Hippocrate aux Enfers : les médecins des camps de la mort, de et lu par Michel Cymes (CdL, 2015)

Hippocrate aux Enfers (couverture)Dans les camps de la mort sous le IIIe Reich, des médecins ont infligé des souffrances insoutenables en torturant des prisonniers sous prétexte d’expériences médicales : c’est un fait et tel est le sujet de ce livre (que j’ai écouté) de Michel Cymes. Il nous propose son point de vue du médecin, préoccupé par la question de l’éthique. Un médecin désire soigner : qui étaient donc ces hommes qui ont tué sous prétexte de recherches scientifiques ?

Chapitre après chapitre, il nous emmène à la rencontre (et quel détestable rendez-vous) de ces hommes dont les expériences portaient sur l’hypothermie, la soif, les gaz, la gémellité ou encore les maladies (qui étaient volontairement inoculées) : August Hirt, Sigmund Rascher, Josef Mengele, Aribert Heim dit Dr. Tod (« Docteur Mort ») ou le Boucher de Mauthausen… Premier triste constat : il s’agissait de médecins haut placés, respectés, qui possédaient un statut élevé. Ce n’était pas – comme on pourrait presque le souhaiter – des ratés frustrés et haineux. De plus, tous n’étaient pas simplement de bons petits soldats qui obéissaient à la hiérarchie. Ceux que Cymes nous présente désiraient réaliser ces expériences et ont souvent réclamé d’eux-mêmes des cobayes humains auprès d’Himmler.

J’avais déjà connaissance de certaines expériences qui avaient été menées (pas toutes cependant…), mais ce qui m’a terriblement indignée – car je l’ignorais jusqu’alors –, c’est la faiblesse des peines prononcées. Sans parler de ceux qui finir leurs jours paisiblement sans avoir pu être jugés (comme le tristement célèbre Josef Mengele qui réussit à fuir en Amérique du Sud), certains ont seulement purgé une peine de prison (souvent raccourcie) avant de retrouver leur liberté… et parfois un emploi dans la médecine !
Ce fut le cas de Herta Oberheuser qui, condamnée en 1947 à vingt ans de prison, sortira en 1952 pour bonne conduite (!) et reprendra un poste de médecin de famille. Une survivante du camp de Ravensbrück où elle « officiait » la reconnaît et elle perd son emploi en 1956 et son droit d’exercer deux ans plus tard. Toutefois, elle fait appel et récupère le droit de travailler en 1961. Elle mourra dans une maison de retraite après avoir terminé sa carrière dans un laboratoire de l’institut Bodelschwing.
Je trouve ça inconcevable. Comment peut-on accorder des remises de peine à ces bourreaux, comment peut-on leur redonner le droit d’approcher un nouveau patient ? Qu’ont pu ressentir ceux qui les avaient croisés ou ceux qui avaient perdu de la famille ou des amis à cause de ces hommes et ces femmes ?

Une autre question hante l’esprit de l’auteur : ces expériences ont-elles été utiles à la science ? Faute d’une réponse très tranchée sur ce sujet difficile, il finit par répondre qu’« En fait, le seul domaine dans lequel les nazis ont permis une avancée est la mort. Sarin, tabin, missiles… autant de procédés nés sous le signe de la croix gammée et destinés à rationaliser le crime de masse. Avec la science telle qu’elle a été déformée par l’idéologie du IIIe Reich, Hippocrate est descendu aux Enfers. Au lieu de soigner, cette anti-médecine tue. » Quoi qu’il en soit, on ne peut justifier l’assassinat de ces hommes et ces femmes qui ont servis de cobayes.

Le livre de Cymes est émaillé de témoignages de personnes ayant survécu après être passées entre les mains des médecins du IIIe Reich. Ceci est évidemment passionnant, mais me permet d’aborder un point négatif de ce texte : il cite trop souvent d’autres ouvrages sur le sujet (notamment Croix gammée contre caducée, de François Bayle). Les références, c’est bien, mais point trop n’en faut. J’ai un peu eu l’impression qu’il avait repris quelques ouvrages très complets écrits précédemment pour les synthétiser pour le grand public.
Le livre, finalement, est un rassemblement de biographies de ces médecins de la mort. Cymes apporte son expérience de médecin et de fils de déportés et des réflexions nés de son voyage sur les traces de terrible passé. (Ainsi que d’omniprésents commentaires comme quoi c’était vraiment horrible de faire ça au cas-où le lecteur aurait un doute.)

Hippocrate aux Enfers est un bon livre de vulgarisation, très enrichissant bien que peut-être davantage destiné à ceux qui – comme moi – ne connaissent pas très bien ce sujet très dur. Pour la version audio, c’est Michel Cymes qui en assure la lecture, ce qu’il fait d’un ton posé très adapté à ce texte qui contient malgré tout beaucoup d’informations.

Pour écouter un extrait, rendez-vous sur le site Amazon : l’introduction.

« Comment un médecin peut-il de venir un bourreau ? Comment un homme qui s’est donné pour destin de soigner les autres décide-t-il de les faire souffrir ? »

« Parfois je les observe pour essayer de comprendre ce qui a pu les transformer en bourreaux, ce qui, dans leur personnalité, leur histoire, a pu entrer en réaction physique avec cette période monstrueuse et donner ce composé chimique incroyable apte à transformer un médecin en assassin, un chercheur en tueur. »

« Rascher est nommé chercheur à Dachau pour y mener enfin les expériences dont il rêve. Il a carte blanche. Sa mission : sauver des vies depuis un camp de concentration. »

Hippocrate aux Enfers : les médecins des camps de la mort, Michel Cymes, lu par l’auteur. CdL, 2015 (Stock, 2015, pour l’édition papier). 4h20, texte intégral.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s