Rendez-vous au cinéma ! – Janvier 2017

Je vous propose un nouveau rendez-vous mensuel autour du cinéma. Je n’ai pas le temps d’écrire de longues et constructives critiques de films pour plusieurs raisons :

  1. Je vais beaucoup au cinéma, donc je n’arrive pas à suivre le rythme ;
  2. Je ne me sens pas forcément légitime, faute de connaissances solides sur le cinéma ;
  3. Je donne du temps au blog pour les critiques de livres, mais j’ai d’autres centres d’intérêt dans la vie qui me demandent aussi du temps, donc les critiques cinéma passent à la trappe ;
  4. Et sûrement d’autres raisons qui ne me viennent pas en tête à l’instant présent.

Rédiger mon bilan 2016 m’a beaucoup plu. J’ai rédigé mon avis en quelques lignes, de manière rapide et succincte. C’est ce que je ferai à présent chaque fin de mois sur les films que j’ai vus dans le mois (tous ou une partie). Ce sera mon humble avis de spectatrice, et non une analyse cinématographique.

Commençons donc avec ce mois de janvier !

Rogue One (affiche)

  1. Rogue One : a Star Wars Story, de Gareth Edwards

C’est quand même fou, je ne suis absolument pas une fan de Star Wars (j’aime bien les premiers films, mais je ne les ai vus qu’une fois) et pourtant voilà deux ans de suite que je commence l’année avec un film de la franchise. J’ai passé un bon moment (pas trop exigeant pour les neurones), mais ce n’est pas le coup de foudre. L’histoire met du temps à démarrer et j’avoue que j’étais perdue parmi toutes les planètes (j’ai déjà du mal à me souvenir que les hommes en blanc sont les méchants – dans des films aussi manichéens, ça me semble toujours illogiques ! – alors de là à m’y retrouver parmi tous les mondes…). Je ne me suis pas ennuyée et j’ai apprécié la fin plutôt épique (même si l’on en connaissait l’issue), mais je n’ai pas eu d’atomes crochus avec les personnages. Un blockbuster sympathique, mais dont j’aurais pu me dispenser.

Your Name (affiche)

  1. Your Name, de Makoto Shinkai

J’attendais avec impatience ce film d’animation dans lequel Mitsuha et Taki échangent régulièrement de corps et de vie. On découvre alors la vie empreinte des traditions japonaises de la première et la vie urbaine du second. C’est un film onirique, envoûtant et original. Beaucoup plus contemporain que les films de Miyazaki (qui auront toujours ma préférence), il reste néanmoins un film inattendu jusqu’au bout et magnifique sur le plan esthétique.

3000 nuits (affiche)

  1. 3000 nuits, de Mai Masri

Layal, condamnée à huit ans de prison pour un attentat avec lequel elle n’a rien à voir, est envoyée dans une prison pour femmes israélienne qui accueille des détenues politiques palestiniennes (et quelques israéliennes). Découvrant sa grossesse, elle décide de garder l’enfant. Les actrices (Maisa Abd Elhadi « Layal » en tête) sont excellentes. Un drame dur et poignant sur ces femmes qui n’abandonnent jamais la lutte qu’une belle histoire humaine.

Café society (affiche)

  1. Café Society, de Woody Allen

Je l’avais raté l’année dernière, mais j’ai pu le revoir grâce aux semaines des Incontournables qui, chaque année, reprennent des films de l’année passée. Ma relation avec Woody Allen est en dents de scie : il y a des films que j’apprécie et d’autres que je déteste. Celui-ci appartient à la première catégorie. J’ai beaucoup aimé l’ambiance des années 1930 – les couleurs, les costumes, la musique… – ainsi que la peinture du milieu des gangsters ou de la jet set qui parfois se rejoignent. Le chassé-croisé amoureux n’est pas niais pour un sou. Toutefois, les acteurs, certes bons, n’ont pas réussi à vraiment me toucher. Un bon moment.

Beauté cachée (affiche)

  1. Beauté cachée, de David Frankel

Je suis allée le voir en toute ignorance puisque j’accompagnais alors quelqu’un qui voulait vraiment le découvrir. Si l’idée des trois abstractions – l’amour, le temps, la mort – m’a plu au début du film, j’ai trouvé que le film tournait assez rapidement mélo et assez prévisible au niveau du scénario (je dois cependant avouer que je ne m’attendais pas à un détail final). L’objectif semblait seulement être de faire pleurer dans les chaumières… et comme je n’ai pas pleuré, cela m’a vite agacée. Je regrette l’absence d’un discours plus philosophique sur ces trois abstractions. Une déception donc, en dépit de la justesse des acteurs…

Ma vie de courgette (affiche

  1. Ma vie de courgette, de Claude Barras

J’en avais déjà parlé dans mes films préférés de 2016, mais j’ai accompagné une personne qui ne l’avait pas vu – et qui a autant adoré que moi. Mon avis d’alors : Ma vie de courgette peut compter sur un scénario atypique, horriblement dur et tendre à la fois. Les petits héros affrontent tous des situations difficiles – maltraitances, placement à l’orphelinat… –, mais le soutien de leurs copains et une sacrée réserve de bonne humeur les aident à tenir le coup. A travers un remarquable travail de stop motion, Claude Barras nous présente des personnages fabuleusement expressifs. Bouleversant.

The Birth of a Nation (affiche)

  1. The Birth of a Nation, de Nate Parker

Ce film a été controversé du fait du passé de son réalisateur, mais comme j’entendais que c’était LE film à voir, qu’il était très important, etc., ma curiosité a été titillée. Et finalement… Certes, c’est un bon film qui nous permet de découvrir une histoire vraie : cette rébellion d’esclaves qui a causé la mort de nombreux propriétaires avant d’être matée dans le sang. Certes, il fait partie de ces films sur l’esclavage, essentiels pour ne pas oublier l’horreur de cette période (certaines scènes sont d’ailleurs particulièrement choquantes, voire monstrueuses). Mais le scénario reste classique à mon goût et le film, un peu trop long, s’essouffle parfois. Toutefois, The Birth of a Nation reste un film qui m’a touchée (et remuée à certains moments).

Usual Suspects (affiche)

  1. Usual Suspects, de Bryan Singer

Un classique, un film culte (sorti en 1995) que je ne pouvais pas rater alors qu’il repassait dans les salles obscures ! Il faut le voir parce que c’est un polar totalement maîtrisé, parce que le scénario est parfaitement ficelé et parce que la prestation de Kevin Spacey est magistrale! Quand on connait la fin, on prend tellement de plaisir à rechercher les indices qui laissaient présager du twist final. Alors qui est Keyser Söze ?…

Et vous ? Qu’avez-vous ce mois-ci au cinéma ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « Rendez-vous au cinéma ! – Janvier 2017 »

  1. Trop bien ce nouveau format d’article !
    Your name me tente vraiment depuis sa sortie, mais je n’ai pas encore trouvé le temps de le voir. Ton avis me confirme qu’il faut vraiment que je ne passe pas à côté.
    Par contre, Beauté cachée me tentait pas mal aussi (d’après la bande-annonce) mais tu n’es pas la seule à ne pas avoir été convaincue. A vrai dire je ne lis que des avis assez mauvais dessus, donc je pense que je vais passer mon tour.

    • Merci ! Moi aussi ça me plaît bien ! ^^ C’est surtout que c’est beaucoup plus agréable à écrire pour moi.
      Oui, va le voir vraiment ! Il est vraiment prenant et original !
      Effectivement, pour Beauté cachée… je ne trouve pas que ça vaut le coup de payer une place pour aller le voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s