Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle, d’Hervé Giraud (2016)

Histoire du garçon qui courait... (couverture)Ils sont trois « comme les trois doigts de la main (de la tortue Ninja) » : le narrateur, sa sœur jumelle Cali et le chien Rubens. Depuis quatorze ans, tout est parfait dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où le chien disparaît alors qu’il court après sa balle. Cela bouleverse l’ordre établi et Cali tombe malade. Seul à la maison, le garçon décide de retrouver son chien, ce qui permettra forcément à sa sœur de guérir.

Un petit roman sur la fatalité et qui, pourtant, ne baisse jamais les bras. Toujours dans la lune, empoté et pourtant totalement déterminé, le garçon a décidé de croire que sa sœur pouvait guérir, qu’il pouvait réparer les choses, faire en sorte que tout redevienne comme avant, et il n’abandonne jamais.
J’ai également beaucoup apprécié la manière dont la maladie de Cali et le séjour prolongé à l’hôpital sont évoqués. On est loin des histoires un peu larmoyantes et grandiloquentes sur tous ces enfants malades (littérature que je n’apprécie pas plus que ça). Le point de vue est décalé, mais Cali n’est pas oubliée pour autant. Au contraire, on sent qu’elle est toujours là, dans la tête, dans les gestes et dans les actions du garçon.

L’écriture est belle, poétique, imagée. Hervé Giraud joue avec les mots, les phrases coulent comme une rivière et nous emportent au fil des pages. Le garçon nous offre sa perception de l’histoire, tout en innocence et en croyances mathématiques. Et finalement, pour un roman sur les malheurs qui peuvent nous tomber dessus à tout moment, il recèle beaucoup d’humour et d’instants de tendresse qui font sourire.

Une seule chose m’a gênée : le temps. L’histoire se déroule sur six mois. Six mois que Cali passe à l’hôpital, six mois pendant lesquels le garçon cherche Rubens. Au cours de sa quête, il rencontre plusieurs personnages qui lui indiquent la route prise par le fugueur, mais je n’ai pas compris pourquoi il ne poursuivait jamais son chemin après avoir reçu une nouvelle indication. A chaque fois, il refait marche arrière pour repartir plus tard. J’ai bien compris le côté symbolique de cette quête, mais cette temporalité un peu étrange m’a dérangée pour ce qui est de l’histoire, de la narration pure.

Un magnifique roman, sensible sans jamais tomber dans le pathos, touchant et décalé, émouvant dans sa simplicité.

« Et puis quoi ? Oui, je prends racine, Cali, le chien et moi, on est solides comme l’arbre, on n’est qu’un, une seule cellule, je suis les freins, elle est le moteur, lui le carburant, mais nous voici en panne et seule une tornade tropicale pourrait faire bouger nos branches. »

« Les chaussons disparus, les maladies ou les chiens qui se perdent sont autant d’accidents qui tournoient autour de nous et potentiellement peuvent nous atteindre. On a beau marcher courbé au fond de la tranchée, porter des gilets pare-balle ou rester enfermé en faisant des prières ou des opérations mentales et mathématiques, le risque existe et il vient nous chercher là où il l’a décidé. »

Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle, Hervé Giraud. Thierry Magnier, 2016. 122 pages.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle, d’Hervé Giraud (2016) »

  1. J’ai bien voir des romans d’éditeurs comme Thierry Magnier chroniqués sur les blogs, ça me change de tous ceux qu’on retrouve en boucle sur la blogo. Je vais regarder si on a celui ci en stock au boulot.

    • C’est vrai que certains titres sont beaucoup plus visibles que d’autres. Je plaide coupable, j’y participe parfois, mais quand on voit beaucoup de bonnes critiques sur un bouquin, ça donne envie de le lire à son tour ! Mais c’est aussi pour ça que ça fait du bien de tomber sur des petits livres comme ça, moins connus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s