après lecture de la bio (c’est décidé, c’est le prochain bouquin que j’ouvre !) 🙂

                • Non, mais je ne regarde pas que de la fantasy, loin de là ! Je suis très éclectique ! ^^ Je ne connais pas non plus La classe américaine, mais si tu me dis que c’est comme La cité de la peur, je vais effectivement peut-être avoir un peu de mal. J’ai jamais vu ce film en entier, mais les extraits que j’en ai vu ne me donnent pas envie d’en voir plus. Je sais que c’est culte, mais pas pour moi. Mais j’essayerai quand même Dikkenek.

                  Oui, je pense que tu es un peu comme moi. En théorie, tu n’as rien contre les histoires d’amour parce qu’on ne peut pas nier que ça fait partie de la vie, mais en pratique, c’est la façon dont elles sont traitées qui les rend insupportables. Entre les romances niaseuses, celles qui arrivent comme un cheveu sur la soupe ou comme si c’était absolument forcément totalement obligé de passer par là, les coups de foudre au premier regard, les triangles amoureux, les trucs les bidules, au final, j’ai tendance à dire que je n’aime pas les romances. Alors qu’en fait, c’est plus complexe que ça. Par exemple, certains de mes livres préférés sont notamment des romances (les Jane Austen, les soeurs Brontë, le Nord et sud d’Elizabeth Gaskell en premier lieu) ou encore j’adore l’histoire entre Ophélie et Thorn dans la Passe-Miroir.
                  Ahah, j’adore ta team râteaux ! ^^ Je ne me souviens pas du tout de l’histoire d’Eowyn, dis donc, et Faramir… pas de souvenirs. Faut vraiment que je me refasse les films !
                  Ah bon, il l’a créé pour sa famille ? Je croyais que c’était le cas du Hobbit (qui est nettement plus simple tant au niveau de l’histoire qu’au niveau de l’écriture et plus sombre aussi) et que ça avait rencontré un tel succès qu’il s’était lancé dans la rédaction du SdA à la demande de son éditeur.
                  C’est quoi cette bio au fait ? Laquelle ? Parce que je suppose qu’il y en a eu plusieurs…

                • Ah non mais j’ai bien compris que tu ne regardais pas que ça ^^ ! Après pour ce qui est de Dikkenek, c’est largement moins subtile que La cité de la peur et La classe américaine… Disons que c’est un peu bourrin^^! Et encore c’est pas vraiment le bon terme… c’est belge quoi ^^! Je comprendrai que tu n’adhères pas en tout cas (pour la cité de la peur je comprends aussi, même si ça me fait mal à mon petit coeur de le dire ahaha).

                  Tu as totalement compris mon raisonnement par rapport aux histoires d’amour au cinéma. Et pourtant je suis très fleur bleue hein. Mais mes références dans ce domaine sont plutôt Eternal Sunshine of the spotless mind (j’avais écris dessus d’ailleurs, si ça t’interesse), Blue Valentine ou My Blueberry nights. J’avais bien aimé 500 jours ensemble aussi 🙂

                  Niveau bouquin par contre je suis un peu naze, j’y connais rien (et pourtant, je sais que tous les livres que tu cites ont l’air vraiment chouette) (genre rien que Jane Eyre devrait beaucoup me plaire. J’avais adoré le film en tout cas).

                  Je sais que le Hobbit, c’était effectivement pour ses enfants (et il y a plein d’autres de ses bouquins comme ça). Pour le SDA je t’avoue que je n’en sais pas beaucoup plus, il me semble qu’effectivement c’était une demande, mais qu’il a toujours tout pensé pour que ça plaise avant tout à sa famille.. Mais je peux me tromper^^.
                  La bio que j’ai pris moi c’est « Tolkien – Une biographie » de Humphrey Carpenter. Apparemment c’est la meilleure mais il n’y en a pas tant que ça en fait.

                • Ah ouais… tu ne me motives pas vraiment là. Parce que ce que j’ai vu de la Cité de la peur ne m’a déjà pas semblé très subtil… Bon, c’est noté dans un coin, mais à mon avis, je ne vais avoir le courage de me lancer tout de suite. ^^
                  Désolée de briser ton petit coeur… mais dis-toi que je ne l’ai pas vu en entier et que je suis juste une inculte, si ça peut te réconforter. ^^

                  Oui, j’avais vu ton article sur Eternal Sunshine… mais comme j’aimerais le revoir (je l’ai vu il y a au moins dix ans et je ne m’en rappelle pas, comme My Blueberry Nights d’ailleurs), je ne voulais pas le lire avant, histoire de le redécouvrir sans influences. Les deux autres, je ne les connais pas, donc je note tout ça. C’est chouette, tu enrichis ma liste de films à voir (qui n’est pas du tout déjà longue comme le bras…). Je te tiendrai au courant de ce que j’en ai pensé !
                  C’est bien, on se complète. Toi les films, moi les livres ! ^^ Jane Eyre est génial. Et puis l’héroïne est tellement forte et indépendante. Ça ne peut que me parler.

                  Ecoute, d’après Wikipédia (je ne suis pas allée chercher plus loin), le SdA est une commande de son éditeur. Après, ça n’empêche pas que ses enfants ont pu les lire. ^^ Mais c’est vrai que la différence de ton entre Le Hobbit et le SdA est assez frappante, le premier faisant très enfantin, le second beaucoup plus mature. Après, c’est toi l’experte !
                  D’accord, je pensais qu’il y en aurais quand même eu quelques-unes…

                • Bon de toute façon je pense que la notion de « culte » est vraiment variable d’une personne à une autre, et c’est ça qui est cool aussi 🙂 !

                  En tout cas moi je suis un peu comme toi, quand je tombe sur un article qui parle d’un livre ou d’un film que j’ai vraiment envie de (re)découvrir, je ne lis rien, parce que j’ai peu d’être trop influencée aussi. En tout cas pour moi ces deux films-là reste les deux plus belles histoires d’amour que j’ai pu voir 🙂

                  Et pour revenir sur le SDA, je suis vraiment très loin d’être une experte parce que presque toutes mes références viennent du film (sacrilège !) et que je n’ai finalement lu aucun bouquin donc bon… Après je sais par exemple que son fils Christopher a beaucoup travaillé avec lui (c’est d’ailleurs lui qui a fait en sorte que le manuscrit de Beren & Luthien soit édité à la fin de l’année dernière !). Après de là à dire que Tolkien a écrit tous ses bouquins pour ses enfants peut-être pas effectivement, mais je pense qu’il avait un lien très fort avec sa famille et que ça a beaucoup joué dans son processus de création.

                  Pour les biographies, je m’étais renseignée un peu justement et il s’avère qu’en fait, Tolkien était à la base complètement contre l’idée d’être biographé (ça se dit ça ?^^) un jour. Sauf que les années passant et son succès grandissant, il a du se rendre à l’évidence et il a compris que de toute façon il y en aurait. Donc pour faire un peu un pieds de nez à tout ça, il a annoté énormément de documents (notes, lettres…) avec ses pensées, des explications etc. Le but étant de ne pas se voir « dépossédé » de sens initial qui avait voulu donner à son oeuvre. Et c’est sur ces documents que s’est basé Humphrey Carpenter.
                  Après je ne sais pas pourquoi il y a peu de biographie de Tolkien. Peut-être qu’il a émis certains souhaits ?

                • Oui, complètement ! Et puis, on peut aussi reconnaître qu’un film est culte et ne pas l’apprécier pour autant.

                  Oui, c’est pour ça que je mets les articles en favoris dans un coin et je les lis une fois le livre lu ou le film vu. Comme ça, ça ne modifie pas ma façon de percevoir le truc.
                  Mais je prends bonne note de tes conseils !

                  SHAME ON YOU ! T’as même pas lu les livres ! C’est une honte, un scandale ! ^^
                  Il avait l’air chouette, le livre de Beren & Luthien ! Mais j’ai été raisonnable et j’avais décidé de d’abord relire le SdA, puis le Silmarillon avant d’acheter d’autres Tolkien.
                  De toute façon, c’est clair qu’ils semblaient être une famille très unie, il suffit de lire les Lettres du Père Noël qui sont absolument géniales et vraiment touchantes !
                  Ah d’accord, c’est intéressant à savoir le truc autour de son non-vouloir d’être biographé (je ne sais pas si ça se dit, mais ça me va très bien !), du coup, effectivement, tu vas sûrement apprendre des détails qui enrichiront ta lecture de l’oeuvre. Après, est-ce que tu peux empêcher des gens d’écrire sur toi ?… C’est peut-être que la vie des écrivains n’intéressent pas tant que ça les gens. ^^

                • Ouiii je sais c’est une honte, je ne devrais même pas parler de tout ça en fait ! ^^

                  Mais promis, je serai bientôt à jour, et je te prends au mot pour le SDA ! 🙂

                • (Par contre, je ne sais pas si j’aurais le temps de te répondre à nouveau avant lundi. Je préfère te prévenir. Désolée… :/)

                • Mais non mais non ! Enfin, un peu, mais c’est pour une bonne cause : j’ai récupéré un toutou ! Bon, du coup, depuis hier, je suis à deux doigts de la crise d’angoisse et en plein questionnement existentiel sur l’éducation et tout ça… Heureusement que je ne compte pas avoir d’enfants, je serais morte avant l’arrivée du premier. ^^

                • Pour l’instant, elle aime surtout venir poser sa tête en plein sur mon bouquin… Il va y avoir un peu de dressage avant d’en faire une lettrée !

    • J’aimerais beaucoup le lire même si je commencerai peut-être par Abyme pour en découvrir davantage sur Maspalio et sur cette cité défigurée dans ce nouveau tome. Si j’ai bien compris, Les chroniques du Crépusculaire se passe dans le même univers mais dans un autre lieu, c’est ça ?

  3. Ping : Challenge Les 4 éléments | L'ourse bibliophile

  4. Ping : Challenge : Les irréguliers de Baker Street | L'ourse bibliophile

  5. Ping : Challenge 4 éléments – 1 an après – Rat des villes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s