Toile de dragon, Muriel Zürcher (textes) et Qu Lan (illustrations) (2014)

Toile de dragon (couverture)

Découverte montreuilloise, Toile de dragon raconte l’histoire de Thong-Li, un petit garçon qui s’occupe au marché en dessinant dans la poussière. Lorsqu’un vieux mendiant lui troque un magnifique poisson bleu contre un pinceau et de l’encre, il peut enfin réaliser son rêve : garder une trace de ses dessins ! Trop pauvre pour acheter du papier, il ne se décourage pas et commence à peindre sur des toiles d’araignée… Et son talent est si immense que l’empereur ne tolère pas qu’il ne soit pas à son service. Il l’envoie chercher pour qu’il peigne sur chaque toile de son immense palais et c’est le début des ennuis pour Thong-Li…

L’histoire, aux accents d’authentique conte chinois, est belle bien que classique. Liberté, beauté de la nature, art, mégalomanie… On se laisse prendre facilement à cette aventure. On est ravi de voir le rêve de Thong-Li se réaliser, on s’émerveille devant ses dragons que l’on imagine majestueux, on tremble avec lui devant la menace de mort lancée par l’empereur. Et quelle belle idée, peindre sur des toiles d’araignée ! Ne nous arrêtons pas sur le comment et laissons le rêve faire effet… Que de poésie jusqu’à la dernière page qui m’apparaît comme un mélange des poèmes « Liberté » et « Le cancre » de Jacques Prévert.

« Liberté

(…) Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffé d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom (…) »

« Sur le tableau noir du malheur
Il dessine le visage du bonheur »

« Et là, sur une toile d’araignée tendue entre deux vieux arbres, il peint. Son dessin s’offre aux caresses des éléments, aux regards des vivants. Le vent et les hommes retiennent leur souffle devant tant de beauté. Sur la toile, Thong-Li a dessiné la liberté. »

Elle-même d’origine chinoise, Qu Lan illustre magnifiquement cette histoire et le grand format de l’ouvrage les met particulièrement en valeur. Elle transcrit en image la délicatesse de ce jeune artiste, il est touchant dans sa joie comme dans sa détresse. Sous son pinceau, il s’épuise et dépérit peu à peu alors que l’empereur exige sans cesse plus de lui. Ses paysages brumeux, écumeux, transportent le lecteur sur les rivages lointains de la Chine. Son petit poisson scintillant parmi les carpes grises m’a fasciné à lui-seul : onirique apparition qui donne un ton rêveur dès les premières pages…

Une petite perle. Un texte empli de poésie et servie par une illustratrice talentueuse.

« Ceci est pour toi. Un bâton d’encre, une pierre pour l’écraser, un pinceau fin, et un conseil : veille à ne pas tracer les limites de ta liberté. »

 « Sache, Thong-Li, que toutes les beautés m’appartiennent. Je les garde enfermées en ma demeure. Toi, tu peindras un dragon sur les toiles d’araignée de chacune des mille et une pièces du palais. Si ton travail me donne satisfaction, tu vivras, vêtu de soie brodée, nourri de mets exquis, abreuvé de liqueurs rares. Mais si tu me déçois… je te ferai couper la tête ! »

Toile de dragon, Muriel Zürcher (textes) et Qu Lan (illustrations). Picquier jeunesse, 2014. 36 pages.

Quelques illustrations sur le site de Qu Lan 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s