Rouge Tagada, de Charlotte Bousquet (textes) et Stéphanie Rubini (dessins) (2013)

Rouge Tagada (couverture)Alex entre en quatrième lorsque la mystérieuse et timide Layla arrive dans sa classe. Les deux adolescentes sympathisent, apprennent à se connaître et deviennent inséparables. Mais lorsque Layla rencontre un garçon, le coup est dur pour Alex qui aurait voulu que cela dure éternellement. Et quand Layla revient vers son amie, c’est pour apprendre à embrasser afin d’être prête pour ce « garçon au nom de caleçon »

 

Bien que très courte, cette bande dessinée nous immerge totalement dans la vie de ces deux adolescentes. Le récit est très sensible et très juste dans les émotions qu’il aborde : la rencontre et la naissance de l’amitié, le bonheur complice, la confusion des sentiments jusqu’à la rupture brutale. L’homosexualité n’est pas au premier plan et laisse la place aux émois adolescents, à l’amitié fusionnelle, la découverte de soi et de l’autre, la peur de dire ce que l’on ressent… Un récit simple et linéaire, mais tendre et intelligent.

Rouge Tagada, première plancheIl y a beaucoup de douceur (une douceur toute sucrée) dans les textes de Charlotte Bousquet et dans les images de Stéphanie Rubini. Les traits sont ronds et colorés et cette fraîcheur se marie à la perfection avec les mots et l’histoire.

Quel dommage que cette BD soit si courte. Toutefois, malgré une légère frustration, je reconnais qu’il n’était pas nécessaire d’en dire plus.

Derrière cette couverture rouge pétant se cache une touchante et jolie BD sur l’amitié, l’amour et l’adolescence.

 

« Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconne, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y avait tout ça chez nous. »

« A deux, tout était plus facile, et j’en arrivais même à oublier mes idées bizarres, mes envies de la serrer dans mes bras, contre moi, d’embrasser ses paupières et le bout de son nez, de goûter ses lèvres roses et, quand elle était triste, de sécher ses larmes avec des baisers. J’oubliais tout ça, oui, parce que nous étions amies. Vraiment amies. Meilleures amies. Inséparables. »

Rouge Tagada, Charlotte Bousquet (textes) et Stéphanie Rubini (dessins). Gulf Stream éditeur, 2013. 64 pages.

Le site de l’auteure, Charlotte Bousquet, et de l’illustratrice, Stéphanie Rubini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s