Le journal malgré lui d’Henry K. Larsen, de Susin Nielsen (2013)

Le journal malgré lui d’Henry K. Larsen (couverture)Henry K. Larsen est fortement encouragé par son psychiatre, Cecil, qui, selon lui, « n’est pas la crème des psychologues » à tenir un journal intime. Tout d’abord récalcitrant, il y prend peu à peu goût. On devine qu’un lourd secret pèse sur Henry et son père, que leur déménagement récent à Vancouver n’est pas anodin. Peu à peu, on comprend en partie quel est ce secret, bien avant qu’Henry ne puisse mettre des mots dessus.

Dans son immeuble, il rencontre Karen et M. Atapattu qui semblent aussi insupportables l’un que l’autre au premier abord. Mais Henry saura mettre de côté son cynisme et sa mauvaise humeur pour apprendre à les connaître au-delà des apparences. A l’école, il fait la connaissance de Farley – « Bizarre. Enthousiaste. Loyal » – et d’Alberta – « Malpolie. Brutale. Unique. Jolie. » – dans un groupe où l’on teste sa culture générale à travers des concours inter-collèges. Ceux-ci deviennent ses meilleurs amis. Mais Troy a pris Farley comme souffre-douleur et l’histoire semble se répéter pour Henry.

Quel choc, ce roman ! Humour et horreur se côtoient en permanence. Henry a un sens du second degré hilarant, il rêve comme un enfant, se passionne pour le catch (une tradition familiale), mais l’histoire est tellement dure, tellement triste. Henry a douze ans, mais il semble beaucoup plus vieux car il y a des horreurs dans son passé que ceux de son âge ne peuvent même pas imaginer (comme Harry Potter !). On vit avec lui, on souffre avec lui, on le voit se débattre entre des sentiments contradictoires face à ce qui s’est passé : colère et culpabilité, amour pour son frère et rancœur. Il lutte pour sauver sa famille – puisque ses parents semblent se diviser – et emprunte peu à peu un chemin pour accepter les événements traumatisants de son passé, pour apprendre à vivre avec.

Susin Nielsen a su trouver un ton juste qui ne tombe jamais dans le larmoyant. Pourtant, ce n’était pas forcément gagné avec un personnage d’adolescent traumatisé avec un passé qui le hante et une famille qui se déchire. Elle nous place au niveau de son narrateur. L’horreur et la tristesse de cette histoire sont nuancées par l’humour (les remarques d’Henry sur ses voisins, les séances de psy…), les personnages hauts en couleurs, les petits combats du quotidien (gagner un peu d’argent pour aller voir Le Grand Clash de la LPC (Ligue Planétaire de Catch) en direct live à Seattle, etc.). C’est vraiment avec une grande finesse qu’elle aborde le thème des relations entre les adolescents ou entre adolescents et adultes.

Et je m’arrête là car je ne veux pas trop en dire sur ce très beau roman.

Henry est un héros face auquel on ne peut pas rester de marbre et tous ceux qui l’entourant sont touchants à leur manière. Une histoire bouleversante, sombre et lumineuse à la fois. Une merveille.

« C’est à cause de cette voix de robot que je me suis retrouvé ici. Après toute l’histoire avec maman, à Noël, mes « furies » sont revenues et je me suis mis à parler comme un robot vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et même jusqu’au déménagement à Vancouver. L’intérêt de parler robot, c’est que cela permet de tout dire sans exprimer la moindre émotion. »

« Est-ce que ce ne serait pas génial si on pouvait écrire le scénario de sa propre vie ? Je suppose qu’il y aurait beaucoup moins de suspens qu’au cinéma. Mais au moins, on pourrait s’écrire un happy-end. »

Le journal malgré lui d’Henry K. Larsen, Susin Nielsen. Hélium, 2013 (2012  pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Canada) par Valérie Le Plouhinec. 248 pages.

Les livres (chroniqués) de Susin Nielsen :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s