Miss Peregrine et les enfants particuliers (2011) & Hollow City (2014), de Ransom Riggs

« Le sommeil, la mort ne sont pas ;

Qui semble mourir vit encore.

Seuil où tu fis tes premiers pas,

Heureux amis de ton aurore ;

Jeune fille, enfant et vieillard,

Récompense d’efforts sans trêve,

Tout s’évanouit au regard,

Tout se métamorphose en rêve

Et rien ne reste dans la main. »

Ralph Waldo Emerson

Une critique pour deux livres :

  • Miss Peregrine et les enfants particuliers, le premier volume ;
  • Hollow City, le second.

 Miss Peregrine 1Je voulais lire ce bouquin depuis longtemps parce que cette couverture en noir et blanc avec cette petite fille renfrognée en lévitation m’intriguait. Sans savoir quelle était l’histoire, quelque chose sur le nazisme avec du fantastique, bref, je ne savais rien. Et si on m’avait dit qu’on me parlerait en vrac d’Holocauste, de pouvoirs magiques, de voyages dans le temps, de monstres, de passé mystérieux, etc., cela eut peut-être refroidi mes ardeurs. A tort ! Car ce grand bric-à-brac est si bien construit que j’ai dévoré les deux volumes en à peine plus de deux jours.

L’histoire en version courte (car peu importe les résumés, il faut lire ces livres sans hésitation) : Jacob adore les histoires de son grand-père sur les enfants particuliers, l’Oiseau qui veille sur eux et les monstres terrifiants qui voudraient les attaquer. Mais en grandissant, il se met à douter de leur vérité jusqu’au jour où Abraham se fait assassiner et qu’il voit de ses propres yeux l’un des monstres. Il part donc sur l’île de Cairnholm, au pays de Galles pour découvrir la vérité sur ce grand-père qu’il adulait. Il était loin de penser qu’il rencontrerait les fameux enfants particuliers et que cette rencontre le mènerait aussi loin de ses parents, de sa vie et même de son époque.

Miss Peregrine 2Le premier tome pose le décor et les personnages. Notamment cette tripotée d’enfants particuliers ! Ce sont des êtres exceptionnels, mais ce sont aussi des enfants avec leurs peurs, leur imagination et leur courage. Tous uniques, non seulement de pouvoirs, mais également de caractère, ils sont tous attachants à leur manière. Derrière eux, se dessine cette figure à la fois tendre et austère de Peregrine Faucon. On découvre également Jacob, le narrateur pris dans des dilemmes, des hésitations, des stupéfactions face à des personnages qu’il a rêvé, puis dont il a nié l’existence avant de les rencontrer.

Le second est plus profond que le précédent, en étant à la fois davantage dans l’action et dans la réflexion. Le scénario est plus dynamique et les personnages sont plus profonds. Tous (et non plus uniquement Jacob) doivent choisir entre des routes divergentes. Sauver leur peau, sauver leur protectrice, sauver le monde…

Ces ouvrages sont captivants et les pages tournent toutes seules. Ce mélange de réalité historique et de fantastique, d’horreur réelle et fictionnelle, fonctionne à merveille ; le résultat de cette cohabitation est à la fois émouvant et palpitant. Connaître ce qui va leur arriver, savoir s’ils vont s’en sortir, voir Jacob apprivoiser son pouvoir, frissonner sous la menace des Estres et des sépulcreux… à quand le tome 3 ?

De plus, ces livres sont magnifiques. Incroyablement compacts et lourds pour leur nombre de pages, encadrés de gardes sobrement décorées, ils sont illustrés de photographies anciennes, présentées comme réelles par l’auteur. Elles contribuent à instaurer une ambiance mystérieuse, magique, désuète et lugubre.

Un seul conseil : laissez-vous embarquer par votre imagination ! Vous vivrez un voyage très, très particulier…

Tim Burton réalisera l’adaptation cinématographique. Au vu de ces derniers films, je suis un peu réticente. Big Eyes était pas mal, mais il était à des années-lumière des anciens et géniaux Tim Burton. A voir, en espérant qu’il ne gâche pas tout.

« « Les étoiles aussi sont des voyageurs du temps », ai-je songé.
Combien de ces points lumineux provenaient de soleils déjà morts? Combien d’étoiles étaient nées, dont la lumière ne nous parvenait pas encore? Si tous les soleils, à l’exception du nôtre, s’éteignaient ce soir, combien de vies nous faudrait-il pour comprendre que nous étions seuls? J’avais toujours eu conscience que le ciel était plein de mystères, mais je réalisais seulement aujourd’hui que la Terre l’était aussi.
 »

(Tome 1)

« On s’accroche à nos contes de fées jusqu’à ce que le prix de ces croyances deviennent trop exorbitant. »

(Tome 1)

 « Certaines vérités s’expriment mieux sous la forme de conte. »

(Tome 2)

«  Fuir était moins glorieux que combattre, bien sûr. Mais la gloire ne m’intéressait pas. Je voulais juste ne pas mourir. »

(Tome 2)

Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs. Bayard, 2012 (2011 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Sidonie Van den Dries. 443 pages.

Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 2 : Hollow City, Ransom Riggs. Bayard, 2014 (2014 pour l’édition originale). Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Sidonie Van den Dries. 509 pages.

Trailer pour Miss Peregrine et les enfants particuliers.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Miss Peregrine et les enfants particuliers (2011) & Hollow City (2014), de Ransom Riggs »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s